Politique et poétique, le geste théâtral de Kateb Yacine

51mk+e-SjdL._SX304_BO1,204,203,200_

La communication de Serge Martin est en ligne ici : https://ver.hypotheses.org/2218

Dernière séance du séminaire « Gestes et voix » avec Charlotte Guennoc (doctorante, thèse sur l’écoute dans les oeuvres de Kateb Yacine et D-G Gabily) qui présentera son travail de recherche à partir de la notion d’écoute dans l’oeuvre théâtrale de Kateb Yacine (particulièrement dans la pièce Le cercle des représailles (Points Seuils, 1998) et à partir de ses entretiens dans Le poète comme un boxeur (Seuil, 1993). Serge Martin ajoutera quelques remarques pour ouvrir la discussion à partir d’un petit recueil assez peu connu du même Kateb Yacine où peuvent se lire trois pièces autour de femmes que l’historiographie a souvent ignorées (Parce que c’est une femme, des femmes, 2004). La communication de Serge Martin est en ligne ici : https://ver.hypotheses.org/2218.

Rendez-vous le 13 avril 2016 de 14 à 16 heures au centre Bièvre, 1 rue Censier, 75005 Paris, 3e étage.

417XP3W6KZL._SX325_BO1,204,203,200_On peut lire des billets sur Kateb Yacine à l’adresse suivante :

https://ver.hypotheses.org/category/lectures-par-la-voix/kateb-yacine

et écouter Kateb Yacine dans une émission de l’ORTF… interviewé en 1975;

et écouter l’acteur Sid Ahmed Agoumi dire un extrait du Cercle des représailles.

 

 

 

 

Le 17 mars à Censier, salle Las Vergnas : Silvia Baron-Supervieille et les gestes de la poésie

Paris 3, jeudi 17 mars 2016 : Silvia BARON SUPERVIELLE, « Gestes de la poésie »

 

A l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Centre Censier, 13 rue Santeuil, 75 005 Paris  Salle Las Vergnas 3e étage

Jeudi 17 mars 2016 14h30-16h30

GESTES DE LA POÉSIE

Rencontre avec Silvia BARON SUPERVIELLE, écrivain et traductrice

animée par Aline Bergé

   Originaire d’Argentine, pays marqué par une forte immigration issue des 4 coins de l’Europe et par une constellation d’écrivains qui ont changé « leur langue pour une autre », Silvia Baron Supervielle est née à Buenos-Aires en 1934, d’une mère uruguayenne d’ascendance espagnole, et d’un père argentin d’ascendance française et béarnaise. Depuis son pays natal, elle écrit en espagnol ses premiers poèmes et nouvelles. Arrivée en France en 1961 et installée provisoirement puis durablement à Paris, c’est à la suite d’une période de silence qu’elle se met à écrire et traduire en français, chez Maurice Nadeau (Les Lettres nouvelles), puis chez divers éditeurs de poésie, Thierry Bouchard, José Corti, au Seuil, aux éditions Arfuyen, puis chez Gallimard. De l’espagnol vers le français, elle a traduit des œuvres de Jorge Luis Borges, Arnaldo Calveyra, Julio Cortázar, Macedonio Fernández, Roberto Juarroz, Silvina Ocampo, Alejandra Pizarnik, Thérèse d’Avila, Juan Rodolfo Wilcock et Ángel Bonomini. Et du français vers l’espagnol, la poésie et le théâtre de Marguerite Yourcenar. Silvia Baron Supervielle a reçu en 2012 le Prix de littérature francophone Jean Arp (Strasbourg), et en 2013, le Prix spécial Roger Caillois (Maison de l’Amérique latine).

D’une trentaine de livres, recueils de poèmes, récits, nouvelles, essais, entretiens et correspondance, on retiendra en particulier, sur la question du geste qui hante régulièrement l’écriture, La Frontière (Corti, 1995) et Après le pas (Arfuyen, 1997), et parmi les publications récentes : Le pays de l’écriture, Seuil, 2002 ; L’Alphabet du feu. Petites études sur la langue, Gallimard, « Arcades », 2007 ; Journal d’une saison sans mémoire, Gallimard, « Arcades », 2009 ; Une reconstitution passionnelle, correspondance 1980-1987 avec M. Yourcenar, Gallimard, 2009 ; Le pont international, Gallimard, 2011 ; Lettres à des photographies, Gallimard, 2013 ; Sur le fleuve, Arfuyen, 2013 ; Notes sur Thème, Galilée, 2014 ; et La douceur du miel, Gallimard, 2015.

En partenariat avec la Maison des Ecrivains et de la Littérature (MEL)

« Le Temps des écrivains à l’Université »

« Littératures et anthropologie : Histoires de gestes 2 » (2015-2016)

Séminaire transversal de l’UMR 7172 THALIM (Paris 3/CNRS)

Accès. Métro : Censier-Daubenton. Bus : 47, 67, 89.

Contact : <Aline.Berge@univ-paris3.fr>

Affiche_Silvia BARON SUPERVIELLE_17mars2016

Supervielle_Paris3_17mars 2016

17 février 2016 : Laurent Mourey : « Gestes de l’art, voie des rythmes : de Michaux à Mallarmé, entre contre et rencontre »

Gestes et voix : une anthropologie poétique des arts du langage (séminaire doctoral)

17 février 2016 de 14 h. à 16 h. Centre Bièvre (1 rue Censier, 75005 Paris), 3e étage, salle E

Laurent Mourey : Gestes de l’art, voie des rythmes : de Michaux à Mallarmé, entre contre et rencontre

Présentation de la conférence :

Notre propos partira du refus de Mallarmé chez Michaux, au cours des années 1920, période de l’œuvre poétique marquée autant par les voyages que par la venue à la peinture pour un poète qui écrira avec Ecuador un anti journal de voyage peuplé de visions et de lectures. Période aussi d’une postérité croissante de l’auteur d’Un Coup de dés. Une question sera alors posée : qu’est-ce qui, en Mallarmé, de Mallarmé, fait l’objet d’un tel geste de refus ? Les lectures croisées de Michaux et Mallarmé montreront, à partir du heurt, de la « désencontre » initiale et de la « friction » fondatrice, une rencontre « par la voie des rythmes » et des gestes de l’art de deux poètes qui ont fait de la peinture, dans sa pratique comme dans sa théorie, une manière de se réinventer en poésie.

Quelques repères sur Laurent Mourey :

photo Laurent Mourey

Poète, il est professeur agrégé de Lettres modernes au lycée Koeberlé à Sélestat et il prépare actuellement une thèse sous la direction de Michèle Finck à l’Université de Strasbourg: « Tel qu’en Lui-même enfin l’éternité le change ». Présence et réceptions de Malarmé dans la poésie après 1945 – Yves Bonnefoy, Michel Deguy , Jean-Michel Maulpoix, Henri Meschonnic.

Parmi ses publications, on peut signaler :

Une publication récente : « La musique comme problème poétique » (en ligne : http://poezibao.typepad.com/poezibao/2015/11/musique-et-littérature-la-musique-comme-problème-poétique-par-laurent-mourey.html)

« Du discours au poème. Saussure et Mallarmé : points de vue croisés » dans En quoi Saussure peut-il nous aider à penser la littérature ? sous la direction de Sandrine Bédouret, Gisèle Prignitz, Pau : Presses Universitaires de Pau et des pays de l’Adour, coll. « Linguiste et littérature », 2012.

Publications en ligne dans le Français aujourd’hui https://www.cairn.info/publications-de-MOUREY-Laurent–48600.htm

Un article sur le poète Serge Pey : http://sergepey.fr/internationale/laurent-mourey/

Une longue recension sur Langage et relation de Serge Martin : http://www.arabesques-editions.com/revue/essais/article192912.html

Il anime la revue Résonance générale avec Serge Martin et Philippe Païni.

Publications poétiques :

C’est pourquoi voler, Montluçon, Contre-allées, coll. « Lampe de poche », juin 2014 (voir : http://revue-resonancegenerale.blogspot.fr/2014/08/un-livre-de-laurent-mourey-ou-passer-sa.html et http://www.lacauselitteraire.fr/c-est-pourquoi-voler-laurent-mourey)

D’un Œil, le monde, photographies et dessins de Charlotte Hatté, Mont-de-Laval, L’atelier du grand tétras,  2012 (voir: http://martinritman.blogspot.fr/2012/11/tes-yeux-donnent-la-voix.html).