Séminaire doctoral : Penser/enseigner le sens du langage (début 2017)

Séminaire doctoral de l’ED 268, « Langage et langues : description, théorisation, transmission »

Penser/enseigner le sens du langage

Responsables : Jean-Louis Chiss et Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3) (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Lieu : salle 410 Censier

Durée : 12 heures en 6 séances, les jeudis de 14h. à16h.

Ce séminaire doctoral ouvert à un large public (M2, doctorants, chercheurs et enseignants) voudrait permettre d’envisager conjointement deux préoccupations majeures de la didactique et de la théorisation des langues et des cultures-littératures :

  • celle de la transmission des œuvres (et plus largement des discours) et des démarches (parler-lire-écrire de la maternelle à l’université),
  • et celle du « sens du langage ».

Cette dernière notion (Sprachsinn) empruntée à Wilhelm von Humboldt permet d’observer une quadruple synthèse (poéticité, réflexivité, altérité et réciprocité) pour reconsidérer les opérations de cognition dans et par le langage (Trabant, 1995). Les historicités de ces opérations, et donc leur pluralité, engageraient des réénonciations possibles tant dans l’enseignement que pour la recherche historique, linguistique, artistique, anthropologique et, bien entendu, didactique.

Après une première année du séminaire, pendant laquelle on a tenté de rendre compte d’essais d’attention au sens du langage avec des recherches partant des œuvres de théoriciens du langage (Humboldt, Benveniste, Meschonnic, Didi-Huberman, Péguy et Chiss), on va continuer ces dynamiques de conceptualisation en augmentant l’attention aux problématiques poétiques et politiques des (inter/trans)subjectivations par un travail plus interactif autour des travaux actuels de recherche en théorie du langage conduits par les deux animateurs du séminaire, tant du côté des langues et des littératures que des didactiques.

Serge Martin se propose de développer une théorisation/didactisation de la voix comme force relationnelle critique dans et par le langage avec trois notions (essais, passages et points de voix) qui tenteront de dessiner une problématisation des expériences et des gestes du sens du langage. Il invitera Maria Cabral de l’Université de Lisbonne avec laquelle une collaboration est engagée autour d’une reprise de la réflexion sur la narrativité relationnelle. Jean-Louis Chiss portera son attention sur une reproblématisation en cours des didactiques des langues et des cultures dans leurs rapports aux situations-historicités et sur les conceptualisations d’un problème brûlant qui associe depuis longtemps langues, nations et identités.

Séances

26 janvier 2017

Serge Martin : Dire/écouter – vers des essais de voix

On partira d’une question de Samuel Beckett, « Comment essayer dire ? » (Cap au pire, Minuit, 1983, p. 10) pour reprendre à nouveaux frais les réflexions de Henri Meschonnic sur la voix et la diction (Critique du rythme, Verdier, 1982, p. 281 et suivantes) et les propositions faites dans « Quand dire c’est écouter : l’oralité pour transformer la didactique de l’oral et de l’écrit » (Penser le langage Penser l’enseignement avec Henri Meschonnic, L’atelier du grand tétras, 2010, p. 103-125). On passera forcément par ce que James Sacré appelle Parler avec le poème (La Baconnière, 2012). On aura tenté de sortir la littérature et ses lectures des paradigmes sémiotique et herméneutique pour que les œuvres servent à vivre et donc à engager autant d’essais qui tiennent voix.

Serge MARTIN, Poétique du vivre en voix : 1. L’amour en fragments. Poétique de la relation critique (Artois presses Université, 2004) ; 2. Langage et relation. Poétique de l’amour (L’Harmattan, 2006) ; 3. Rythmes amoureux. Corps, langage, poème (à paraître) ; 4. Voix et relation. Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre éd., 2017) ; 5. Poétique de la voix en littérature pour la jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université (L’Harmattan, 2015) ; 6. L’impératif de la voix. De Paul Eluard à James Sacré (à paraître) ; 7. Voix critiques. Une poétique de l’écriture en sciences humaines et sociales (à paraître).

2 février 2017

Maria Cabral (Université de Lisbonne) : Le textuel et le narratif de la médecine à l’aune du discours et du théâtre

La conception de la littérature comme source d’art et de science que réfléchissent, au seuil de la modernité, les pages d’un Mallarmé sur « Le Théâtre et le Livre» (1886), est une tendance forte jusqu’à nous et explique l’intérêt que lui portent  des domaines aussi distincts que le droit, l’économie et la médecine.

Depuis quelques décennies, la littérature a pris une place importante au sein des « Humanités médicales », pour polymorphe (voire problématique) que s’offre cette désignation, trouvant toutefois une consolidation plus précise dans le mouvement anglo-saxon de la Narrative Medicine (médecine narrative). Réactualisant la notion de narrativité de Paul Ricœur, la MN fonde son principe sur le récit comme outil de formation et de pratique médicale au profit de nouvelles dynamiques réflexives et relationnelles, requises en outre par la technicisation et la technocratisation de l’univers médical. À y observer de près, pourtant, l’approche narrative promue par la MN se confond assez vite avec des « compétences textuelles » consistant à « identifier la structure d’une histoire, adopter ses multiples perspectives, reconnaitre métaphores et allusions)»[1].

C’est justement ce statut du récit et les ressources « textuelles » mobilisées dans ce domaine que nous allons interroger, dès lors que l’on ne saurait réduire celui-ci à une forme, une structure – voire une grammaire. En tant qu’exercice de parole, l’acte de raconter en contexte thérapeutique reste une activité vue, perçue et entendue en situation de co-présence, engageant des modalités de sens variées, du dire au silence, du langage corporel parlant à son repli interstitiel. En cela, il convoque le théâtre, phénomène social et communicatif autant qu’artistique, prédisposé à relier les corps et les discours. De la lettre au corps, le récit invite au passage de voix, à la diction – opération qui conduit les événements à une dimension active, incarnée, et intersubjective, partagée, dès lors. C’est ainsi qu’il peut nous placer au plus près de la parole impromptue, proche de ce rythme singulier qui « habite le commun», comme l’avait formulé Mallarmé et dont Maeterlinck a fait le ressort de sa dramaturgie.

En articulant ce double versant, celui du théâtre et celui du discours, mais une seule et même activité, la parole en acte,  c’est un ensemble de notions qui sont à réenvisager, du point de vue relationnel et communicationnel qui intéresse la médecine narrative: le temps, le sujet, le rapport corps-langage…

C’est cette voie que je propose d’explorer en m’appuyant sur les réflexions pionnières de Mallarmé et Maeterlinck sur le langage, étayées par celles de Benjamin et Benveniste, et, chemin faisant, les questions « éthiques » que la littérature peut pro/poser à la médecine – et inversement.

[1] [« …textual skills (identifying a story’s structure, adopting its multiple perspectives, recognizing metaphors and allusions) » ] Rita Charon, « Narrative & Medicine», New England Journal of Medicine, 350; 9, 2004, 862-863, [en ligne], http://www.bumc.bu.edu/mec/files/2010/06/Rita-Charon-Narratives-NEJM-Feb-04.pdf

Maria de Jesus Cabral est professeur de langue et littérature française et enseigne à l’université de Lisbonne où elle est coordinatrice du programme  Narrative & Medicine.

Ses travaux portent sur  la poétique symboliste dans ses liens avec le théâtre et la lecture et sur les rapports entre littérature et médecine. Elle est l’auteur de Mallarmé hors frontières. Des Défis de l’œuvre au filon symbolique du premier théâtre maeterlinckien (2007) et a coédité entre autres Lire, de près, de loin. Close Vs Distant Reading (2014), Maux écrits, mots vécus. Traitements littéraires de la maladie (2015) et Exotopies de Barthes (2016).
Cabral, Maria, Mamzer, Marie-France, «Le secret entre littérature et médecine. Pour une éthique du partage», In Carelli, Fabiana, Pompilio, Carlos Eduardo, Tecidos do Humano – Literatura e MedicinaVia Atlântica, Revista da Universidade de São Paulo, nº 29, juin 2016, p. 95-122
 
 
Cabral, Maria, « Du corps en état de langage. Barthes et le « tournant narratif » de la médecine », in Maria de Jesus Cabral, Franc Schuerewegen, Andrea Del Lungo, Exotopies de BarthesCarnets, revue électronique d’Études Françaises, janvier 2016

9 février 2017

Serge Martin : Relier/relater – vers des résonances de voix

On reprendra l’essai de Walter Benjamin, Le raconteur (1936, Circé, 2014) pour concevoir l’activité de résonance, au cœur des passages de voix comme formes puissantes de reprises d’expériences, au sens où Charles Péguy le suggérait : « […] je vous demande comment vous le dites. […] c’est la résonance de ce que vous dites que j’attends, et alors, que j’entends, que j’écoute » (Œuvres en prose complètes, t. II, la Pléiade, 1941, p. 821). On cherchera avec quelques œuvres poétiques (Marina Tsvetaieva, Pier Paolo Pasolini, Amelia Rosselli, Ariane Dreyfus) comment cette résonance fait un poème-relation où l’intime et la société s’emmêlent dans une politique et une érotique expérientielles, ce qu’on peut appeler une résonance générale. Avec le racontage, la notion de résonance porterait la critique au cœur des études et des didactiques littéraires en regard des dichotomies diction/fiction, récit/poème, esthétique/éthique…

Serge MARTIN anime la revue Résonance générale Cahiers pour la poétique (éditions de l’Atelier du grand tétras) avec Laurent Mourey et Philippe Païni : huit numéros parus. Sous le nom de Serge RITMAN, il publie, en 2017 aux éditions Tarabuste dans la collection « reprises », Ta Résonance.

9 mars 2017

Jean-Louis Chiss : Contextualisations et historicités en didactique des langues

Face à la conceptualisation, l’exigence de contextualisation a toujours été présente à des degrés divers en didactique des langues depuis la mise en avant de la notion de « situation ». Aujourd’hui, cette contextualisation se décline au pluriel dans l’ordre de la spatialité certes mais aussi dans l’ordre des déterminations épistémologiques et axiologiques, le tout inscrit dans des histoires aux régimes différents.

CHISS, J.-L. (2015). « Complexité, contextualisation, historicité : questions pour la didactique du français langue étrangère et des langues »,J.-M. Defays et al, éds, Transversalités. 20 ans de FLES. Faits et gestes de la didactique du français langue étrangère et seconde de 1995 à 2015 (Vol.1), Bruxelles : E.M.E., p. 79-85.

CHISS, J.-L. (2016). « Contextualisations et historicités : une réflexion pour la didactique des langues », A. Pégaz Paquet et L. Cadet (éds), Les langues à l’école, La langue de l’école, Artois Presses Universités, p.15-24.

CHISS, J.-L. (2016). « Entretien avec Jean-Louis Chiss », D. Hamdani Kadri et L. Elghazi, éds, Voies multiples de la didactique du français, Montréal : Presses de l’Université du Québec, p. 82-124.

CHISS, J.-L. (2016). De la pédagogie du français à la didactique des langues. La linguistique, les disciplines et l’histoire, Paris : Editions de l’Ecole Polytechnique, 240 p.

16 mars 2017

Serge Martin : Enoncer/réénoncer – vers des points de voix

Partant de la reprise par Henri Meschonnic (Célébration de la poésie, Verdier, 2001, p. 250) de la formule de Mallarmé, « le poème, énonciateur » (Œuvres complètes, La pléiade, 1945, p. 365), pour tenter de penser les discours par ce que l’on pourrait appeler des points de voix qui offrent autant de leviers nécessaires à l’attention aux énonciations dès que les œuvres font œuvre, on reprendra une proposition ancienne (« Faire œuvre avec les œuvres » (Le Français aujourd’hui n° 149, 2005, p. 67-73 – article repris dans Poétique de la voix en littérature jeunesse, L’Harmattan, 2015) pour non seulement la renouveler au plus près d’une didactique des réénonciations ou voix continuées mais également pour penser une démocratie des voix dans les études littéraires comme en didactique des littératures. On prendra alors appui sur les remarques récentes de la romancière Léonora Miano (L’impératif transgressif, L’arche, 2016) pour « décoloniser » la recherche et la création et y augmenter l’écoute des « sans-voix », du moins des minorisés, marginalisés ou intempestifs… sans compter l’écoute de ce qui n’a pas encore de voix dans nos vies, ou de ce qu’on ne sait pas qui fait voix.

23 mars 2017

Jean-Louis Chiss : langues, nations, identités

La question de l’« identité nationale » a son versant politicien et polémique. Reliée à la question de la « langue », elle constitue un problème théorique affrontée par de nombreux chercheurs en linguistique, en anthropologie, en littérature. On présentera une facette historiquement marquée de ce débat (fin XIXe/début XXe) avec Renan, Bréal et Meillet.

CHISS, J.-L. (2011) « Langage, société et Ecole : de quelques considérations sur la ‘culture de l’expression’ », Spirales n° 47, Lille, p. 15-19.

CHISS, J.-L. (2011). « Théories du langage et politique des linguistes.  Présentation », Langages n° 182, p. 3-10.

CHISS, J.-L. (2011). « Les linguistes du XIX° siècle, l’‘identité nationale’ et la question de la langue », Langages n° 182, p. 41-53.

[1] [« …textual skills (identifying a story’s structure, adopting its multiple perspectives, recognizing metaphors and allusions) » ] Rita Charon, « Narrative & Medicine», New England Journal of Medicine, 350; 9, 2004, 862-863, [en ligne], http://www.bumc.bu.edu/mec/files/2010/06/Rita-Charon-Narratives-NEJM-Feb-04.pdf

Langue, culture, identité : la formation linguistique en contexte migratoire

Langue, culture, identité : la formation linguistique en contexte migratoire

Coraline Pradeau

Il était question pour cette dernière séance du séminaire « Penser/enseigner le langage » de faire dialoguer l’article de mon directeur de recherche « Les humanités entre langue, littérature et culture » (Chiss 2009) avec mes propres recherches de doctorat.

Je travaille pour ma part sur une analyse comparative des politiques d’intégration linguistique française, belge, suisse et québécoise. Il s’agit de voir si les politiques d’intégration de ces quatre Etats/province répondent à des particularités nationales, conditionnées par des idiomes culturels – qui une fois mis en place rendent difficiles une restructuration profonde de ces politiques – ou, au contraire, si les politiques d’intégration linguistique de ces quatre contextes ont des particularités transnationales. Il s’agit aussi d’étudier la relation entre langue, idéologie et culture telle que la mettent en jeu les questions de l’immigration dans la mondialisation de la Francophonie. Ma thèse se divise en deux parties. La première partie porte sur ces dites politiques d’intégration linguistique. La deuxième porte sur l’impact de ces politiques sur la discipline du français langue étrangère, plus précisément, sur l’émergence d’une didactique que l’on pourrait qualifier d’institutionnelle, celle de l’enseignement du français en contexte migratoire, ou encore du Français dit « langue d’intégration », une appellation crée par le Ministère de l’intérieur français et qui s’est répandue dans les milieux institutionnels belge et québécois.

J’ai proposé de dégager trois points de l’article, qui illustrent la notion de « malaise dans la classification » et la relation entre idéologies linguistiques et cultures du langage (Chiss 2009 : 28).

1. La langue dite « identitaire »

Jean Louis Chiss parle de la « troublante polysémie » accordée à la langue dite « maternelle » d’un sujet, et à la langue/aux autres langues qui compose(nt) son répertoire didactique, dotée(s) d’un statut qui se décline en  langues nationales, langues régionales, langues de l’immigration (Chiss 2009 : 28).

On peut effectivement se placer au niveau de l’individu, et reprendre le célèbre exemple de la sociolinguistique Jacqueline Billiez, à qui un jeune homme a dit durant un entretien : « Ma langue c’est l’arabe mais je ne la parle pas » (Billiez 2012). Cette phrase est devenue emblématique à la fois de la complexité des relations possibles entre un sujet et sa (ses) langue(s) identitaire(s).

Dans mes recherches, je considère la langue dite « identitaire » d’un point de vue étatique, et je m’intéresse entre autres à la relation langue/identité nationale.

Le Cas du Québec est en ce point très intéressant. La langue française véhicule l’identité du peuple québécois. La charte de la langue française de 1977 l’affirme d’ailleurs solennellement : « Langue distinctive d’un peuple majoritairement francophone, la langue française permet au peuple québécois d’exprimer son identité1 ».

C’est aussi un exemple aussi intéressant en ce que le gouvernement québécois a institué son propre Ministère de l’immigration à la fin des années 60 pour assurer l’avenir de la langue française. La province du Québec a d’ailleurs obtenu du gouvernement fédéral canadien qu’il se retire des services d’accueil et d’intégration linguistique et culturelle, de par sa spécificité francophone. Depuis, les gouvernements successifs veillent à accueillir une majorité de ressortissants étrangers francophones, et à ce que tous les primo-arrivants puissent avoir accès à des cours de français. L’objectif est que les nouvelles populations migrantes choisissent le français comme langue d’immigration, afin de préserver la vitalité de la langue française face à l’anglais.

En France, la connaissance de la langue française est apparue plus tard dans les textes de loi. C’est depuis 2003 que la langue a officiellement un rôle dans l’intégration des migrants, avec l’expérimentation d’un Contrat d’accueil et d’intégration (CAI), dans lequel les migrants ont l’obligation de suivre des cours de français, si leur niveau est considéré insuffisant. C’est aussi cette même année que la connaissance de la langue française devient une condition appréciée dans les procédures de naturalisation. Pourquoi la langue française est devenue un facteur incontournable des politiques d’immigration et d’intégration ? La réponse est certainement à trouver du côté de la sociologue Dominique Schnapper, qui constate l’affaiblissement des instances intégratrices de l’Etat durant le XXe siècle, à savoir l’école, l’armée, le travail (2007 : 140-141).

Les cas de la Belgique et de la Suisse sont intéressants puisqu’ils déconstruisent le lien entre langue et « identité nationale ». Le sens accordé à l’intégration des migrants diffère selon les communautés linguistiques. Ainsi, en Suisse, les cantons alémaniques sont plus exigeants en termes de pré-requis linguistiques que les cantons romands. En Belgique, les parcours d’intégration et des formations linguistiques obligatoires existent du côté néerlandais depuis plus de dix ans ; ce type de parcours vient d’être mis en place du côté francophone.

2. La langue dite « de culture » et la langue dite « de service »

Revenons à l’article de M. Chiss. Il y évoque le couple antinomique « langue de culture/langue de service » et l’opposition « trop rigide » qui distingue le culturel et le fonctionnel dans la didactique des langues étrangères (Chiss 2009 : 29).

C’est aussi un point qui fait lien dans mes recherches, puisque, dans les procédures liées au droit des étrangers et/ou à la naturalisation, les migrants doivent souvent connaître l’histoire, et les valeurs de leur société d’accueil.

La question se pose donc : « Quelle culture enseigner aux migrants ? » ; une question qui n’et pas nouvelle en didactique des langues, puisque que dans les années 90, Robert Galisson distinguait déjà la culture savante et la culture populaire (1991 : 117-118), et Louis Porcher la culture cultivée et culture anthropologique (1995 : 66).

Ce qui est frappant, c’est qu’en se penchant sur les curricula/référentiels officiels de l’enseignement du français en contexte migratoire des différents contextes de mon étude, il n’est pas question d’enseigner la littérature. Pour autant, en assistant à des entretiens d’assimilation pour la nationalité française en préfecture, les agents sont amenés aux candidats les auteurs français qu’ils connaissent, ou qui est Victor Hugo, etc. La même chose se produit en Suisse, lorsque je me suis rendue à la Comission de naturalisation de Fribourg.

Jean-Louis Chiss évoque le flou conceptuel qui entoure le concept de « communication » et de sa réduction intéressée aux échanges dits de « service » dont il dit qu’il faudrait faire l’analyse (Chiss 2009 : 29).

En étudiant les approches méthodologiques et les contenus des programmes et des curriculas d’enseignement du français en contexte migratoire des quatre contextes de mon doctorat, nous nous situons encore dans la perspective du « français fonctionnel » ou de « l’enseignement fonctionnel du français » – terme préféré par Louis Porcher (1976 : 7) qui est apparu dans les années 1970.

A titre d’exemple, le projet fide « français, allemand, italien en suisse2 » (un cadre conceptuel du Secrétariat d’Etat aux migrations pour l’apprentissage des langues par les migrants) en a toutes les caractéristiques. Les domaines d’utilisation de la langue ont été dissociés en 11 champs d’action (logement, travail, enfants, administration, recherche d’emploi, etc.), découpés en scénarios, eux-mêmes détaillés en différentes étapes et tâches communicatives, et en descripteurs de compétences langagières, opérationnelles, et socioculturelles. L’approche est résolument pragmatique. Un label qualité verra bientôt le jour, et portera sur les cours de langue qui s’inscrivent dans l’approche fide. Les offres de formation linguistique moins « pratiques » – comme les cours de conversation, les cours de cuisine en français, les atelier sociolinguistiques avec des visites culturelles guidées – seront vraisemblablement moins financés par les cantons (ou dans le pire des cas, ne le seront plus).

J’ai participé peu avant la dernière séance du séminaire au colloque du groupe Intégration linguistique des ligrants adultes (ILMA) de la Division des politiques linguistiques du Conseil de l’Europe3 où Claude Springer était invité comme conférencier invité. Il revenait sur la notion de « langue fonctionnelle » et déplorait que les parcours d’intégration ne laissent pas assez de place à la pédagogide de projet. Il prenait en contre-exemple un cours de couture rassemblant des femmes migrantes et femmes « natives » à Marseille qui avait débouché sur un projet d’intégration professionnelle.

3. La langue et le discours

Pour conclure mon intervention, je suis revenue sur l’obstacle épistémologique que rencontre la notion de « langues de cultures », et du transfert des valeurs véhiculées par les discours vers les langues (Chiss 2009 : 30).

Les discours sur l’immigration et l’intégration ont un impact certain sur la langue que l’on entend enseigner aux populations migrantes, si bien que l’on parle en France de « langue d’intégration ». On pourrait alors penser qu’il existe une langue « particulière » à enseigner à des fins d’intégration.

On en arrive aussi à penser que la langue française est vectrice de valeurs humanistes et républicaines. On n’est pas si loin de la théorie linguistique de Wilhelm von Humboldt selon la perception du monde est organisée par une langue particulière. Citons l’introduction du Référentiel FLI, signée de la main de Michel Aubouin et de Xavier North :

La langue détermine la façon de raisonner des peuples et le regard qu’ils portent sur le monde. La connaissance et l’usage de la langue du pays d’accueil constituent le premier facteur de l’intégration car ils permettent une vie sociale normale. La langue est aussi le vecteur de la culture et elle seule permet d’appréhender le sens de valeurs difficilement transmissibles dans les langues d’origine (Vicher 2011 : 4) .

Ainsi, l’approche FLI vise l’intégration de valeurs citoyennes à l’enseignement linguistique. Pour reprendre le Guide au formateur FLI du Centre de ressources illettrisme d’Alsace, la différence entre une formation linguistique FLI et un atelier sociolinguistique (ASL) est l’association systématique des valeurs citoyennes à l’apprentissage de la langue (Crapt Carrli 2016 : 11). Il s’agit d’enseigner pas moins de 25 valeurs, des valeurs identifiées par le Ministère de l’Intérieur, comme la liberté, l’égalité, le droit de vote, la laïcité, la tolérance, etc. Une telle politique transforme la connaissance d’une langue nationale en un devoir civique (Shohamy 2009).

Références 

Billiez, J. (2012). « Plurilinguismes des descendants de migrants et école : évolution des recherches et des actions didactiques », Les Cahiers du GEPE, no 4 [En ligne] http://www.cahiersdugepe.fr/index2167.php (consulté le 1/10/2016)

Centre régional d’appui pédagogique et technique, Centre d’appui et de ressources régional de lutte contre l’illettrisme (Crapt Carrli). (2016). Guide du formateur, Outils « kits pédagogiques FLI ». [En ligne] http://crapt-carrli.gip-fcip-alsace.fr/index.php/francais-langue-d-integration/kit-fli (consulté le 1/10/2016)

Chiss, J.-L. (2009) « Les humanités entre langue, littérature et culture », Le Français aujourd’hui, no 167, pp. 27-33.

Galisson, R. (1991). De la langue à la culture par les mots. Paris : Clé international.

Porcher, L. (1976). « Monsieur Thibaut et le bec Bunsen », Études de linguistique appliquée, no 23, pp. 6-17.

Porcher, L. (1995). Le français langue étrangère. Paris : Hachette.

Schnapper, D. (2007). Qu’est-ce-que l’intégration ? Paris : Gallimard.

Shohamy, E. (2009). « Language tests for immigrants : Why language? Why tests? Why citizenship? » In G. Hogan-Brun, C. Mar-Molinero & P. Stevenson (Éd.), Discourses on language and integration : critical perspectives on language testing regimes in Europe. (p. 45 59). Amsterdam : John Benjamins Publishing Company.

Vicher (coord.) (2011). Le Réferentiel Français Langue d’Intégration. Paris : Direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté, Ministère de l’intérieur [Préface de Michel Aubouin et de Xavier North].

1http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/C_11/C11.html

2http://www.fide-info.ch/fr/

3http://www.coe.int/fr/web/lang-migrants/home

Péguy et le sens du langage (suite)

Pauline Bruley est intervenue dans le séminaire « Penser/enseigner le sens du langage » le 24 mars 2016 (voir billet : https://redila.hypotheses.org/739). Elle vient de nous transmettre un très intéressant document d’appui (textes et ouvrages de référence) qui permet de poursuivre la réflexion après sa communication. Un grand merci à elle !

Bruley-LANGAGE VOIX Péguy et le sens du langage. textes

Penser/enseigner le sens du langage : actes du séminaire (année 2016)

Séance 1 : Le sens du langage chez Wilhelm von Humboldt par James Underhill (billet de présentation : https://redila.hypotheses.org/436)

Séance 2 : Le sens du langage chez Emile Benveniste par Chloé Laplantine (billet de présentation : https://redila.hypotheses.org/501)

Séance 3 : Henri Meschonnic : le sens du langage pour écouter la force dans le langage (billet de présentation : https://redila.hypotheses.org/682)

Séance 4 : Georges Didi-Huberman : le sens du langage par la sémantique compositionnelle et citationnelle (billet de présentation : https://redila.hypotheses.org/724) par

Séance 5 : Charles Péguy et le sens du langage par Pauline Bruley (billet de présentation : https://redila.hypotheses.org/739 et documents d’appui : https://redila.hypotheses.org/933)

Séance 6 : La didactique entre langue, culture et littérature (billet de présentation : https://redila.hypotheses.org/773) par :

La didactique entre langue, littérature et culture

Date : jeudi 14 avril 2016 Heure : 14h.-16h. Lieu : centre Bièvre, 1, rue Censier, 3e étage

Dernière séance du séminaire doctoral (ouvert à tous) de cette première année de réflexion sur la thématique « Penser/enseigner le sens du langage » avec Jean-Louis Chiss et trois doctorantes de l’ED 268 à partir du texte suivant de Jean-Louis Chiss : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2009-4-page-27.htm

Cet article, « Les humanités entre langue, littérature et culture » publié dans le numéro 167 de la revue Le Français aujourd’hui en 2009, revue dont Jean-Louis Chiss a été rédacteur en chef, permettra à Carla Campos Cascales (doctorante contractuelle sous la direction de S. Martin), à Coraline Pradeau (doctorante contractuelle sous la direction de J-L Chiss) et à Sonia Delmas (doctorante sous la direction de JL Chiss) d’interroger, à partir de leurs propres axes de recherche, Jean-Louis Chiss dont on connaît l’intérêt pour penser le continu des langues, des littératures et des cultures à partir de la didactique des langues, et donc « le sens du langage » (Humboldt) comme orientation d’une « théorie du langage » (Saussure) au plus près des expériences des élèves, des enseignants et des chercheurs à partir des « problèmes » (Benveniste) de l’enseignement-apprentissage de « langues-cultures » et surtout d’une « culture des langues » (Chiss).

9782200925765-GNous verrons ainsi comment les recherches de ces trois doctorantes (re)configurent ce que Chiss appelle dans cet article un « malaise dans la classification », malaise illustré exemplairement par la tension du culturel et du fonctionnel en didactique des langues. Mais d’autres tensions seraient aussi à l’oeuvre, selon Chiss, qui traversent les politiques (et didactique) des langues, y compris à travers l’injonction très actuelle du plurilinguisme et du pluriculturel : bref, ce sont les idéologies linguistiques, toujours à l’oeuvre et donc toujours à historiciser, qu’il faudrait pointer pour percevoir les conditions d’un penser/enseigner le sens du langage. Jean-Louis Chiss reviendra, à partir de cet article de 2009, sur ce qui depuis lors lui semble constituer des leviers nécessaires à la didactique des langues pensée dans et par une théorie du langage. Une belle séance en perspective fermant ce premier round du séminaire avant que ne s’ouvre le second l’année prochaine…

Pauline Bruley : « Charles Péguy et le sens du langage », le 24 mars 2016 au centre Bièvre

Pauline Bruley est l’invitée de la cinquième séance du 24 mars 2016 (14-16h.) du séminaire doctoral ouvert à tous, « Penser/enseigner le sens du langage », animé par Serge Martin : elle parlera de Péguy et le sens du langage. Salle au 3e étage du centre Bièvre de l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3.

Pauline Bruley nous propose de lire auparavant l’article « Péguy oralité et rythme » d’Henri Meschonnic publié dans l’Amitié Charles Péguy : Meschonnic Péguy

Pauline Bruley est maître de conférences à l’Université d’Angers.

Ses recherches portent sur :

– Rhétorique et style (1880-1914) : enseignement et mutation des modèles rhétoriques et littéraires, avec leurs enjeux éthiques, politiques et spirituels.

– Oeuvre de Charles Péguy et de quelques-uns de ses contemporains (Suarès, France…) : prose, poésie, édition de textes (poésie de Péguy)

-Styles du sacré : participation au projet « Écritures du sacré » (CERIEC) d’Élisabeth Pinto-Mathieu (apologétique, conversion, supplication, vertus du dénuement).

Participation au projet « L’écrivain, l’institution scolaire et la littérature. L’écrivain face aux modèles scolaires 1880-1960 » (dir. Martine Jey, Labex OBVIL).

Elle a publié :

Ouvrage

Rhétorique et style dans la prose de Charles Péguy, Editions Honoré Champion, 2010, coll. « Littérature de notre siècle » (voir: http://www.fabula.org/revue/document5943.php)

Edition de textes

Charles Péguy, La Tapisserie de Notre Dame, Ève, in Œuvres poétiques et dramatiques, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », dir. Claire Daudin, 2014. (voir : http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-de-la-Pleiade/OEuvres-poetiques-et-dramatiques)

On peut écouter la table ronde suivante :

Publications récentes dans des revues

– « Ève, ‘inactualité de la forme’ ? », dossier Péguy, dir. Jérôme Roger, revue Europe, n°1024-1025, août-septembre 2014,p. 185-194. (voir : http://www.europe-revue.net/pages/recherche-par-titres/parutions-2014/livret-peguyr-.pdf)

– « Péguy, l’aventure d’un style », revue Nunc, dossier « Charles Péguy vivant », dir. Camille Riquier, p. 15-20.

–  « Le nom grand hommes et ses emplois chez Péguy et dans les Cahiers de la quinzaine », Péguy, les grands hommes et la République, Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, n° 138-139, juillet-septembre 2012, p. 139-160.

– « Rhétorique et république : l’argumentation et ses lieux », Centenaire de Notre jeunesse, Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, n° 133-134, janvier-juin, 2011, p. 49-66.

Participation à des ouvrages récents :

– « Figures d’amplification dans les Petits poèmes en prose: l’esthétique du « thyrse » à l »œuvre ? », Styles, genres, auteurs, 2014, dir. Karin Abiven et Hélène Biu, PUPS, 2014

– « Péguy-Polyeucte, une conversion de l’énonciation », La Conversion, dir. DIdier Boisson et Elisabeth Pinto-Mathieu, PUR, 2014, p. 203-217.

–  « Suarès portraitiste. Le portrait, champ d’expérimentation sur le style et l’éthos »,  Le Portrait champ d’expérimentation, dir. Fernando Copello et Aurora Delgado-Richet, PUR, 2013, p. 277-286.

– « Les deux arts du simple chez Péguy : l’écriture de l’enfance », Publije, vol. III, « La simplicité, une notion complexe », dir. Patrica Lojkine et Nathalie Prince, octobre 2012, http://publije.univ-lemans.fr/Vol3/accueil.html

– « Apologiste et franc-tireur : étude du style de Péguy dans Un nouveau théologien, M. Fernand Laudet », L’Apologétique chrétienne. Expressions de la pensée religieuse, de l’Antiquité à nos jours, dir. Elisabeth Pinto-Mathieu et Didier Boisson, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2012, p. 405-4234.

– « Le clair-obscur de la Bible dans deux romans de la crise moderniste, Augustin, ou le maître est là de Joseph Malègue et Jean Barois de Roger Martin du Gard », Les Écrivains face à la Bible, dir. Jean-Yves Masson et Sylvie Parizet, Éditions du Cerf, coll. Littérature, 2011, p. 83- 98.

– « Les impostures de l’histoire dans l’Île des pingouins d’Anatole France », L’imposture dans la littératureRecherches sur l’imaginaire, n° 34, dir. Arlette Bouloumié, Presses de l’Université d’Angers, 2011, p. 143-155.

Notices à paraître 

– Dans le Dictionnaire Colette à paraître (Classiques Garnier), sous la direction de Guy Ducrey et Jacques Dupont, notices « Jugements sur le style », « Détracteurs », « Dictée », « Classique », « Nom (poétique du nom) ».

– Dans le Dictionnaire de la Bible dans les littératures mondiales à paraitre aux Editions du Cerf, sous la direction de Sylvie Parizet, notices « Péguy » et « Suarès ».

Manuels pour l’enseignement secondaire :

– Co-auteur de L’Écume des lettres, dir. Valérie Presselin, Hachette 2011 (nouveaux programmes) : plusieurs chapitres sur l’argumentation : classes de seconde et de première.

Georges Didi-Huberman : le sens du langage par la sémantique compositionnelle et citationnelle

Cette quatrième séance du séminaire « sens du langage » aura lieu le 10 mars 2016 de 14 à 16h au centre Bièvre 3e étage.

Melissa Melodias (doctorante travaillant sur le cinéma de poésie et, entre autres, Pasolini) et Serge Martin (sa contribution est dorénavant en ligne ici : https://ver.hypotheses.org/2226) évoqueront le sens du langage chez Georges Didi-Huberman à partir d’au moins deux de ses livres :

  • Survivance des lucioles (Minuit, 2009)
  • Passés cités par JLG L’Oeil de l’Histoire, 5 (Minuit, 2015)

La présentation-discussion s’organisera autour de la sémantique compositionnelle (au sens de Victor Chklovski) et citationnelle (au sens de Walter Benjamin) à l’oeuvre dans l’écriture-pensée de Georges Didi-Huberman dont les conceptualisations font système, de l’image aux survivances, du montage dialectique à l’essai en rimes… On ne manquera pas d’en discerner les rebroussements, facilités ou esquives, tout comme les engagements, problèmes nouveaux ou intempestivités vives.

Une séance du séminaire des doctorants de THALIM proposera prochainement (le 10 juin à 15h. – à vérifier) une rencontre-lecture autour du livre Atlas ou le gai savoir inquiet (Minuit, 2011).

Sur Georges Didi-Huberman, on peut renvoyer au billet suivant : http://arlap.hypotheses.org/2835

et voir cette conférence récente mise en ligne :

Il sera fait référence au film de Laura Waddington que commente Georges Didi-Huberman et qu’on peut voir ici:

Henri Meschonnic et le sens du langage

La séance 3 du séminaire « Penser/enseigner le sens du langage » du 18 février a offert quatre exposés que l’on retrouvera ci-dessous :

Henri Meschonnic : le sens du langage pour écouter la force dans le langage

La séance du 18 février 2016 du séminaire « Penser, enseigner le sens du langage » va s’organiser à partir de l’oeuvre de Henri Meschonnic ou plutôt en effectuant quelques sondages dans son oeuvre : deux professeurs et deux doctorants vont tenter de s’associer pour montrer combien, avec Meschonnic, s’ouvre la nécessité d’un sens du langage à concevoir/enseigner pour commencer à écouter ce qu’il appelle « la force dans le langage » (voir son texte qui ouvre le collectif La Force du langage Rythme, discours, traduction, Champion, 2000, p. 9-19) – et l’on peut dire que l’oeuvre entier de Meschonnic (poèmes, essais et traductions) engage une telle écoute.

Pour le plaisir (le rire aussi, celui d’Homère, celui de la théorie, comme disait Meschonnic), ci-dessous le premier paragraphe de ce texte et son dernier pour sentir la force qui passe de l’un à l’autre (ou avoir l’eau à la bouche) :

La force, dans le langage, est méconnue, autant dans les discours savants que dans le représentations communes. La force, ce n’est pas ce qu’une pragmatique établie pense, ce n’est pas l’illocutionnaire, ni le perlocutionnaire, ni le convulsionnaire, pas plus que mon beau légionnaire. (op. cit., p. 9)

C’est justement l’enjeu d’un pensée de la valeur: empêcher de continuer à dormir du sommeil du signe, pour reconnaître, et observer, les activités du continu et leur force dans le langage. (op. cit., p. 19)

Le programme de cette séance est ici :

http://mescho.hypotheses.org/101

41Y3ACGT29L._SX316_BO1,204,203,200_

4 février 2016 : le sens du langage chez Émile Benveniste par Chloé Laplantine

4 février 2016 au centre Bièvre, de 14h à 16h. au Centre Bièvre (3ème étage, salle E) 1, rue Censier 75005 Paris (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Séminaire « Penser/enseigner le sens du langage », séance 2

avec Chloé Laplantine

Émile Benveniste,

de la linguistique comparée à Baudelaire (en passant pas l’Alaska) :

une culturologie

chloé_0On reviendra sur le parcours d’Émile Benveniste, sa formation en grammaire comparée, ses premiers livres, son projet d’une linguistique générale, et on montrera la cohérence de ses travaux (qu’il s’agisse de linguistique indo-européenne, de recherche théorique sur la sémiologie du langage ou l’énonciation, de la recherche sur la langue de Baudelaire, ou encore d’enquêtes de terrain en Amérique du Nord). La notion de « culturologie » que Benveniste invente, peut être le nom de cette cohérence, et du sens particulier du langage qu’il invente également.

Bibliographie :

Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966.

Émile Benveniste, Problème de linguistique générale, 2, Paris, Gallimard, 1974.

Émile Benveniste, Baudelaire, Présentation, éditions et notes par Chloé Laplantine, Editions Lambert-Lucas, Limoges, 2011.

Émile Benveniste, Langues, cultures, religions, Choix d’articles réunis par Chloé Laplantine et Georges-Jean Pinault, Limoges, Lambert-Lucas, 2015.

Autour de Emile Benveniste :

Jean-Michel Adam et Chloé Laplantine, Semen 33, Les notes manuscrites de Benveniste sur la langue de Baudelaire, Besançon, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, avril 2012.Chloé Laplantine, Emile Benveniste : l’inconscient et le poème, Editions Lambert-Lucas, Limoges, 2011.

Sandrine Bédouret et Chloé Laplantine, Émile Benveniste : vers une poétique générale, Pau, PUPPA, février 2015.

Chloé Laplantine, Émile Benveniste : l’inconscient et le poème, Editions Lambert-Lucas, Limoges, 2011.

Serge Martin (dir.), Émile Benveniste. Pour vivre langage, Actes de la journée d’étude organisée à l’IMEC (abbaye d’Ardenne), juin 2008, éditions L’Atelier du Grand Tétras, Collection « Résonance générale : Essais pour la poétique », Mont-de-Laval, 2009.

 

 

Chloé Laplantine est chercheur au laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques (UMR 7597), précédemment elle a enseigné au laboratoire de Littérature Française de l’Université Paris 8, et a mené un DEA et une thèse sur Benveniste, sous la direction de Gérard Dessons.

Elle a publié les manuscrits de Benveniste sur le langage poétique (2011) et, avec Georges-Jean Pinault, un recueil d’articles de Benveniste, Langues, cultures, religions (2015).

Actuellement, elle s’intéresse à l’approche des langues amérindiennes aux XIXe et XXe siècles, par les linguiste d’Amérique du Nord et d’Europe. En collaboration avec Andrew Eastman elle finit de traduire un texte fondateur de la linguistique américaine, publié par Franz Boas en 1911. Voir également la page : http://htl-test.linguist.univ-paris-diderot.fr/Laplantine

28 janvier 2016 : Le « sens du langage » chez Wilhelm von Humboldt par James Underhill

jwu

28 janvier 2016 de 14h à 16h. au Centre Bièvre (3ème étage, salle E) 1, rue Censier 75005 Paris (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Première séance du séminaire doctoral, « Penser/enseigner le sens du langage » à 14 heures, animée par Serge Martin. On écoutera James William Underhill, Professeur de l’Université de Rouen sur le « sens du langage » chez Wilhelm von Humboldt ; il fera le point sur les recherches humboldtiennes aujourd’hui et l’intérêt de la notion dans ses propres recherches.

9780748668793.coverJames W. Underhill est professeur en littérature, traduction et poétique à l’université de Rouen. Il a soutenu sa thèse Voix et Versification dans la traduction des poèmes d’Eliot et de Pound, en1999 sous la direction d’Henri Meschonnic à Paris VIII. Depuis, il a publié un grand nombre d’articles sur la traduction, sur la théorie du langage, sur la philosophie linguistique de Wilhelm von Humboldt, sur la vision du monde dans le langage, et sur la théorie de la métaphore. Parmi ses livres publiés en anglais on peut citer Humboldt, Language & Worldview, Edinburgh University Press, 2011, et Ethnolinguistics and Cultural Concepts : truth, love, hate & war, Cambridge University Press, 2012. Il a fondé et dirige le Rouen Ethnolinguistics Project qui réunit un réseau de chercheurs qui travaillent sur le rapport entre le langauge, les langues, et les visions du monde. Le site de ce projet rep-univ.rouen.fr met en ligne des vidéoconférences multilingues.

Pour préparer la séance :

On peut lire : What do we Mean by Worldview? The Sense we give to our World Underhill J.W. What do we Mean by Worldview

On peut voir The Jürgen Trabant Humboldt Lectures (7hrs) sur le site de REP : https://rep.univ-rouen.fr/content/films-trabant

Egalement voir Penser et Traduire l’espace après Georges Matoré, vidéoconférence de J. W. Underhill : https://rep.univ-rouen.fr/content/espace-1

On peut aller sur Voix et relation lire quelques extraits de Humboldt commentés par Serge Martin : http://ver.hypotheses.org/1781.

Compte rendu par JW Underhill de la traduction anglaise du dictionnaire des intraduisibles de Barbara Cassin :

  1. Dictionary of Untranslatables: A Philosophical Lexicon, edited by Barbara Cassin, English translation edited by Emily Apter, Jacques Lezra, &Michael Wood, Princeton University Press, 2014, 1297 pp.

    Review by James W. Underhill, Professor in Poetics and Translation, Université de Rouen, France, james-william.underhill@univ –rouen.fr

    Students, academics and researchers throughout the fields of Translation Studies, Linguistics, Sociology, Philosophy, Cultural Studies and Anthropology, are likely to welcome the publication of the Dictionary of Untranslatables: A Philosophical Lexicon. Why? Because this astoundingly erudite publication of 1297 pages instantly asserts itself as one of the high points in European scholarship by not only bringing together a great mass of data and findings, but because it asks one essential thought-provoking question: What can we translate? And What can’t we? And are there untranslatable terms and concepts?

    The dictionary takes us on a tour of languages, and into a myriad of fascinating concepts. Some of them are new to us. Others, we thought we knew well, but they suddenly become problematic, once we realize the difficulties and complexities they entail. The Dictionary invites us to contemplate the different modes in which analogous concepts are carved and moulded.

    My ‘self’ does not appear to us as particularly problematic. But comparing it to ‘soi’ in French, as in Foucault’s ‘souci de soi’ (care for the self), to ‘Selbstheit’, in German, or ‘ousia’, in Greek, suddenly forces us to reappraise our naïve conception. And comparing it to ‘samost’, (p927) in Russian, forces us to open up to a conception of the self as the ‘true self’, the ‘inner self’. We then ask ‘ourselves’ (if we still dare use that term), to what degree we must negotiate in everyday life the compatibility and distinctions between the private self and the public self.

    Religion has its place in the dictionary. And the authors consider the difficulties, for speakers of French, German, & Italian, to define ‘secularization’ (p932). How do the different traditions negotiate a Latin term within the context of very different cultures and emerging nation-states?

    The Portugese language forces us to reappraise our concept of ‘nostalgia’, with its concept of ‘saudade’(p929). Is this feeling peculiar to the Portuguese soul? To what extent does it coincide with ‘nostalgie’, in French, or ‘soledad’, in Spanish? In the same way the entry for ‘Sehnsucht’ in German (p938) forces us to question whether the French will ever understand German Sturm und Drang poetry or English Romanticism. Because the French Romantics were already writing after Napoleon’s defeat and their ‘nostalgie’was already regressive, and introverted: they were trying to find their way back to a brighter happier, more natural, more inspired world. The German Romantics and the Lake poets were ‘striving’ forwards, and upwards, ‘yearning’ for another world, a world beyond, a world that would reanimate this world here and now. They were not looking backwards. This dictionary reminds us that simple word for word transpositions cast aside mountains of differences and bury a wide variety of subtle associations. Is translating a form of betrayal then, as is so often argued?

    At one level, translators might be sceptical about this project. A dictionary of ‘untranslatables’? After all, they do translate. They earn their daily bread by straddling the divide between languages, leaping over cultural barriers. What’s more, they take us with them. George Steiner once said, that you can’t argue against translation any more than you can argue against language. Translation happens: people do communicate, negotiating what they mean. We understand each other and fail to understand each other in language. Even incomprehension is impossible to conceive of outside of language. So how does this bear on the project initially launched by the French thinker, Barbara Cassin? What did she have in mind when she first brought together her team of co-workers to map out her ‘untranslatables’ (intraduisibles)?

    The project was born of the humanities and more particularly among a philosophically-enlightened set of thinkers and academics who recognized that truth that translators experience every day. That word for word translations do not work. Every first-year language student realizes this. And yet, we constantly fall back into thinking of words as labels. And we get confused when we realize that, as the great linguistic anthropologist, Edward Sapir argued, languages are not made up of lists of words. The lists, and the words, and the worlds do not coincide. Languages are incommensurable. They take us into cultures that divide up the world and put it back together with different shapes, patterns, divisions, and oppositions.

    Moreover, we have known since Locke (1632-1704), if not before, that words invent concepts. ‘Fratricide’, may exist, but it refers to a complex concept, a ‘mixed-mode’ to put it in Locke’s term. ‘Fratricide’, implies murder, as unlawful killing, and murder of one of our closest kinsmen, our brother. Fratricide exists, but it exists for us in language, and in culture: we take a stand in terms of what, ‘father’, ‘killing’ and ‘laws’ mean for us in our shared worldview. As the great German ethnolinguist, Wilhelm von Humboldt (1767-1835) put it, words do not refer to objects outside of language, they refer to categories and definitions invented and arranged within Sprache (the language system). Languages invent objects of understanding.

    The Dictionary of Untranslatbles takes us to the heart of the problem of linguistic-specificity by forcing us to face up to one essential fact: it is not impossible to express certain ideas, feelings, and impressions in English. But it is hard: harder than in other languages which have mapped out different patterns of expression. The way concepts interact and rub up against one another enables certain ideas to be expressed more cogently, and more precisely, than can be done in English. This is not a slant on English. English is admired by many for its poetry and its pragmatism. But the supremacy of English and the success of global English has lulled many into believing that English is a ‘natural’, or even a ‘neutral’ mode of expressing ideas. English is flexible. English absorbs other languages. English can be used to empower people around the world. These are the ideas that are behind the promotion of global English. And to be fair, The Dictionary of Untranslatables does nothing to contradict this or disparage the limits of English. It simply stresses that each language has its limits, and cannot take us beyond those limits. For this reason, translators, and reflexions on ‘translatability’ are essential for expanding our horizons.

    This book takes us on a tour of more than twelve languages. Is it exhaustive? Of course, not. But it does manage to compare and contrast the various trajectories that our concepts of ‘sense’, ‘body’, ‘being’, ‘nature, ‘logic’, ‘truth’ and ‘homeland’ followed as they sprouted forth from Greek or Latin roots.

    These are concepts. And many translators and linguists understand all too well the linguistic-specificity of concepts. Even when a concept is borrowed, it must be transplanted into a foreign soil, which means growing a different kind of plant in a different climate. Angst comes from German, but it refers to a very different and much wider, more prosaic range of meanings than that existential angst and morbid fear that it has come to signify in English as it is used in Modernist and contemporary discourse.

    The Dictionary of Untranslatables takes us beyond concepts in themselves, however. It speaks of feelings. ‘Melancholy’ is discussed, and compared and contrasted to its French, German, Latin, and Greek ‘equivalents’. The traditions are taken into account and the relevant literature. How did Aristotle, the son of a doctor, fit melancholy into his theory of the humours, and relate it to bile? In what way does melancholia relate to ‘manic depression’? And how does the split between the mind and the body (and the ejection of the soul) relate to the ways we understand our own concept today in English? How does it make it difficult to understand the speakers of other languages and thinkers of the past? Mind, Soul, Spirit, and Body, are inescapable fundamental everyday concepts with a metaphysical dimension: and these entries make it all too clear that they are highly problematic concepts. They have great bearing to our experience of life, but clearly they are defined and understood within the limits of our own worldview, our own language.

    The Dictionary takes us beyond thoughts and feelings and into the process of thinking and remembering. What does it mean ‘to remember’, or ‘to forget’? Homer reminds us (p637) ‘that memory in action is put at the service of the social order. The soothsayer instructs the hero, who defends the town and the kingdom.’ The warrior must remember to wage war, but not to give in to passion. ‘Rage [must be] concentrated and deployed, as the uses of the verb memona’ demonstrate in the Iliad (p637). A whole culture of memory and memorization in oral literature and ethics is at stake here. These examples should go some way to allowing us to explore the extent and scope of this dictionary.

    Both the original editor and her team, and the English editors show their own limits. They are thinkers and researchers working within culturally-specific limits, and within prestigious language-cultures. But aren’t most of us in very much the same position? So it would be absurd to criticize this dictionary for having limits. The original authors were working within a philological and philosophical tradition of late 20th Century, early 21st Century France. The Parisian love of Heidegger, Husserl, and Kant, have tended to eclipse authors who would perhaps have had more to offer an English readership on questions of untranslatability (Sapir, Whorf, or Humboldt for example). A more recent author, Anna Wierzbicka would have offered another list of concepts, and modified the project by outlining the limits of the Anglo worldview as she has so eloquently demonstrated in her recent publications: Experience, Evidence and Sense: The hidden Legacy of English, Oxford UP, 2010, and Imprisoned in English, Oxford UP, 2013.

    The choice of the English contributors is an interesting one. Among them, Judith Butler and Gayatri Chakravorty Spivak are, of course, known throughout their fields and highly respected. They are certainly ‘distinguished scholars’, as the English editors of the new Dictionary claim. And they help ensure the quality and the erudition of the reedited Dictionary. This is a welcome marriage. Such scholars are now very much established voices. So there is a certain strategy in play in choosing them. They will no doubt help make sure the Dictionary is read and promoted. To what extent they will enable established modes of thinking and schools of thought to be challenged by this challenging text remains an open question however.

    The one rather disappointing aspect of the Dictionary is the treatment of language itself. By entering into the individual traditions and discussing individual thinkers and their texts, we inevitably move beyond the dictionary as a lexicon, and into individual speech. This is to be welcomed. And yet, little attempt is made to consider discourse as a concept. The entry for the term ‘discourse’ is pitifully short compared to the sprawling passages on what might seem to be somewhat minor concepts. Some entries are given a dozen pages, but ‘discourse’ only seems to merit half a column for the editors it seems. Admittedly, the authors do attribute 14 pages to ‘translate’. But the entries on individual languages themselves are somewhat uneven, falling, at times, into caricatures and stereotypes. And tat times the discussion of language is reduced to questions of philosophical terminology. This is not the aspect of the Dictionary that will seduce or inspire the translator.

    Translators are strong in perceiving the way words take on unique patterns and associations in everyday speech. In contrast, the authors of the original dictionary and the new reedited translation tend to work within the more limited and limiting framework of a dictionary of philosophical terms. Their project, however, overruns their methodology, and takes them into thinking, feeling, and associations: into linguistic patterning. It takes them into the heart of Humboldt’s project: the attempt to move into other modes of perceiving and conceiving in language. In this sense, the authors and editors take us on a journey into other worldviews. And that exciting journey, is one which will transform us. Readers who spend any significant amount of time in this Dictionary of Untranslatables will not come back to English, seeing things, words, or their own worldview, in entirely the same light.

     

    James W. Underhill was born in Kirkintilloch, by Glasgow, in 1967, of Geordie parents. He has worked as a professional translator of Czech and French, and he is now Professor in Poetics and Translation at the Rouen University in Northern France. His published books include Humboldt, Language & Worldview, Edinburgh UP, 2009, Creating Worldviews: Ideology, Language & Metaphor, Edinburgh UP, 2011, Ethnolinguistics and Cultural Concepts: truth, love, hate & war, Cambridge UP, 2012, and Voice & Versification in Translating Poems, Ottawa UP, 2015. He is currently engaged in two projects: a book co-written with the sinologist, Mariarosaria Gianninoto, Migrating Meanings, on the transfer of English cultural values such as ‘the people’ and ‘the individual’ to Chinese, and a book on how we understand space in language and in languages, entitled Changing Places, Changing Spaces.

Ouvrages scientifiques de J. W. Underhill :

2012, Underhill, James W., Ethnolinguistics and Cultural Concepts: truth, love, hate & war, Cambridge University Press, mars 2012.

2011, Underhill, James W., Creating Worldviews, Edinburgh University Press.

Chapitres dans des ouvrages collectifs

2012, Underhill, James W., « The Absence of Individuality and Personality in Linguistics: Some reflections on Sapir and Humboldt », Universalität und Individualität, sous la direction de Jürgen Trabant et Ute Tintemann, Berlin.

2011, « Humboldt’s challenge to Cognitive Linguistics: A few brief reflections on the linguistic patterning of Truth in Czech, French, English and German », Etnolingwistyka, Problemy Języka i Kultury, sous la direction de Jerzy Bartmiński, Lublin, Pologne.

2011, Underhill, James W., « Philology and the Paths Language Opens up in Culture », Pierres gravées : chiffres d‟une voix : Mélanges in memoriam Michel Viel, sous la direction de Yann Migoubert, Paris : éditons du Relief, Sorbonne.

2010, Underhill, James W., « Entendre Emily Dickinson aujourd’hui : Le travail de traducteurs et traductrices », Women and Translation, sous la direction de Luise von Flotow, Ottawa : University of Ottawa Press.

2010, Underhill, James W., « Une Emily Dickinson française et Eine deutsche Emily Dickinson : Souffle, esprit et poésie du monde », Plume, Téhéran.

Communications
Colloques et séminaires

2013, Understanding and Translating Space, Jacobs University, Bremen, Allemagne, 16 avril 2013.

2013, Traduire la rime, Axe 1, Groupe Eriac, Université de Rouen, 29 octobre 2013.

2012, Translating Jan Skacel from Czech into Scots, Glasgow Univeristy, Ecosse, 5 décembre 2012.

2011, Rapport entre métaphore et vision du monde (représentation de l‟amour et de la haine) en anglais, français et tchèque, une série d’interventions pour les étudiants et les groupes de recherches des départements d’anglais et des langues slaves, l’université Marie-Curie, Lublin, Pologne, mars 21-25, 2011.

2011, Le multiculturalisme et l’éthnolinguistique : Concepts et cultures, ILCEA, Université Stendhal, Groupe de recherche réunissant sociologues et économistes, animé par Marc Troisvallets, 22/04/2011.

2010, Rencontrer ou ne pas rencontrer : une affaire de rythme dans la traduction : T.S. Eliot et la Mémoire des OEuvres, colloque organisé par EA Prismes, Université Sorbonne Nouvelle, 16-18 septembre 2010.

2010, Traduire « Friends » : quelques réflexions sur l’amitié pour mieux vivre ensemble et pour penser l‟ensemble : Journées de lřILCEA, Université Stendhal, 20 juin 2010.

Penser/enseigner le sens du langage (séminaire doctoral) : programme

Séminaire doctoral de l’ED 120, « Langage et langues : description, théorisation, transmission »

Penser/enseigner le sens du langage

Responsable : Jean-Louis Chiss et Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3) (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Durée : 12 heures, 6 séances. Second semestre. Les jeudi (14h.-16h.) : 28 janvier; 4 et 18 février; 10 et 24 mars; 14 avril 2016. Entrée libre, ce séminaire est ouvert à tous…

Lieu : Centre Bièvre (3ème étage, salle E) 1, rue Censier 75005 Paris

Descriptif :

Ce séminaire doctoral ouvert à un large public (M2, doctorants et enseignants) voudrait permettre d’envisager conjointement deux préoccupations majeures de la didactique et de la théorisation des langues et des cultures :

  • celle de la transmission des œuvres (et plus largement des discours) et des démarches (parler-lire-écrire de la maternelle à l’université),
  • et celle du « sens du langage ».

Cette dernière notion (Sprachsinn) empruntée à Wilhelm von Humboldt permet d’observer une quadruple synthèse (poéticité, réflexivité, altérité et réciprocité) pour reconsidérer les opérations de cognition dans et par le langage (Trabant, 1995). Les historicités de ces opérations, et donc leur pluralité, engageraient des réénonciations possibles tant dans l’enseignement que pour la recherche historique, linguistique, artistique, anthropologique et, bien entendu, didactique. Sur les deux années du séminaire, on tentera de rendre compte d’essais d’attention au sens du langage avec des recherches partant des œuvres de théoriciens du langage (Humboldt, Benjamin, Benveniste, Meschonnic…) mais aussi mobilisant celles d’écrivains (Péguy, Michaux, Luca, Chaillou…) et d’autres (didacticiens, historiens, cinéastes…).

Bibliographie :

38451voir

Jean-Louis Chiss, « Les langues, l’enseignement et la théorie du langage » dans Serge Martin, Penser le langage et penser l’enseignement avec Henri Meschonnic, Mont-de-Laval, L’atelier du grand tétras, 2010, p. 17-22.

9782870094921-fr-300

Jürgen Trabant, « Sprachsinn : le sens du langage, de la linguistique et de la philosophie du langage » dans Henri Meschonnic, La Pensée dans la langue. Humboldt et après, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1995, p. 51-71.

Déroulement et séances :

Les séances s’organiseront ainsi : présentation ou fil problématique par les responsables ; intervention puis discussion animée par Carla Campos Cascales, doctorante (CC) ou par Serge Martin (SM) – un onglet « sens du langage » sur le carnet de recherche du réseau REDILA offrira des comptes rendus des séances ainsi que des prolongements par et pour des doctorants.

  1. 28 janvier (SM) : Le « sens du langage » chez Wilhelm von Humboldt : actualités des recherches humboldtiennes (James Underhill, Université de Rouen)
  2. 4 février (SM) : Le « sens du langage » chez Emile Benveniste : quelle culturologie ? (Chloé Laplantine, CNRS)
  3. 18 février (CC) : Le « sens du langage » chez Henri Meschonnic : écrire pour une poétique ? (Serge Martin, Paris 3 et Marie-Hélène Paret Passos, Université PUCRS, Porto-Alegre, Brésil, avec la participation de Rafael Mendes et Shungo Morita, doctorants)
  4. 10 mars (CC) : Le « sens du langage » chez Georges Didi-Huberman : citer/monter des images, des essais (Serge Martin et Melissa Melodias, doctorante, Paris 3)
  5. 24 mars (SM) : Le « sens du langage » chez Charles Péguy : quelle voix s’écrit ? » (Pauline Bruley, Université d’Angers)
  6. 14 avril (SM) : Le « sens du langage » en didactique des langues : enjeux et actualités (Carla Campos Cascales, doctorante, et Jean-Louis Chiss, Paris 3)