Luisa Campanile : théâtre et écriture

De retour de Lausanne… j’y ai rencontré Luisa Campanile qui animait un atelier dans le cadre de la journée « Explorer la poésie en classe » à la HEP Vaud : une découverte littéraire et artistique que j’aimerais partager avec vous au moyen de quelques liens et d’une parution à l’école des loisirs :

http://www.theatre-video.net/video/Entretien-avec-Luisa-Campanile-pour-Generation-s-29e-Francophonies-en-Limousin

Luisa Campanile

Née à Sion en 1973, de parents italiens.

D’abord licenciée en psychologie de l’Université de Genève, elle étudie au Conservatoire de Lausanne avant de devenir assistante à la mise en scène pour des spectacles crées notamment au Piccolo Teatro de Milan.

A son tour, elle devient metteuse en scène et fonde le Collectif Iter qui se distingue en Suisse romande par des créations interactives, comme «La Confession», «Le Voyage» et «Les Voix humaines».

Comédienne, elle joue également dans des téléfilms, comme «L’Homo Sapiens» de Jacques Malaterre.

Elle mettra en scène prochainement «Loin», un spectacle qui prend appui sur des textes du poète irakien Youssef Saadi.

Son livre «Flux migratoires» est publié aux éditions Xenia, Vevey.

http://www.swissinfo.ch/fre/culture/devenir-suisse–une-drôle-d-affaire/7323562

FRICHE (LA)

 

Luisa Campanile (Auteur)

12 À 16 ANS
THÉÂTRE

Six adolescents prennent possession d’une friche industrielle pour pouvoir se retrouver entre eux. Arol rêve d’y faire pousser des fleurs et déclare son amour à Emma, la rebelle ; Sammy, entre deux livraisons de pizzas, passe y faire un tour.

Le jour où Emma fait des vidéos de la Friche, le conseiller municipal prend les choses très au sérieux ; ces adolescents deviennent dangereux, les journalistes s’en mêlent. Vite, il faut organiser quelque chose, n’importe quoi, pour séduire cette jeunesse désoeuvrée, sinon ça va mal finir.

Expériences d’écoute en didactique des langues et des cultures (actes de la journée du 16 novembre 2016)

L’écoute constitue certainement une notion centrale en didactique des langues. Elle est toutefois problématique : sa réduction à la réception voire à la passivité – même quand elle se dénomme « écoute active, une technique pour mieux communiquer » dans la lignée des travaux de Carl Rogers – peut remettre en cause le potentiel poétique, éthique et didactique dont elle est porteuse et l’arrimer aux instrumentalismes de la communication, lesquels la limitent aux catégories du son et/ou de l’information en ignorant que c’est du sujet (individuel et collectif) qui est en jeu. De ce point de vue, la réduction de la notion à l’oral ou à la compréhension participe d’un tel instrumentalisme.

Au cours de cette journée d’études, nous avons essayé d’observer combien les activités d’écoute construisent une attention à ce qui, en langue et en culture, ouvre aux subjectivations individuelles et collectives : (s’)écouter, c’est d’abord augmenter l’attention à tout ce qui fait passage de parole et parole de passage – ainsi avions-nous tenté de penser ce qui rend les paroles possibles lors de deux journées d’études en 2014 et 2015. Aussi nous nous sommes attachés à penser comment et pourquoi des activités d’écoute engagent le point de vue d’une poétique et d’une éthique relationnelles au cœur de l’accompagnement des œuvres littéraires et artistiques partagées. Une telle didactique ne peut alors se contenter d’en lister les compétences discontinues mises au service d’une transparence ou d’une efficience langagières voire interculturelles où les identités et les altérités se verraient réifiées et donc désénoncées. Une telle didactique doit donc multiplier les exposés des expériences d’écoute et ainsi les documenter, les penser, les associer.

Nous avons donc tenté de rendre compte d’expériences d’écoute en essayant d’en montrer la portée heuristique pour une didactique des langues et des cultures. En fin de compte, il s’est agi de penser l’écoute comme un opérateur critique de la situation didactique : plus il y a d’écoute, plus il y aurait d’apprentissage des langues et des cultures non comme performances assurées d’une communication mais comme aventure d’une relation d’humanité consolidée au plus près de chaque expérience.

9.00 : Ouverture par Valérie Spaëth (responsable du master « Didactique des langues » et directrice du DILTEC-EA 2288)

9.15-10.45 : Communications-ateliers

Muriel Molinié (Paris 3), « L’écoute avec le récit de vie » : molinie-lapad-journee-detudes-experience-decoute

Serge Martin (Paris 3), « L’écoute de ce qui ne peut s’entendre » : https://redila.hypotheses.org/1142 (voir également : https://redila.hypotheses.org/1176)

11.00-1200 : Rencontre-débat avec Malika Ferdjoukh animée par Serge Martin (Paris 3)

Malika Ferdjoukh à la Maison de la recherche de la Sorbonne nouvelle le 16 novembre

13.30 : Conférence-atelier de Ivan Jimenez Garcia (Maitre de conférences en espagnol à Créteil-Paris-est et chercheur en danse et littérature) animée par Nathalie Borgé (Paris 3) : ivan-jimenez-communication-ecoute-16-nov 

14.30 : Table ronde-atelier animée par Carla Campos Cascales (Paris 3) et Charlotte Guennoc (Paris 3), « Ecrire un mémoire, une expérience d’écoute ? » avec des M2 de la promotion 2015-2016 : Shuman Jiao (M2, spé 1) ; Amal Khaleefa (M2, spé 1) ; Thaïs Poisson (M2, spé 2) ; Virginie Verhaeghe (M2 Distance).

S’Ecouter, Ecouter et Produire une écoute en recherche

voir également : https://redila.hypotheses.org/1164

15.45 : Théâtre partagé avec la compagnie « Nous n’irons pas plus loin » (une des onze compagnies parrainées dans le dispositif Acte & Fac 2016-2017 en Sorbonne nouvelle) autour de La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès : re-création avec Simon Copin (acteur), Simon-Elie Gallibert et Charlotte Guennoc (metteurs en scène).

https://nousnironspasplusloin.com

http://www.leseditionsdeminuit.fr/livre-Nuit_juste_avant_les_forêts_(La)-1685-1-1-0-1.html

Et on peut aussi trouver :

Un petit recueil de citations sur l’écoute : https://redila.hypotheses.org/1144

Des réactions de participant.e.s : https://redila.hypotheses.org/1187

Politique et poétique, le geste théâtral de Kateb Yacine

51mk+e-SjdL._SX304_BO1,204,203,200_

La communication de Serge Martin est en ligne ici : https://ver.hypotheses.org/2218

Dernière séance du séminaire « Gestes et voix » avec Charlotte Guennoc (doctorante, thèse sur l’écoute dans les oeuvres de Kateb Yacine et D-G Gabily) qui présentera son travail de recherche à partir de la notion d’écoute dans l’oeuvre théâtrale de Kateb Yacine (particulièrement dans la pièce Le cercle des représailles (Points Seuils, 1998) et à partir de ses entretiens dans Le poète comme un boxeur (Seuil, 1993). Serge Martin ajoutera quelques remarques pour ouvrir la discussion à partir d’un petit recueil assez peu connu du même Kateb Yacine où peuvent se lire trois pièces autour de femmes que l’historiographie a souvent ignorées (Parce que c’est une femme, des femmes, 2004). La communication de Serge Martin est en ligne ici : https://ver.hypotheses.org/2218.

Rendez-vous le 13 avril 2016 de 14 à 16 heures au centre Bièvre, 1 rue Censier, 75005 Paris, 3e étage.

417XP3W6KZL._SX325_BO1,204,203,200_On peut lire des billets sur Kateb Yacine à l’adresse suivante :

https://ver.hypotheses.org/category/lectures-par-la-voix/kateb-yacine

et écouter Kateb Yacine dans une émission de l’ORTF… interviewé en 1975;

et écouter l’acteur Sid Ahmed Agoumi dire un extrait du Cercle des représailles.