Le matin des dieux: Du Norouz persan aux Pâques chrétiennes

En 2009, l’UNESCO inscrit Norouz, la fête du Nouvel An iranien et celle des autres peuples qui faisaient partie de l’Empire persan, sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. En 2010, c’est l’Assemblée générale des Nations Unies qui reconnaît le 21 mars comme Journée internationale de Norouz, encourageant ainsi tous les pays du monde à s’inspirer des traditions printanières de cette fête pour promouvoir la paix. Norouz intéresse trois cents millions de personnes. Lors des célébrations auxquelles la fête donne lieu, des tables rituelles sont dressées avec sept éléments, parmi lesquels des pousses (de blé, d’orge, de lentilles et d’autres graines) que les femmes font germer dans les maisons pour marquer un nouveau commencement : Le matin des dieux.

Ce livre interroge les possibles origines zoroastriennes de ce rituel, de sa diffusion et déclinaison de l’Inde jusqu’à l’Europe. Il en résulte un voyage passionnant dans le temps, de la Grèce ancienne au Liban, en passant par la Sicile et la Sardaigne, jusqu’à la Provence française, qui nous révèle les similitudes, surprenantes, entre ces différentes traditions.

Salvatore D’Onofrio est professeur à l’Université de Palerme et membre du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, au sein duquel il coordonne les Cahiers d’anthropologie sociale et le groupe de travail « Archives du Nouvel An à Paris ». Parmi ses dernières publications : Le sauvage et son double (2011) et Les fluides d’Aristote (2014). Il a coordonné l’édition de deux ouvrages de Françoise Héritier : Une pensée en mouvement (2009) et Sida : un défi anthropologique (2013).

Source: http://www.editionsmimesis.fr/catalogue/le-matin-des-dieux/

Anthropologies de la rencontre | Eric Chauvier, Raymond Depardon

Question de terminologie

Le terme enquête, enqueste1 en ancien français, signifiait la recherche. Ce terme provient du latin inquaerere correspondant au verbe enquérir. Le préfixe en- vient du latin in-2 signifiant ainsi « dans ».Le chercheur est celui qui enquête, il part à la recherche d’éléments qu’il prend, dont il se charge. Il les insère ensuite dans sa recherche comme des ingrédients indispensables à sa recette. L’idée d’incorporer effleure cette définition. L’auteur de l’ouvrage Anthropologie a vécu une expérience d’incorporation de l’objet de l’enquête. Si l’on suit le même raisonnement étymologique qu’avec enquérir,  incorporer est un terme signifiant « prendre dans son corps ». Ici, c’est l’idée du corps latin et/ou allemand3 dont il est question, autrement dit le corpus/korpus. Eric Chauvier a créé un corpus à partir d’un objet de recherche qui s’avère être un sujet.


Lire la suite

Anthropologie et éducation : colloque international

Les 16, 17 et 18 septembre 2015
en Sorbonne
Amphithéâtre Durkheim
1, rue Victor Cousin
75005 Paris

Le colloque, coordonné entre la France et le Brésil par Alain Pierrot et Isabel C. M. Carvalho, abordera principalement trois thèmes étroitement apparentés, qui ont un caractère central et crucial tant du point de vue anthropologique que du point de vue éducatif. Il s’agit de la transmission de l’écriture et de la scolarisation des apprentissages, de la violence physique et symbolique en éducation et enfin du rapport aux valeurs, successivement à travers l’éducation morale comme intégration sociale et environnementale puis sous l’angle de la représentation des cultures minoritaires dans les politiques scolaires dites de « reconnaissance ».

Dans les trois cas, qui correspondent aux trois journées du colloque, l’école est impliquée et sera systématiquement confrontée à d’autres formes d’éducation et d’apprentissage mises en évidence et analysées par l’anthropologie.

Programme complet ici : ProgAnthroEdc0409