Théâtre (polyglotte) à la Colline les 7 et 8 juin 2016 : Marcus Borja

Marcus Borja-Theatre1

THEATRE
Interpréludes
avec le soutien de la compagnie Vahram Zaryan
de et mis en scène Marcus Borja

mardi 7 et mercredi 8 juin à 18h30 et 21h
durée : 1h30

avec Jérôme Aubert, Astrid Bayiha, Roch Amedet Banzouzi, Sonia Belskaya, Marcus Borja, Lucie Brandsma, Sophie Canet, Antoine Cordier, Etienne Cottereau, Belén Cubilla, Mahshid Dastgheib, Alice Delagrave, Simon Dusigne, Rachelle Flores, Michele Frontil, Ayana Fuentes Uno, François Gardeil, Haifa Geries, Lucas Gonzalez, Lola Gutierrez, Jean Hostache, Hypo, Magdalena Ioannidi, Matilda Kime, Cyrille Laik, Malek Lahmraoui, Feng Liu, Hounhouénou Joël Lokossou, Yuanye Lu, Esther Marty Kouyaté, Laurence Masliah, Jean-Max Mayer, Romane Meutelet, Tatiana Mironov, Makeda Monnet, Rolando Octavio, Wilda Philippe, Ruchi Ranjan, Andrea Romano, Tristan Rothhut, Théo Salemkour, Charles Segard-Noirclère, Olivia Skoog, Aurore Soudieux, Ye Tian, Isabelle Toros, Raluca Vallois, Gabriel Washer, Sophie Zafari, Vahram Zaryan

Sur scène, plongés dans le noir, les spectateurs sont assis sur autant de chaises. Cinquante comédiens tournent autour de ce cercle en choral en clamant, chantant et murmurant des textes en plus de trente langues, accompagnés d’un piano, d’une guitare, d’un accordéon et d’un nyckelharpa (vièle à clés suédoise…). Des rires et des cris s’échappent parfois de cette communauté plongée dans l’obscurité. Des voix parlées et des chants lyriques, traditionnels ou populaires, s’élèvent et enveloppent l’assemblée guidée par l’écoute. Le public, traversé par les textes et leurs musiques, vit une expérience sensorielle hors du temps.
Rompu aux arts du théâtre et de la musique, Marcus Borja est à la fois acteur, metteur en scène, dramaturge, musicien, chef de chœur, et doctorant (son projet de recherche s’intitule « Poétiques de la voix et espaces sonores »). Avec Théâtre, il invente une fresque polyphonique et polyglotte extraordinaire. Le public, vers qui tout converge et se dissout, reste en permanence au centre du dispositif, et accueille en son corps toutes les langues humaines : « Voix de la nuit, voix du monde, de nations différentes, voix qui résonnent comme si elles venaient de loin ou de la plus stricte intimité… », écrit Georges Banu.

production déléguée Compagnie Vahram Zaryan


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *