LE CORPS-POEME ET LE POEME-VOIX DE NICOLÁS GUILLÉN

« Littératures et anthropologie : histoires de gestes 2 »
Séminaire transversal de l’UMR 7172 THALIM (Paris 3/CNRS)
animé par Aline Bergé et Serge Martin

Musée du Quai Branly, salle 2

Jeudi 07 avril 2016
17h30-19h30

Dominique DIARD
Maître de conférences en Littérature comparée
Université de Caen Normandie (LASLAR EA 4256)guillen_nicolas

LE  CORPS-POEME ET POEME-VOIX DE NICOLÁS GUILLÉN

En avril 1930, le poète cubain Nicolás Guillén publie à La Havane les premiers poèmes de son recueil Motivos de son (Motifs de son), poèmes ouverts aux voix, aux chants et aux danses d’Afrique, et à la forme  « mulâtre », événement littéraire à l’époque des débuts difficiles de la république cubaine, où les avant-gardes rompent avec les formes héritées de la période coloniale et dessinent des renouvellements poétiques radicaux. Dans ces années-là, le poète Langston Hughes métisse le texte poétique de collages hétérogènes et de musique afro-américaine ; certains de ses poèmes adoptent le rythme du blues tandis qu’en Europe, la poésie de Federico García Lorca palpite des accents et des battements du duende gitan.
Né en 1902 à Camagüey, Nicolás Guillén est mulâtre. L’Afrique incarne dans les premières années du siècle cette part de lui-même qui lui ferme des portes. Sa quête poétique entend ainsi, en premier lieu, restituer à la nation cubaine cette part vive d’elle-même qu’elle délaisse et cantonne dans ses marges : le peuple descendant d’esclaves, auquel sa poésie entend donner voix et corps. Elle vise à forger, dans une forme inédite résolument métisse, le poème-son, destiné à être lu autant que dit ou chanté, une représentation de l’homme créole mieux apte à modeler dans l’imaginaire le visage de la nation à venir.
Par des procédés de densification sémantique, chaque mot renvoie à un registre symbolique reconnaissable qui fait appel à une adhésion émotionnelle. Car par sa capacité suggestive, ce langage poétique acquiert une puissance émotive qui mime la voix et le chant et puise, par la gestualité suggérée, dans les ressources d’un langage du corps. Le rythme et l’amplification de l’arsenal phonique deviennent les éléments structurants du poème qui retrouve ainsi les sonorités de l’Afrique ancestrale, adopte les battements du bongo puis palpite au rythme du son, danse populaire afro-cubaine dont l’origine espagnole fut métissée des rythmes syncopés et des jeux chantés de l’Afrique.
Dans Motivos de son puis dans Sóngoro cosongo ou West Indies Ltd, le poète semble ainsi réaliser, au travers de la métaphore de son propre « corps-symbole », la synthèse d’un processus ethnique, culturel et esthétique qui définit à ses yeux cette « couleur cubaine » où voix et corps entrelacés se meuvent et tracent d’autres horizons esthétiques et idéologiques.  Guillén devient de la sorte le chef de file d’une génération de poètes qui, prolongeant ces procédés formels, devenus programmatiques, inventeront à leur tour d’autres formes poétiques.

Dominique DIARD est maître de conférences en Littérature comparée dans le département Information et communication de l’Université de Caen et membre du centre de recherches « Lettres, Arts du Spectacle, Langues Romanes » (EA 4256, LASLAR). A la suite de son doctorat,  L’Eden errant ou l’Amérique latine des cosmopolites français de la première moitié du XXème siècle, elle a travaillé sur les représentations de l’Amérique Latine dans la littérature française de la première moitié du XXème siècle et les échanges entre les deux continents. Poursuivant l’étude de poètes tels Supervielle, Desnos ou Michaux, elle se consacre aujourd’hui aux poétiques baroques et néo-baroques de la Caraïbe francophone et hispanophone : poétiques de l’émancipation, du fragment et de « la Relation », hypotyposes et poétiques de l’image dans le texte caribéen, héritages littéraires. Recherche et définition de formes littéraires nouvelles, problématiques du roman du Nouveau Monde, réécritures de l’Histoire et représentation des « héros » nourrissent une large part de ses analyses. Auteur d’une soixantaine de publications, elle a dirigé le cahier de la MRSH de Caen La Ville caraïbe : baroque et créolité et traduit de l’espagnol des poètes comme Nancy Morejón ou Basilia Papatamatíu.

Entrée libre.

               Musée du Quai Branly, 37 Quai Branly, 75 007 PARIS, salle de cours n°2 (sous-sol)
Accès. Métro : Alma-Marceau. RER C : Pont de l’Alma. Bus : 63.
Contacts : <Aline.Berge@univ-paris3.fr> et <Serge.Martin@univ-paris3.fr>


Ce contenu a été publié dans Séminaires par Serge Martin. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

Une réflexion au sujet de « LE CORPS-POEME ET LE POEME-VOIX DE NICOLÁS GUILLÉN »

  1. Ping : Un séminaire à Cuba… | art, langage, apprentissage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.