Notes (suite 2) sur les ateliers

Ce billet est la suite de celui-ci : https://redila.hypotheses.org/416

Une oeuvre de Christian Dotremont photographiée à l'exposition COBRA à Rome en décembre 2015. SM

Une oeuvre de Christian Dotremont photographiée à l’exposition COBRA à Rome en décembre 2015. SM

  1. Excellentes remarques tout au long des écrits de Michel de Certeau ; certaines qui pourraient paraître circonstancielles ont une longue portée telle celle sur les T.P. (travaux pratiques), parue en 1970 dans la revue jésuite Projet et intitulée « L’université devant la culture de masse ». Les T.P., selon Certeau, ne devraient pas être « seulement des exposés ou des applications de savoirs constitués, mais l’apprentissage de méthodes, une pratique des textes, l’expérience de fabrications culturelles et de ‘manières de procéder’. Alors l’ouvrier qui participe à une étude sur l’histoire des politiques syndicales peut, au nom de sa propre expérience de militant, collaborer au travail du groupe qui fait l’histoire, confronter le discours qu’on lui a tenu dans son syndicat avec la façon dont on produit scientifiquement de l’historiographie, et trouver là, avec ses coéquipiers étudiants ou employés, une technique de réflexion sur la société ou sur ses propres options » (La culture au pluriel, Points/essais, Seuil, 1993, p. 99-100). Ainsi les ateliers devraient laisser advenir de telles opérations qui font la critique en actes de « l’enseignant » qui « passe son temps (tue le temps) à exposer ses résultats, et non à expliquer, au cours d’une praxis collective, comment il les obtient, ce qui passionnerait les élèves » (ibid., p. 98). Bref, pour Certeau et donc pour nous avec la notion d’atelier, « la question de fond est bien le rapport entre le contenu de l’enseignement et la relation pédagogique» (p. 109) : une question de continu à rebours des habitudes séparatrices qui réitèrent le bon vieux dualisme fond/forme…
  1. L’atelier serait alors l’utopie d’ « enseigner ce qui n’a lieu qu’une fois» et Roland Barthes d’ajouter : « quelle contradiction dans les termes ! Enseigner, n’est-ce pas, toujours, répéter ? » Alors il en appelle à Michelet qu’il cite sans références : « j’ai toujours eu l’attention de ne jamais enseigner que ce que je ne savais pas… j’avais transmis ces choses comme elles étaient alors dans ma passion, nouvelles, animées, brûlantes (et charmantes pour moi), sous le premier attrait de l’amour ». Et un peu plus loin dans ce texte intitulé « Au séminaire » (1974), Barthes ajoute : « De même que pour Brecht, la Raison, ce n’est jamais que l’ensemble des gens raisonnables, pour nous, le séminaire, la recherche, ce n’est jamais que l’ensemble des gens qui cherchent (qui se cherchent ?) » (Le bruissement de la langue Essais critiques IV, Points/Essais, Seuil, 1984, p. 402-403).
  2. Il faudrait ne jamais oublier la grande leçon des femmes de 1848 que rappelle Michèle Riot-Sarcey dans son Procès de la liberté Une histoire souterraine du XIXe siècle en France (La Découverte, 2016) et en particulier quand elle cite Pauline Roland (1805-1852) écrivant à une de ses camarades en 1850. L’ancienne ouvrière devenue institutrice rappelle que « le fait le plus en évidence aujourd’hui, c’est l’association ouvrière. » Plus loin : « Et, tandis que les philosophes s’efforçaient de résoudre clairement, incontestablement, comme un problème de mathématiques, le problème du prolétariat, d’autres hommes, faits pour l’action, s’organisèrent en associations de genres divers ; sociétés philanthropiques ; sociétés de résistance ; familles réunies par groupes. Sur certains points, formant des centres qui pouvaient devenir le noyau de l’organisation communale ; […] ; autant de germes d’association. L’humanité espérait trouver sa voie, à travers tous ces tâtonnements » (p. 53-54). Il me semble que nos ateliers, tout ce qu’apprendre des ateliers peut engager, doivent précisément travailler à « ces tâtonnements » associatifs qui peuvent constituer les linéaments partagés d’une université nouvelle, libre et juste : lieux et moments partagés de savoirs neufs et méthodes nouvelles construits dans le continu de l’enseignement, de la recherche et de la création.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.