Syrie : manifestations scientifiques et culturelles

Soyez les bienvenus au cycle « Syrie : à la recherche d’un monde », 
organisé par Catherine Coquio avec Nisrine Al Zahre, Hala Alabdalla, Golan Al Haji, Hala Mohammad, 9-17 décembre et 21 janvier.
Partenariat : Université Paris-Diderot, Institut des Humanités et des Sciences de Paris, Institut d’Anthropologie du Contemporain,
Théâtre Tarmac, Centre Pompidou, Institut National d’Histoire de l’art, Maison de la poésie.

Lire la suite

Avec Alexandre Castant : la voix dans les arts

Le 22 novembre 2017, dans le cadre du séminaire « Théories et didactiques des littératures : une question de voix », Serge Martin recevra Alexandre Castant de 13 à 15 heures en salle V au 3e étage du 46, rue Saint-Jacques (se munir d’une carte d’identité ou d’étudiant pour le contrôle à l’entrée et préciser la destination). Le séminaire est ouvert à tous.

On peut consulter le site d’Alexandre Castanthttp://www.alexandrecastant.com/index.php

Une tribune concernant l’amplification du CECR à signer avant le 26 mai !

REDILA ne peut qu’appeler tous ses membres à signer le plus rapidement possible cette tribune et à la faire connaître autour d’eux ! S.M.

La tribune ci-dessous est destinée à circuler jusqu’au 26 mai 2017, suite à quoi elle sera envoyée avec l’ensemble de nos signatures à l’Unité des politiques linguistiques du Conseil de l’Europe en notre nom à tous. Merci donc d’envoyer, avant cette date, votre signature (avec les informations suivantes : nom, prénom, rattachement institutionnel, pays d’exercice en Europe OU, pour une association  : nom de l’association ) à : Emmanuelle Huver (huver@univ-tours.fr, Professeure des universités, Université François-Rabelais de Tours, France, équipe de recherche DYNADIV, secrétaire de l’ACEDLE) qui rassemblera vos envois.

Le projet d’amplification du CECR : une fausse bonne initiative du Conseil de l’Europe

Nous avons pris connaissance du projet de Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) amplifié, soumis à une consultation qui s’est clôturée le 15 février dernier.

Ce projet a pour objectifs de :

  • « couvrir les domaines pour lesquels il n’existait pas d’échelles de descripteurs dans la version originale (par ex. la médiation, les réactions à l’égard de la littérature, le téléphone / les télécommunications, l’interaction en ligne) ;
  • enrichir la description du niveau A1, et
  • renforcer la description des niveaux C, particulièrement du niveau C2, pour lequel la plupart des descripteurs n’étaient pas calibrés » (Descripteurs illustrant les niveaux du CECR – Version 2016 pilote pour consultation, p.3).

Au-delà de quelques aspects ponctuels relevant d’une vigilance bienvenue (remise en question de la notion de locuteur natif, etc.), l’ensemble du projet vise essentiellement à un renforcement du calibrage et des descripteurs, étendus à des niveaux et à des domaines non couverts jusqu’ici.

Ce principe d’amplification du CECR par reconduction et extension d’une logique de niveaux et de descripteurs nous semble inopportun, voire dangereux. Le CECR a en effet été publié il y a pratiquement 20 ans et nous disposons désormais d’un recul conséquent, à partir duquel un certain nombre de critiques ont été formulées. Celles-ci soulignent toutes, sous différents angles et avec différentes entrées, l’écrasante importance que le CECR a prise et l’uniformisation qui en a découlé, dans la recherche, l’enseignement, les politiques publiques (éducatives, migratoires, etc.), et ce, bien au-delà de l’Europe : la perspective actionnelle, les niveaux et les descripteurs constituent désormais bel et bien le fondement et/ou l’horizon de nombreux projets de recherches, programmes et curricula, certifications, éditions de manuels et d’outils, labels qualité, etc. D’ailleurs, un certain nombre de concepteurs du CECR avaient exprimé, dès les groupes de travail préparatoires, leur scepticisme et leur réticence à la prééminence d’une logique de niveaux et de descripteurs.

Amplifier le CECR en persistant dans cette logique, au mépris de ces critiques, réitérées récemment pour certaines, revient en fait à prétendre en confirmer unilatéralement la pertinence, sans tenir compte des espaces géographiques relevant de ce projet, ni, surtout, mettre en débat les principes sur lesquels cette logique repose. Ce faisant, c’est la domination d’une certaine conception, standardisante et dogmatique, de la didactique des langues qui se trouve pérennisée et même renforcée, ce qui témoigne à la fois d’une cécité certaine, qui conduit à la destruction de toute réflexion dynamique et située, et d’une amnésie coupable vis-à-vis de l’histoire même du CECR et des projets d’une partie des personnes qui ont œuvré à sa réalisation.

En outre, les concepts dont il est particulièrement question (médiation, plurilinguisme, interculturel etc.) ne peuvent être réduits à des descripteurs, des niveaux, des compétences, des tâches et des opérations cognitives, dans la mesure où ils sont principalement liés aux histoires, aux imaginaires et aux expériences singulières des personnes et à la variabilité des situations. Par définition, ces éléments ne se laissent pas enfermer dans des grilles, sauf à vouloir les contrôler en les technicisant pour en assécher toute la diversité et l’hétérogénéité. Là aussi, un certain nombre de chercheurs ont fait état de leur réserve et ont parfois élaboré des propositions alternatives, dont on ne trouve ici nul écho.

Or, cette course folle à toujours plus de standardisation et de descripteurs ne soulève pas seulement des questions « théoriques » : l’apparente « objectivité » et « scientificité » du CECR, et le discours d’expertise dont il se réclame, lui donnent l’allure d’un outil inattaquable, ce qui le rend particulièrement récupérable à différentes fins politiques, dont certaines sont pour le moins discutables. On connait déjà l’usage qui est fait du CECR pour réguler les flux migratoires : qu’en sera-t-il lorsque les pouvoirs publics s’empareront de ces nouveaux descripteurs pour normer et contrôler la « compétence de médiation » des migrants ou encore le caractère culturellement conforme de leurs comportements – pour en faire une « preuve » de leur intégration ou une condition indispensable à l’obtention d’une autorisation de résidence ou de nationalité ? Car l’Europe des années 2010 n’est pas celle des années 1990 : le mouvement indiscutable de repli identitaire, voire nationaliste, la montée en force d’une politique sécuritaire et le règne sans partage d’une « gouvernance » gestionnaire, néolibérale et technocratique ne peuvent que mener (et mènent déjà) à cette utilisation coercitive, normative et, in fine, autoritaire, du CECR.

Amplifier les descripteurs et, a fortiori, ces descripteurs- dans cette situation politico-historique , revient à considérer qu’il suffirait de « plus de technicité » – plus de descripteurs – pour être plus « juste ». Or, la fiabilité technique ne peut, et n’a jamais pu, jouer le rôle de garant éthique : le penser relève soit de la croyance naïve, soit d’une forme de dédouanement à peu de frais des personnes et des institutions qui produisent et diffusent ces outils. A rebours de ce choix, il s’agirait plutôt de tirer les enseignements (y compris critiques) d’une expérience longue de 20 ans et d’anticiper les possibles instrumentalisations de ces actions, en interrogeant la demande sociale et institutionnelle au lieu de s’y soumettre.

C’est pourquoi nous, membres du secteur associatif, enseignants, chercheurs, formateurs, professionnels de l’enseignement des langues, considérons que cette entreprise de pérennisation et d’amplification d’un CECR qui a déjà montré de nombreux effets délétères est foncièrement inacceptable, en ce qu’elle déshumanise l’appropriation et la transmission des langues, stérilise la réflexion en encourageant des orientations uniformisantes, dépossède les acteurs de leur responsabilité et dénature le travail de tous de manière prescriptive.

Nous réaffirmons notre engagement pour une didactique des langues plurielle, éthique et responsable, et demandons en conséquence au Conseil de l’Europe de surseoir à ce projet d’amplification du CECR et d’engager, avec l’ensemble des acteurs du domaine, une réflexion pour favoriser des recherches et des actions partant de la diversité des situations d’appropriation des langues et travaillant avec les enjeux portés par cette diversité.

Premiers signataires

ACEDLE (Association des chercheurs et enseignants didacticiens des langues étrangères)

ASDIFLE (Association de didactique du français langue étrangère)

Transit-Lingua (Association Travaux en Réseaux, Approches Nouvelles en Situations Interculturelles et Transnationales)

 

 

 

LE MAROC AUTREMENT : LITTÉRATURE ET DÉBAT D’IDÉES

À l’occasion de Livre Paris où le Maroc est invité d’honneur, les maisons d’éditions marocaines En toutes lettres (Casablanca) et les Éditions de la Librairie des Colonnes (Tanger), Le Relais Festival (Saint-Denis) ainsi que les librairies franciliennes Les Oiseaux rares (Paris 13e), Folies d’Encre (Saint-Denis) proposent une programmation indépendante.

Du 18 au 30 mars, 14 rencontres avec une vingtaine d’écrivains, essayistes, artistes et éditeurs auront lieu dans 6 librairies ainsi que plusieurs grandes écoles, universités et centres de recherche.

Cette programmation vise à rapprocher ces auteurs des lecteurs franciliens, à faire connaître leurs engagements et la pensée contemporaine produite à partir du Maroc, ainsi qu’à ouvrir le débat et croiser les regards sur des thématiques qui sont communes à nos deux sociétés.

Des hommages seront rendus à de grands disparus, comme Mohammed Khaïr-Eddine et Ahmed Bouanani. Il sera question de traduction et de modernité littéraire.

On discutera de questions de société, comme l’égalité entre hommes et femmes, les circuits culturels, le rôle de la société civile, les radicalisations (religieuses, politiques, sociales etc.).

Une soirée festive aura lieu le dimanche 26 mars au New Morning.

Toutes les infos sur : https://www.facebook.com/Maroclivreoff/?fref=ts

Les rendez-vous

  • Le samedi 18 mars à 19h30 à la Librairie Les Oiseaux rares.

Lancement de la programmation off avec un hommage à Mohamed Khair-Eddine.

Animé par Kenza Sefrioui avec lectures de textes.

  • Le lundi 20 mars de 10h30 à 12h à l’INALCO.

Rencontre avec les étudiants sur le parcours de Kenza Sefrioui. Avec Kenza Sefrioui.

  • Le lundi 20 mars à 19h à l’ENS.

Les éditions de la Librairie des Colonnes : passeur de classiques

Discussion avec Simon-Pierre Hamelin et Salim Jay sur le travail de réédition et de traduction mené par les éditions de la Librairie des Colonnes.

  • Le mardi 21 mars à 19h30 à la librairie Envie de Lire à Ivry-sur-Seine.

Le livre à l’épreuve, les failles de la chaîne au Maroc, Kenza Sefrioui (En toutes lettres, collection Enquêtes). Un livre d’enquêtes sur la situation du livre au Maroc. Avec Kenza Sefrioui.

  • Le mercredi 22 mars à 11h10 à l’ENS.

La revue Souffles, un temps fort de l’histoire littéraire et politique marocaine, par Kenza Sefrioui.

  • Le mercredi 22 mars à 18h30 à l’IREMMO.

Le Maroc aujourd’hui ? Tour d’horizon à travers la collection Enquêtes dirigée par Hicham Houdaïfa. La collection Enquêtes (En toutes lettres) est une collection dédiée au journalisme d’investigation. Femmes dans les marges du Maroc, secteur du livre, et extrémisme religieux ont été les premières thématiques abordées.

  • Le mercredi 22 mars à 19h à la Librairie L’Écume des pages.

La revue Nejma : littératures sans frontières. Avec Simon-Pierre Hamelin et Lotfi Aoulad, rencontre animée par André Chabin.

  • Le jeudi 23 mars à 19h à la faculté de droit d’Assas.

La collection Droit et citoyenneté et La nationalité marocaine à l’invitation de l’association Assas Monde Arabe. Présentation par Hind Tak-Tak, rencontre animée par Myriam Amrani Sefraoui.

  • Le vendredi 24 mars à 19h30 à la librairie Folies d’encre à Saint-Denis.

Dos de femme, dos de mulet, les oubliées du Maroc profond, de Hicham Houdaïfa (En toutes lettres, collection Enquêtes). Un livre d’enquêtes sur la situation des femmes dans les régions excentrées du Maroc. Avec Hicham Houdaïfa.

  • Le vendredi 24 mars à 19h30 à la librairie Palimpseste.

Annonce des résultats du prix de nouvelles épistolaires organisé par Axelle Moanda, qui a fait correspondre de jeunes plumes du Maroc et de France sur le thème de la trahison. Lecture de textes et discussion avec les jeunes auteurs et les membres du jury présents.

  • Le dimanche 26 mars à 21 h au New Morning

Soirée festive avec plusieurs auteurs pour lire leurs textes et ceux de grands absents.

  • Le mardi 28 mars à 19h30 à la Librairie Les Oiseaux rares.

Dialogue entre Kaoutar Harchi et Kenza Sefrioui sur le livre et les circuits de production, de diffusion et de validation des idées, à l’occasion de la sortie de leurs livres, Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne, de Kaoutar Harchi (Fayard) et Le livre à l’épreuve, les failles de la chaîne au Maroc, de Kenza Sefrioui (En toutes lettres, collection Enquêtes)

  • Le jeudi 30 mars à 19h à la Librairie Le Rideau rouge

Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne, de Kaoutar Harchi (Fayard).

  • Le jeudi 30 mars à 19h à l’ENS.

Hommage à Ahmed Bouanani. Avec sa fille Touda Bouanani pour évoquer le travail de réédition qu’elle mène.

Contacts: Kenza Sefrioui (En toutes lettres) 00 212 6 66 16 53 19 et 00 33 6 76 27 90 30 (à partir du 17 mars)k.sefrioui@etlettres.com Lotfi Aoulad (Le Relais Festival) 00 33 6 11 93 53 90 aouladl@yahoo.fr Fabienne Olive (Librairie Les Oiseaux rares de Paris) 00 33 1 45 35 38 45 Sylvie Labas (Librairie Folies d’Encre de Saint-Denis) 00 33 1 48 09 25 12

Explorer la poésie en classe : Lausanne le 20 mars 2017

http://www.hepl.ch/cms/accueil/actualites-et-agenda/actu-hep/explorer-la-poesie-en-classe.html?v=1392752313000/_/jcr:system/jcr:versionStorage/b0/0e/84/b00e844e-47ec-4be5-a96c-2f282133bffb/1.2/jcr:frozenNode%3Fv=1392752313000/_/jcr:system/jcr:versionStorage/b0/0e/84/b00e844e-47ec-4be5-a96c-2f282133bffb/1.2/jcr:frozenNode

 

 

Présentation du roman de Frédérique Cosnier – membre de REDILA

lecture-croisee-frederiquesLe 11 novembre, Frédérique Cosnier (M2, 2015 au DFLE Paris 3 et membre du réseau REDILA, enseignante au CLA de Besançon) présente son roman, Suzanne et l’influence qui vient de paraître. Voir : http://lacleamolette.fr/auteurs/ ou

Sortie du premier roman de Frédérique Cosnier

Suzanne sous influence, écrivain sous influence, contrainte et jeu d’écriture :
Suzanne et l’influence, est un projet librement inspiré du film de Cassavetes Une Femme sous influence. On trouve dans ce poème de roman ou roman poème beaucoup d’énergie et aussi de cette énergie surnuméraire nommée violence, avec des personnages qui sont libres, peut-être, ou en tout cas peu déterminés par les débris du concept de classe, et qui se faufilent dans les interstices de la géographie urbaine.

EXTRAIT

Oui voilà. Je suis déjà une star, vous le savez bien, et je n’ai plus qu’à devenir une artiste.
Ça ne doit pas être si difficile. Je serai exilée enfin pour de vrai et je pourrai brûler définitivement mes racines dans un autre pays.

INFORMATIONS

Suzanne et l’influence

ISBN: 979-10-91189-13-2
Prix : 14 euros
160 pages

 

Actualités du Kutiyattam

Trois événements publics sur le Kutiyattam auront bientôt lieu à la Cartoucherie :

Le lundi 10 octobre à 16h30 à l’ARTA : projection du Documentaire Jouer le Kutiyattam avec le Maître, ZED production (Patrimoine immatériel), 2009 :
http://artacartoucherie.com/fr/evenements/projection-du-film-jouer-le-kutiyattam-avec-le-maitre/

Du 24 au 28 octobre à l’ARTA : Stage de Kutiyattam avec le maître Rama Chakyar et son disciple K. Sangit Chakyar (principaux protagonistes du film précédent) :
http://artacartoucherie.com/fr/les-evenements-a-venir/kutiyattam-avec-rama-chakyar/
Merci de diffuser largement dans vos réseaux, et de vous inscrire rapidement au stage si vous êtes intéressés (if you want to do the workshop please subscribe now ;)…). Les stagiaires bénéficieront d’un tarif préférentiel de 25 euros pour la Nuit au Soleil.

Patrick Fontana présente Hymnes le 30/09/2016 et expose des dessins

hymne-600x306Durant cette soirée, Patrick Fontana traversera l’aventure de l’atelier d’expérimentation d’apprentissage du français qu’il mène depuis huit ans à partir de la découverte et de la lecture à haute voix de textes de la poésie et de la littérature contemporaines. Hymnes, la pièce sonore qu’il a créée cette année avec les stagiaires, sera diffusée à cette occasion.

http://www.khiasma.net/rdv/hymnes/

PATRICK FONTANA – Exposition / Rencontre

gl6w

En redevenant sauvages et féroces / Patrick Fontana
Du Jeudi 29 Septembre au Samedi 8 Octobre
Aux horaires des événements du festival
Espace Khiasma
exposition

Des milliers de personnes traversent la Méditerranée au risque de perdre leurs vies pour nous rejoindre, des « migrants » qui marchent à travers l’Europe, qui sont arrêtés par des murs, des barbelés, mis dans des camps et ensuite refoulés. L’Europe rejette massivement ces personnes.

En redevenant sauvages et féroces est une série de dessins au crayon noir sur des feuilles, format A5, à partir de fragments de photographies prises sur internet sur ces évènements. Je travaille au rythme -et en boucle- de Four seasons revisited du compositeur Max Richter. Je saisis des lignes, des matières, je rencontre des regards, des visages…
Ces dessins sont rassemblés sous trois thèmes : traversées-accostages, attentes, marches.
Accès libre tout au long du festival, aux horaires des événements 

Retrouvez le programme du festival sur notre site… 

…et sur Facebook                                         

Théâtre (polyglotte) à la Colline les 7 et 8 juin 2016 : Marcus Borja

Marcus Borja-Theatre1

THEATRE
Interpréludes
avec le soutien de la compagnie Vahram Zaryan
de et mis en scène Marcus Borja

mardi 7 et mercredi 8 juin à 18h30 et 21h
durée : 1h30

avec Jérôme Aubert, Astrid Bayiha, Roch Amedet Banzouzi, Sonia Belskaya, Marcus Borja, Lucie Brandsma, Sophie Canet, Antoine Cordier, Etienne Cottereau, Belén Cubilla, Mahshid Dastgheib, Alice Delagrave, Simon Dusigne, Rachelle Flores, Michele Frontil, Ayana Fuentes Uno, François Gardeil, Haifa Geries, Lucas Gonzalez, Lola Gutierrez, Jean Hostache, Hypo, Magdalena Ioannidi, Matilda Kime, Cyrille Laik, Malek Lahmraoui, Feng Liu, Hounhouénou Joël Lokossou, Yuanye Lu, Esther Marty Kouyaté, Laurence Masliah, Jean-Max Mayer, Romane Meutelet, Tatiana Mironov, Makeda Monnet, Rolando Octavio, Wilda Philippe, Ruchi Ranjan, Andrea Romano, Tristan Rothhut, Théo Salemkour, Charles Segard-Noirclère, Olivia Skoog, Aurore Soudieux, Ye Tian, Isabelle Toros, Raluca Vallois, Gabriel Washer, Sophie Zafari, Vahram Zaryan

Sur scène, plongés dans le noir, les spectateurs sont assis sur autant de chaises. Cinquante comédiens tournent autour de ce cercle en choral en clamant, chantant et murmurant des textes en plus de trente langues, accompagnés d’un piano, d’une guitare, d’un accordéon et d’un nyckelharpa (vièle à clés suédoise…). Des rires et des cris s’échappent parfois de cette communauté plongée dans l’obscurité. Des voix parlées et des chants lyriques, traditionnels ou populaires, s’élèvent et enveloppent l’assemblée guidée par l’écoute. Le public, traversé par les textes et leurs musiques, vit une expérience sensorielle hors du temps.
Rompu aux arts du théâtre et de la musique, Marcus Borja est à la fois acteur, metteur en scène, dramaturge, musicien, chef de chœur, et doctorant (son projet de recherche s’intitule « Poétiques de la voix et espaces sonores »). Avec Théâtre, il invente une fresque polyphonique et polyglotte extraordinaire. Le public, vers qui tout converge et se dissout, reste en permanence au centre du dispositif, et accueille en son corps toutes les langues humaines : « Voix de la nuit, voix du monde, de nations différentes, voix qui résonnent comme si elles venaient de loin ou de la plus stricte intimité… », écrit Georges Banu.

production déléguée Compagnie Vahram Zaryan

Alain Mabanckou au Collège de France : texte de la leçon inaugurale

4413-225x270-2REDILA se doit d’accueillir le texte de la leçon inaugurale d’Alain Mabanckou prononcé le 17 mars 2016 au Collège de France et accueilli par Antoine Compagnon pour la chaire annuelle de création artistique créée en 2005 (le discours de Compagnon est ici : http://books.openedition.org/cdf/4420). Il vient d’être disponible et je me fais un plaisir de le rendre à disposition de nos lecteurs parce que c’est un événement qui ne rattrape pas le retard mais donne la chance d’aller de l’avant pour penser aujourd’hui la création, la recherche et l’enseignement avec les littératures.

« Lettres noires : des ténèbres à la lumière » : http://books.openedition.org/cdf/4421