Lecture partagée de l’oeuvre de Michel Foucault : matinée du 10 novembre

Le 10 novembre 2017 à partir de 9 heures, en salle DILTEC (4e étage du 46, rue Saint Jacques – Paris 5e), rencontre autour de l’oeuvre de Michel Foucault animée par les doctorants de Serge Martin : chacun vient avec son Michel Foucault et le présente pendant 10 mn puis une discussion s’instaure. Ce sera l’occasion de faire le point sur un des auteurs incontournables de nos recherches autour de notions-clés telles que celles d’ archive, d’archéologie, de subjectivation, de langage, de folie, de sexualité, d’éthique et de pouvoir…

Nous tenterons d’examiner ce que fait Foucault à nos recherches et ce que nos recherches font à Foucault…

 

Raymond Depardon : Les Habitants et les enjeux du silence

Raymond Depardon : Les Habitants et les enjeux du silence

 

Le projet du film Les Habitants est présenté par Raymond Depardon en voix off au début : « Du Nord au Sud, de Charleville-Mézières à Nice, de Sète à Cherbourg, je pars à la rencontre des français pour les écouter parler ». Le concept de parole est donc immédiatement imposé au spectateur. Avec lui, se dessine un cadre premier de communication : deux individus qui vont échanger durant quelques minutes sous l’œil d’une caméra. Pourtant le verbe utilisé par le cinéaste dans cette première phrase oblige le spectateur à remettre en cause ce qu’il s’apprêtait à regarder. En effet, il énonce « je pars à la rencontre ». Cette locution « Je pars » est répétée deux autres fois au cours des 2’45’’ de paroles off de R.Depardon. Autrement dit, il requiert une attitude de réception qui nous installe dans une posture de voyageur, digne de Montesquieu[1].

Lire la suite

Anthropologies de la rencontre | Eric Chauvier, Raymond Depardon

Question de terminologie

Le terme enquête, enqueste1 en ancien français, signifiait la recherche. Ce terme provient du latin inquaerere correspondant au verbe enquérir. Le préfixe en- vient du latin in-2 signifiant ainsi « dans ».Le chercheur est celui qui enquête, il part à la recherche d’éléments qu’il prend, dont il se charge. Il les insère ensuite dans sa recherche comme des ingrédients indispensables à sa recette. L’idée d’incorporer effleure cette définition. L’auteur de l’ouvrage Anthropologie a vécu une expérience d’incorporation de l’objet de l’enquête. Si l’on suit le même raisonnement étymologique qu’avec enquérir,  incorporer est un terme signifiant « prendre dans son corps ». Ici, c’est l’idée du corps latin et/ou allemand3 dont il est question, autrement dit le corpus/korpus. Eric Chauvier a créé un corpus à partir d’un objet de recherche qui s’avère être un sujet.


Lire la suite

Luisa Campanile : théâtre et écriture

De retour de Lausanne… j’y ai rencontré Luisa Campanile qui animait un atelier dans le cadre de la journée « Explorer la poésie en classe » à la HEP Vaud : une découverte littéraire et artistique que j’aimerais partager avec vous au moyen de quelques liens et d’une parution à l’école des loisirs :

http://www.theatre-video.net/video/Entretien-avec-Luisa-Campanile-pour-Generation-s-29e-Francophonies-en-Limousin

Luisa Campanile

Née à Sion en 1973, de parents italiens.

D’abord licenciée en psychologie de l’Université de Genève, elle étudie au Conservatoire de Lausanne avant de devenir assistante à la mise en scène pour des spectacles crées notamment au Piccolo Teatro de Milan.

A son tour, elle devient metteuse en scène et fonde le Collectif Iter qui se distingue en Suisse romande par des créations interactives, comme «La Confession», «Le Voyage» et «Les Voix humaines».

Comédienne, elle joue également dans des téléfilms, comme «L’Homo Sapiens» de Jacques Malaterre.

Elle mettra en scène prochainement «Loin», un spectacle qui prend appui sur des textes du poète irakien Youssef Saadi.

Son livre «Flux migratoires» est publié aux éditions Xenia, Vevey.

http://www.swissinfo.ch/fre/culture/devenir-suisse–une-drôle-d-affaire/7323562

FRICHE (LA)

 

Luisa Campanile (Auteur)

12 À 16 ANS
THÉÂTRE

Six adolescents prennent possession d’une friche industrielle pour pouvoir se retrouver entre eux. Arol rêve d’y faire pousser des fleurs et déclare son amour à Emma, la rebelle ; Sammy, entre deux livraisons de pizzas, passe y faire un tour.

Le jour où Emma fait des vidéos de la Friche, le conseiller municipal prend les choses très au sérieux ; ces adolescents deviennent dangereux, les journalistes s’en mêlent. Vite, il faut organiser quelque chose, n’importe quoi, pour séduire cette jeunesse désoeuvrée, sinon ça va mal finir.

Explorer la poésie en classe : Lausanne le 20 mars 2017

http://www.hepl.ch/cms/accueil/actualites-et-agenda/actu-hep/explorer-la-poesie-en-classe.html?v=1392752313000/_/jcr:system/jcr:versionStorage/b0/0e/84/b00e844e-47ec-4be5-a96c-2f282133bffb/1.2/jcr:frozenNode%3Fv=1392752313000/_/jcr:system/jcr:versionStorage/b0/0e/84/b00e844e-47ec-4be5-a96c-2f282133bffb/1.2/jcr:frozenNode

 

 

La langue de Franz Boas

Laplantine, Chloé. 2017. La langue de Boas. Quelques remarques à propos de l’écriture de Franz Boas. History and Philosophy of the Language Scienceshttps://hiphilangsci.net/2017/02/16/la-langue-de-boas

Excellent billet à lire pour préparer la séance du 16 mars 2017 (14-16 à Censier, salle 410) du séminaire « sens du langage » consacrée à la notion de « point de voix ».

Energies organisées – John Dewey –

« Buts sous-jacents et 
expériences partagées… »
(expression empruntée à Carla Campos lors du Colloque John Dewey)
Afficher l'image d'origine
 

…que l’on peut inverser, afin d’affiner notre idée de ce que pourrait être la transmission d’une forme de littérature. Ainsi, nous nous trouvons en présence de buts partagés et d’expériences sous-jacentes.

Expériences d’écoute (16 novembre 2016) : réactions de participantes

On trouvera des réactions sous forme de « comptes rendus risqués » (expression de Bruno Latour) à ces adresses – un grand merci aux rédactrices de ces billets :

Yiheng WANG, « Ecoute de soi et de l’autre » : https://arlap.hypotheses.org/7736

Johanna CLAUSSE, « Ecoute : une projection en soi et vers les autres » : https://arlap.hypotheses.org/7732

Floriane GONIDEC, « Eloquentia : expérience d cela prise de parole, de l’importance d’une écoute » : https://arlap.hypotheses.org/7708

Liu YANG, « Ecoute : une action ou une attitude ? » : https://arlap.hypotheses.org/7688

 

Il ne s’agit pas de lire

«L’écoute de ce qui ne peut s’entendre»

Serge Martin

 

Atelier-communication animé par Serge Martin lors de la journée d’écoute à la Maison de la Recherche.

Cet atelier s’est proposé d’être une forme de mise en mouvement du texte de James Sacré Un effacement continué ?, datant de 2009. Chaque participant a reçu un extrait daté du texte de J. Sacré, de telle sorte que la feuille se présentait ainsi : texte, date, page. Pour contextualiser un peu cet atelier, nous recevons notamment la quatrième de couverture du livre de l’auteur qui nous dévoile un peu de sa vie mais aussi de son oeuvre. Il est auteur de poésie et a récemment publié, en 2016 : Figures qui bougent un peu. Il m’apparaît alors que le mouvement est déjà par deux fois apparu chez cet auteur. Pourtant, il m’est inconnu. On apprend ensuite que c’est un vendéen émigré à Montpellier. Ce livre Un effacement continué ? est la suite d’une exploration de sa relation avec son père commencée avec Portrait du père en travers du temps.

Ainsi préparée, j’ai lu… Lire la suite

Une journée d’écoute rue des Irlandais

originalNotice biographique

Chercheuse diplômée d’un master de Didactique du Français Langue Étrangère spécialité “illettrismes, interculturalité et FLE/FLS”, délivré par la Sorbonne Nouvelle, dont l’intérêt réside dans les carnets d’écriture qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain pour le mémoire : Le carnet d’écriture, pédagogie de la proposition.

1. Que se passe-t-il avant le mémoire ?

Les carnets d’écriture sont d’abord une pratique observée et vécue : j’ai été témoin de nombreuses formes d’écriture en carnet, calepin, agenda, bloc-notes, journal, cahier, listes, etc à travers mon travail; et je suis moi-même en relation avec cette forme d’écriture de soi. C’est ainsi l’alliance de choses d’intérêt professionnel et personnel. Lire la suite

Courtes expériences pour vivre/penser l’écoute avec James Sacré

Courtes expériences pour vivre/penser l’écoute lors de la journée d’études « Expériences d’écoute » à la Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle le 16 novembre 2016, avec le livre de James Sacré : Un effacement continué ? (La Dragonne, 2016)

9782913465985_1_75

Cet atelier de littérature permet en une séance de parcourir un livre de poèmes (contrairement aux habitudes où la classe s’arrête sur un poème alors que celui-ci est pris à un ensemble que la classe ignore) et de laisser place à un pluralité de réénonciations (dire, lire, écrire) pour que la lecture devienne une activité pleine d’élans. Ici, on cherche surtout à pratiquer une écoute attentive aux silences du texte, des lectures – à ce qui ne peut se dire à voix haute et claire…

Voyager m’emporte aussi vers toi, vers

nulle part après lequel on court

Où l'(on arrive toujours : on devine que c’est là tout près

Pas la peine de prendre un bateau, de s’en aller…

C’est là tout près mais la vie n’en dit jamais rien, jamais

Je saurai où ça sera, demain

Tout à l’heure et sans doute

Ailleurs qu’avec toi. Nous ne serons plus

Que poussière du temps sans pensée

Ni sentiments. Ensemble?

(5 septembre 2012; 13 octobre 2012)

  1. Titrer des fragments

img_7606Le livre comprend une série de poèmes qui font un ensemble chronologique sur plusieurs années (de 2008 à 2013) dont on ne peut isoler chaque poème ; aussi faut-il chercher des liens : le premier serait de titrer les poèmes qui n’offrent pas de titre et ainsi de réaliser comme un sommaire du livre; une manière de lire tout le livre par les titres donnés par les lecteurs.

Distribution d’un poème par personne. Donner un titre (l’écrire sur une feuille blanche au feutre avec en bas le numéro de la page du poème). Venir l’afficher sur un mur puis dire à voix haute les titres trouvés dans l’ordre des pages.

A cause qu’ayant dormi dans l’inconfort

(Mais pas si mal

Dans les fauteuils pas doux de l’aéroport)

J’ai pensé

A tout le vivre de peu dans ta vie

Rudesse que tu aimais je crois

Comme un défi à je sais pas quoi.

Maintenant dans la mort c’est comment

Le confort de ton cercueil?

(19 octobre 2010)

Les deux ateliers qui suivent en parallèle :

2. Associer-monter des hétérogénéités

img_7607S’associer à 3 avec chacun son poème (reçu en 1) et proposer une ligne extraite du poème aux autres, mettre ensemble les trois lignes, puis proposer chacun un montage de ces 3 lignes vers un nouveau poème – on peut couper, coller, déplacer tout le matériau initial. Ecrire les 3 poèmes obtenus sur des feuilles (bien noter les références des pages d’origine tout en haut des feuilles). Lecture à voix haute des réalisations en faisant tourner les groupes.

 

 

Tu n’étais ni Léonard ni Michel-Ange

Mais que serait le sourire de la Joconde

Sans les mirabelles du fond de ton jardin?

(18 octobre 2010)

img_7609

3. Trouver des résonances

Cinq groupes de 3 personnes autour des cinq poèmes suivants (p. 29, 60, 61, 88 et 110) préparent la lecture à voix haute de chacun de ces poèmes. Chaque groupe a trois chaises, puis deux, puis une et va redire le poème au moins 3 fois…

 

 

Je ne cherche pas un père

Je ne cherche pas le père que j’aurais voulu avoir

Je cherche le père que j’ai eu.

(11 juillet 2009)

 

img_7605Conclusion :

On échange pour essayer de cerner quelques pistes d’écoute de l’écoute : par la reformulation ; par la confrontation ; par le montage ; par les échos, les dissonances et les résonances ; par les oublis et les mémoires ; par les reprises et les déprises. Il s’est agi de trouver un maximum d’élans vers toujours plus de réénonciations pour que le poème ne soit plus une denrée mais une énergie, une énonciation toujours en soulèvement d’air vif. On cherche à voir les voix pas seulement multiples, mais par une pluralité (le pluriel de chaque voix et de toutes les voix) où la résonance de l’une à l’autre fait « éternel concert ». Voir Péguy : « comme un peuple de langages, comme un concert de voix qui souvent concertent et quelques fois dissonent, qui résonnent toujours. Et qui n’existent et ne méritent que comme donnant une résonance » (Pléiade II, p. 659 et 663).

L’écoute se constitue comme reprise d’une voix dans sa voix ; on ne peut la séparer de l’écriture ou de la lecture qui, en train de se faire, seraient l’écoute de ce qui vient et qu’on ne connaît pas.

On s’est essayé à passer de la communication (d’informations, d’énoncés, de savoirs) à la relation (des rapports d’énonciations, de voix, d’écoute). On a cherché à passer de la compréhension/interprétation des œuvres aux œuvres continuées dans toutes les voix-vies. Plutôt qu’à vérifier des transports d’énoncés, on a cherché à travailler (à) des rapports d’énonciation.

A quel endroit de ce monde maintenant

Pourrait-on rencontrer ton visage

Ton visage et ton corps

Avec son passé qui fut vivant?

Ce que j’entends

C’est le seul bruit des mots

Donnés comme épaisseur noire du monde, et restant

Dans l’inconnu

De ce qui fut pourtant visible et vivant.

(29 décembre 2013; 5 avril 2014)

Quelques références pour continuer :

Olivier Mouginot, « Un grand atelier du poème », carnet de recherche ATELIT :  https://atelit.hypotheses.org/1303

Serge Martin, Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université, L’Harmattan, 2014.

Serge Martin, Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache, Taulignan, Marie Delarbre éd., 2016.

et un ensemble de billets sur le carnet « Voix et relation » concernant James Sacré : https://ver.hypotheses.org/?s=james+sacré

A tout va ! Journées Gabily

Trois Journées d’hommage à Didier-Georges Gabily

auront lieu samedi 12, dimanche 13 et lundi 14 novembre 2016

au théâtre Monfort.

L’occasion de créer et/ou récréer, découvrir et/ou redécouvrir un puissant théâtre-roman-poème qui fait relation de voix.

Nous N’irons Pas Plus Loin présentera Violences, Corps et Tentations, samedi 12 à 14H. Avec Simon-Elie Galibert, Charlotte Guennoc, Camille Plantevin, François Piel-Julian, Lucas Gonzalez, Cyrielle Rayet, Antoine Gautier.

Entrée Libre. Réservations au 01 56 08 33 88.

programme-complet-hommage-gabily1 programme-complet-hommage-gabily

Langue étrangère et étrangéisée – Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

« Langue étrangère et étrangéisée – Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ? »
SÉMINAIRE DOCTORAL ANNUEL – PLIDAM EA 4514
AXE 4 : Littérature et culture en didactique des langues
Responsable du séminaire : Frosa Pejoska-Bouchereau, PU, INALCO-Sorbonne Paris Cité
Programme du premier semestre

Vendredi 21 octobre 2016
Auditorium 17h à 19h
Georges-Arthur Goldschmidt
À l’insu de Babel

Mercredi 16 novembre 2016
Auditorium 18h à 20h
Jean-René Ladmiral
Traduction littéraire, traduction littérale ?

Vendredi 16 décembre 2016
Auditorium 17h à 19h
Jean-Claude Carrière
Quand le texte migre de support en support à la recherche d’une mise en sens. Le Mahâbhârata par Jean-Claude Carrière : traduction, théâtre, film, roman.

Jeudi 05 janvier 2017
Salle 3.03 – PLC 17h à 19h
Frosa Pejoska-Bouchereau
Littérature et étrangéisation
Vendredi 24 février 2017
17h à 19h, salle 5.09 – INALCO Les Grands Moulins
 
Delphine GRASS
                        « Le multilinguisme littéraire comme avant-garde »
 
 

 
Vendredi 24 mars 2017
17h à 19h, salle 5.09 – INALCO Les Grands Moulins
 
Banu Akin
 
« Etrangère à l’autre et étrangère à soi : un “double exil” raconté au féminin dans des romans d’écrivaines arabes aux USA et maghrébines en France »
 


 
Vendredi 28 Avril 2017
17h à 19h, salle 5.09 – INALCO Les Grands Moulins
 
Françoise WOLF-MANDROUX
« Littérature des minorités » : quelles minorités ? Quelle littérature ? Quelle
langue ? Réception de cette littérature, stéréotypes autour de l’image de l’Indien. Cas particulier de la littérature amérindienne, des États-Unis.
 
 
 
Mardi 30 Mai 2017
17h à 19h, salle 5.09 – INALCO Les Grands Moulins
 
Eve-Marie ROLLINAT-LEVASSEUR
« Écritures théâtrales et pratiques théâtrales dans l’apprentissage des langues
Etrangères »
 

 
 
Vendredi 30 Juin 2017
17h à 19h, salle 5.09 – INALCO Les Grands Moulins
 
OLGA ANOKHINA
« Les stratégies d’écriture des écrivains plurilingues »
 
 
Plus d’info sur : http://www.inalco.fr/evenement/langue-etrangere-etrangeisee-aborder-traduire-enseigner-nouvelles-litteratures
Source: http://www.inalco.fr

 

Le langage et l’homme n° 1

9782806635723r

REPRÉSENTATIONS DU FRANÇAIS ET MOTIVATIONS DES ALLOPHONES À L’APPRENDRE ET À L’ENSEIGNER

2016 – 1
Le Langage et l’Homme n°1
Geneviève Géron
Numéro coordonné par Jean-Marc Defays et Geneviève Geron
EME Editions
Le Langage et l’Homme
LANGUE  DIDACTIQUE 

Né en 1966, Le Langage et l’Homme est une revue aujourd’hui consacrée à la didactique du français. Elle entend promouvoir des innovations et des partenariats, et diffuser des recherches et des outils dans le domaine. Située au carrefour de plusieurs disciplines – sciences de l’éducation, psychologie, sciences du texte et du langage, anthropologie, ethnographie et sociologie -, elle tente de mettre un certain nombre de concepts en rapport avec des pratiques de terrain.

La didactique entre langue, littérature et culture

Date : jeudi 14 avril 2016 Heure : 14h.-16h. Lieu : centre Bièvre, 1, rue Censier, 3e étage

Dernière séance du séminaire doctoral (ouvert à tous) de cette première année de réflexion sur la thématique « Penser/enseigner le sens du langage » avec Jean-Louis Chiss et trois doctorantes de l’ED 268 à partir du texte suivant de Jean-Louis Chiss : https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2009-4-page-27.htm

Cet article, « Les humanités entre langue, littérature et culture » publié dans le numéro 167 de la revue Le Français aujourd’hui en 2009, revue dont Jean-Louis Chiss a été rédacteur en chef, permettra à Carla Campos Cascales (doctorante contractuelle sous la direction de S. Martin), à Coraline Pradeau (doctorante contractuelle sous la direction de J-L Chiss) et à Sonia Delmas (doctorante sous la direction de JL Chiss) d’interroger, à partir de leurs propres axes de recherche, Jean-Louis Chiss dont on connaît l’intérêt pour penser le continu des langues, des littératures et des cultures à partir de la didactique des langues, et donc « le sens du langage » (Humboldt) comme orientation d’une « théorie du langage » (Saussure) au plus près des expériences des élèves, des enseignants et des chercheurs à partir des « problèmes » (Benveniste) de l’enseignement-apprentissage de « langues-cultures » et surtout d’une « culture des langues » (Chiss).

9782200925765-GNous verrons ainsi comment les recherches de ces trois doctorantes (re)configurent ce que Chiss appelle dans cet article un « malaise dans la classification », malaise illustré exemplairement par la tension du culturel et du fonctionnel en didactique des langues. Mais d’autres tensions seraient aussi à l’oeuvre, selon Chiss, qui traversent les politiques (et didactique) des langues, y compris à travers l’injonction très actuelle du plurilinguisme et du pluriculturel : bref, ce sont les idéologies linguistiques, toujours à l’oeuvre et donc toujours à historiciser, qu’il faudrait pointer pour percevoir les conditions d’un penser/enseigner le sens du langage. Jean-Louis Chiss reviendra, à partir de cet article de 2009, sur ce qui depuis lors lui semble constituer des leviers nécessaires à la didactique des langues pensée dans et par une théorie du langage. Une belle séance en perspective fermant ce premier round du séminaire avant que ne s’ouvre le second l’année prochaine…

Légendes à l’essai d’images / Images à l’essai de légendes – Une expérience collective de traduction de photographies.

Légendes à l’essai d’images / Images à l’essai de légendes – Une expérience collective de traduction de photographies. 

        Note : Les montages ci-dessous ont été réalisés à partir de légendes proposées par 30 participants adultes du colloque « Paroles de passage » ainsi que 30 élèves de 4e du collège Condorcet (Paris). Après plusieurs séances de réflexion menées sur les différents types de légende et sur l’activité d’écriture qui peut naître de la lecture d’une image, les élèves se sont prêtés avec intérêt à l’activité de légende de ces trois images. Un échange oral a suivi la distribution des légendes données par les participants du colloque une semaine plus tôt.

J’ai choisi de ne pas dissocier les légendes ‘adultes’ des légendes ‘enfants’, d’autant que ces dernières étaient d’une richesse telle qu’elles s’inscrivaient parfois davantage au jeu de l’atelier d’écriture, s’éloignant du rapport de pur commentaire/duplicata de l’image associée.

Tous titres, Camino juillet 2015 Adèle Godefroy (1)

           Intervention donnée dans le cadre de la journée d’étude du 7 octobre 2015 organisée par l’équipe LAPAD du DILTEC EA 2288 avec le soutien de l’ED 228 – Paris III, Sorbonne-Nouvelle. Je remercie particulièrement Serge Martin et son équipe de m’y avoir chaleureusement associée.

       Après être partie parcourir près de 650 km sac à dos, appareil en main sur le « camino del Norte », une des branches du chemin de Compostelle, j’aurais pu écrire une communication sur ce lieu de passages : où, chemin faisant, le pèlerin a tout loisir de découvrir non seulement des ouvrages de liaison (routes, ponts, chemins qui relient les hommes entre eux) mais surtout des traits d’union de langage tissés entre les hommes. J’aurais pu dire combien en l’absence de passage, c’est la parole qui fait passer le doute, quand perdu, on ne peut qu’en faire usage dans l’échange avec les autres (compagnons, locaux des villages traversés), dans l’échange avec soi-même, dans le silence aussi.

       J’aurais pu parler de cette espèce de microcosme d’Europe possible, et effectivement réalisé sur le Camino, où seules les conversations essentielles demeurent : le français absent, l’allemand ou l’espagnol (tout dépend des pèlerins présents) limite le grand déballage des mots, et privilégie les réflexions plus notionnelles, plus philosophiques, plutôt que les simples commentaires de passage sur le quotidien soigneusement laissé au départ. On parle moins de sa vie que de la vie qui passe, moins de ses problèmes personnels que de l’humain en général et de ses dérives, moins de l’universel labellisé que de l’impalpable, du vécu. L’intraduisible a le droit à l’effort de traduction et chaque mot demande parfois une recherche minutieuse, une fouille, jugé suffisamment « juste », avant de passer dans notre bouche puis dans celle de l’autre qui l’a compris. Partage et soin particulier des mots sont de règle sur le camino où l’on apprend à s’écouter, se dire et se transmettre à l’autre.

        Partie en juillet 2015 avec dans mon sac à dos le titre du colloque qui nous a rassemblé le 7 octobre 2015 « Passages de paroles, paroles de passage », j’ai pensé à comment dire le passage, le lent et difficile passage éprouvé par le corps au rythme de la marche, la transition de chacun des pores de votre peau à un autre état, en mouvement incessant (qui mieux que le pèlerin fait sienne cette notion de passage, lui qui ne s’arrête pas, ne s’installe pas dans le confort le temps même d’une étape, mais poursuit, inlassablement, sa route au petit matin ?). Le pèlerin apprend la trace, supporte les voix, les englobe et les intègre, devient témoin vivant de vies multiples dont il a entendu les récits sur son chemin tout autant qu’expression de son environnement auquel il se fond, véritable passeur entre le dedans et le dehors, alerte au moindre craquement de brindilles dont il a appris à déceler la nature..

      Au lieu de cela je préfère les images, qui sont plus silencieuses et plus bruyantes à la fois. Ou plutôt, il me semble que vos « paroles de passage » pourraient y trouver l’occasion de laisser une trace, de trouer davantage encore ces notions auxquelles nous avons réfléchi ensemble. Après une lente réflexion, j’en ai sélectionné quatre. Chacune d’entre elles va être le lieu d’une opération de translation image/texte qui vous est propre : vous les visualiserez en silence, et je vous demanderai d’en donner votre ‘traduction’. En vous demandant de penser la traduction comme un passage, le mouvement d’un objet d’un point à un autre, un dé-ménagement temporaire de l’image à votre langage et donc la métamorphose qui l’accompagne. Je vous transmets ces images inédites nées de 630km d’expérience, de pauvreté et de dénuement. Et comme toute transmission qui s’accompagne d’une perte irrémédiable, s’ouvre en retour un espace à la création et à la transformation où il n’y aura pas de toute façon, de ‘bon’ interprète : nous sommes tous occupés par l’éveil de sensations qui sont intimement liées à notre histoire, à notre camino personnel.

Pourquoi l’image ? Les études de la perception nous ont montré que la première saisie d’une image se fait selon un parcours aléatoire, bien différent de celle que l’on met en œuvre au cours d’une page de lecture. Plus précisément, il n’y a pas de « sens de lecture » dans le cas d’une image. En ce sens, la mise en ordre des signifiants auxquels nous invitent les manuels scolaires (par exemple dans le cadre de l’étude que j’appellerai ‘’primaire’’ d’une photographie), si elle ne se limite pas à décrire la composition d’une image, va commencer à effleurer d’autres noyaux de signifiance, plus instables, plus flous, et surtout moins univoques.

         Dans les termes de Walter Benjamin, je veux croire qu’une traduction s’adresse d’abord à des lecteurs qui ne comprennent pas, de facto, la source originale[1]. En d’autres termes, parce que vous, comme moi, ne communiquez pas directement à partir de l’image, parce que vous, comme moi, vous avez besoin d’un temps pour la traverser, alors vous comme moi êtes capables, à défaut de la traduire, de l’effleurer. C’est déjà beaucoup. Ajoutons que depuis que la photographie n’est plus « unique apparition d’une réalité lointaine[2] », depuis que l’avènement de la modernité a précipité le « dépérissement de l’aura[3] », l’image désacralisée est rendue surtout accessible à tous, elle est sujette à tous les discours et sa légende n’appartient pas plus à moi qu’à vous. Avec l’utilisation de ce medium profondément démocratique dans le cadre d’une classe, c’est bien ce fourmillement d’interprétations qui deviendrait alors problématique si l’on prenait le risque de se mettre à son écoute.. Nous sommes alors bien éloignés des exercices uni-cellulaires où l’image deviendrait le point de convergence de paroles à l’origine multiple mais qui finissent par trouver un chemin commun, une langue, le fameux ‘’commentaire de l’image’’.

       Mais je reviens au terme « démocratique » au sens où l’entend quelqu’un comme Jacques Rancière. A partir du moment où l’on décide de faire de l’espace de l’image un lieu de passage de paroles, il est effectivement démocratique : des corps parlants vont revendiquer une parole et la scène de l’image va devenir le lieu idéal de « partage du sensible » : en vous faisant passer dans l’espace d’une image, et en vous donnant du temps pour la traverser, je veux croire en un espace commun et redistribuer les rôles de la création photographique ; en parlant sur l’image vous mettez non seulement en jeu le logos mais avec lui le fait même de l’humanité qui est de travailler à un carrefour commun. Dans les termes de Rancière, mon refus de confier à mes images aucun message, cette « égalité d’indifférence » est « la conséquence d’un parti pris poétique: l’égalité de tous les sujets, c’est la négation de tout rapport de nécessité entre une forme et un contenu déterminés. Mais cette indifférence, qu’est-elle en définitive sinon l’égalité même de tout ce qui advient sur une page d’écriture, égalité qui détruit toutes les hiérarchies de la représentation et institue aussi la communauté des lecteurs comme communauté sans légitimité, communauté dessinée par la seule circulation aléatoire de la lettre?[4] »

      Pas question pour nous de mettre en œuvre des compétences spécifiques, qu’elles soient linguistiques (vous ne me parlerez pas de profondeur de champ, de codes de la perspectives), textuelles (vous ne chercherez pas à établir des articulations entre les images qui seront simplement juxtaposées) ou encore culturelles (je ne vous parlerai pas du Camino et des 600km parcourus, mais vous entendrez quand même les photographies). Quelle chance ! Un exercice qui ne demande donc aucune capacité a-priori ? Prenons garde, tout de même, de tomber dans un piège : celui de croire que décrire une image est aisé puisqu’on attend de nous une lecture qui en soit immédiate. Ce décodage de notre propre magma de pensées est d’autant plus difficile qu’il ne s’accordera pas complètement avec l’image, parfois même il s’en détachera pour devenir un discours autonome. Votre traduction de l’image saura faire preuve de fidélité tout autant que de liberté, à l’image d’une empreinte devenue autonome.

Tous titres, Camino juillet 2015 Adèle Godefroy (2)

     Nous avons donc pris le risque d’entendre ces pensées de passage, ces légendes magmatiques, ce langage encore informe, qui grâce au support de l’image va trouver de quoi se fixer, pour un temps. Wallon et Piaget ont souligné combien le développement de la perception de l’image progresse parallèlement à l’acquisition du langage chez l’enfant, de même que l’apprentissage de la lecture s’accompagne de la maîtrise de la signification véhiculée par une image. Mêmes opérations mentales d’abstraction ‘naturelles’ pour lesquelles, nous dit depuis longtemps Aristote, nous prenons un infime plaisir. Raison de plus pour s’y être laissés embarqués, et avoir passé la rive.

       Ainsi, nous avons tenté une lecture collective née de voix particulières, lecture qui est moins décodage de sens que mise en lien de pensées plus « archaïques[5] », moins analytiques que celles de la parole, plus ‘’brouillons’’ que celles de l’écriture. Je vous ai demandé de légender comme on pense, de légender comme on rêve, à la frontière de la parole et de l’écriture. Pour qu’elles demeurent dans leur état d’insaisissables,  j’ai attendu de vous des voix de passage, qui s’accrochent pour quelques secondes sur ces petits papiers de rien du tout que j’ai distribués à partir desquels nous avons tracé ensemble un chemin d’écriture. 

Ça tombe bien, j’ai toujours eu des problèmes pour légender mes images. L’original de votre ‘’traduction’’, mon image, est venu mûrir, et comme vos voix, parce qu’elles sont réunies, ont su trouver une complétude, mon propre langage photographique va être amené à se modifier. Vous êtes donc passés, mais en laissant des traces, car ce lieu de l’image est par excellence hospitalier : vous avez été son hôte ce 7 octobre 2015, et ceci à merveille, merci !

Tous titres, Camino juillet 2015 Adèle Godefroy (3)

Adèle Godefroy

[1] « Mais ce qui dans une œuvre littéraire se situe en dehors de la communication – et même le mauvais traducteur concède que c’est l’essentiel – n’est-il pas considéré en général comme l’insaisissable, le secret, le « poétique » ? Ce que le traducteur ne peut rendre qu’en faisant lui-même œuvre de poète ? » in La tâche du traducteur (1923)

[2] Walter Benjamin, « Sur quelques thèmes baudelairiens », in Œuvres III, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2000.

[3] Walter Benjamin, « Petite histoire de la photographie » (1931), in Œuvres II, Paris, Gallimard, coll. « Floio », 2000.

[4]  Jacques Rancière, « Le partage du sensible », Interview in Multitude, 2007.

[5] François De-La-Bretèque, « Image, Lecture et Didactique », Tréma [En ligne], 2 | 1992, mis en ligne le 01 décembre 1992, Consulté le 14 mars 2015. URL : http://trema.revues.org/2402 ; DOI : 10.4000/trema.2402