A propos Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

Refugee Literature Workshop

Documentary_Refugee_Literature_july_4_2017

Prog_Refugee_Literature_Workshop_july_6_2017

GIS – MOMM Congress 6 July 2017 Inalco, 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris Room B 3.03 Convenor: Claire Gallien Email: claire.gallien@univ-montp3.fr

Presentation

The current refugee crisis affecting large parts of the Middle East and the Mediterranean world today has given new prominence to the corpus of refugee literature written by Arab writers in Arabic, English, French, and other European languages. This workshop aims to unpack the category of ‘refugee literature’ and its ideological underpinnings as it relates to question of nationalism and neo-imperialism, but also as it questions and reshapes national literatures by taking refugees out of quarantined zones and into shared literary, cultural, and social spaces.

The speakers of the workshop aim to interrogate the validity of the category of ‘refugee literature’ not only because it homogenizes vastly disparate experiences and capitalize on suffering and pity, but also because it is established on the premise of a binary opposition with the equally problematic concept of ‘national literature.’ What does this sub-category reveal about the position of refugee literature in relation with national canons and the idea of the nation? By using the category, are we not, as scholars and critics, reproducing an asymmetrical power relation that ultimately reproduces the confinement of these writers to a sub- or minor genre?

Related to other forms of trauma literature, the workshop reflects on the translation of refugee experiences. Does one have to be a refugee to write refugee literature? How can the experience be translated, and by whom? Non-written forms of cultural productions, such as oral literature, shall be taken into account, along with the conditions of production, collection, and transmission of refugee experiences in the camps and the role/commitment of translators in the West and beyond.

Finally, the workshop invites comparison between the various recuperations of the term ‘refugee’ by the authors themselves and the status of refugee literature in various countries of the Middle East, North Africa and Europe, but also in Iran, Pakistan, and India. Why would a writer prefer to resort to the elitist category of ‘exile’ rather than call her/himself a ‘refugee writer’? How does refugee literature reconnect with Shahrazad’s paradigmatic interpretation of literature as refuge? Would not the concept of ‘displacement’ be more fitting to characterize texts which relate an experience of displacement but also fundamentally displace categories (author, translator, editor, inside, outside, fiction, surreal, real…) and readers? 

6 July – Morning Session – Salle B 3.03 

9:30-10:45: Contesting the Tag  (Chair: Laetitia Zucchini)

Mariangela Palladino, Keele University: ‘Refugee Literature’? Narrative of Journeys across Africa and the Mediterranean.

Frédérik Detue, Université de Poitiers: “This is no Refugee Literature”

Melissa Chaplin : Exploring the Positioning of Refugee Authors in Contemporary Literature: Negotiating Identities from the Middle East to the UK 

11:00-12:00: Narrating and Translating Experience (1) (Chair: Najla Nakhlé-Cerruti)

Nathalie Bontemps, traductrice littéraire: Etre chez soi, être en exil, écrire. Réflexions autour de la traduction d’Aram Karabet, Yassin Al Haj Saleh, Joumana Maarouf, Majd Al Dik et Golan Haji.

Catherine Coquin: Les « portes de l’Europe » et les « portes du néant ». Réflexions à partir des oeuvres de Samar Yazbek, Jumana Maarouf, Nisrine al-Zahre, et du film L’Eau argentée. 

6 July – Afternoon Session – Salle B 3.03

1:00 – 2:15 pm Narrating and Translating Experience (2) (Chair: Mariangela Palladino)

Valerie Anishchenkova, University of Maryland in College Park: The Battle of Truth and Fiction: Documentary Storytelling and Contemporary Refugee Discourse

Corina Stan, Duke University: From The Village Indian to Ohrfeige: Novels in the Translation Zone

Bénédicte Letellier : La poésie de l’exil dans l’océan Indien : Salah Faik, Adeeb Kamal Ad-Deen et Ahmatjan Osman (via Skype)

2:30-3:30 The Ethics of Representation (Chair: Claire Savina)

Olivera Jokic : Yugoslavian Literature of Muslim Displacement and the Reading of Pity

Claire Gallien : ‘Just Bomb Into It’ – Radical Deconstructions in the Art and Poetry of Gerry Judah, Emily Jacir, and Suheir Hammad

29 juin : lecture partagée de Deleuze, « Différence et répétition »

Journée de lecture théorique des doctorants de Serge Martin (ouverte à tous)

Gilles Deleuze, Différence et répétition, Paris, PUF, 1968.

Bientôt 50 ans que cet ouvrage issu de la thèse principale pour le doctorat ès Lettres de Deleuze (1925-1995) sous la direction de Maurice de Gandillac, a été publié. Il constitue une référence à un double titre : référence interne essentielle dans l’œuvre de l’auteur (nombre de notions y seront reprises) et référence marquante pour la poétique puisqu’il permet de repenser à nouveaux frais en particulier quant à l’individuation-subjectivation dont Deleuze reprend le meilleur à Gilbert Simondon et à ses travaux qui datent du moment structuraliste et donc inaudible à l’époque ; bref, c’est peut-être à une autre généalogie qu’il ouvre aussi avec Gabriel Tarde… en repartant de Spinoza, Leibniz, Kierkegaard et bien d’autres…

Les doctorants de Serge Martin accompagnés par Maël Guesdon, docteur de l’EHESS (http://cral.ehess.fr/index.php?1099), liront à partir de leurs propres recherches cet ouvrage de Deleuze et construiront quelques pistes de reprise des conceptualisations fortes et plurielles dans leur écriture de recherche.

29 juin de 10 à 16 heures en salle M, 3e étage du 46, rue Saint-Jacques (Paris-5)

Langue, capitalisme, colonialisme : qui a droit à la citoyenneté ?

Vous êtes les bienvenu.e.s le jeudi 22 juin (10h-12h) à la conférence donnée  par Monica Heller (Université de Toronto)invitée au SeDyL en juin et  intitulée

Langue, capitalisme, colonialisme: qui a droit à la citoyenneté ?   

Résumé :
Cette communication est basée sur un livre qui paraîtra cette année chez University of Toronto Press (M. Heller et B. McElhinny, Language, Capitalism, Colonialism: Towards a Critical History). Le livre, de manière assez ambitieuse, développe une approche historique des idées sur le rapport langue-langage-société-culture qui met l’accent sur le rôle de ces idées dans la construction de la différence et des inégalités sociales dans le contexte des processus intriqués du capitalisme et du colonialisme (et qui constitue donc un plaidoyer pour une approche qui tient compte de l’économie politique et qui insère le langage dans l’ensemble des pratiques sociales). Pour les fins de cette communication, j’insisterai sur la manière dont le concept et le terrain du langage a servi à construire des distinctions entre l’humain et le non-humain, et à les hiérarchiser, à différents moments, ainsi que sur les formes de résistance à ces opérations de distinction et de hiérarchisation – des luttes que nous qualifions de tensions autour de la citoyenneté, comprise comme droit à accéder aux espaces où sont produites des ressources valorisées, et où  la valeur des ces ressources est définie. Je me concentrerai spécifiquement sur le cas de la construction du champ de la « sociolinguistique » en Amérique du Nord et en Europe durant la Guerre Froide.

Cette conférence sera donné à l’INALCO :

Pôle des Langues et Civilisations
65 rue des grands moulins
75013 Paris

salle 3.15 (3e étage)

Bien cordialement,
Isabelle Léglise

SeDyL – Structure et Dynamique des Langues

UMR 8202 CNRS – INALCO – 135 IRD

http://www.vjf.cnrs.fr/sedyl/
—Pour le développement de nos recherches en sociolinguistique, rejoignons le Réseau Francophone de Sociolinguistique   (secretariat_du_rfs@socioling.org)—

Séminaire Pasolini

Université Sorbonne nouvelle Paris 3

Jeudi 8 juin de 11h. à 13h.

Centre Censier, salle D12

 

Sentimentaliser la vie avec Pasolini

expériences poétiques et cinématographiques

Œdipe Roi est au programme du baccalauréat de la terminale L (un très gros dossier à cette adresse : http://www.lettresvolees.fr/oedipe/pasolini.html). Nous ne voulons pas apporter quelques conseils tardifs aux élèves et professeurs mais seulement comme Thami, qui s’était lié d’amitié avec Pasolini en 1967 lors du tournage d’Œdipe Roi, que l’on retrouve dans le film En attendant Pasolini de Daoud Aoulad Syad (Maroc, 2007), redire combien Pasolini est toujours vivant ! On partira du texte « La jeunesse malheureuse » dans les Lettres luthériennes Petit traité pédagogique de Pier Paolo Pasolini (trad. par Anne Rocchi Pullberg, Seuil, « Points », 2000) en vue de proposer des expériences cinématographiques et poétiques, avec l’ensemble de son œuvre, autour de quelques remarques de Pasolini adressées au jeune Gennariello dont celles-ci :

« Il suffit que tes yeux soient rieurs » ;

« l’un des lieux communs les plus typiques des intellectuels de gauche, c’est la volonté de désacraliser et de désentimentaliser la vie » ;

« si l’un de tes enseignants t’avait éduqué, il n’a pu le faire que par sa manière d’être, non par sa parole. En d’autres mots, par son amour ou sa capacité d’amour » ;

« rien n’oblige autant à regarder les choses que de faire un film » ;

« on ne peut pas enseigner si en même temps on n’apprend pas » ;

« sois joyeux »…

Programme

Serge Martin-Ritman, poète et professeur (Sorbonne nouvelle Paris 3) : Pasolini et le pathos, le poème au plus près – tout contre le Pasolini de Georges Didi-Huberman

Fabiana Bartuccelli, poète et doctorante (Sorbonne nouvelle Paris 3) : (Re)trouver le style : la voix Pasolini entre poésie et politique, de « Les cendres de Gramsci » au « Volgar’ eloquio »

Melissa Melodias, cinéaste et doctorante (Sorbonne nouvelle Paris 3) :  La faute des pères ou l’effet de miroir entre le fils dans Œdipe Roi et le père dans les Lettres luthériennes

Cette rencontre a lieu pendant le marché de la poésie, place Saint-Sulpice. Chacun.e peut venir avec un peu de Pasolini à donner aux autres.

Le geste sous toutes ses formes musicales et dansées

Pour information et diffusion, le programme des prochaines Journées d’étude de la Société française d’ethnomusicologie (SFE) qui se tiendront du 2 au 4 juin prochain à l’auditorium Jean Rouch du Musée de l’Homme (Paris) sur le thème « Le geste sous toutes ses formes musicales et dansées.  À titre exceptionnel et grâce au soutien du CREM et de la chaire GeAcMus (Geste – Acoustique – Musique) du MNHN et de l’Université Paris-Sorbonne, les Journées d’étude 2017 de la SFE seront gratuites pour tous les participants.
Merci de remplir la fiche d’inscription jointe et de la retourner avant le 29 mai à : sfe@ethnomusicologie.fr. Pour des raisons de sécurité, il ne vous sera pas possible d’entrer au Musée si vous n’êtes pas inscrit à l’avance.

JETU 2017. Programme_version courte

SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’ETHNOMUSICOLOGIE

Journées d’étude 2017 – 2-3-4 juin 2017 au Musée de l’Homme 17, Place du Trocadéro, 75116 Paris

FICHE À RENVOYER IMPÉRATIVEMENT AVANT LE 24 mai 2017

À titre exceptionnel et grâce au soutien du CREM et de la chaire GeAcMus (Geste – Acoustique – Musique) du MNHN et de l’Université Paris-Sorbonne, les Journées d’étude 2017 de la SFE seront gratuites pour tous les participants.

Attention ! Pour des raisons de sécurité, il ne vous sera pas possible d’entrer au Musée si vous n’êtes pas inscrit à l’avance : merci de bien remplir cette fiche d’inscription et de la retourner à la Société française d’ethnomusicologie (adresse et date limite ci-dessous).

COUPON D’INSCRIPTION JÉTU 2017 : 2-3-4 juin à Paris

À retourner avant le 24 mai 2017 par courrier postal ou le 29 mai par courriel à :

Société française d’ethnomusicologie – JÉTU

Musée du quai Branly – 222 rue de l’Université – 75343 Paris

 sfe@ethnomusicologie.fr

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Je soussigné(e) :

Nom/Prénom____________________________________________________

Statut (étudiant, doctorant, post-doc,  profession…)______________________________

Adresse courriel ____________________________________                 téléphone______________

  • Désire participer aux Journées d’études SFE les 2-3-4 juin 2017.

Je serai présent(e) le :

  • 2 juin (à partir de 14h)
  • 3 juin (matin)
  • 3 juin (après-midi)
  • 4 juin (matinée)

Nous demandons à tous les membres de la SFE qui n’habitent pas la région Île-de-France de chercher à se loger auprès d’un autre membre (et aux habitants de la région de bien vouloir les accueillir…).

8 juin : séminaire LAPAD : voix et réénonciations

Université Sorbonne nouvelle Paris 3 membre de Université Sorbonne Paris Cité

Séminaire LAPAD-DILTEC : « Les littératures et les arts en didactique des langues » – Séance 1, le 8 juin 2017 de 15 à 17 heures en salle D12, centre Censier, 13, rue de Santeuil (Paris 5)

Serge Martin => Voix et réénonciations : problèmes et expériences

Ce séminaire que le LAPAD-DILTEC (Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques) initie, a pour ambition de réunir les chercheurs du LAPAD et, au-delà, du DILTEC ainsi que les étudiants futurs chercheurs intéressés par ses travaux. Il se consacrera dans un premier temps à faire le point sur les recherches personnelles des membres du LAPAD et leur insertion dans le DILTEC et, plus largement, dans les recherches et les enseignements à la Sorbonne nouvelle, en prenant appui sur la lecture d’un auteur ou d’un texte privilégié, à partir d’une question de pratique d’enseignement ou d’une notion didactique. Il s’agira d’ouvrir un espace de discussion et de partage autour de références ou de questionnements qui ont un rôle moteur pour chacun des chercheurs du LAPAD, et qui peuvent s’associer aux recherches du DILTEC.

La première séance sera animée par cinq doctorants qui feront part de leur lecture de deux ouvrages de Serge Martin, professeur, parus récemment : Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre édition, 2017) et Poétique de la voix en littérature de jeunesse Le racontage de la maternelle à l’université (L’Harmattan, 2015). On s’attachera à deux notions qui les traversent, voix et réénonciations, avec lesquelles on tentera de montrer l’enjeu d’une didactique des langues avec les littératures et leurs lectures. On évoquera des extraits des essais de Walter Benjamin, Emile Benveniste et Henri Meschonnic ainsi que des poèmes de Kateb Yacine, Mohammed Dib et Soni Labou Tansi, en faisant référence à quelques expériences pédagogiques récentes (carnets d’écriture/dessin et carnets numériques). Une discussion s’en suivra et on fixera la date du prochain séminaire.

Un pot de l’amitié permettra de prolonger cette séance avec une dédicace du dernier ouvrage de Serge Martin à la librairie Palimpseste, 16, rue de Santeuil.

Ecritures des mobilités

Colloque annuel de l’ADEFFI 2017

Université d’Orléans, laboratoire REMELICE

26/27/28 octobre 2017

 

Appel à communications : Ecritures des mobilités

Exil, migration, expatriation, relocalisation… les termes sont nombreux pour parler de ceux qui vont ailleurs, seuls ou en groupe, forcés ou de leur plein gré, avec ou sans argent, pour peu de temps ou pour toujours. Les objectifs et les formes politiques et économiques de la mobilité contemporaine sont d’ailleurs au cœur de nombreuses études récentes qui en soulignent l’actualité dans un contexte changeant, protectionniste, qui nous oblige à repenser le multiculturel.

Cette mobilité abordée dans ses formes professionnelles, sociales et économiques permet en effet de repenser les questions fondamentales et interdisciplinaires d’appartenance, d’identité, de limite, de transition, d’exploration, de découverte… Mais elle génère également des protocoles de récit, des représentations spécifiques, songeons aux photographies et aux vidéos sur écrans multiples de Leila Alaoui, aux collages visibles et invisibles du Congolais Sammy Balogi, aux textes bilingues, trilingues, fragmentés, criblés d’incises et de parenthèses de Mohamed Dib, Laurine Rousselet et tant d’autres.

Ce colloque se concentrera sur les approches littéraires et artistiques de la mobilité internationale aujourd’hui et par le passé, en examinant par exemple les images et les textes qui ne différencient plus l’expérience, l’existence, la fiction et la science. Il s’intéressera à l’imbrication des espaces et des temporalités inhérentes aux trajectoires de mobilité. Il interrogera les liens entre les images stéréotypées et les nouveaux imaginaires de la migration.

Les approches croisées et comparées avec des œuvres non francophones pourront être envisagées.

Le colloque traitera notamment (les pistes de recherche ci-dessous sont données à titre indicatif) :

–          frontières géographiques et culturelles

–          voyages

–          « effets de lieu » (Bourdieu)

–          espaces transitoires

–          témoignages

–          méthodes d’écriture et de co-écriture…

–          pratiques de langues transversales, associées aux multiples appartenances linguistiques

–          effets « translanguaging »

–          formes d’interculturalité

–          mises en récit du sujet, des corps, de leur vécu

–          « écritures-monde »

–          passages entre nostalgie, mémoire et histoire

–          (re)constructions

–          écritures errantes (ou en migration)

–          théories de la migration

–          migration et politique

 

Les propositions pour des communications en français ou en anglais (20 minutes), sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum (format MS Word), doivent être envoyées par courriel à adeffi.conference@yahoo.ie avant le 26 mai 2017.

 
 

ADEFFI Annual Conference 2017

Université d’Orléans, laboratoire REMELICE

26/27/28 octobre 2017

 

Call for papers: Writing Mobility

Exile, migration, expatriation, relocation… So many terms mention those who go elsewhere, alone or in groups, forced or by their own free will, with or without money, for a while or forever. Contemporary mobility has been extensively studied in terms of individual motivation, political background and market dynamics, and recent studies show the relevance of mobility in the current context of protectionism, in which we are forced to rethink multiculturalism.

Professional, social and economic forms of mobility allow us to question the fundamental and interdisciplinary concepts of belonging, identity, limit, transition, exploration and discovery, but they also generate narrative protocols and specific types of representation, such as the photographs and multiple-screen videos by Franco-Moroccan artist Leila Alaoui, the visible and invisible collages by Congolese artist Sammy Balogi or bilingual, trilingual and fragmented texts, full of cuts and parentheses by Mohamed Dib, Laurine Rousselet and many others.

This conference will focus on literary and artistic approaches to international mobility, today and in the past, and will focus, for example, on images and texts that do not separate experience, existence, fiction and science. It will question the interrelation of spaces and temporality within trajectories of mobility and consider the many stereotypes as well as newer social imaginary of migration.

Comparative approaches with non-Francophones works will be considered.

Proposals may address any of the following areas (the list below is non-exhaustive):

–          geographical and cultural boundaries

–          travel narratives

–          effets de lieu (Bourdieu)

–          transitional spaces

–          migrant testimonials

–          writing and co-writing methods…

–          transversal languages, weaving multiple linguistic forms.

–          translanguaging

–          interculturalism

–          the putting into narrative of people, bodies or experiences

–          écritures-monde

–          interrelations between nostalgia, memory and history

–          (re)constructions

–          wandering or migrating writings

–          theories of migration

–          migration and politics

Abstracts of 300 words (MS Word format) for 20-minutes papers in French or English should be sent by email to adeffi.conference@yahoo.ie before 26 May 2017.

Prononcer les langues : variations, émotions, médiations

Le colloque Prolang 2017 « Prononcer les langues : variations, émotions, médiations » se tiendra les 5 et 6 octobre 2017 à l’Université de Rouen Normandie.
Accéder directement au formulaire d’inscription https://goo.gl/forms/9ysgXEdsCqvOPRCy2

Retrouvez toutes les informations du colloque sur le site (programme, résumés des communications, etc.) : https://prolang2017.sciencesconf.org/
Recevez l’actualité du colloque en temps réel sur la page facebook : https://www.facebook.com/events/1800130013639523/

Une tribune concernant l’amplification du CECR à signer avant le 26 mai !

REDILA ne peut qu’appeler tous ses membres à signer le plus rapidement possible cette tribune et à la faire connaître autour d’eux ! S.M.

La tribune ci-dessous est destinée à circuler jusqu’au 26 mai 2017, suite à quoi elle sera envoyée avec l’ensemble de nos signatures à l’Unité des politiques linguistiques du Conseil de l’Europe en notre nom à tous. Merci donc d’envoyer, avant cette date, votre signature (avec les informations suivantes : nom, prénom, rattachement institutionnel, pays d’exercice en Europe OU, pour une association  : nom de l’association ) à : Emmanuelle Huver (huver@univ-tours.fr, Professeure des universités, Université François-Rabelais de Tours, France, équipe de recherche DYNADIV, secrétaire de l’ACEDLE) qui rassemblera vos envois.

Le projet d’amplification du CECR : une fausse bonne initiative du Conseil de l’Europe

Nous avons pris connaissance du projet de Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) amplifié, soumis à une consultation qui s’est clôturée le 15 février dernier.

Ce projet a pour objectifs de :

  • « couvrir les domaines pour lesquels il n’existait pas d’échelles de descripteurs dans la version originale (par ex. la médiation, les réactions à l’égard de la littérature, le téléphone / les télécommunications, l’interaction en ligne) ;
  • enrichir la description du niveau A1, et
  • renforcer la description des niveaux C, particulièrement du niveau C2, pour lequel la plupart des descripteurs n’étaient pas calibrés » (Descripteurs illustrant les niveaux du CECR – Version 2016 pilote pour consultation, p.3).

Au-delà de quelques aspects ponctuels relevant d’une vigilance bienvenue (remise en question de la notion de locuteur natif, etc.), l’ensemble du projet vise essentiellement à un renforcement du calibrage et des descripteurs, étendus à des niveaux et à des domaines non couverts jusqu’ici.

Ce principe d’amplification du CECR par reconduction et extension d’une logique de niveaux et de descripteurs nous semble inopportun, voire dangereux. Le CECR a en effet été publié il y a pratiquement 20 ans et nous disposons désormais d’un recul conséquent, à partir duquel un certain nombre de critiques ont été formulées. Celles-ci soulignent toutes, sous différents angles et avec différentes entrées, l’écrasante importance que le CECR a prise et l’uniformisation qui en a découlé, dans la recherche, l’enseignement, les politiques publiques (éducatives, migratoires, etc.), et ce, bien au-delà de l’Europe : la perspective actionnelle, les niveaux et les descripteurs constituent désormais bel et bien le fondement et/ou l’horizon de nombreux projets de recherches, programmes et curricula, certifications, éditions de manuels et d’outils, labels qualité, etc. D’ailleurs, un certain nombre de concepteurs du CECR avaient exprimé, dès les groupes de travail préparatoires, leur scepticisme et leur réticence à la prééminence d’une logique de niveaux et de descripteurs.

Amplifier le CECR en persistant dans cette logique, au mépris de ces critiques, réitérées récemment pour certaines, revient en fait à prétendre en confirmer unilatéralement la pertinence, sans tenir compte des espaces géographiques relevant de ce projet, ni, surtout, mettre en débat les principes sur lesquels cette logique repose. Ce faisant, c’est la domination d’une certaine conception, standardisante et dogmatique, de la didactique des langues qui se trouve pérennisée et même renforcée, ce qui témoigne à la fois d’une cécité certaine, qui conduit à la destruction de toute réflexion dynamique et située, et d’une amnésie coupable vis-à-vis de l’histoire même du CECR et des projets d’une partie des personnes qui ont œuvré à sa réalisation.

En outre, les concepts dont il est particulièrement question (médiation, plurilinguisme, interculturel etc.) ne peuvent être réduits à des descripteurs, des niveaux, des compétences, des tâches et des opérations cognitives, dans la mesure où ils sont principalement liés aux histoires, aux imaginaires et aux expériences singulières des personnes et à la variabilité des situations. Par définition, ces éléments ne se laissent pas enfermer dans des grilles, sauf à vouloir les contrôler en les technicisant pour en assécher toute la diversité et l’hétérogénéité. Là aussi, un certain nombre de chercheurs ont fait état de leur réserve et ont parfois élaboré des propositions alternatives, dont on ne trouve ici nul écho.

Or, cette course folle à toujours plus de standardisation et de descripteurs ne soulève pas seulement des questions « théoriques » : l’apparente « objectivité » et « scientificité » du CECR, et le discours d’expertise dont il se réclame, lui donnent l’allure d’un outil inattaquable, ce qui le rend particulièrement récupérable à différentes fins politiques, dont certaines sont pour le moins discutables. On connait déjà l’usage qui est fait du CECR pour réguler les flux migratoires : qu’en sera-t-il lorsque les pouvoirs publics s’empareront de ces nouveaux descripteurs pour normer et contrôler la « compétence de médiation » des migrants ou encore le caractère culturellement conforme de leurs comportements – pour en faire une « preuve » de leur intégration ou une condition indispensable à l’obtention d’une autorisation de résidence ou de nationalité ? Car l’Europe des années 2010 n’est pas celle des années 1990 : le mouvement indiscutable de repli identitaire, voire nationaliste, la montée en force d’une politique sécuritaire et le règne sans partage d’une « gouvernance » gestionnaire, néolibérale et technocratique ne peuvent que mener (et mènent déjà) à cette utilisation coercitive, normative et, in fine, autoritaire, du CECR.

Amplifier les descripteurs et, a fortiori, ces descripteurs- dans cette situation politico-historique , revient à considérer qu’il suffirait de « plus de technicité » – plus de descripteurs – pour être plus « juste ». Or, la fiabilité technique ne peut, et n’a jamais pu, jouer le rôle de garant éthique : le penser relève soit de la croyance naïve, soit d’une forme de dédouanement à peu de frais des personnes et des institutions qui produisent et diffusent ces outils. A rebours de ce choix, il s’agirait plutôt de tirer les enseignements (y compris critiques) d’une expérience longue de 20 ans et d’anticiper les possibles instrumentalisations de ces actions, en interrogeant la demande sociale et institutionnelle au lieu de s’y soumettre.

C’est pourquoi nous, membres du secteur associatif, enseignants, chercheurs, formateurs, professionnels de l’enseignement des langues, considérons que cette entreprise de pérennisation et d’amplification d’un CECR qui a déjà montré de nombreux effets délétères est foncièrement inacceptable, en ce qu’elle déshumanise l’appropriation et la transmission des langues, stérilise la réflexion en encourageant des orientations uniformisantes, dépossède les acteurs de leur responsabilité et dénature le travail de tous de manière prescriptive.

Nous réaffirmons notre engagement pour une didactique des langues plurielle, éthique et responsable, et demandons en conséquence au Conseil de l’Europe de surseoir à ce projet d’amplification du CECR et d’engager, avec l’ensemble des acteurs du domaine, une réflexion pour favoriser des recherches et des actions partant de la diversité des situations d’appropriation des langues et travaillant avec les enjeux portés par cette diversité.

Premiers signataires

ACEDLE (Association des chercheurs et enseignants didacticiens des langues étrangères)

ASDIFLE (Association de didactique du français langue étrangère)

Transit-Lingua (Association Travaux en Réseaux, Approches Nouvelles en Situations Interculturelles et Transnationales)

 

 

 

Colloque « Avant-gardes poétiques et artistiques hier et aujourd’hui : une invention européenne »

Programme : Avant-gardes_colloque

Plus d’informations ici : http://www.inalco.fr/evenement/avant-gardes-poetiques-artistiques-hier-aujourd-hui-invention-europeenne

Serge Martin y interviendra à partir de l’oeuvre de Tadeuz Kantor et de quelques autres : « Le sens de l’impossible ou la force d’un retour de vie contre les académismes avant-gardistes ».

La revue en ligne Non plus propose son numéro 10

Un gros dossier bilingue coordonné par nos amis Maria Cabral (Université de Lisbonne) et Bruno Anselmo Matangrano (FFLCH-USP) sur le symbolisme, les arts et la littérature.

On peut y lire aussi une recension du livre de Serge Martin, Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre, 2017) ; merci à eux !

Bonne lecture !

tout le numéro : http://revistas.usp.br/nonplus/issue/view/9670

la recension : http://revistas.usp.br/nonplus/article/view/130972/127447

Les parlers jeunes dans l’Ile de France multiculturelle

Descriptif : Gadet. Parlers jeunes

Ouvrage coordonné par Françoise Gadet 

Auteurs des chapitres : Paul Cappeau, Bernard Conein, Françoise Gadet, Emmanuelle Guerin, Anaïs Moreno, Roberto Paternostro, Catherine Schnedecker et Sandrine Wachs.
ISBN : 9782708014916
broché      174 pages

Le français parlé par les jeunes fait plus souvent l’objet de clichés que d’études approfondies. À partir de données établies de façon minutieuse, de descriptions rigoureuses et du démontage des stéréotypes, le présent ouvrage vise à saisir la diversité des parlers jeunes et leur continuité avec d’autres façons de parler le français.

Les études présentées sont menées sur la base d’un corpus nouvellement recueilli en région parisienne pour étudier les effets sur le français du contact des langues de l’immigration. Constitué d’entretiens «de proximité» et d’enregistrements « écologiques » entre pairs, ce corpus fournit des données inédites sur une langue vivante, jusqu’à présent peu visible.  

L’ouvrage propose des descriptions au plan phonique (le prétendu « accent » des jeunes), grammatical (les « écarts » par rapport à la syntaxe standard) et lexical (les mots « nouveaux »), qui conduisent à s’interroger sur l’évolution de la langue et les innovations, ainsi que sur les catégorisations sociologiques spontanées.

 Au-delà de l’intérêt que ces études revêtent pour la linguistique française et pour une meilleure connaissance de la langue parlée ordinaire, cet ouvrage devrait ouvrir sur des retombées sociales, politiques et didactiques, et de ce fait intéresser un large public d’enseignants (FLM et FLE), de décideurs dans les champs sociétaux et politiques ou de parents intrigués par les façons de parler des jeunes.

Table des matières :

1. Pour étudier les « parlers jeunes ». 2. Les jeunes ont-ils un accent ? 3. Les tendances grammaticales. 4. Dynamique des mots. 5. L’oral des jeunes fait-il évoluer la langue ? 6. Deux manières d’énoncer une identité. Conclusion générale. Tableau des enquêtes exploitées. Bibliographie générale. Index des notions.

Luisa Campanile : théâtre et écriture

De retour de Lausanne… j’y ai rencontré Luisa Campanile qui animait un atelier dans le cadre de la journée « Explorer la poésie en classe » à la HEP Vaud : une découverte littéraire et artistique que j’aimerais partager avec vous au moyen de quelques liens et d’une parution à l’école des loisirs :

http://www.theatre-video.net/video/Entretien-avec-Luisa-Campanile-pour-Generation-s-29e-Francophonies-en-Limousin

Luisa Campanile

Née à Sion en 1973, de parents italiens.

D’abord licenciée en psychologie de l’Université de Genève, elle étudie au Conservatoire de Lausanne avant de devenir assistante à la mise en scène pour des spectacles crées notamment au Piccolo Teatro de Milan.

A son tour, elle devient metteuse en scène et fonde le Collectif Iter qui se distingue en Suisse romande par des créations interactives, comme «La Confession», «Le Voyage» et «Les Voix humaines».

Comédienne, elle joue également dans des téléfilms, comme «L’Homo Sapiens» de Jacques Malaterre.

Elle mettra en scène prochainement «Loin», un spectacle qui prend appui sur des textes du poète irakien Youssef Saadi.

Son livre «Flux migratoires» est publié aux éditions Xenia, Vevey.

http://www.swissinfo.ch/fre/culture/devenir-suisse–une-drôle-d-affaire/7323562

FRICHE (LA)

 

Luisa Campanile (Auteur)

12 À 16 ANS
THÉÂTRE

Six adolescents prennent possession d’une friche industrielle pour pouvoir se retrouver entre eux. Arol rêve d’y faire pousser des fleurs et déclare son amour à Emma, la rebelle ; Sammy, entre deux livraisons de pizzas, passe y faire un tour.

Le jour où Emma fait des vidéos de la Friche, le conseiller municipal prend les choses très au sérieux ; ces adolescents deviennent dangereux, les journalistes s’en mêlent. Vite, il faut organiser quelque chose, n’importe quoi, pour séduire cette jeunesse désoeuvrée, sinon ça va mal finir.