Géographies de la mémoire

« D’un homme, plus que son histoire, celle de sa naissance, de sa formation, de ce qu’il a produit ou laissé, je désire plutôt connaître les espaces, les villes, les territoires et les pays, les étendues et les terroirs qu’il a parcourus. C’est cette notion de traversée qui m’importe, plus secrète, plus insaisissable que toutes les sédimentations, les accumulations d’une existence. Sur cette route, on n’est jamais seul. Il y a les lumières et les éclairages d’un arrière-pays, la grâce et l’intermittence des rencontres. »

Philippe Le Guillou, Géographies de la mémoire, Paris, Gallimard, 2016, p. 13.

 

« c’est un parcours à travers les territoires et les lieux d’une vie qui sous-tend ce récit autobiographique. »

Aujourd’hui, je voudrais vous présenter ce livre de Philippe Le Guillou: Géographies de la mémoire. Ce livre est publié chez Gallimard, dans la collection Blanche en 2016. Un livre pour ceux qui s’intéressent à la question des lieux et des espaces.

Bonne lecture.

Vous pouvez voir la présentation du livre ici.

Vous pouvez feuilleter le livre ici.

 

Espaces littéraires et Territoires critiques

Espaces littéraires et Territoires critiques

Pour une approche de l’espace littéraire : Géopoétique et géocritique dans le franchissement des frontières de la connaissance

29, 30 juin et 1er juillet 2017

Faculté des Lettres de l’Université de Porto

Calendrier:

31 janvier 2017 : date-butoir pour la soumission de propositions de communication.

28 février 2017: date-butoir pour la réponse du comité scientifique.

8 au 15 mai 2017 : inscription au colloque.

1er juin 2017 : publication du programme du colloque.

La réorientation théorique des études littéraires dans le sens de son approche renouvelée du “réel”, identifiée plus tard par d’aucuns comme le “tournant spatial” (Soja, 1989) commence à prendre forme dans le panorama théorico-littéraire à partir du milieu du XXe siècle, quand des théoriciens de renom dans le champ structuraliste accordent un vaste espace de réflexion au rapport entre « la littérature et la réalité », dans le but de dénoncer avec insistance toute « illusion référentielle » (Barthes et al., 1982), et de renvoyer l’espace littéraire à sa spécularité intratextuelle (Dällenbach, 1977).

Il est incontestable que le rapport de l’homme au monde a, depuis toujours, constitué une des thématiques prépondérantes de l’histoire de la littérature, stimulée à partir des XIVe et XVe siècles, par les voyages qui signalent le tournant de la modernité (Westphal, 2011), par la pratique et l’écriture mêmes d’écrivains « voyageurs » au cours des XVIIIe et XIXe siècles, et par la conséquente promotion de la « littérature de voyages » à la catégorie de genre littéraire

Nous assistons aujourd’hui à des changements de paradigmes où se dessinent de nouvelles territorialités littéraires, où l’on interroge les frontières entre le réel et la fiction (Lavocat, 2016), et où se dégagent de nouvelles formes d’approche de l’espace littéraire. Des changements de paradigmes qui découlent avant tout de la pratique du voyage, dont les motivations anthropologiques ont profondément changé (Debaene, 2010), avec une incidence particulière sur le champ littéraire où « mondes » et « textes » possibles (Lavocat, 2010; Escola (éd.) 2012) préludent à de nouveaux territoires à explorer au-delà du texte « littéral », où un « monde plausible » peut se dessiner au-delà de la vision cartographique eurocentrée du monde (Westphal, 2011), où de nouvelles pratiques de mobilité suscitent de nouvelles formes d’écriture et d’autres supports d’expression, ainsi que de nouvelles manières de lire, ancrées sur une géographie physique, mais également humaine (Bouvet, 2015).

Nous pointons aujourd’hui la production littéraire en des contextes et des approches mondiales, non-délimitables, marqués par le triomphe de la traduction (Damrosch, 2003). Tantôt davantage centrée sur l’observateur – ce qui implique une perception du monde égocentrée –, tantôt valorisant l’espace représenté par le biais d’approches multifocalisées et géocentrées, l’étude de la littérature requiert de nos jours d’autres outils opératoires en vue de la compréhension de son rapport au réel. S’ouvre ainsi un vaste domaine pour la recherche d’une Géopoétique, qu’il s’agit d’interroger afin d’y signaler ses principales orientations théoriques et propositions méthodologiques actuelles.

Aussi bien au sens strict du terme, mis en orbite par Kenneth White à  partir de la fin des années 1970 pour rendre la conscience du monde sous-jacente à la création poétique, qu’au sens plus large, englobant la réflexion théorique suscitée par l’attention que la littérature accorde au rapport de l’homme à l’espace, la Géopoétique pointe un domaine de recherche qui interroge à nouveau les fondements théoriques de la référentialité spatiale et de la création littéraire dans le cadre de la postmodernité, où les espaces frontaliers, de passage, ou les configurations territoriales que de nouvelles cartographies des espaces humains procurent en fonction de nouvelles mobilités, s’imposent comme valeurs fondamentales.

Face à la diversité et à la complexité de questions que le texte littéraire soulève, les apports fournis par la Géopoétique gagnent à être confrontés avec d’autres réflexions et outils conceptuels avancés, par exemple, par Yi-Fu Tuan ou par Wolfgang Welsch.

En fait, mis en usage de leur temps déjà par Bachelard ou Yi-Fu Tuan, les concepts de « Topophilie » et de « Topophobie » mettent aujourd’hui en évidence, dans un contexte transdisciplinaire, les liens affectifs entre l’homme et l’espace. L’espace est délimité par l’individu qui l’observe, par une vision ouverte ou fermée de l’identité culturelle, et cautionne les politiques d’inclusion ou d’exclusion de l’Autre. La perception spatiale conditionne les attitudes, les valeurs et le langage des hommes qui l’habitent, le parcourent ou l’imaginent. Elle oblige, dès lors, au dialogue entre la poétique, la rhétorique, l’éthique et la géographie.

De même, le concept de « transculturalité », fondé sur le postulat euphorique de la mobilité et de la porosité entre les frontières, étayé sur une réorganisation démocratique des asymétries de pouvoir, invite à un nouveau regard sur l’espace, lequel se veut dynamique, aussi bien dans ses composantes politico-sociales que dans ses dimensions culturelles et littéraires.

Aussi, suivant les paradigmes théoriques énoncés plus haut, nous invitons tous les intéressés que ces questions interpellent à proposer des interventions autour des axes thématiques suivants :

  • Géopoétique et géocritique: questions de transdisciplinarité ;
  • Le Tournant spatial et les nouvelles territorialités littéraires ;
  • Liminalités et espaces transfrontaliers ;
  • Géopoétique et perception de l’espace par la littérature ;
  • Géopoétique: fiction et référentialité ;
  • Géopoétique: topofiphilie et topofophobie ;
  • Geopoétique: espace et transculturalités.

Bibliographie citée:

Barthes, R. et al., Littérature et réalité, Paris, Seuil, 1982.

Bouvet, R.,  Vers une approche géopoétique : Lectures de Kenneth White, Victor Segalen, J.-M. G. Le Clézio, Presses Universitaires  du Québec, 2015.

Dällenbach, L., Le récit spéculaire : essai sur la mise en abîme, Paris, Seuil, 1977.

Damrosch, D., What is World Literature?, Princeton University Press, 2003.

Debaene, V., L’adieu au voyage: l’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard, 2010.

Escola, M. (éd.), Théorie des textes possibles, Rodopi, coll. C.R.I.N., 2012.

Lavocat, F., La théorie littéraire des mondes possibles, Éditions du CNRS, 2010.

Lavocat, F., Fait et fiction : pour une frontière, Paris, Seuil, 2016.

Soja, E., Postmodern Geographies: The Reassertion of Space in Critical Social Theory, London, Verso, 1989.

Tuan, Yi-Fu, Space and Place. The Perspective of Experience [1977], Minneapolis, London, University of Minnesota Press, 2002.

Welsch, Wolfgang “Transculturality – the Puzzling Form of Cultures Today”, in Mike Featherstone / Scott Lash (ed.), Spaces of Culture: City, Nation, World, ed. by, London, Sage 1999, 194-213

http://www2.uni-jena.de/welsch/papers/W_Wlelsch_Transculturality.html).

Westphal, B., Le monde plausible : espace, lieu, carte, Paris, Les Éditions de Minuit, 2011.

Langues de communication

Les langues de communication sont le portugais, l’espagnol, le français et l’anglais.

Calendrier

31 janvier 2017 : date-butoir pour la soumission de propositions de communication.

28 février 2017: date-butoir pour la réponse du comité scientifique.

8 au 15 mai 2017 : inscription au colloque.

1er juin 2017 : publication du programme du colloque.

Organisation

Ana Paula Coutinho

Gonçalo Vilas Boas

Jorge Bastos da Silva

José Domingues de Almeida

Maria de Fátima Outeirinho

Maria Hermínia Amado Laurel

Maria Luísa Malato

Maria Teresa Oliveira

Soumission des proposition de communication

Toutes les propositions de communication doivent être soumises à l’évaluation du Comité Scientifique du colloque. Merci de signaler l’axe d’approche retenu. Les communications retenues ne pourront dépasser les 20 minutes.

La soumission de proposition (résumé entre 250 et 300 mots), accompagnée d’une brève notice biobibliographique, est à envoyer au courriel suivant:

geopoeticas2017@gmail.com

Inscription

100,00€ (montant qui assure l’inscription, le dossier, le certificat, les pause-café et les déjeuners du colloque).

120,00€ (du 16 mai au 31 mai 2017)

Un dîner du colloque est prévu sur inscription.

Modalités de paiement

Merci d’entrer sur: https://www.letras.up.pt/gi/por/eventos.asp

NB : les textes des communications feront l’objet d’une publication sur avis favorable d’un comité de lecture et sur engagement de remise du texte selon le protocole de rédaction à signaler.

Organisme responsable

ILC Margarida Losa

URL de Référence

http://www.ilcml.com

Adresse

Faculdade de Letras da Universidade do Porto – Portugal

url de référence

http://www.ilcml.com

adresse

Faculté des Lettres de l’Université de Porto

Écopoétiques, un tour d’horizon ?

DOSSIER CRITIQUE n°42/ Octobre 2016 (volume 17, numéro 5)

La littérature aurait-elle besoin d’espaces ? C’est en tout cas ce que laisse à penser, depuis une vingtaine d’années, la richesse des approches qui, de la géocritique promue par Bertrand Westphal à la géographie littéraire proposée par Franco Moretti ou Michel Collot, en passant par la géopoétique illustrée par Michel Deguy puis Kenneth White, s’efforcent de penser la manière dont l’écriture peut mettre l’espace en mots, et dont les territoires peuvent à leur tour être habités par les textes. Le quarante-deuxième dossier critique d’Acta Fabula propose ainsi un tour d’horizon des écopoétiques actuelles, qui permettent de revisiter les créations littéraires et artistiques à la lumière de leur relation à l’environnement. Qu’il s’agisse de faire un état des lieux général de la géocritique, de focaliser l’attention sur des écrivains contemporains (Échenoz, Calvino, Pynchon, Ransmayr), ou encore d’analyser quelques-uns des motifs symboliques de notre rapport à l’espace (la frontière, la zone périurbaine), les articles rassemblés ici soulignent combien la littérature s’inscrit dans le sillage de ces « pratiques » qui, selon la formule de Michel de Certeau, transforment les lieux en espaces vécus, récités et mythifiés. Voici donc une belle occasion d’arpenter de nouveaux chemins critiques, et de revisiter le dossier « Écopoétique » dans l’Atelier de Fabula.

Vous pouvez lire les articles en cliquant là-dessus:

Publié sur Fabula