RESOME (suite) : il faut passer aux actes !

Suite de l’appel de RESOME :

Merci de nous avoir contacté pour monter des projets de reprise d’études ou de cours de français dans vos établissements.
Pardon aussi pour le retard, de ce mail, nous avons eu beaucoup de choses à faire, mais qui sont encourageantes pour la suite.
A la suite de la publication de la Tribune et d’autres interventions, beaucoup de personnes nous ont contacté.
Nous sommes actuellement en train de rédiger un document intitulé “Que faire? Comment faire?”, qui constitue un retour d’expériences des différentes initiatives qui ont été menées cette année.
En partenariat avec le Gisti et la Cimade, nous allons également organiser une après-midi formation/ information en juin sur ces thématiques là, qui aura lieu à Paris. Pour les non-parisien.ne.s, nous vous écrirons dans les prochains jours des mails un peu plus personnalisés!

En attendant, vous êtes nombreux et nombreuses à nous avoir demandé comment procéder pour monter des initiatives similaires. La première étape de toutes les initiatives du Resome a été de constituer autour de soi une équipe motivée avec des étudiant.e.s, des professeur.e.s, des membres de l’administration.(dans le cas d’un programme dans un établissement), afin d’élaborer un projet à présenter dans un second temps à l’administration.Pour cela, il n’y pas de secrets: des discussions, un groupe facebook, des listes mails, une réunion d’information, des affiches, pour compter les forces.
Dans le même temps vous pouver aussi commencer à vous rapprocher de lieux où vivent ou passent les personnes exilé.e.s. A Paris, nous avons collecté de nombreuses demandes de personnes voulant reprendre leurs études, aussi, si vous ouvrez un programme ou autre initiative, il y aura des personnes intéressées! Il peut donc être judicieux de se rapprocher des associations comme La Cimade par exemple, des Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA) ou autres lieux de vie, afin de prendre les premiers contacts et collecter les contacts des lieux où personnes à quivous diffuserez l’information dès l’ouverture du programme. Les associations de Français Langue Etrangère sont également un bon relais en la matière.

Pour se motiver et se tenir au courant :
– Quelque chose qui peut prendre de l’ampleur à l’avenir : lors de la rencontre du mardi 10 mai avec Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, le Ministre a déclaré vouloir coordonner les efforts qui étaient faits dans le sens des initiatives du resome, partout en France, de mettre en place une politique publique, ce qui veut dire, aussi, quelques financements. Ce ne sera pas suffisant, et, depuis le début, les actions tiennent et vivent grâce aux militant.e.s et béénvoles investi.e.s plus que grâce aux institutions politiques, mais il y a là un véritable soutien à ne pas négliger, et qui peut aider à convaincre certaines administrations du bienfondé des projets. Ici un article de l’Etudiant qui rend compte de la rencontre : http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/accueil-des-etudiants-refugies-le-ministere-entend-faciliter-la-coordination-des-acteurs.html
– Les liens du Resome : le site internet (www.resome.org); la page facebook (https://www.facebook.com/resomefr/?fref=ts); qui sont régulièrement alimenté.e.s
– Le lien vers une production de La Cimade sur l’apprentissage du français et ses enjeux ( les premières pages surtout sont éclairantes : http://www.lacimade.org/wp-content/uploads/2009/05/Apprendre_le_francais.pdf)
– En pièce jointe, le document “L’accompagnment linguistique et académique des migrant.e.s”, produit à l’intention de la réunion avec le Ministère, allégé des revendications précises.

RESOME- L_accompagnement linguistique et acade_mique des exile_.e

Surtout, si vous avez des connaissances dans l’enseignement supérieur, n’hésitez pas à relayer les possibilités d’actions, à motiver les personnes autour de vous!

A très bientôt, donc,
Fred,
pour le Resome


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.