Quelques lettres… et refaire le monde; Atelier d’écriture.

Présentation du livre et de l’établissement de

La Boîte à mots:

LA BOÎTE À MOTS Ateliers d’écriture épistolaire entre enfants et adultes Quelques lettres… et refaire le monde Laurent Marty

LA BOÎTE À MOTS – Ateliers d’écriture épistolaire entre enfants et adultes – Quelques lettres… et refaire le monde

Laurent Marty – Préface de Marie Desplechin, L’Harmattan, 2003.

La Boîte à Mots est une œuvre un peu magique, à la fois utile et belle. Des enfants écrivent à des adultes. Les adultes, répondants bénévoles, leur écrivent en retour. Et l’on découvre, à la grande satisfaction des uns et des autres, le plaisir de l’art épistolaire. Tout en tissant tranquillement le fil des générations, la Boîte à Mots offre aux adultes un lieu d’échange d’une étonnante qualité.

L’établissement de La boite à mots dirigé par Isabelle SAGNET à Lille.

La Boîte à Mots est une boîte aux lettres un peu différente de celles que nous connaissons. Elle est un intermédiaire confidentiel dans le cadre d’une discussion intime entre des enfants et des adultes. Elle est née de l’ambition de créer une action de prévention spécifique dans le cadre du droit à l’expression (art 13 de la Convention Internatio- nale des Droits de l’Enfant). Elle intervient auprès d’un grand nombre d’enfants, avec une attention particulière pour ceux en difficulté, mais sans les isoler des autres. C’est une autre manière d’établir des relations entre des enfants et des adultes bénévoles, grâce à la mise en place d’une correspondance. Ainsi, depuis 1996, l’équipe des facteurs de la Boîte à Mots anime des ateliers d’écriture et de lecture dans des écoles, collèges, centres sociaux, terrains d’accueil des gens du voyage et foyers. Cette initiative se déroule en relation étroite avec les professionnels du monde éducatif du lieu qui accueille les ateliers.

Ateliers : une bibliographie in progress

http://popista.com/atelier/living-atelier/70567

http://popista.com/atelier/living-atelier/70567

Un numéro de revue : Perspective, la revue de l’INHA, n° 1 (« L’atelier. The workshop/studio »), 2014 (en ligne : https://perspective.revues.org/4295)

L’atelier est compris dans plusieurs temps et plusieurs espaces, de la fabrique en série des figurines antiques à sa dissémination géographique au XXe siècle avec des artistes multipolaires.

La notion d’atelier interpelle directement la recherche en histoire de l’art, mais la sociologie et la muséologie comme l’histoire économique et politique sont elles aussi mobilisées dans ce numéro qui tente une approche globale de ce concept et ce lieu.

Une excellente bibliographie réalisée par le réseau « Pratiques d’écriture créative à l’Université »: http://www.u-cergy.fr/fr/laboratoires/labo-crtf/reseau-pratiques-d-ecriture-a-l-universite/bibliographie–sitographie.html

Un très bon dossier du Musée national d’art contemporain, centre Georges Pompidou, autour de la notion chez quelques artistes : http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-atelier-artiste-contemporain/ENS-atelier-artiste-contemporain.html#atelier2

Dans toute l’histoire de l’art, l’atelier, qu’il soit connu par des témoignages de visiteurs ou par la représentation qu’en donnent eux-mêmes les artistes, reflète la nature des œuvres produites. L’un des plus célèbres, l’atelier de Pierre-Paul Rubens, avec son équipe d’assistants et la splendide collection d’objets d’art qu’il renferme, donne la mesure de la frénésie de l’artiste et de son énorme production. Gustave Courbet en fait le thème de sa toile l’Atelier du peintre, présentée comme un manifeste du réalisme à l’Exposition universelle de 1855, où il entend retracer « l’histoire morale et physique » de son atelier. « C’est, dit-il dans une lettre à Champfleury de l’automne 1854, la société dans son haut, dans son bas, dans son milieu. En un mot c’est ma manière de voir la société dans ses intérêts et ses passions. C’est le monde qui vient se faire peindre chez moi ».

Au 20e siècle, les ateliers successifs d’Henri Matisse ou de Picasso marquent les différentes époques de leur travail respectif [1]. Chez Picasso, Bateau-Lavoir est lié au Cubisme, l’atelier des Grands-Augustins à ses grands formats. Du côté de Matisse, la chambre de l’hôtel Regina à Nice suffit à évoquer les gouaches découpées.

L’atelier fait pénétrer le spectateur dans l’univers secret de la création : en découvrant ces lieux, il se glisse dans l’intimité de l’artiste et de ses œuvres.
Cet intérêt du public pour les coulisses de la création, certains artistes contemporains le thématisent et l’intègrent à leur démarche ou posture artistique. Ainsi, la Factory d’Andy Warhol, dont les photos sont largement diffusées, participe pleinement du mythe que l’artiste new-yorkais fait naître autour de sa personnalité. Claes Oldenburg, au début des années 60, installe son atelier dans une arrière-boutique où on peut le voir fabriquer ce qu’il met directement en vitrine l’instant d’après. Robert Filliou ouvre une boutique-atelier toujours fermée et Marcel Broodthaers expose une sorte de reconstitution de l’appartement où il travaille, faisant apparaître l’atelier comme un décorum nécessaire au stéréotype de l’artiste.
A travers ces initiatives, l’atelier se vide progressivement de sa matérialité en tant que lieu de production pour devenir un sujet d’interrogation sur les conditions d’apparition de l’artL’atelier se « conceptualise ».

Faisant suite au dossier intitulé Les œuvres et leurs contextes en lien avec l’accrochage des collections modernes [1], ce nouveau dossier retrace, pour la deuxième moitié du 20e siècle jusqu’à aujourd’hui, l’évolution du statut de l’atelier à partir de ces exemples marquants. Avec, en exergue, une sélection d’œuvres réalisées dans ces ateliers peu ordinaires et qui sont actuellement présentées dans l’accrochage des collections contemporaines du Musée.

Une bibliographie sur les ateliers d’écriture réalisée par le CRDP de l’Académie de Grenoble : http://www.cndp.fr/crdp-grenoble/IMG/pdf/2009.05-ateliers-d-ecriture.pdf

Cette bibliographie, réalisée à partir de celle d’Anne Eliès et Vincent Massart-Laluc publiée dans Lire au lycée professionnel n° 44, printemps 2004, par le CRDP de l’académie de Grenoble, est mise à jour et complétée par l’association À Livres ouverts et le CRDP à l’occasion de la journée professionnelle de la Biennale, le 14 mai 2009.

Volontairement sélective, elle s’adresse à tous les adultes médiateurs soucieux de mener à bien des ateliers d’écriture.

Quelques ouvrages, articles… sur la notion ou autour de notions proches :

  • AGAMBEN Giorgio, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, trad. M. Rueff, Paris, Rivages, 2007.
  • BELLOUR Raymond, La querelle des dispositifs. Cinéma – installations, expositions, Paris, P.O.L. 2012.
  • BON François, Le tiers livre, web&littérature_séries_ateliers_journal, http://www.tierslivre.net/
  • DEBLONDE Gautier, Atelier, 2014, Steidldangin Publishers, Göttingen (Allemagne)
  • DELEUZE Gilles, « Qu’est-ce qu’un dispositif ? », dans Michel Foucault philosophe. Rencontre internationale, Paris, 9, 10, 11 janvier 1988, Paris, Seuil, 1989, p. 185-195.
  • DEWEY John, L’art comme expérience (1915), collectif de trad. coord. par J.-P. Cometti, Paris, Gallimard, folio, 2010.
  • LOU-NONY Virginie, Ce qui ne peut se dire, L’atelier d’écriture à l’épreuve du silence, Actes Sud, 2014.
  • MECSHONNIC Henri, « la poétique, sans la société » et « Enseignement, séminaire », Les Etats de la poétique, PUF, 1985, p. 263-274. Initialement paru dans Esprit, nov-déc 1978, p. 182-187.
  • MONDZAIN-BAUDINET Marie José, « Atelier », Encylopaedia Universalis, nº3, Paris, 2008, p. 317-322.
  • NOIRET G. Le mot atelier (suivi de D’une obstination). Contribution sur le site internet Remue.net : http://remue.net/spip.php?article3225
  • NOIRET G. (2006). Entretien : http://incertainregard.hautetfort.com/archive/2006/12/17/entretien-avec-gerard-noiret.html
  • PONGE Francis, L’Atelier contemporain (Gallimard, 1977)