Henri Meschonnic : le sens du langage pour écouter la force dans le langage

La séance du 18 février 2016 du séminaire « Penser, enseigner le sens du langage » va s’organiser à partir de l’oeuvre de Henri Meschonnic ou plutôt en effectuant quelques sondages dans son oeuvre : deux professeurs et deux doctorants vont tenter de s’associer pour montrer combien, avec Meschonnic, s’ouvre la nécessité d’un sens du langage à concevoir/enseigner pour commencer à écouter ce qu’il appelle « la force dans le langage » (voir son texte qui ouvre le collectif La Force du langage Rythme, discours, traduction, Champion, 2000, p. 9-19) – et l’on peut dire que l’oeuvre entier de Meschonnic (poèmes, essais et traductions) engage une telle écoute.

Pour le plaisir (le rire aussi, celui d’Homère, celui de la théorie, comme disait Meschonnic), ci-dessous le premier paragraphe de ce texte et son dernier pour sentir la force qui passe de l’un à l’autre (ou avoir l’eau à la bouche) :

La force, dans le langage, est méconnue, autant dans les discours savants que dans le représentations communes. La force, ce n’est pas ce qu’une pragmatique établie pense, ce n’est pas l’illocutionnaire, ni le perlocutionnaire, ni le convulsionnaire, pas plus que mon beau légionnaire. (op. cit., p. 9)

C’est justement l’enjeu d’un pensée de la valeur: empêcher de continuer à dormir du sommeil du signe, pour reconnaître, et observer, les activités du continu et leur force dans le langage. (op. cit., p. 19)

Le programme de cette séance est ici :

http://mescho.hypotheses.org/101

41Y3ACGT29L._SX316_BO1,204,203,200_