A propos ZHENG Wen

2012-aujourd’hui Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Doctorat en langues, langage, théorisation et transmission. Domaine de recherches : didactique de la langue et littérature franco-chinoises en classe de langue.

oct. 2015 Intervention à la journée d’études « Passages de paroles, paroles de Passages ». Article publié : « Diversité de la relation singularité/ universalité en didactique de la littérature dans le contexte chinois »

juin 2015 Intervention au colloque « Interculturalité et traduction » de l’Université Chang Jung de Taïwan. Article communiqué : « Les textes littéraires biculturels en classe de langues ».

avril 2015 Intervention au colloque « Ecrire le lieu, fictionnaliser l’espace » à l’Université de Porto au Portugal. Titre de l’article : « Perception des lieux chez les écrivains français du XXème siècle et didactique de la littérature de voyage en classe de FLE »

nov. 2014 Intervention au colloque « Polyphonies franco-chinoises : représentations, dynamiques identitaires et didactique » à l’Université Catholique de l’Ouest d’Anger. Titre de la communication : « Comment tirer parti des caractéristiques des romans français de voyages en Orient pour favoriser l’acquisition de la compétence linguistique et culturelle dans un cours de FLE en Chine ?

2010-2012 Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Master Recherche Didactique du français et des langues.

mai 2012 Intervention au colloque universitaire : « Peut-on connaître les pensées enseignantes ? » La recherche du groupe est mise en collection de l’équipe IDAP (Equipe Interactions Didactiques et Agir Professoral) de l’Université Paris 3.

Diversité de la relation singularité/ universalité en didactique de la littérature dans le contexte chinois

Les études sociologiques montrent une complexité identitaire dans la société moderne. Les membres de la société sont tous des êtres composites qui appartiennent aux différents « macro-groupes » et « micro-groupes ». Malgré la différenciation du nom, sexe, nationalité, ethnie… ces groupes d’affiliation ne peuvent pas être définis de manière exclusive selon Laplantine (1994), car nous sommes tous « poly-identitaires » (Morin, 1987) et nos communautés d’appartenance ne restent pas toujours « juxtaposées » l’une sur l’autre. Leur relation peut être conflictuelle, tolérante ou rejetée et est loin d’être immobile. L’évolution de la société et de la culture entraîne à certains égards l’évolution de la catégorisation et de la relation entre les groupes. Par conséquent, notre identité « s’affirme, évolue, se réaménage » (Dortier, 1998 : 52).

La complexité et la caractéristique mobile de l’identité nous semblent des entraves dans l’enseignement du français langue étrangère, car « tout terrain où des pratiques enseignantes et apprenantes se déploient est situé dans un contexte (historique, social, politique) et présente des réalités diverses » (Aguilar, Brudermann et Leclère, 2014 : 6) Face à un groupe d’apprenants qui s’affilie aux différentes communautés, comment pouvons-nous traiter ce « métissage » identitaire et culturel ?

Dortier a cité dans son ouvrage que « la genèse de l’identité personnelle, du « soi » (self) ne peut pas être conçue comme un phénomène personnel. La genèse de l’identité s’inscrit toujours dans une relation interactive à autrui[1] ». Il nous semble aussi pertinent, pour un cours de FLE d’aujourd’hui où de nombreuses identités et cultures se manifestent et s’évoluent, d’analyser la relation entre un individu avec l’ « Autre », entre la singularité et l’universalité.

Ainsi, notre enjeu d’enseignement et d’apprentissage de la langue et la culture n’est plus de transmettre et de connaître seulement des cultures isolées mais de « comprendre l’expérience humaine dans ses singularités mais aussi dans sa totale universalité » (Abdallah-Pretceille, 2005 : 38 ). Au lieu de ne fixer le regard que sur la transmission de la culture « pure » de l’ « autre », pourrions-nous analyser et faire appréhender aux apprenants cette relation avec l’autrui, leur relation individuelle avec le groupe, avec l’univers ? Nous ne devrons pas oublier que « ce ne sont jamais les cultures qui se rencontrent, mais leurs porteurs qui, par leur dynamisme propre, introduisent de nouveaux paramètres » (Camilleri, 1998 : 60)

 Ces porteurs des cultures révèlent davantage leur rôle dans une classe de FLE, surtout dans celle de littérature pour un public de FLE. Collès souligne que la littérature peut « nous apprendre beaucoup sur ce qui relève de l’ethnographie de la communication, à savoir les effets de mise en scène des participants, les comportements rituels, les attitudes ou les gestes qui sont propres à une culture particulière » (Collès, 2013 : 84). La classe de littérature forme donc un terrain où la relation singularité/universalité circule consciemment ou inconsciemment. Le pouvoir cognitif aussi bien expérientiel que documentaire (Lumbroso, 2013) dont dispose les textes littéraires créent des rencontres identitaires, culturelles et linguistiques entre l’auteur et l’apprenant, ainsi que l’apprenant et l’enseignant. Ces rôles ancrés dans un contexte spécifique semblent être une théâtralisation et une mise en scène de soi et des autres par les œuvres littéraires.

Pour développer cette question, nous prendrons dans cet article le contexte universitaire chinois comme objet de recherche. La simplicité « externe » de l’identité et de la « pure » culture chinoise forme-t-elle une homogénéité en classe de FLE pour un public chinois? L’enseignement du français et de la littérature française reste-t-il, comme c’est le stéréotype chez la plupart, une pure transmission de savoirs et une simple comparaison de cultures en raison des caractéristiques mono-linguistique et mono-culturelle chez les étudiants chinois ? Comment, dans le contexte chinois, l’universalité influence-t-elle la singularité et vise versa ? En cours de FLE quel rôle la littérature joue-t-elle dans cette relation ? A travers la transcription et l’analyse interactionnelle des observations de classes, nous essayerons de décoder la relation singularité / universalité en didactique de la littérature dans le contexte chinois.

Contexte

Les observations ont été réalisées pendant les périodes d’octobre à novembre 2013 et de mai à juin 2014 dans quatre classes de département de français réparties entre l’Université des Langues étrangères de Pékin (2 classes), l’Université Renmin de Chine (1 classe), et l’Université Normale de la Capitale (1 classe). Les étudiants des trois premières classes sont tous en troisième année et pour la dernière classe en master. Les détails du contexte institutionnel de chaque classe sont référencés dans les tableaux[2] ci-dessous

Cadre d’ensei-gnement Nom de l’institution Université des Langues étrangères de Pékin Université des Langues étrangères de Pékin Université Renmin de Chine Université Normale de la Capitale
Description de l’institution Une des universités chinoises les plus réputées pour l’enseignement des langues étrangères. Une des universités chinoises les plus réputées pour l’enseignement des langues étrangères. Une université chinoise réputée dont le département de français a été créé récemment en 2005. Une université chinoise généraliste dont une grande partie des diverses disciplines qu’elle couvre ont un lien avec l’enseignement
Intitulé du cours Histoire de la littérature française (section 1) Histoire de la littérature française (section 2) Histoire de la littérature française Théorie de la littérature française
Date du début de cours septembre 2013 février 2014

 

septembre 2013 septembre 2013

 

Date de la fin de cours janvier 2014 juin 2014 juin 2014 janvier 2014
Nombre d’heures par semaine 2 1h50 toutes les deux semaines 1h30 2h
Enseignant Nom/Prénom CHE Lin ZHANG Yingxuan WEI Keling GONG Mi
Nationalité Chinoise Chinoise Chinoise Chinoise
Sexe Féminin Féminin Féminin Masculin
Formation 2002-2004 doctorat en cotutelle : Université Paris III Sorbonne Nouvelle et Université des Langues étrangères de Pékin

Domaine de recherche : littérature comparée – le symbolisme français et la poésie chinoise

Doctorat en cotutelle : Université des Langues étrangères de Pékin et Université Paris IV Sorbonne.

Domaine de recherche : rhétorique dans les œuvres de Victor Hugo

 

Doctorat en cotutelle : Université Queen’s (Canada) et Université Paris 8.

Domaine de recherche : altérité dans la littérature française  du XXème siècle: Segalen.

Doctorat à l’Université de Pékin

Domaine de recherche : littérature française

Expérience Depuis 1993 professeur du département de français de l’Université des Langues étrangères de Pékin 12 ans d’expériences dans l’enseignement du français (cours de lecture depuis 12 ans et cours de littérature française depuis 4 ans)

 

Depuis 2009 enseignante du département de français à l’Université Renmin

Cours principaux : Histoire de la   littérature française, Rédaction

Plus de 10 ans d’enseignement à l’Université Normale de la Capitale

Cours principaux : Littérature française

Parle-t-il la langue des apprenants ? Oui Oui Oui Oui
Apprenants Nombre 19 19 12 9
Nationalité Chinoise Chinoise Chinoise Chinoise
Langue maternelle Mandarin Mandarin Mandarin Mandarin
Répartition par sexe 8 garçons, 10 filles 13 garçons, 6 filles 5 garçons, 7 filles 9 filles
Age moyen 20 20 20 23
Niveau du français B1-B2 B1-B2

 

B1-B2

 

B2

 

Formation en langue française 2 ans de cours de français réguliers à l’université 2 ans de cours de français réguliers à l’université 2 ans de cours de français réguliers à l’université 5 ans de cours de français réguliers à l’université
Séjour en France Pas de séjour en France Pas de séjour en France Pas de séjour en France Pas de séjour en France

Après un rapide parcours de ces données, il apparaît qu’une classe de FLE dans le contexte universitaire chinois forme apparemment un groupe homogène : les étudiants observés possèdent la même nationalité, la même langue maternelle entre eux et avec l’enseignant, quasiment le même âge, la même situation sur la formation en français (la même durée de l’apprentissage de la langue française et pas de séjour en France)… Les études sur la relation individu/groupe et singularité/universalité n’ont-elles plus de place en classe de FLE universitaire en Chine ?

  • Une universalité « imposante » ?

Extrait 1. Cours du 20/05 /2014 14h-15h30 Madame WEI Keling

Activité : Lecture de l’extrait de la « glace » dans Madame Bovary de Flaubert

17’ [3]

P       tu as l’air perturbé (elle s’adresse à un étudiant)

Am     […] hum :: on peut voir qu’Emma se dit pourquoi elle ne peut pas avoir une meilleure vie

P       oui oui

Am     hum :: + elle recherche un bel amour et une belle vie + c’est l’instinct des humains

P       oui oui

Am     +++ du coup euh je ne sais pas si on peut dire que c’est une femme vicieuse +++ je ne sais pas euh comment l’auteur comprend cette tragédie

P       nous ne nous occupons pas de la compréhension de l’auteur par rapport à ce texte mais nous nous occupons de NOTRE compréhension c’est bon

Am     oh personnellement je me demande comment ça se fait qu’Emma ne mérite pas d’une meilleure vie

Extrait 2. (la même séquence)

59’

(L’enseignante a montré aux étudiants quelques peintures surréalistes dans un album : Le baiser de Pablo Picasso, Golconde de René Magritte, La persistance de temps de Salvador Dalí, L.H.O.O.Q de Marcel Duchamp, etc.)

P       j’ai dit tout à l’heure que le surréalisme n’est pas seulement un courant littéraire + il s’agit aussi de l’ensemble de l’art ++ comment vous sentez-vous ↑

Af       très bizarre

P       très bizarre + et quoi d’autres ↑ + ça nous fait ça nous fait un défi de ::

Am     mie san guan[4] (ça détruit mes trois conceptions)

As       (rires)

P       mie san guan oui oui oui + du coup pourquoi vous pensez ça ↑

Af       cela ne ressemble pas à ce qu’on voit d’habitude + c’est parce que c’est différent qu’on le trouve bizarre

Dans le premier extrait, au lieu de son propre point de vue, l’apprenant masculin essayait de chercher d’abord une interprétation par rapport au personnage d’Emma à partir des regards de l’auteur. En oubliant son identité personnelle, il fait recours à un autrui, à une autre personne pour sécuriser sa propre identité. Mais si on parcourt l’éducation traditionnelle en classe primaire et secondaire de chinois langue maternelle et de littérature chinoise, on remarque que le rôle d’« auteur » est omniprésent dans l’enseignement de la littérature et les étudiants doivent essayer de se rapprocher du « point de vue » de l’auteur pour avoir une réponse correcte.

Les étudiants chinois apprennent donc depuis l’enfance d’analyser un texte littéraire à partir de l’avis de l’auteur qui est résumé en une réponse unique. Cet apprentissage de la lecture forme une « universalité » collective qui influence sur chaque singularité individuelle et s’empare du pouvoir dans la réflexion des étudiants. La relation singularité/universalité ne reste plus à l’équilibre dans cet extrait et la tension entre ces deux éléments ne sont plus respectés (Abdallah-Pretceille, 2005).

Dans l’extrait 2, l’apprentissage du courant surréaliste dans la littérature et l’art rencontre des entraves. Ces deux derniers sont considérés comme anormaux chez les étudiants chinois parce qu’ils ne correspondent pas à leur connaissance habituelle qui « répond à un besoin d’appréhension de la réalité sociale en situation sécurisante » selon Costalat-Founeau (1997 : 16). Les « trois conceptions » (sanguan) principales nées dans l’interaction entre société et individu constituent une universalité sculptée dans la singularité et agisse dans l’apprentissage de FLE.

Malgré la démonstration imposante de l’universalité en cours de littérature du FLE dans le contexte chinois, cela ne signifie pas un anéantissement total de l’identité de singularité.

  • Un dynamisme du soi ?

Extrait 3. Cours du 06/11/2013 10h-12h Madame CHE Lin

Activité : lecture des Sonnets (VIII) de Louise Labé

17’

P       maintenant vous avez la traduction du sonnet en chinois + alors page 43 vous connaissez déjà la traduction comme shisihangshi (poème à quatorze vers) n’est-ce pas + et il y a entre parenthèse aussi une traduction SHANGLAI + c’est pas mal cette traduction + c’est pas facile à traduire + c’est une traduction des années 30 du XXème siècle par des poètes chinois + les poètes chinois contemporains de l’époque ont traduit le sonnet en SHANGLAI + il y a un rafraîchissement dans cette traduction + les mots sonnet et shanglai ont tous les deux deux syllabes n’est-ce pas + il y a un rapprochement sémantique + le mot shang a un sens de chanson + SHANGlai shang shang ca vous dit quelque chose ↑

As       Gong Shang Jue Zhi Yu [5]

P       Gong Shang Jue Zhi Yu n’est-ce pas + un terme dans la musique chinoise + […] du coup SHANGLAI nous donne une impression de la musique n’est-ce pas ↑

As       hum

P       aimez-vous l’un ou l’autre + d’après vous quelle traduction préférez-vous↑

Am     shisihangshi

P       shisihangshi ↑ (elle a l’air surprise)

As       (éclatement de rires)

P       pourquoi ↑ + shisihangshi c’est meilleur ↑

As       c’est plus facile à retenir

Extrait 4. Cours du 20/05/2014 10h10-12h Madame ZHANG Yingxuan

Activités : Introduction du contexte historique du symbolisme et jeu « Cadavre Exquis »

P       (l’enseignante regarde les papiers du premier groupe)

(rire) ça a l’air assez intéressant + bon + wahouuu c’est pas mal beau + (elle lit lentement et clairement) hier soir + la SIrène + vous avez dit la sirène ah :: la sirène dans la mythologie grecque ah

As       (rires)

P       dans la mythologie grecque hum + (elle reprend la phrase) raconte des histoires au paradis

As       (rires)

P       il semble un peu trop comment ↑ + très ::

Am     très surréaliste

P       très surréaliste très réaliste ah + regardons celui-ci ++ au moyen âge

As       (rires)

P       une Madame une dame ++ Corine

As       (éclatement de rires)[6]

P       conduit une voiture

As       (rires)

P       dans le milieu du Louvre + dans le milieu du Louvre

As       (rires)

P       on commence à sentir un peu le surréalisme hum + au moyen âge une dame Corine conduit une voiture

As       (éclatement de rires)

As       (discussions entre eux)

P         après la tempête euh :: + Ironman euh homme de FER Gangtiexia (Ironman) Ironman

As       (rires)

P       chante + dans la chasse près de la rivière

As      (éclatement de rires)

P       ces personnages sont tous très spéciaux ah + ensuite après la deuxième guerre mondiale + un vagabond nostalgique + apprend à chanter et manger du PAIN + près d’un lac autour duquel s’épanouissent

As       (rires)

P       des arbres + oh ::

Am     ah une talentueuse

P       ah une talentueuse oh :: + une talentueuse ah elle a écrit beaucoup +++ c’est le surréalisme hum

Ce qui est intéressant dans cet extrait 3, c’est la relation « incompatible » des étudiants avec l’enseignante en dépit de l’impulsion de l’avis de cette dernière. Curieusement, le deuxième groupe d’étudiants qui suivent le même cours avec la même enseignante ont quasiment la même réaction mais ils murmurent près de l’observatrice et ce qui n’a pas été saisi par l’enseignante. On y remarque donc un « dynamisme du soi » et une volonté de l’illustration de la « singularité » chez les apprenants chinois bien que parfois ils choisissent de l’occulter au lieu de l’exprimer.

Il existe également des moments où la tension de la relation singularité/universalité devient moins conflictuelle et se manifeste de manière plus diversifiée. Comme dans l’extrait 4, l’enseignante crée un environnement « sans contrainte » et relâché pour que les étudiants achèvent cette activité littéraire de manière « exquis cadavre ». Les phrases construites en groupe établissent dans cette activité collective une singularité chez les étudiants :

-Hier soir la sirène raconte des histoires au paradis.

-Au Moyen âge une dame Corine conduit une voiture dans le milieu du Louvre.

-Après la tempête Ironman chante dans la classe près de la rivière.

-Après la Deuxième Guerre Mondiale un vagabond nostalgique apprend à chanter et manger du pain près d’un lac autour duquel s’épanouissent des arbres.

Le garçon fan d’Ironman, la fille qui fait beaucoup de lectures littéraires et l’étudiant humoriste aux yeux de ses camarades de classe s’expriment à leur manière. Il y a le réalisme, l’imaginaire et les éléments liés à leur vie et à leur personnalité. Dans cette universalité on aperçoit une singularité diversifiée.

  • L’apprentissage de la relation singularité/universalité en cours de littérature

Les textes littéraires en FLE fournissent en fait un terrain qui permet aux apprenants de mener une réflexion sur l’identité des humains, sur son rôle social avec le groupe, avec les autres, et sur sa relation singularité/universalité en classe de langue et dans la société. Regardons ces deux extraits :

Extrait 5. Cours du 05/11/2013 10h – 11h30 Madame WEI Keling

Activité : Discussion sur l’individualisme, l’altérité et la relation avec les autres chez Rousseau et Rimbaud

21’16

(Le paragraphe que les étudiants sont en train d’étudier est le commencement des Confessions : « Je ne suis fait comme aucun de ceux que j’ai vus ; j’ose croire n’être fait comme aucun de ceux qui existent ».)

 P       alors ici vous voyez vous voyez déjà même une euh :: une individualité un   individualisme qui sort de ce paragraphe + ça va ↑ c’est quoi un individu ↑

As       hum ::

[…]

P       ICI il [Rousseau] n’est pas comme comme tout le monde + mais altérité de de toi-même +++ si vous connaissez Rimbaud le poète le plus plus connu du XIXème siècle il a une phrase très connue il a dit JE est un autre + (elle écrit cette phrase au tableau) JE-EST-UN-AUTRE je est un autre c’est une phrase très connue de Rimbaud + vous pouvez voir qu’il a transformé le mot en EST+ JE EST un autre il dit comme ça + ce est est avec il […] je suis autres + il c’est lui c’est pas MOI-même + c’est différent de Rousseau Rousseau qui dit je suis autre je suis différents des autres ++ TANDIS que Rimbaud dit quoi JE SUIS

As     autre

P       autre

[…]

P       est-ce que ce genre de commencement vous donne envie de lire la suite ↑

As     oui

As     hui (oui)

As     (ils hochent la tête)

P       pourquoi

Af2     alors je veux lire ce genre de livre unique et connaître cette personne unique

P       il est de quel genre de personne et quel genre de personne arrive à écrire un tel livre ++ comment ça se fait qu’il soit si sûr de lui n’est-ce pas ↑+ Jiang ↑ (le prénom d’une étudiante)

Jiang   il se décrit comme une personne insolite + il se nomme unique différent des autres + je trouve qu’il existe une supériorité chez lui

P       il ne veut pas dire qu’il est insolite il veut juste dire qu’il est différent UNIQUE je suis UNIQUE + sans doute il se croie sûrement différent des autres + dans ses écrits il illustre complètement une individualité + cet HOMME cet homme ce sera moi

Extrait 6. Cours du 23/10/2013 9h40 – 11h40 Monsieur GONG Mi  

Activité : Discussion sur le rapport entre le texte littéraire et le monde[7]

P         si vous pensez que les romans que vous lisez sont beaucoup plus exagérés que le monde que vous apercevez + c’est parce que vous êtes chacun un individu singulier et votre point de vu par rapport à l’univers est vraiment TROP partiel TROP limité + mais si vous synthétisez votre visualisation singulière + vous vous rendrez compte que le monde réel est beaucoup plus exagéré que la littérature + beaucoup plus exagéré que la littérature + comme dans les tragédies de la Grèce antique on peut voir beaucoup d’histoires sur l’adultère + sur l’assassin de la mère par les enfants + vous pensez que cela exagère trop + parce que vous n’avez jamais vu ce genre de scène dans votre vie réelle

Rousseau avec son autobiographie et Rimbaud avec son poème discutent de différentes manières de l’individualité, du soi et de la relation avec les autres. L’avis de certains étudiants chinois que Rousseau est prétentieux à cause de son attitude « je suis unique dans le monde» peut être lié à l’éducation traditionnelle dans la société chinoise : la modestie est une vertu. Malgré l’influence de cette « universalité », la quête de l’individualité et le rejet de l’universalité unique par les étudiants s’exprime au travers leur volonté de lire la suite du texte. L’enseignant se sert de la littérature dans le but de faire réfléchir les apprenants à la question de l’individualité/collectivité, la singularité/universalité, la relation avec la société et le monde. C’est une réflexion aussi bien dans le monde des écrivains que dans le monde des étudiants.

Conclusion

Les observations des cours nous montrent l’existence d’un dynamisme de la relation singularité/universalité en didactique de la littérature dans le contexte universitaire chinois. D’un côté est omniprésente une universalité liée, pour une grande partie, à l’éducation traditionnelle chinoise et qui affecte la manière de faire la lecture littéraire chez les étudiants chinois. De l’autre côté, on remarque également une volonté de personnalisation, une recherche du soi et de la singularité dans l’universalité. Les cours de littérature française en classe de FLE en Chine sont donc loin d’être un lieu de simple transmission de connaissances littéraires. L’enseignant essaie de mener une réflexion sur la relation du soi avec autrui, avec l’universalité, avec le monde, à travers les textes littéraires qui possèdent une force émotionnelle, expérientielle et cognitive.

[1] Mead G. H., L’esprit, le Soi et la Société, 1934, cité par Dortier, p.53.

[2] Le contexte institutionnel est référencé à l’ouvrage théorique de Francine CICUREL, Les interactions dans l’enseignement des langues. Agir professoral et pratiques de classe, Paris, Didier, 2012.

[3] L’interaction de ce passage se fait en chinois. Elle est traduite en français par l’observatrice.

[4] Mie san guan est une expression récente et populaire en Chine issue d’Internet. Mie : détruire, anéantir. San : trois. Guan : conception. San guan (les trois conceptions) est d’origine du Bouddhisme et du Marxisme pour indiquer la conception du monde, de la vie de la valeur pour un être humain. Le mot a été repris récemment dans l’expression Mie san guan (anéantir les trois conceptions) qui sert à ironiser des personnes ou des choses détruisant et renversant les trois conceptions communes par rapport au monde et à la valeur partagées par la plupart des gens.

[5] Gong Shang Jue Zhi Yu : cinq sons traditionnels qui constituent l’échelle musicale chinoise.

[6] Une étudiante chinoise dans la classe se fait appeler Corine en français.

[7] Cours effectué en chinois, transcription traduite par l’observatrice avec soins.

BIBLIOGRAPHIE

ABDALLAH-PRETCEILLE M., « Pour un humanisme du divers », VST – Vie sociale et traitements 3/2005 (no 87) , p. 34-41.

AGUILAR J., BRUDERMANN C. et LECLERE M., Complexité, diversité et spécificité : Pratiques didactiques en contexte, Paris, Diltec, 2014.

CAMILLERI C., « Cultures et stratégies, ou les mille manières de s’adapter », L’identité. L’individu, le groupe, la société, Auxerre, éd. Sciences Humaines, 1998.

CICUREL F., Les interactions dans l’enseignement des langues. Agir professoral et pratiques de classe, Paris, Didier, 2012.

COLLES L., Littérature comparée et reconnaissance interculturelle, Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1994.

COSTALAT-FOUNEAU A.-M., Identité sociale et dynamique représentationnelle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact. Psychologie sociale », 1997.

DORTIER J.-F., « L’individu dispersé et ses identités multiples », L’identité. L’individu, le groupe, la société, Auxerre, éd. Sciences Humaines, 1998.

LAPLANTINE F., Transatlantique. Entre Europe et Amérique latine, Paris, Payot et Rivages, 1994.

LUMBROSO O., Zola autodidacte. Genèse des œuvres et apprentissages de l’écrivain, Genève, Editions Droz, 2013.

MEAD G. H., L’esprit, le Soi et la Société, Paris, Presses univ. de France, 1963.

MORIN E., Penser l’Europe, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1987