H.-J. Lüsenbrik : « Transferts culturels et traductions : réceptions, appropriations, réénonciations »


(Université de la Sarre, Allemagne)

Conférence au séminaire de l’École Doctorale 268 de l’Université Paris II – Sorbonne Nouvelle sur « Pratiques et théories de la Réénonciation en didactique des langues et des cultures », 17 novembre 2018.

PLAN

I Penser l’histoire littéraire et médiatique transculturelle

II Déplacements et mises en perspective – implications méthodologiques et théorique des transferts culturels

III Deux études de cas – traductions et réception de l’Histoire des deux Indes de G.-G. Raynal (1770/1780); traductions et appropriations des Fleurs du Mal (1857) de Baudelaire par Walter Benjamin (1923)

IV Enjeux et portée d‘une nouvelle approche

Lire la suite

Vivre en voix : la réénonciation entre linguistique et littérature (enjeux pour les didactiques)


Mais alors cela veut dire que comprendre un langage, de quelque manière que ce soit, présuppose déjà un langage. […] Ce qui ne veut rien dire d’autre que : avec le langage, je ne puis sortir du langage.

Wittgenstein, Remarques philosophiques, I, 7.

La réénonciation est une notion à conceptualiser toujours dans l’articulation forte des expériences tant pratiques que réflexives. Aussi je voudrais commencer à l’explorer dans et par la lecture précise d’une œuvre récente au plus près de sa découverte toute récente, donc hors toute maîtrise ou assise assurées. Puis, j’essaierai de poser les linéaments d’une prise conceptuelle où l’anthropologie et la linguistique s’associeront vers une poétique et une didactique des réénonciations. 

Lire la suite

Soutenance de thèse d’Olivier Mouginot – les ateliers du dire en langue(s) étrangère(s) – 16/11/2018 – Paris

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat, dirigée par M. Serge Martin et intitulée Les ateliers du dire (lectures, écritures, littératures) : enjeux et expériences de la voix en langue(s) étrangère(s)

La soutenance aura lieu le vendredi 16 novembre 2018 à 14 heures à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, à l’adresse suivante :
Centre Censier
Salle Las Vergnas (3ème étage)
13 rue de Santeuil 75005 Paris
Métro Ligne 7 – Station Censier Daubenton

Le jury sera composé de Mme Françoise Bréant (Université Paris Ouest Nanterre), M. Jean-Louis Chiss (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), M. Laurent Gajo (Université de Genève, Suisse), M. Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), Mme Claudine Moïse (Université Grenoble-Alpes) et Mme Anne-Marie Petitjean (Université de Cergy-Pontoise).

Résumé : 
Cette recherche en didactique des langues se propose d’analyser les expériences langagières attachées à un corpus d’ateliers conduits dans divers contextes d’apprentissage ou d’appropriation du français comme langue étrangère. Renvoyant notamment à l’écriture créative, à la poésie orale, au slam ou encore au théâtre, ces pratiques langagières ont en commun d’« essayer dire » (S. Beckett) en langue étrangère. L’étude ciblée des dimensions expérientielles de ces ateliers du dire permet leur conceptualisation comme essais de subjectivation en langue française. En tant qu’atelier du langage, chaque atelier du dire met à profit la situation des participants en montant en continu leur activité langagière et nombre d’historicités qui s’y rapportent (culture langagière, plurilinguisme, littératures, didactiques). Comme atelier du sujet plurilingue, l’atelier du dire programme un parcours relationnel avec des œuvres de langage exemplaires en termes d’intensité énonciative : la transsubjectivité littéraire est mise au service d’un projet de faire langage arrimé à une dynamique réénonciative. Comme atelier de la voix, l’atelier du dire engage les participants dans des essais de voix ordinaires qui ne relèvent pas seulement d’une création disciplinaire. Dans cette perspective, de tels ateliers en langue(s) étrangère(s) constituent un levier critique des injonctions à communiquer/agir adressées aux acteurs sociaux, notamment en produisant des continuités notionnelles/expérientielles fortes : apprentissage-subjectivation, langues-langage, corps-langage, écriture-oralité. Le faire atelier spécifique de l’atelier du dire ne constitue pas seulement un apport pour une didactique des langues avec les arts du langage, il ouvre aussi et surtout des pistes de recherche pour nourrir la formation des enseignants de FLE en termes de répertoire expérientiel, de gestualité tactique et d’expertise vocale.

OM

Programme du colloque international:Écrivains marcheurs du Romantisme au XXIe siècle (Orléans)

Écrivains marcheurs du Romantisme au XXIe siècle

Date: les 21 et 22 juin 2018

Lieux:Campus de l’université d’Orléans, Collegium Sciences et Techniques (CoST).
Jeudi 21 juin : Pôle STAPS, amphithéâtre 3.
Vendredi 22 juin : Bâtiment d’Enseignement Général des Sciences (EGS), amphithéâtre S.

L’Université du Temps Libre (UTLO) Université d’Orléans organise les 21 et 22 juin 2018, sur un très joli campus vert, un colloque international consacré aux Ecrivains marcheurs du Romantisme au XXIe siècle.

Le voyage à pied, dont les récits sont d’une riche variété, de Victor Hugo ou Gérard de Nerval à Jacques Lacarrière et Jean-Paul Kaufmann, entretient une relation particulière avec l’espace qu’il parcourt. Les randonneurs marcheurs, le pèlerinage pédestre, les reporters et les youtubeurs marcheurs, les marches engagées de revendication etc., la palette est large aujourd’hui et le phénomène, démocratisé, en quelque sorte, a pris une grande ampleur, les moyens d’expression et de transmission étant beaucoup plus variés. Découverte synesthésique, descriptions réalistes et pittoresques, ou évanescence progressive des contours réels de l’espace au profit d’une introspection de soi. D’aucuns y voient même le moyen de briser l’aliénation de soi ou de prendre un nouveau départ.

Pour plus d’information, veuillez voir le fichier Pdf:

Document final_2

Penser les diversités linguistiques et culturelles. Francophonies, formations à distance, migrances

Un ouvrage important : ce serait bien qu’un membre du réseau en fasse un compte rendu…

L’éditeur :

Cet ouvrage est issu en grande partie d’un colloque international organisé par l’équipe Dynadiv (EA 4428) en juin 2016 à l’Université de Tours. S’y trouvent questionnées les différentes façons de travailler les diversités linguistiques et culturelles – notamment celles que l’on rencontre en français langue étrangère ou langue seconde – sur les plans sociolinguistiques, didactiques et didactologiques, ainsi que leurs réceptions ou appropriations dans les domaines francophones, numériques et migratoires.
Comment ce qui est chaque fois en jeu dans ces différents domaines se comprend-t-il scientifiquement ? Selon quels arrière-plans épistémologiques ? De ces questions les trente contributions réunies dans ce volume témoignent diversement. Certaines approches mettent en perspective instauration du sens et mobilisation des corpus, en prenant au sérieux l’altérité en tant que principe épistémologique. Elles proposent également diverses manières de concevoir la distance, l’insertion, la langue française, « en francophonies », en ne perdant pas de vue la singulière diversité des expériences humaines.
Ce questionnement est aussi lié à la problématique de l’intervention – occasion d’explorer les conceptions sous-jacentes qui jouent sur la manière dont le monde apparait à chacun, l’interpelle, et qui permettent aussi, scientifiquement, une mise en ordre rationnelle du monde.

http://www.lambert-lucas.com/livre/penser-les-diversites-linguistiques-et-culturelles-francophonies-formations-a-distance-migrances/

Carnets n° 13 : Corps, rythmes et voix

Dans le dernier numéro de la revue Carnets, vous pourrez lire, entre autres, quatre auteur.e.s de notre réseau qui sont intervenu.e.s au colloque d’Aveiro sur la thématique « Corps, rythmes et voix » en octobre 2017 :

Frédérique Cosnier : https://journals.openedition.org/carnets/2658

Carla Campos et Chalotte Guennoc : https://journals.openedition.org/carnets/2676

Serge Martin : https://journals.openedition.org/carnets/2651

 

Le matin des dieux: Du Norouz persan aux Pâques chrétiennes

En 2009, l’UNESCO inscrit Norouz, la fête du Nouvel An iranien et celle des autres peuples qui faisaient partie de l’Empire persan, sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. En 2010, c’est l’Assemblée générale des Nations Unies qui reconnaît le 21 mars comme Journée internationale de Norouz, encourageant ainsi tous les pays du monde à s’inspirer des traditions printanières de cette fête pour promouvoir la paix. Norouz intéresse trois cents millions de personnes. Lors des célébrations auxquelles la fête donne lieu, des tables rituelles sont dressées avec sept éléments, parmi lesquels des pousses (de blé, d’orge, de lentilles et d’autres graines) que les femmes font germer dans les maisons pour marquer un nouveau commencement : Le matin des dieux.

Ce livre interroge les possibles origines zoroastriennes de ce rituel, de sa diffusion et déclinaison de l’Inde jusqu’à l’Europe. Il en résulte un voyage passionnant dans le temps, de la Grèce ancienne au Liban, en passant par la Sicile et la Sardaigne, jusqu’à la Provence française, qui nous révèle les similitudes, surprenantes, entre ces différentes traditions.

Salvatore D’Onofrio est professeur à l’Université de Palerme et membre du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, au sein duquel il coordonne les Cahiers d’anthropologie sociale et le groupe de travail « Archives du Nouvel An à Paris ». Parmi ses dernières publications : Le sauvage et son double (2011) et Les fluides d’Aristote (2014). Il a coordonné l’édition de deux ouvrages de Françoise Héritier : Une pensée en mouvement (2009) et Sida : un défi anthropologique (2013).

Source: http://www.editionsmimesis.fr/catalogue/le-matin-des-dieux/

Textes et gestes : appel pour un numéro du Français aujourd’hui

Projet de numéro du FA

N° 205 – Juin 2019

« Textes et gestes de la maternelle au lycée »

Coordination Valérie Ducrot, Chantal Lapeyre & Serge Martin

Mais que l’on en revienne si peu que ce soit aux sources respiratoires, plastiques, actives du langage, que l’on rattache les mots aux mouvements physiques qui leur ont donné naissance, et que le côté logique et discursif de la parole disparaisse sous son côté physique et affectif, c’est-à-dire que les mots au lieu d’être pris uniquement pour ce qu’ils veulent dire grammaticalement parlants soient entendus sous leur angle sonore, soient perçus comme des mouvements, […] et voici que le langage de la littérature se recompose, devient vivant.

Antonin Artaud, Œuvres, Quarto-Gallimard, 2004, p. 578.

Lire la suite

Lecture partagée autour de l’oeuvre de Roland Barthes

Le jeudi 8 février 2018, quelques doctorants se sont réunis autour de l’oeuvre de Roland Barthes en rapport avec leur ligne de recherche. Voici quelques-unes de interventions et résultats des échanges :

  1. Charlotte GUENNOC autour de la notion d’écoute chez RB : https://ver.hypotheses.org/2609
  2. Serge MARTIN : « Les voix de Roland Barthes entre grain poétique et gain rhétorique » (à venir prochainement)

Lecture partagée de l’oeuvre de Maurice Blanchot

Les doctorants de Serge Martin se sont réunis le 25 janvier et ont échangé en partant de leurs propres recherches autour de l’oeuvre de Maurice Blanchot (on peut consulter le site des amis de cet auteur ici : http://blanchot.fr/fr/; il a été fait référence à un article critique, qui a fait date, de Henri Meschonnic: « Maurice Blanchot ou l’écriture hors langage », Cahiers du Chemin n° 20, janvier 1974, Gallimard). Voici quelques comptes rendus des interventions :