Soutenance de thèse d’Olivier Mouginot – les ateliers du dire en langue(s) étrangère(s) – 16/11/2018 – Paris

J’ai le plaisir de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat, dirigée par M. Serge Martin et intitulée Les ateliers du dire (lectures, écritures, littératures) : enjeux et expériences de la voix en langue(s) étrangère(s)

La soutenance aura lieu le vendredi 16 novembre 2018 à 14 heures à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, à l’adresse suivante :
Centre Censier
Salle Las Vergnas (3ème étage)
13 rue de Santeuil 75005 Paris
Métro Ligne 7 – Station Censier Daubenton

Le jury sera composé de Mme Françoise Bréant (Université Paris Ouest Nanterre), M. Jean-Louis Chiss (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), M. Laurent Gajo (Université de Genève, Suisse), M. Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), Mme Claudine Moïse (Université Grenoble-Alpes) et Mme Anne-Marie Petitjean (Université de Cergy-Pontoise).

Résumé : 
Cette recherche en didactique des langues se propose d’analyser les expériences langagières attachées à un corpus d’ateliers conduits dans divers contextes d’apprentissage ou d’appropriation du français comme langue étrangère. Renvoyant notamment à l’écriture créative, à la poésie orale, au slam ou encore au théâtre, ces pratiques langagières ont en commun d’« essayer dire » (S. Beckett) en langue étrangère. L’étude ciblée des dimensions expérientielles de ces ateliers du dire permet leur conceptualisation comme essais de subjectivation en langue française. En tant qu’atelier du langage, chaque atelier du dire met à profit la situation des participants en montant en continu leur activité langagière et nombre d’historicités qui s’y rapportent (culture langagière, plurilinguisme, littératures, didactiques). Comme atelier du sujet plurilingue, l’atelier du dire programme un parcours relationnel avec des œuvres de langage exemplaires en termes d’intensité énonciative : la transsubjectivité littéraire est mise au service d’un projet de faire langage arrimé à une dynamique réénonciative. Comme atelier de la voix, l’atelier du dire engage les participants dans des essais de voix ordinaires qui ne relèvent pas seulement d’une création disciplinaire. Dans cette perspective, de tels ateliers en langue(s) étrangère(s) constituent un levier critique des injonctions à communiquer/agir adressées aux acteurs sociaux, notamment en produisant des continuités notionnelles/expérientielles fortes : apprentissage-subjectivation, langues-langage, corps-langage, écriture-oralité. Le faire atelier spécifique de l’atelier du dire ne constitue pas seulement un apport pour une didactique des langues avec les arts du langage, il ouvre aussi et surtout des pistes de recherche pour nourrir la formation des enseignants de FLE en termes de répertoire expérientiel, de gestualité tactique et d’expertise vocale.

OM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.