Géographies de la mémoire

« D’un homme, plus que son histoire, celle de sa naissance, de sa formation, de ce qu’il a produit ou laissé, je désire plutôt connaître les espaces, les villes, les territoires et les pays, les étendues et les terroirs qu’il a parcourus. C’est cette notion de traversée qui m’importe, plus secrète, plus insaisissable que toutes les sédimentations, les accumulations d’une existence. Sur cette route, on n’est jamais seul. Il y a les lumières et les éclairages d’un arrière-pays, la grâce et l’intermittence des rencontres. »

Philippe Le Guillou, Géographies de la mémoire, Paris, Gallimard, 2016, p. 13.

 

« c’est un parcours à travers les territoires et les lieux d’une vie qui sous-tend ce récit autobiographique. »

Aujourd’hui, je voudrais vous présenter ce livre de Philippe Le Guillou: Géographies de la mémoire. Ce livre est publié chez Gallimard, dans la collection Blanche en 2016. Un livre pour ceux qui s’intéressent à la question des lieux et des espaces.

Bonne lecture.

Vous pouvez voir la présentation du livre ici.

Vous pouvez feuilleter le livre ici.

 

Espaces littéraires et Territoires critiques

Espaces littéraires et Territoires critiques

Pour une approche de l’espace littéraire : Géopoétique et géocritique dans le franchissement des frontières de la connaissance

29, 30 juin et 1er juillet 2017

Faculté des Lettres de l’Université de Porto

Calendrier:

31 janvier 2017 : date-butoir pour la soumission de propositions de communication.

28 février 2017: date-butoir pour la réponse du comité scientifique.

8 au 15 mai 2017 : inscription au colloque.

1er juin 2017 : publication du programme du colloque.

La réorientation théorique des études littéraires dans le sens de son approche renouvelée du “réel”, identifiée plus tard par d’aucuns comme le “tournant spatial” (Soja, 1989) commence à prendre forme dans le panorama théorico-littéraire à partir du milieu du XXe siècle, quand des théoriciens de renom dans le champ structuraliste accordent un vaste espace de réflexion au rapport entre « la littérature et la réalité », dans le but de dénoncer avec insistance toute « illusion référentielle » (Barthes et al., 1982), et de renvoyer l’espace littéraire à sa spécularité intratextuelle (Dällenbach, 1977).

Il est incontestable que le rapport de l’homme au monde a, depuis toujours, constitué une des thématiques prépondérantes de l’histoire de la littérature, stimulée à partir des XIVe et XVe siècles, par les voyages qui signalent le tournant de la modernité (Westphal, 2011), par la pratique et l’écriture mêmes d’écrivains « voyageurs » au cours des XVIIIe et XIXe siècles, et par la conséquente promotion de la « littérature de voyages » à la catégorie de genre littéraire

Nous assistons aujourd’hui à des changements de paradigmes où se dessinent de nouvelles territorialités littéraires, où l’on interroge les frontières entre le réel et la fiction (Lavocat, 2016), et où se dégagent de nouvelles formes d’approche de l’espace littéraire. Des changements de paradigmes qui découlent avant tout de la pratique du voyage, dont les motivations anthropologiques ont profondément changé (Debaene, 2010), avec une incidence particulière sur le champ littéraire où « mondes » et « textes » possibles (Lavocat, 2010; Escola (éd.) 2012) préludent à de nouveaux territoires à explorer au-delà du texte « littéral », où un « monde plausible » peut se dessiner au-delà de la vision cartographique eurocentrée du monde (Westphal, 2011), où de nouvelles pratiques de mobilité suscitent de nouvelles formes d’écriture et d’autres supports d’expression, ainsi que de nouvelles manières de lire, ancrées sur une géographie physique, mais également humaine (Bouvet, 2015).

Nous pointons aujourd’hui la production littéraire en des contextes et des approches mondiales, non-délimitables, marqués par le triomphe de la traduction (Damrosch, 2003). Tantôt davantage centrée sur l’observateur – ce qui implique une perception du monde égocentrée –, tantôt valorisant l’espace représenté par le biais d’approches multifocalisées et géocentrées, l’étude de la littérature requiert de nos jours d’autres outils opératoires en vue de la compréhension de son rapport au réel. S’ouvre ainsi un vaste domaine pour la recherche d’une Géopoétique, qu’il s’agit d’interroger afin d’y signaler ses principales orientations théoriques et propositions méthodologiques actuelles.

Aussi bien au sens strict du terme, mis en orbite par Kenneth White à  partir de la fin des années 1970 pour rendre la conscience du monde sous-jacente à la création poétique, qu’au sens plus large, englobant la réflexion théorique suscitée par l’attention que la littérature accorde au rapport de l’homme à l’espace, la Géopoétique pointe un domaine de recherche qui interroge à nouveau les fondements théoriques de la référentialité spatiale et de la création littéraire dans le cadre de la postmodernité, où les espaces frontaliers, de passage, ou les configurations territoriales que de nouvelles cartographies des espaces humains procurent en fonction de nouvelles mobilités, s’imposent comme valeurs fondamentales.

Face à la diversité et à la complexité de questions que le texte littéraire soulève, les apports fournis par la Géopoétique gagnent à être confrontés avec d’autres réflexions et outils conceptuels avancés, par exemple, par Yi-Fu Tuan ou par Wolfgang Welsch.

En fait, mis en usage de leur temps déjà par Bachelard ou Yi-Fu Tuan, les concepts de « Topophilie » et de « Topophobie » mettent aujourd’hui en évidence, dans un contexte transdisciplinaire, les liens affectifs entre l’homme et l’espace. L’espace est délimité par l’individu qui l’observe, par une vision ouverte ou fermée de l’identité culturelle, et cautionne les politiques d’inclusion ou d’exclusion de l’Autre. La perception spatiale conditionne les attitudes, les valeurs et le langage des hommes qui l’habitent, le parcourent ou l’imaginent. Elle oblige, dès lors, au dialogue entre la poétique, la rhétorique, l’éthique et la géographie.

De même, le concept de « transculturalité », fondé sur le postulat euphorique de la mobilité et de la porosité entre les frontières, étayé sur une réorganisation démocratique des asymétries de pouvoir, invite à un nouveau regard sur l’espace, lequel se veut dynamique, aussi bien dans ses composantes politico-sociales que dans ses dimensions culturelles et littéraires.

Aussi, suivant les paradigmes théoriques énoncés plus haut, nous invitons tous les intéressés que ces questions interpellent à proposer des interventions autour des axes thématiques suivants :

  • Géopoétique et géocritique: questions de transdisciplinarité ;
  • Le Tournant spatial et les nouvelles territorialités littéraires ;
  • Liminalités et espaces transfrontaliers ;
  • Géopoétique et perception de l’espace par la littérature ;
  • Géopoétique: fiction et référentialité ;
  • Géopoétique: topofiphilie et topofophobie ;
  • Geopoétique: espace et transculturalités.

Bibliographie citée:

Barthes, R. et al., Littérature et réalité, Paris, Seuil, 1982.

Bouvet, R.,  Vers une approche géopoétique : Lectures de Kenneth White, Victor Segalen, J.-M. G. Le Clézio, Presses Universitaires  du Québec, 2015.

Dällenbach, L., Le récit spéculaire : essai sur la mise en abîme, Paris, Seuil, 1977.

Damrosch, D., What is World Literature?, Princeton University Press, 2003.

Debaene, V., L’adieu au voyage: l’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard, 2010.

Escola, M. (éd.), Théorie des textes possibles, Rodopi, coll. C.R.I.N., 2012.

Lavocat, F., La théorie littéraire des mondes possibles, Éditions du CNRS, 2010.

Lavocat, F., Fait et fiction : pour une frontière, Paris, Seuil, 2016.

Soja, E., Postmodern Geographies: The Reassertion of Space in Critical Social Theory, London, Verso, 1989.

Tuan, Yi-Fu, Space and Place. The Perspective of Experience [1977], Minneapolis, London, University of Minnesota Press, 2002.

Welsch, Wolfgang “Transculturality – the Puzzling Form of Cultures Today”, in Mike Featherstone / Scott Lash (ed.), Spaces of Culture: City, Nation, World, ed. by, London, Sage 1999, 194-213

http://www2.uni-jena.de/welsch/papers/W_Wlelsch_Transculturality.html).

Westphal, B., Le monde plausible : espace, lieu, carte, Paris, Les Éditions de Minuit, 2011.

Langues de communication

Les langues de communication sont le portugais, l’espagnol, le français et l’anglais.

Calendrier

31 janvier 2017 : date-butoir pour la soumission de propositions de communication.

28 février 2017: date-butoir pour la réponse du comité scientifique.

8 au 15 mai 2017 : inscription au colloque.

1er juin 2017 : publication du programme du colloque.

Organisation

Ana Paula Coutinho

Gonçalo Vilas Boas

Jorge Bastos da Silva

José Domingues de Almeida

Maria de Fátima Outeirinho

Maria Hermínia Amado Laurel

Maria Luísa Malato

Maria Teresa Oliveira

Soumission des proposition de communication

Toutes les propositions de communication doivent être soumises à l’évaluation du Comité Scientifique du colloque. Merci de signaler l’axe d’approche retenu. Les communications retenues ne pourront dépasser les 20 minutes.

La soumission de proposition (résumé entre 250 et 300 mots), accompagnée d’une brève notice biobibliographique, est à envoyer au courriel suivant:

geopoeticas2017@gmail.com

Inscription

100,00€ (montant qui assure l’inscription, le dossier, le certificat, les pause-café et les déjeuners du colloque).

120,00€ (du 16 mai au 31 mai 2017)

Un dîner du colloque est prévu sur inscription.

Modalités de paiement

Merci d’entrer sur: https://www.letras.up.pt/gi/por/eventos.asp

NB : les textes des communications feront l’objet d’une publication sur avis favorable d’un comité de lecture et sur engagement de remise du texte selon le protocole de rédaction à signaler.

Organisme responsable

ILC Margarida Losa

URL de Référence

http://www.ilcml.com

Adresse

Faculdade de Letras da Universidade do Porto – Portugal

url de référence

http://www.ilcml.com

adresse

Faculté des Lettres de l’Université de Porto

Écopoétiques, un tour d’horizon ?

DOSSIER CRITIQUE n°42/ Octobre 2016 (volume 17, numéro 5)

La littérature aurait-elle besoin d’espaces ? C’est en tout cas ce que laisse à penser, depuis une vingtaine d’années, la richesse des approches qui, de la géocritique promue par Bertrand Westphal à la géographie littéraire proposée par Franco Moretti ou Michel Collot, en passant par la géopoétique illustrée par Michel Deguy puis Kenneth White, s’efforcent de penser la manière dont l’écriture peut mettre l’espace en mots, et dont les territoires peuvent à leur tour être habités par les textes. Le quarante-deuxième dossier critique d’Acta Fabula propose ainsi un tour d’horizon des écopoétiques actuelles, qui permettent de revisiter les créations littéraires et artistiques à la lumière de leur relation à l’environnement. Qu’il s’agisse de faire un état des lieux général de la géocritique, de focaliser l’attention sur des écrivains contemporains (Échenoz, Calvino, Pynchon, Ransmayr), ou encore d’analyser quelques-uns des motifs symboliques de notre rapport à l’espace (la frontière, la zone périurbaine), les articles rassemblés ici soulignent combien la littérature s’inscrit dans le sillage de ces « pratiques » qui, selon la formule de Michel de Certeau, transforment les lieux en espaces vécus, récités et mythifiés. Voici donc une belle occasion d’arpenter de nouveaux chemins critiques, et de revisiter le dossier « Écopoétique » dans l’Atelier de Fabula.

Vous pouvez lire les articles en cliquant là-dessus:

Publié sur Fabula

Le monde est mon langage

Le monde est mon langage
Alain Mabanckou

Date de parution : 31/08/2016 Editeur : Grasset ISBN : 978-2-246-80219-8 EAN : 9782246802198 Format : Grand Format Présentation : Dos carré collé Nb. de pages : 320 p.

Le monde est mon langage est le tour du monde de la pensée et des émotions telles que la langue française les véhicule, par les gens les plus divers, célèbres ou inconnus, adolescents ou vieillards, Haïtiens ou Français. Alain Mabanckou les a rencontrés et nous les raconte, en une suite de portraits admiratifs et aimants. JMG Le Clézio ou un inconnu de la Nouvelle Orléans, Sony Labou Tansi qui, au Congo, écrivait dans des cahiers à spirales devant deux posters du Che Guevara, bien d’autres encore.
Ils ont ces mots en partage et ils les partagent. Leur langage est notre monde.

La Lorraine des écrivains : création littéraire et territoire

Appel à communication :

La Lorraine des écrivains : création littéraire et territoire

1-2 décembre 2016
Université de Lorraine–île du Saulcy Metz, Salle Ferrari

Date limite de proposition de communications : avant le 15 septembre 2016

Sous l’impulsion des cultural Studies, la création littéraire en lien avec la cité, ainsi que les écrivains en tant qu’acteurs à part entière du système culturel, constituent un champ d’exploration transdisciplinaire. On assiste ainsi, depuis une vingtaine d’années à des approches critiques croisées émanant de champs disciplinaires variés (géographie, littérature, sociologie, muséologie…) axées sur la notion d’espace. Les études littéraires ont par exemple emprunté à la géographie des concepts comme le territoire, le paysage par le biais des représentations littéraires de l’espace et des médiations possibles entre espaces réels et espaces perçus, construits, imaginés par les écrivains.
La manifestation s’articulera autour de ce rapport création/territoire à travers 3 axes de réflexion :

1) Les écrivains lorrains : approche cartographique, historique et géocritique

2) Création littéraire et territoire

3) Patrimoine littéraire

 

Modalités :Veuillez faire parvenir votre proposition de communication sur une page maximum, au format Word ou PDF (indiquant votre sujet, les principales problématiques envisagées et les sources mobilisées), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique (profession, domaine de recherche, institution, publications) à l’adresse suivante :

carole.bisenius-penin@univ-lorraine.fr

Comité scientifique :

  • Françoise Alexandre (Université de Lorraine)
  • Rachel Bouvet (Université du Québec à Montréal, UQAM)
  • Marc Brosseau (Université d’Ottawa)
  • Nicolas Brucker (Université de Lorraine)
  • Valérie Deshoulières (Université de la Sarre, Institut Catholique de Paris)
  • Marc Lacheny (Université de Lorraine)
  • Gérard Nauroy (Université de Lorraine)
  • Jean-Marc Quaranta (Aix-Marseille Université, AMU)
  • Nathalie Roelens (Université de Luxembourg)
  • Jacques Walter (Université de Lorraine)
  • Bertrand Westphal (Université de Limoges)

Responsable :

Carole Bisenius-Penin

À quoi bon une littérature jeunesse en temps de détresse ?

L’opus 8 de la collection « Théories » des éd. Marie Delarbre s’intitulera « À quoi bon une littérature jeunesse en temps de détresse ? »

 

Les propositions doivent être envoyées par courriel jusqu’au 31 juillet 2016 accompagnés d’une courte bio-bibliographie. La date de publication prévue de l’ouvrage est : octobre 2016. (Longueur des contributions : environ 10 000 mots).

Axes de recherche :

  • La littérature jeunesse, une philosophie à l’usage des enfants.
  • La construction de l’identité masculine/féminine en littérature jeunesse.
  • Les personnages mythiques dans la littérature de jeunesse.
  • La littérature de jeunesse à la scène et à l’écran.

 

MARIE DELARBRE ÉDITIONS, 

URL de référence

http://www.marie-delarbre.fr

Programme Gundishapur 2017

Appel à candidatures

Gundishapur est le Partenariat Hubert Curien (PHC) franco-iranien. Il est mis en œuvre en Iran par le Centre de Recherche scientifique et de Coopération internationale (CISSC) du Ministère iranien de la Recherche, de la Science et de la Technologie, et en France par les ministères des Affaires étrangères et du développement international  (MAEDI) et de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR).

L’objectif de ce programme est de soutenir l’émergence de coopérations scientifiques de haute qualité entre les deux pays par le soutien à la mobilité de chercheurs français et iraniens.

Pour plus d’information, cliquez ici.

La revue du CIEBP: Education et Sociétés Plurilingues

Présentation

ÉDUCATION ET SOCIÉTÉS PLURILINGUES est une publication destinée à toute personne concernée par les problèmes pédagogiques et de société posés par l’éducation plurilingue: enseignants, chercheurs, professions libérales, commerçants, élus, travailleurs sociaux, formateurs, parents, étudiants. Elle se propose de diffuser des informations sur l’éducation plurilingue, tant dans sa dimension pédagogique que dans ses rapports avec le milieu social: il s’agit de relier les questions relatives aux exigences des sociétés plurilingues, et plus particulièrement de l’école bi- et plurilingue, aux contraintes et aux libertés – linguistiques, culturelles, politiques – que chaque société connaît face à l’éducation et à la formation de ses enfants et de sa jeunesse.

Cette revue rejoint la plateforme de revues.org avec trois numéros en accès ouvert et en texte intégral.

Dernier Numéro en ligne

38 | 2015
Varia

Andrée Tabouret-Keller
Editorial
Que faire ? aux amis et collègues tunisiens
Gabrielle Varro
Présentation
L’impact du contact des langues

Histoire et société

Ekaterina Alexeeva
  • Des Allemands de la Volga et la lutte contre l’analphabétisme en URSS dans les années 1910-1930

 Val d’Aoste

Gianmario Raimondi
  • Antoponimia plurilingue: storia della lingua e storia delle identità
Carmen Soddu Gard
  • Enseigner la langue française autrement

Didactique & enseignement bi/plurilingue

Gabriella Vernetto
  • L’ouverture à l’internationale par un diplôme binational : le BachiBac
Valentina Rocchi et Gérald Schlemminger
  • «Un esame, due diplomi»: l´ESABAC, programma binazionale italo-francese

 Expériences & Recherches

Chantal Dompmartin-Normand et Anne Le Groignec
  • Un atelier d’écriture créative en FLE
    Tissages et apprentissages plurilingues
Gilles Forlot
  • Du « fait linguistique » au « fait plurilingue » à l’école française
Liana Back, Lucía Dumazet et Melisa Guerrien
  • La experiencia de la Escuela Argentina en París

Témoignage

Josette Favre
  • Univers linguistiques et épanouissement de l’identité en VDA… un long parcours

Comptes rendus d’ouvrages

Caroline Juillard

  • Sabine Gorovtiz, L’école en contexte multilingue. Une approche sociolinguistique Paris, L’Harmattan, 2014

Luisa Revelli

  • Luisa Revelli, Diacronia dell’italiano scolastico

Prefazione di Pietro Trifone. Roma, Aracne, 2013

Résumé de HDR

Patricia Lambert
  • Sociolinguistique et éducation. Une approche ethnographique

 

 

Quelques lettres… et refaire le monde; Atelier d’écriture.

Présentation du livre et de l’établissement de

La Boîte à mots:

LA BOÎTE À MOTS Ateliers d’écriture épistolaire entre enfants et adultes Quelques lettres… et refaire le monde Laurent Marty

LA BOÎTE À MOTS – Ateliers d’écriture épistolaire entre enfants et adultes – Quelques lettres… et refaire le monde

Laurent Marty – Préface de Marie Desplechin, L’Harmattan, 2003.

La Boîte à Mots est une œuvre un peu magique, à la fois utile et belle. Des enfants écrivent à des adultes. Les adultes, répondants bénévoles, leur écrivent en retour. Et l’on découvre, à la grande satisfaction des uns et des autres, le plaisir de l’art épistolaire. Tout en tissant tranquillement le fil des générations, la Boîte à Mots offre aux adultes un lieu d’échange d’une étonnante qualité.

L’établissement de La boite à mots dirigé par Isabelle SAGNET à Lille.

La Boîte à Mots est une boîte aux lettres un peu différente de celles que nous connaissons. Elle est un intermédiaire confidentiel dans le cadre d’une discussion intime entre des enfants et des adultes. Elle est née de l’ambition de créer une action de prévention spécifique dans le cadre du droit à l’expression (art 13 de la Convention Internatio- nale des Droits de l’Enfant). Elle intervient auprès d’un grand nombre d’enfants, avec une attention particulière pour ceux en difficulté, mais sans les isoler des autres. C’est une autre manière d’établir des relations entre des enfants et des adultes bénévoles, grâce à la mise en place d’une correspondance. Ainsi, depuis 1996, l’équipe des facteurs de la Boîte à Mots anime des ateliers d’écriture et de lecture dans des écoles, collèges, centres sociaux, terrains d’accueil des gens du voyage et foyers. Cette initiative se déroule en relation étroite avec les professionnels du monde éducatif du lieu qui accueille les ateliers.

Langue française : le chagrin et la passion

Langue française : le chagrin et la passion

Revue Critique

 

Critique n° 827 : Langue française : le chagrin et la passion

2016
96 p.
11,50 €
ISBN : 9782707329684

version numérique

Présentation:

L’avilissement de la langue française est un leitmotiv du discours décliniste. Voyez comme elle est déchue, nous répètent essayistes et gazetiers ! Malmenée, maltraitée, outragée par les Français eux-mêmes ; et de par le monde, délaissée, de plus en plus ignorée, de moins en moins désirée.
Nous avons voulu rompre avec cette antienne. Car il suffit de s’éloigner du mur des lamentations médiatiques pour constater qu’il y a aujourd’hui des écrivains, des linguistes, des philosophes, des sociologues, des historiens, en France et hors de France, qui posent de manière neuve la question du français, de son état et de son statut. Ils, elles le font sans complaisance ni masochisme. Sans renier, ni dénier la part d’émotion qui colore leur rapport à cette langue, mais sans céder non plus aux mirages nostalgiques ni aux déplorations pathétiques.
Entre Alain Borer et Xavier North, Jean-Marie Klinkenberg et Laurent Jenny, Michèle Causse, Katy Barasc et Thierry Hoquet, Pascale Casanova et Tiphaine Samoyault, ce numéro ouvre non pas un, mais des dialogues – complices, complexes, critiques, polémiques.
Avec pour point commun le beau souci de ne pas parler du français sur un ton chagrin.
Sommaire

Xavier NORTH : Shiak, silures et métaplasmes
Alain Borer, De quel amour blessée. Réflexions sur la langue française

Laurent JENNY : Politique de la langue ou dissolution de la langue ?
Jean-Marie Klinkenberg, La Langue dans la cité. Vivre et penser l’équité culturelle

Thierry HOQUET : Rêver le monstre d’une langue sans genre
Michèle Causse et Katy Barasc, Requiem pour il et elle

Tiphaine SAMOYAULT : De la langue mondiale à la langue-monde
Pascale Casanova, La Langue mondiale. Traduction et domination

ENTRETIEN
Pascale CASANOVA : « Tous ceux qui pratiquent un bilinguisme collectif sont dominés »

*

Philippe ROUSSIN : Journées du quotidien
Pierre Rusch, L’Œuvre-monde. Essai sur la pensée du dernier Lukács
Michael Sheringham, Traversées du quotidien. Des surréalistes aux post-modernes

Éléonore DEVEVEY : Les échappées romaines d’un historien foucaldien
Philippe Artières, Vie et mort de Paul Gény

Jean-Yves POTEL : L’imaginaire antisémite chrétien
Joanna Tokarska-Bakir, Légendes du sang. Pour une anthropologie de l’antisémitisme chrétien

Quatre siècles d’enseignement du persan et du français en France et en Iran

Colloque international organisé par l’luniversité Allameh Tabatabaï et Inalco de Paris

iran-france

Quatre siècles de l’enseignement du persan et du français en France et en Iran

Dates: 1 et 2 octobre 2016

Lieu: Université Allameh Tabataba’i, Faculté de la littérature persane et des langues étrangères, Rue Allameh jonoubi,1997967556 Téhéran, Iran

 

L’Iran, depuis quatre siècles, partage une longue histoire commune avec la France. Le persan est enseigné en France parmi d’autres langues orientales, il y a presque 400 ans et au fil des siècles, le français et le persan font parties du programme d’études supérieures dans chacun de ces deux pays.

Le département de traduction française de l’Université AllamehTabataba’i (ATU) et l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) organisent un colloque international sur le thème « Quatre siècles de l’enseignement du persan et du français en France et en Iran » à Téhéran les 1 et 2 octobre 2016 (10 et 11 Mehr 1395).

Ce colloque vise à souligner l’importance de l’enseignement du persan et du français, comme un instrument de rapprochement entre deux cultures, et le rôle primordial que joue cet enseignement dans l’établissement d’une communication effective entre deux peuples et deux civilisations.

Le comité organisateur du colloque invite les professeurs, les enseignants-chercheurs et les étudiants à soumettre leurs propositions sur quatre siècles de relations pédagogique, langagière, littéraire et culturelle entre l’Iran et la France, et aussi sur l’état actuel et l’avenir de l’enseignement et des recherches dans ces domaines.

Nous vous informons que la date limite de soumission des propositions est le 4 mai 2016 soit le 15 Ordibehesht 1395 du calendrier iranien.

Les propositions peuvent être faites en français et en persan. La thématique du colloque s’articule sur les axes suivants :

  1. Domaine des langues

– échanges lexicologiques

– emprunte et calque

– français en Iran : situation actuelle et perspective

– persan en France : situation actuelle et perspective

– influence du français sur persan

  1. Traduction

– enseignement de la traduction

– situation actuelle de la traduction du français en persan – persan en français

  1. Didactique

– méthodes d’enseignement du français

– méthodes d’enseignement du persan

  1. Culture

– histoire des échanges culturels

– influence de la culture française en Iran

– histoire de l’enseignement du persan en France

– histoire de l’enseignement du français en Iran

 

Lieu:

Université Allameh Tabataba’i

Faculté de la littérature persane et des langues étrangères

Rue Allameh jonoubi

1997967556 Téhéran

 

Téléphone : +9821-88692345

E-mail : colloque.allameh@gmail.com

 

Frais d’inscription avec intervention :

Enseignants : 2000000 rials

Etudiants : 500000 rials

Participants étrangers : 100 euros

 

Frais de participation :

Enseignants : 1500000 rials

Etudiants : 300000 rials

Participants étrangers : 80 euros

Source de l’information :Telegram de AILLF (Association iranienne de langue et de littérature françaises)

Circulation des savoirs Iran-France-Allemagne

Appel à communication

Premier colloque trilatéral international, organisé par les Universités d’Ispahan, de Strasbourg et de Fribourg-en-Brisgau. Circulation des savoirs Iran-France-Allemagne

Premier colloque trilatéral international, organisé par les Universités d’Ispahan, de Strasbourg et de Fribourg-en-Brisgau

Etant donné les conventions de coopération scientifique mises en place par l’Université ’Ispahan avec l’Université de Strasbourg d’une part et l’Albert-Ludwigs-Universität de Fribourg-en-Brisgau d’autre part, un premier colloque trilatéral intitulé: «Circulation des savoirs Iran-France-Allemagne; approche interdisciplinaire – aspects historiques et contemporains – Sciences humaines et sociales/ Sciences de la Nature», sera organisé les 9 et 10 Mai 2016 à l’Université d’Ispahan (Iran). Il fera appel à la coopération scientifique des trois établissements. Ce premier volet des travaux se poursuivra par deux autres colloques internationaux, à l’Université de Strasbourg (France) en 2017 et à l’Université de Fribourg-en-Brisgau(Allemagne) en 2018.
L’objectif du colloque d’Ispahan est d’apporter une vision innovante sur l’histoire croisée des relations scientifiques, techniques, culturelles, politiques et économiques des trois pays en question, ainsi que de créer et d’entretenir de nouveaux échanges entre les scientifiques et les intellectuels de ces trois pays, dans la voie du développement des interactions Iran-France -Allemagne.Un deuxième objectif est de susciter des possibilités de dialogue entre les spécialistes de ces trois pays, de coopérer dans divers domaines de recherche, d’envisager la publication commune d’articles et d’ouvrages et de mettre en place des échanges de chercheurs. Considérant l’histoire et la civilisation des trois pays, le but de ce colloque est de favoriser de nouveaux échanges interculturels entre l’Iran, la France et l’Allemagne. Ces relations doivent permettre d’approfondir notre connaissance réciproque de la culture des trois pays, et de développer un dialogue fructueux dans de nombreux domaines. Les chercheurs intéressés sont priés de faire parvenir leur proposition à l’adresse électronique indiquée ci-dessous.

Principaux axes du colloque:

1-Les relations historico-culturelles

Comprenant des articles sur la littérature, la traduction, l’orientalisme, les récits de voyages, les échanges interculturels, les sciences du langage, les relations historiques, les recherches archéologiques, le patrimoine culturel et les œuvres d’art, sous l’aspect des échanges entre l’Iran, la France et l’Allemagne.

2-Les relations politico-économiques

Comprenant des articles sur le développement durable, les relations commerciales, les politiques d’investissement, les coopérations économiques, la géopolitique, l’économie politique nationale et internationale sous l’aspect des échanges entre l’Iran, la France et l’Allemagne.

3-Les savoirs scientifiques et techniques

Comprenant les échanges technologiques, les conventions bilatérales industrielles, la formation des centres de recherche et des parcs scientifiques et industriels, la création de marques de fabrique, les brevets technologiques.

4-Autres sujets concernant le dialogue interculturel entre l’Iran, la France et l’Allemagne

 

Dates importantes:

Date limite de soumission des propositions de communication: 20 Février 2016

Envoi d’une réponse définitive de la part du comité scientifique: 1 Mars 2016

Date limite de soumission de l’article définitif: 10 Avril 2016

Date du colloque: 9 et 10 Mai 2016

Website: isf-conference.com

Email: isfconference2016@gmail.com