Le Français aujourd’hui n° 189 : école/collège ; FLES/CAPES ; poésie

9782200929770-001-GDans le numéro 189 de la revue Le Français aujourd’hui (http://www.revues.armand-colin.com/lettres-langue/francais-aujourdhui) de juin 2015, on peut lire d’intéressantes contributions concernant le passage de l’école au collège, qui toutes concernent à un titre ou un autre nos recherches en didactique des langues pour tenter d’éviter les fractures linguistiques et/ou culturelles parfois durcies par certains dispositifs (historiques, institutionnels mais aussi didactiques). Les responsables du numéro (Isabelle de Peretti et Lydie Laroque) regrettent « une légère prédominance du pôle littéraire »: c’est dire que les membres de REDILA doivent aller y voir !

Outre cet excellent dossier thématique, on ira peut-être d’abord lire en varia l’article de Valérie Spaëth : « Genèse, enjeux et configuration de l’option FLES du CAPES de Lettres modernes » (p. 99-109). Je conseille vraiment à tous les membres et lecteurs de REDILA de lire ce premier bilan d’une expérience que notre collègue et directrice du DILTEC a conduite en tant qu’auteure du premier rapport FLES du concours suite à l’entrée d’une option FLES au sein du Capes de lettres modernes, entrée qui « constitue à la fois pour le concours une orientation nouvelle et pour la discipline FLES une opportunité intéressante ». Très belle contribution à une « histoire du FLES » qui « est loin d’être linéaire »…

Je voudrais également signaler la chronique poésie dorénavant prise en charge par un professeur de collège et ami, Yann Miralles, qui continue le travail d’une lignée de professeurs de français attentifs à la poésie depuis Georges Jean : Daniel Delas, Tristan Hordé et moi-même, qui avons assuré la rédaction de cette chronique pratiquement depuis les débuts de la revue (voir http://www.armand-colin.com/la-poesie-plusieurs-voix-9782200246266). Merci à Yann Miralles qui continue la chronique avec, dans ce numéro, « Emmanuel Laugier, des façons d’être crâne » (reprenant l’expression de Georges Didi-Huberman, Être crâne. Lieu, contact, pensée, sculpture (Penone), Minuit, 2000) et que tous les REDILA lisent  régulièrement sa chronique (sur E. Laugier, du même Miralles, voir Emmanuel Laugier, une poétique de l’empreinte).

Enfin, Sun Nyeo Kim, membre de REDILA a rédigé une note de lecture (p. 131-132) concernant mon ouvrage, Poétique de la voix en littérature de jeunesse : un grand merci à elle !