Séminaire Pasolini

Université Sorbonne nouvelle Paris 3

Jeudi 8 juin de 11h. à 13h.

Centre Censier, salle D12

 

Sentimentaliser la vie avec Pasolini

expériences poétiques et cinématographiques

Œdipe Roi est au programme du baccalauréat de la terminale L (un très gros dossier à cette adresse : http://www.lettresvolees.fr/oedipe/pasolini.html). Nous ne voulons pas apporter quelques conseils tardifs aux élèves et professeurs mais seulement comme Thami, qui s’était lié d’amitié avec Pasolini en 1967 lors du tournage d’Œdipe Roi, que l’on retrouve dans le film En attendant Pasolini de Daoud Aoulad Syad (Maroc, 2007), redire combien Pasolini est toujours vivant ! On partira du texte « La jeunesse malheureuse » dans les Lettres luthériennes Petit traité pédagogique de Pier Paolo Pasolini (trad. par Anne Rocchi Pullberg, Seuil, « Points », 2000) en vue de proposer des expériences cinématographiques et poétiques, avec l’ensemble de son œuvre, autour de quelques remarques de Pasolini adressées au jeune Gennariello dont celles-ci :

« Il suffit que tes yeux soient rieurs » ;

« l’un des lieux communs les plus typiques des intellectuels de gauche, c’est la volonté de désacraliser et de désentimentaliser la vie » ;

« si l’un de tes enseignants t’avait éduqué, il n’a pu le faire que par sa manière d’être, non par sa parole. En d’autres mots, par son amour ou sa capacité d’amour » ;

« rien n’oblige autant à regarder les choses que de faire un film » ;

« on ne peut pas enseigner si en même temps on n’apprend pas » ;

« sois joyeux »…

Programme

Serge Martin-Ritman, poète et professeur (Sorbonne nouvelle Paris 3) : Pasolini et le pathos, le poème au plus près – tout contre le Pasolini de Georges Didi-Huberman

Fabiana Bartuccelli, poète et doctorante (Sorbonne nouvelle Paris 3) : (Re)trouver le style : la voix Pasolini entre poésie et politique, de « Les cendres de Gramsci » au « Volgar’ eloquio »

Melissa Melodias, cinéaste et doctorante (Sorbonne nouvelle Paris 3) :  La faute des pères ou l’effet de miroir entre le fils dans Œdipe Roi et le père dans les Lettres luthériennes

Cette rencontre a lieu pendant le marché de la poésie, place Saint-Sulpice. Chacun.e peut venir avec un peu de Pasolini à donner aux autres.

8 juin : séminaire LAPAD : voix et réénonciations

Université Sorbonne nouvelle Paris 3 membre de Université Sorbonne Paris Cité

Séminaire LAPAD-DILTEC : « Les littératures et les arts en didactique des langues » – Séance 1, le 8 juin 2017 de 15 à 17 heures en salle D12, centre Censier, 13, rue de Santeuil (Paris 5)

Serge Martin => Voix et réénonciations : problèmes et expériences

Ce séminaire que le LAPAD-DILTEC (Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques) initie, a pour ambition de réunir les chercheurs du LAPAD et, au-delà, du DILTEC ainsi que les étudiants futurs chercheurs intéressés par ses travaux. Il se consacrera dans un premier temps à faire le point sur les recherches personnelles des membres du LAPAD et leur insertion dans le DILTEC et, plus largement, dans les recherches et les enseignements à la Sorbonne nouvelle, en prenant appui sur la lecture d’un auteur ou d’un texte privilégié, à partir d’une question de pratique d’enseignement ou d’une notion didactique. Il s’agira d’ouvrir un espace de discussion et de partage autour de références ou de questionnements qui ont un rôle moteur pour chacun des chercheurs du LAPAD, et qui peuvent s’associer aux recherches du DILTEC.

La première séance sera animée par cinq doctorants qui feront part de leur lecture de deux ouvrages de Serge Martin, professeur, parus récemment : Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre édition, 2017) et Poétique de la voix en littérature de jeunesse Le racontage de la maternelle à l’université (L’Harmattan, 2015). On s’attachera à deux notions qui les traversent, voix et réénonciations, avec lesquelles on tentera de montrer l’enjeu d’une didactique des langues avec les littératures et leurs lectures. On évoquera des extraits des essais de Walter Benjamin, Emile Benveniste et Henri Meschonnic ainsi que des poèmes de Kateb Yacine, Mohammed Dib et Soni Labou Tansi, en faisant référence à quelques expériences pédagogiques récentes (carnets d’écriture/dessin et carnets numériques). Une discussion s’en suivra et on fixera la date du prochain séminaire.

Un pot de l’amitié permettra de prolonger cette séance avec une dédicace du dernier ouvrage de Serge Martin à la librairie Palimpseste, 16, rue de Santeuil.

Séminaire doctoral : Penser/enseigner le sens du langage (début 2017)

Séminaire doctoral de l’ED 268, « Langage et langues : description, théorisation, transmission »

Penser/enseigner le sens du langage

Responsables : Jean-Louis Chiss et Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3) (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Lieu : salle 410 Censier

Durée : 12 heures en 6 séances, les jeudis de 14h. à16h.

Ce séminaire doctoral ouvert à un large public (M2, doctorants, chercheurs et enseignants) voudrait permettre d’envisager conjointement deux préoccupations majeures de la didactique et de la théorisation des langues et des cultures-littératures :

  • celle de la transmission des œuvres (et plus largement des discours) et des démarches (parler-lire-écrire de la maternelle à l’université),
  • et celle du « sens du langage ».

Cette dernière notion (Sprachsinn) empruntée à Wilhelm von Humboldt permet d’observer une quadruple synthèse (poéticité, réflexivité, altérité et réciprocité) pour reconsidérer les opérations de cognition dans et par le langage (Trabant, 1995). Les historicités de ces opérations, et donc leur pluralité, engageraient des réénonciations possibles tant dans l’enseignement que pour la recherche historique, linguistique, artistique, anthropologique et, bien entendu, didactique.

Après une première année du séminaire, pendant laquelle on a tenté de rendre compte d’essais d’attention au sens du langage avec des recherches partant des œuvres de théoriciens du langage (Humboldt, Benveniste, Meschonnic, Didi-Huberman, Péguy et Chiss), on va continuer ces dynamiques de conceptualisation en augmentant l’attention aux problématiques poétiques et politiques des (inter/trans)subjectivations par un travail plus interactif autour des travaux actuels de recherche en théorie du langage conduits par les deux animateurs du séminaire, tant du côté des langues et des littératures que des didactiques.

Serge Martin se propose de développer une théorisation/didactisation de la voix comme force relationnelle critique dans et par le langage avec trois notions (essais, passages et points de voix) qui tenteront de dessiner une problématisation des expériences et des gestes du sens du langage. Il invitera Maria Cabral de l’Université de Lisbonne avec laquelle une collaboration est engagée autour d’une reprise de la réflexion sur la narrativité relationnelle. Jean-Louis Chiss portera son attention sur une reproblématisation en cours des didactiques des langues et des cultures dans leurs rapports aux situations-historicités et sur les conceptualisations d’un problème brûlant qui associe depuis longtemps langues, nations et identités.

Séances

26 janvier 2017

Serge Martin : Dire/écouter – vers des essais de voix

On partira d’une question de Samuel Beckett, « Comment essayer dire ? » (Cap au pire, Minuit, 1983, p. 10) pour reprendre à nouveaux frais les réflexions de Henri Meschonnic sur la voix et la diction (Critique du rythme, Verdier, 1982, p. 281 et suivantes) et les propositions faites dans « Quand dire c’est écouter : l’oralité pour transformer la didactique de l’oral et de l’écrit » (Penser le langage Penser l’enseignement avec Henri Meschonnic, L’atelier du grand tétras, 2010, p. 103-125). On passera forcément par ce que James Sacré appelle Parler avec le poème (La Baconnière, 2012). On aura tenté de sortir la littérature et ses lectures des paradigmes sémiotique et herméneutique pour que les œuvres servent à vivre et donc à engager autant d’essais qui tiennent voix.

Serge MARTIN, Poétique du vivre en voix : 1. L’amour en fragments. Poétique de la relation critique (Artois presses Université, 2004) ; 2. Langage et relation. Poétique de l’amour (L’Harmattan, 2006) ; 3. Rythmes amoureux. Corps, langage, poème (à paraître) ; 4. Voix et relation. Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre éd., 2017) ; 5. Poétique de la voix en littérature pour la jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université (L’Harmattan, 2015) ; 6. L’impératif de la voix. De Paul Eluard à James Sacré (à paraître) ; 7. Voix critiques. Une poétique de l’écriture en sciences humaines et sociales (à paraître).

2 février 2017

Maria Cabral (Université de Lisbonne) : Le textuel et le narratif de la médecine à l’aune du discours et du théâtre

La conception de la littérature comme source d’art et de science que réfléchissent, au seuil de la modernité, les pages d’un Mallarmé sur « Le Théâtre et le Livre» (1886), est une tendance forte jusqu’à nous et explique l’intérêt que lui portent  des domaines aussi distincts que le droit, l’économie et la médecine.

Depuis quelques décennies, la littérature a pris une place importante au sein des « Humanités médicales », pour polymorphe (voire problématique) que s’offre cette désignation, trouvant toutefois une consolidation plus précise dans le mouvement anglo-saxon de la Narrative Medicine (médecine narrative). Réactualisant la notion de narrativité de Paul Ricœur, la MN fonde son principe sur le récit comme outil de formation et de pratique médicale au profit de nouvelles dynamiques réflexives et relationnelles, requises en outre par la technicisation et la technocratisation de l’univers médical. À y observer de près, pourtant, l’approche narrative promue par la MN se confond assez vite avec des « compétences textuelles » consistant à « identifier la structure d’une histoire, adopter ses multiples perspectives, reconnaitre métaphores et allusions)»[1].

C’est justement ce statut du récit et les ressources « textuelles » mobilisées dans ce domaine que nous allons interroger, dès lors que l’on ne saurait réduire celui-ci à une forme, une structure – voire une grammaire. En tant qu’exercice de parole, l’acte de raconter en contexte thérapeutique reste une activité vue, perçue et entendue en situation de co-présence, engageant des modalités de sens variées, du dire au silence, du langage corporel parlant à son repli interstitiel. En cela, il convoque le théâtre, phénomène social et communicatif autant qu’artistique, prédisposé à relier les corps et les discours. De la lettre au corps, le récit invite au passage de voix, à la diction – opération qui conduit les événements à une dimension active, incarnée, et intersubjective, partagée, dès lors. C’est ainsi qu’il peut nous placer au plus près de la parole impromptue, proche de ce rythme singulier qui « habite le commun», comme l’avait formulé Mallarmé et dont Maeterlinck a fait le ressort de sa dramaturgie.

En articulant ce double versant, celui du théâtre et celui du discours, mais une seule et même activité, la parole en acte,  c’est un ensemble de notions qui sont à réenvisager, du point de vue relationnel et communicationnel qui intéresse la médecine narrative: le temps, le sujet, le rapport corps-langage…

C’est cette voie que je propose d’explorer en m’appuyant sur les réflexions pionnières de Mallarmé et Maeterlinck sur le langage, étayées par celles de Benjamin et Benveniste, et, chemin faisant, les questions « éthiques » que la littérature peut pro/poser à la médecine – et inversement.

[1] [« …textual skills (identifying a story’s structure, adopting its multiple perspectives, recognizing metaphors and allusions) » ] Rita Charon, « Narrative & Medicine», New England Journal of Medicine, 350; 9, 2004, 862-863, [en ligne], http://www.bumc.bu.edu/mec/files/2010/06/Rita-Charon-Narratives-NEJM-Feb-04.pdf

Maria de Jesus Cabral est professeur de langue et littérature française et enseigne à l’université de Lisbonne où elle est coordinatrice du programme  Narrative & Medicine.

Ses travaux portent sur  la poétique symboliste dans ses liens avec le théâtre et la lecture et sur les rapports entre littérature et médecine. Elle est l’auteur de Mallarmé hors frontières. Des Défis de l’œuvre au filon symbolique du premier théâtre maeterlinckien (2007) et a coédité entre autres Lire, de près, de loin. Close Vs Distant Reading (2014), Maux écrits, mots vécus. Traitements littéraires de la maladie (2015) et Exotopies de Barthes (2016).
Cabral, Maria, Mamzer, Marie-France, «Le secret entre littérature et médecine. Pour une éthique du partage», In Carelli, Fabiana, Pompilio, Carlos Eduardo, Tecidos do Humano – Literatura e MedicinaVia Atlântica, Revista da Universidade de São Paulo, nº 29, juin 2016, p. 95-122
 
 
Cabral, Maria, « Du corps en état de langage. Barthes et le « tournant narratif » de la médecine », in Maria de Jesus Cabral, Franc Schuerewegen, Andrea Del Lungo, Exotopies de BarthesCarnets, revue électronique d’Études Françaises, janvier 2016

9 février 2017

Serge Martin : Relier/relater – vers des résonances de voix

On reprendra l’essai de Walter Benjamin, Le raconteur (1936, Circé, 2014) pour concevoir l’activité de résonance, au cœur des passages de voix comme formes puissantes de reprises d’expériences, au sens où Charles Péguy le suggérait : « […] je vous demande comment vous le dites. […] c’est la résonance de ce que vous dites que j’attends, et alors, que j’entends, que j’écoute » (Œuvres en prose complètes, t. II, la Pléiade, 1941, p. 821). On cherchera avec quelques œuvres poétiques (Marina Tsvetaieva, Pier Paolo Pasolini, Amelia Rosselli, Ariane Dreyfus) comment cette résonance fait un poème-relation où l’intime et la société s’emmêlent dans une politique et une érotique expérientielles, ce qu’on peut appeler une résonance générale. Avec le racontage, la notion de résonance porterait la critique au cœur des études et des didactiques littéraires en regard des dichotomies diction/fiction, récit/poème, esthétique/éthique…

Serge MARTIN anime la revue Résonance générale Cahiers pour la poétique (éditions de l’Atelier du grand tétras) avec Laurent Mourey et Philippe Païni : huit numéros parus. Sous le nom de Serge RITMAN, il publie, en 2017 aux éditions Tarabuste dans la collection « reprises », Ta Résonance.

9 mars 2017

Jean-Louis Chiss : Contextualisations et historicités en didactique des langues

Face à la conceptualisation, l’exigence de contextualisation a toujours été présente à des degrés divers en didactique des langues depuis la mise en avant de la notion de « situation ». Aujourd’hui, cette contextualisation se décline au pluriel dans l’ordre de la spatialité certes mais aussi dans l’ordre des déterminations épistémologiques et axiologiques, le tout inscrit dans des histoires aux régimes différents.

CHISS, J.-L. (2015). « Complexité, contextualisation, historicité : questions pour la didactique du français langue étrangère et des langues »,J.-M. Defays et al, éds, Transversalités. 20 ans de FLES. Faits et gestes de la didactique du français langue étrangère et seconde de 1995 à 2015 (Vol.1), Bruxelles : E.M.E., p. 79-85.

CHISS, J.-L. (2016). « Contextualisations et historicités : une réflexion pour la didactique des langues », A. Pégaz Paquet et L. Cadet (éds), Les langues à l’école, La langue de l’école, Artois Presses Universités, p.15-24.

CHISS, J.-L. (2016). « Entretien avec Jean-Louis Chiss », D. Hamdani Kadri et L. Elghazi, éds, Voies multiples de la didactique du français, Montréal : Presses de l’Université du Québec, p. 82-124.

CHISS, J.-L. (2016). De la pédagogie du français à la didactique des langues. La linguistique, les disciplines et l’histoire, Paris : Editions de l’Ecole Polytechnique, 240 p.

16 mars 2017

Serge Martin : Enoncer/réénoncer – vers des points de voix

Partant de la reprise par Henri Meschonnic (Célébration de la poésie, Verdier, 2001, p. 250) de la formule de Mallarmé, « le poème, énonciateur » (Œuvres complètes, La pléiade, 1945, p. 365), pour tenter de penser les discours par ce que l’on pourrait appeler des points de voix qui offrent autant de leviers nécessaires à l’attention aux énonciations dès que les œuvres font œuvre, on reprendra une proposition ancienne (« Faire œuvre avec les œuvres » (Le Français aujourd’hui n° 149, 2005, p. 67-73 – article repris dans Poétique de la voix en littérature jeunesse, L’Harmattan, 2015) pour non seulement la renouveler au plus près d’une didactique des réénonciations ou voix continuées mais également pour penser une démocratie des voix dans les études littéraires comme en didactique des littératures. On prendra alors appui sur les remarques récentes de la romancière Léonora Miano (L’impératif transgressif, L’arche, 2016) pour « décoloniser » la recherche et la création et y augmenter l’écoute des « sans-voix », du moins des minorisés, marginalisés ou intempestifs… sans compter l’écoute de ce qui n’a pas encore de voix dans nos vies, ou de ce qu’on ne sait pas qui fait voix.

23 mars 2017

Jean-Louis Chiss : langues, nations, identités

La question de l’« identité nationale » a son versant politicien et polémique. Reliée à la question de la « langue », elle constitue un problème théorique affrontée par de nombreux chercheurs en linguistique, en anthropologie, en littérature. On présentera une facette historiquement marquée de ce débat (fin XIXe/début XXe) avec Renan, Bréal et Meillet.

CHISS, J.-L. (2011) « Langage, société et Ecole : de quelques considérations sur la ‘culture de l’expression’ », Spirales n° 47, Lille, p. 15-19.

CHISS, J.-L. (2011). « Théories du langage et politique des linguistes.  Présentation », Langages n° 182, p. 3-10.

CHISS, J.-L. (2011). « Les linguistes du XIX° siècle, l’‘identité nationale’ et la question de la langue », Langages n° 182, p. 41-53.

[1] [« …textual skills (identifying a story’s structure, adopting its multiple perspectives, recognizing metaphors and allusions) » ] Rita Charon, « Narrative & Medicine», New England Journal of Medicine, 350; 9, 2004, 862-863, [en ligne], http://www.bumc.bu.edu/mec/files/2010/06/Rita-Charon-Narratives-NEJM-Feb-04.pdf

Langue, culture, identité : la formation linguistique en contexte migratoire

Langue, culture, identité : la formation linguistique en contexte migratoire

Coraline Pradeau

Il était question pour cette dernière séance du séminaire « Penser/enseigner le langage » de faire dialoguer l’article de mon directeur de recherche « Les humanités entre langue, littérature et culture » (Chiss 2009) avec mes propres recherches de doctorat.

Je travaille pour ma part sur une analyse comparative des politiques d’intégration linguistique française, belge, suisse et québécoise. Il s’agit de voir si les politiques d’intégration de ces quatre Etats/province répondent à des particularités nationales, conditionnées par des idiomes culturels – qui une fois mis en place rendent difficiles une restructuration profonde de ces politiques – ou, au contraire, si les politiques d’intégration linguistique de ces quatre contextes ont des particularités transnationales. Il s’agit aussi d’étudier la relation entre langue, idéologie et culture telle que la mettent en jeu les questions de l’immigration dans la mondialisation de la Francophonie. Ma thèse se divise en deux parties. La première partie porte sur ces dites politiques d’intégration linguistique. La deuxième porte sur l’impact de ces politiques sur la discipline du français langue étrangère, plus précisément, sur l’émergence d’une didactique que l’on pourrait qualifier d’institutionnelle, celle de l’enseignement du français en contexte migratoire, ou encore du Français dit « langue d’intégration », une appellation crée par le Ministère de l’intérieur français et qui s’est répandue dans les milieux institutionnels belge et québécois.

J’ai proposé de dégager trois points de l’article, qui illustrent la notion de « malaise dans la classification » et la relation entre idéologies linguistiques et cultures du langage (Chiss 2009 : 28).

1. La langue dite « identitaire »

Jean Louis Chiss parle de la « troublante polysémie » accordée à la langue dite « maternelle » d’un sujet, et à la langue/aux autres langues qui compose(nt) son répertoire didactique, dotée(s) d’un statut qui se décline en  langues nationales, langues régionales, langues de l’immigration (Chiss 2009 : 28).

On peut effectivement se placer au niveau de l’individu, et reprendre le célèbre exemple de la sociolinguistique Jacqueline Billiez, à qui un jeune homme a dit durant un entretien : « Ma langue c’est l’arabe mais je ne la parle pas » (Billiez 2012). Cette phrase est devenue emblématique à la fois de la complexité des relations possibles entre un sujet et sa (ses) langue(s) identitaire(s).

Dans mes recherches, je considère la langue dite « identitaire » d’un point de vue étatique, et je m’intéresse entre autres à la relation langue/identité nationale.

Le Cas du Québec est en ce point très intéressant. La langue française véhicule l’identité du peuple québécois. La charte de la langue française de 1977 l’affirme d’ailleurs solennellement : « Langue distinctive d’un peuple majoritairement francophone, la langue française permet au peuple québécois d’exprimer son identité1 ».

C’est aussi un exemple aussi intéressant en ce que le gouvernement québécois a institué son propre Ministère de l’immigration à la fin des années 60 pour assurer l’avenir de la langue française. La province du Québec a d’ailleurs obtenu du gouvernement fédéral canadien qu’il se retire des services d’accueil et d’intégration linguistique et culturelle, de par sa spécificité francophone. Depuis, les gouvernements successifs veillent à accueillir une majorité de ressortissants étrangers francophones, et à ce que tous les primo-arrivants puissent avoir accès à des cours de français. L’objectif est que les nouvelles populations migrantes choisissent le français comme langue d’immigration, afin de préserver la vitalité de la langue française face à l’anglais.

En France, la connaissance de la langue française est apparue plus tard dans les textes de loi. C’est depuis 2003 que la langue a officiellement un rôle dans l’intégration des migrants, avec l’expérimentation d’un Contrat d’accueil et d’intégration (CAI), dans lequel les migrants ont l’obligation de suivre des cours de français, si leur niveau est considéré insuffisant. C’est aussi cette même année que la connaissance de la langue française devient une condition appréciée dans les procédures de naturalisation. Pourquoi la langue française est devenue un facteur incontournable des politiques d’immigration et d’intégration ? La réponse est certainement à trouver du côté de la sociologue Dominique Schnapper, qui constate l’affaiblissement des instances intégratrices de l’Etat durant le XXe siècle, à savoir l’école, l’armée, le travail (2007 : 140-141).

Les cas de la Belgique et de la Suisse sont intéressants puisqu’ils déconstruisent le lien entre langue et « identité nationale ». Le sens accordé à l’intégration des migrants diffère selon les communautés linguistiques. Ainsi, en Suisse, les cantons alémaniques sont plus exigeants en termes de pré-requis linguistiques que les cantons romands. En Belgique, les parcours d’intégration et des formations linguistiques obligatoires existent du côté néerlandais depuis plus de dix ans ; ce type de parcours vient d’être mis en place du côté francophone.

2. La langue dite « de culture » et la langue dite « de service »

Revenons à l’article de M. Chiss. Il y évoque le couple antinomique « langue de culture/langue de service » et l’opposition « trop rigide » qui distingue le culturel et le fonctionnel dans la didactique des langues étrangères (Chiss 2009 : 29).

C’est aussi un point qui fait lien dans mes recherches, puisque, dans les procédures liées au droit des étrangers et/ou à la naturalisation, les migrants doivent souvent connaître l’histoire, et les valeurs de leur société d’accueil.

La question se pose donc : « Quelle culture enseigner aux migrants ? » ; une question qui n’et pas nouvelle en didactique des langues, puisque que dans les années 90, Robert Galisson distinguait déjà la culture savante et la culture populaire (1991 : 117-118), et Louis Porcher la culture cultivée et culture anthropologique (1995 : 66).

Ce qui est frappant, c’est qu’en se penchant sur les curricula/référentiels officiels de l’enseignement du français en contexte migratoire des différents contextes de mon étude, il n’est pas question d’enseigner la littérature. Pour autant, en assistant à des entretiens d’assimilation pour la nationalité française en préfecture, les agents sont amenés aux candidats les auteurs français qu’ils connaissent, ou qui est Victor Hugo, etc. La même chose se produit en Suisse, lorsque je me suis rendue à la Comission de naturalisation de Fribourg.

Jean-Louis Chiss évoque le flou conceptuel qui entoure le concept de « communication » et de sa réduction intéressée aux échanges dits de « service » dont il dit qu’il faudrait faire l’analyse (Chiss 2009 : 29).

En étudiant les approches méthodologiques et les contenus des programmes et des curriculas d’enseignement du français en contexte migratoire des quatre contextes de mon doctorat, nous nous situons encore dans la perspective du « français fonctionnel » ou de « l’enseignement fonctionnel du français » – terme préféré par Louis Porcher (1976 : 7) qui est apparu dans les années 1970.

A titre d’exemple, le projet fide « français, allemand, italien en suisse2 » (un cadre conceptuel du Secrétariat d’Etat aux migrations pour l’apprentissage des langues par les migrants) en a toutes les caractéristiques. Les domaines d’utilisation de la langue ont été dissociés en 11 champs d’action (logement, travail, enfants, administration, recherche d’emploi, etc.), découpés en scénarios, eux-mêmes détaillés en différentes étapes et tâches communicatives, et en descripteurs de compétences langagières, opérationnelles, et socioculturelles. L’approche est résolument pragmatique. Un label qualité verra bientôt le jour, et portera sur les cours de langue qui s’inscrivent dans l’approche fide. Les offres de formation linguistique moins « pratiques » – comme les cours de conversation, les cours de cuisine en français, les atelier sociolinguistiques avec des visites culturelles guidées – seront vraisemblablement moins financés par les cantons (ou dans le pire des cas, ne le seront plus).

J’ai participé peu avant la dernière séance du séminaire au colloque du groupe Intégration linguistique des ligrants adultes (ILMA) de la Division des politiques linguistiques du Conseil de l’Europe3 où Claude Springer était invité comme conférencier invité. Il revenait sur la notion de « langue fonctionnelle » et déplorait que les parcours d’intégration ne laissent pas assez de place à la pédagogide de projet. Il prenait en contre-exemple un cours de couture rassemblant des femmes migrantes et femmes « natives » à Marseille qui avait débouché sur un projet d’intégration professionnelle.

3. La langue et le discours

Pour conclure mon intervention, je suis revenue sur l’obstacle épistémologique que rencontre la notion de « langues de cultures », et du transfert des valeurs véhiculées par les discours vers les langues (Chiss 2009 : 30).

Les discours sur l’immigration et l’intégration ont un impact certain sur la langue que l’on entend enseigner aux populations migrantes, si bien que l’on parle en France de « langue d’intégration ». On pourrait alors penser qu’il existe une langue « particulière » à enseigner à des fins d’intégration.

On en arrive aussi à penser que la langue française est vectrice de valeurs humanistes et républicaines. On n’est pas si loin de la théorie linguistique de Wilhelm von Humboldt selon la perception du monde est organisée par une langue particulière. Citons l’introduction du Référentiel FLI, signée de la main de Michel Aubouin et de Xavier North :

La langue détermine la façon de raisonner des peuples et le regard qu’ils portent sur le monde. La connaissance et l’usage de la langue du pays d’accueil constituent le premier facteur de l’intégration car ils permettent une vie sociale normale. La langue est aussi le vecteur de la culture et elle seule permet d’appréhender le sens de valeurs difficilement transmissibles dans les langues d’origine (Vicher 2011 : 4) .

Ainsi, l’approche FLI vise l’intégration de valeurs citoyennes à l’enseignement linguistique. Pour reprendre le Guide au formateur FLI du Centre de ressources illettrisme d’Alsace, la différence entre une formation linguistique FLI et un atelier sociolinguistique (ASL) est l’association systématique des valeurs citoyennes à l’apprentissage de la langue (Crapt Carrli 2016 : 11). Il s’agit d’enseigner pas moins de 25 valeurs, des valeurs identifiées par le Ministère de l’Intérieur, comme la liberté, l’égalité, le droit de vote, la laïcité, la tolérance, etc. Une telle politique transforme la connaissance d’une langue nationale en un devoir civique (Shohamy 2009).

Références 

Billiez, J. (2012). « Plurilinguismes des descendants de migrants et école : évolution des recherches et des actions didactiques », Les Cahiers du GEPE, no 4 [En ligne] http://www.cahiersdugepe.fr/index2167.php (consulté le 1/10/2016)

Centre régional d’appui pédagogique et technique, Centre d’appui et de ressources régional de lutte contre l’illettrisme (Crapt Carrli). (2016). Guide du formateur, Outils « kits pédagogiques FLI ». [En ligne] http://crapt-carrli.gip-fcip-alsace.fr/index.php/francais-langue-d-integration/kit-fli (consulté le 1/10/2016)

Chiss, J.-L. (2009) « Les humanités entre langue, littérature et culture », Le Français aujourd’hui, no 167, pp. 27-33.

Galisson, R. (1991). De la langue à la culture par les mots. Paris : Clé international.

Porcher, L. (1976). « Monsieur Thibaut et le bec Bunsen », Études de linguistique appliquée, no 23, pp. 6-17.

Porcher, L. (1995). Le français langue étrangère. Paris : Hachette.

Schnapper, D. (2007). Qu’est-ce-que l’intégration ? Paris : Gallimard.

Shohamy, E. (2009). « Language tests for immigrants : Why language? Why tests? Why citizenship? » In G. Hogan-Brun, C. Mar-Molinero & P. Stevenson (Éd.), Discourses on language and integration : critical perspectives on language testing regimes in Europe. (p. 45 59). Amsterdam : John Benjamins Publishing Company.

Vicher (coord.) (2011). Le Réferentiel Français Langue d’Intégration. Paris : Direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté, Ministère de l’intérieur [Préface de Michel Aubouin et de Xavier North].

1http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/C_11/C11.html

2http://www.fide-info.ch/fr/

3http://www.coe.int/fr/web/lang-migrants/home

Penser l’ailleurs : atelier de lecture théorique à Paris 3

Collectif « penser d’ailleurs »

Atelier de lecture théorique

Nous sommes nombreux à rechercher dans la littérature une manière de changer notre rapport au monde et à voir dans les textes littéraires des points d’appui pour décentrer notre regard et ouvrir de nouvelles perspectives à la pensée. Une telle ambition pour la littérature suppose une participation active du lecteur qui doit être préparée.

Le collectif « penser d’ailleurs » propose des séances de lecture de textes théoriques venus d’horizons disciplinaires divers (philosophie, anthropologie, sociologie, etc.) susceptibles de nous aider à pratiquer une lecture décentrée des textes littéraires. Il s’agira de lire des textes qui se réclament des « ailleurs », ou des « lointains » pour bousculer nos modes de penser. On s’intéressera aux pensées qui opposent une alternative — qui peut être construite comme géographique (penser depuis le Sud, le Grand Nord, les îles ou les archipels…), culturelle (pensées chinoise, indienne, amérindienne, africaine…) ou radicale (lorsqu’elle cherche à échapper à ces postulats anthropologiques pour se formuler en termes à la fois problématiques et situés) — à une pensée-monde qui se voudrait universelle ou synthétique, mais qui peine à échapper au soupçon de centralité.

Pour chaque séance, un « introducteur » ou une « introductrice » fait une sélection d’extraits (à lire à l’avance par les participants) et se charge d’une courte mise en situation. Le travail en séance sera le plus collectif, participatif et non hiérarchique possible. Il s’agira de partir de nos incompétences, de nous appuyer sur ce que nous ne comprenons pas dans des textes dont nous n’avons pas toutes les clés, pour proposer des pistes de lecture, mettre en discussion des interprétations parfois hasardeuses, en bref expérimenter.

Le collectif se réunira les vendredis de 15h à 17h en salle 430 (site de Censier)

Calendrier des séances :

– 21 octobre 2016 : Viveiros de Castro (présenté par Xavier Garnier)

– 18 novembre 2016 : Walter Mignolo (présenté par Claire Gallien)

– 9 décembre 2016 : Keith Basso (présenté par Elara Bertho)

– 13 janvier 2017 : Raymond Schwab (présenté par Sarga Moussa et Claire Gallien)

– 24 février 2017 : James Clifford (présenté par Laetitia Zecchini)

– 17 mars 2017 : Gyandendra Pandey (présentée par Anne Castaing)

– 21 avril 2017 : Joseph Tonda (présenté par Ninon Chavoz)

-12 mai 2017 :  Leanne Betasamosake Simpson et Linda Tuhiwai Smith [lecture croisée] (présentées par Myriam Suchet)

(information envoyée par Xavier Garnier, THALIM, Sorbonne Nouvelle Paris 3 : merci à lui !)