Penser/Enseigner le sens du langage avec Wilhelm von Humboldt

James W. Underhill et le Sujet chez Humboldt

James W. Underhill et le Sujet chez Humboldt

Première séance du séminaire penser/enseigner le sens du langage (dirigé par Jean-Louis Chiss et Serge Martin) ce jeudi 28 janvier 2016 avec l’intervention de James W. Underhill, de l’université de Rouen (Professeur à l’université de Rouen dans le département d’études anglophones et dans l’équipe de recherche interdisciplinaire sur les aires culturelles). Sous le titre, « Humboldt Today et demain » nous avons eu un exposé ambitieux qui a tenté de brasser l’ensemble des notions que bouleverse la pensée de Wilhelm von Humboldt, (1767-1835), et le contexte familial, intellectuel et artistique dans lequel elle a évolué.
« Je ne travaille pas Humboldt, Humboldt me travaille », déclare Underhill avant toute présentation. De manière assez intime, il nous raconte comment Humboldt change sa manière de penser le langage, et c’est en revenant d’une manière très précise sur la langue elle-même qu’il a tenté d’aborder la complexité de la philosophie de Humboldt.
Il s’est penché sur ces mots allemands, ou plutôt faudrait-il dire notions allemandes qui existent dans l’impossibilité d’une définition unique, et qui arrangent parfaitement Humboldt dont la pensée semblait non pas vouloir définir, distinguer, comprendre mais montrer le continu qui s’établit entre la pensée, le langage et les sujets. Comme par exemple Sprachsinn, ce mot qui désigne en même temps manière de penser, de sentir et de parler ; ou encore Weltansicht qui désigne un projet humain, ce devenir à travers le langage, ce développement ou l’activité de se développer à travers le langage, en tous cas cette notion d’activité, de la langue comme mouvement de création permanent à travers le langage : « Sprache, Sprachsinn, Sprachfähigkeit ».
Il s’est agi d’un exposé large qui nous a permis de problématiser les idées reçues qui tournent autour de la langue et qui permettent de poser le point le départ d’un séminaire qui s’essayera lui aussi à sentir la langue pour penser le langage. Des questions comme celle de l’origine du langage, faux-problème selon Humboldt, l’homme en dehors du langage n’existant pas, ce qui importe c’est comment il se fait et (se) pense par le langage, comment la société se fait par le langage ; ou encore de la langue comme objet à protéger, absurde si on la conçoit non pas comme patrimoine, mais comme travail. Un travail de chacun pour essayer de s’exprimer, définir ses idées, se faire comprendre dans le dialogue. Un travail d’action sur le monde et dans le monde,
Finalement, un premier séminaire qui nous a permis d’aborder la langue dans sa continuité avec une réflexion sur la société, sur la place que l’individu y occupe et surtout sur sa capacité d’action en tant que sujet.

Programme et présentation du séminaire:
https://calenda.org/353940


Ce contenu a été publié dans Séminaires par Carla Campos Cascales, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

1 réflexion sur « Penser/Enseigner le sens du langage avec Wilhelm von Humboldt »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.