Le matin des dieux: Du Norouz persan aux Pâques chrétiennes

En 2009, l’UNESCO inscrit Norouz, la fête du Nouvel An iranien et celle des autres peuples qui faisaient partie de l’Empire persan, sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. En 2010, c’est l’Assemblée générale des Nations Unies qui reconnaît le 21 mars comme Journée internationale de Norouz, encourageant ainsi tous les pays du monde à s’inspirer des traditions printanières de cette fête pour promouvoir la paix. Norouz intéresse trois cents millions de personnes. Lors des célébrations auxquelles la fête donne lieu, des tables rituelles sont dressées avec sept éléments, parmi lesquels des pousses (de blé, d’orge, de lentilles et d’autres graines) que les femmes font germer dans les maisons pour marquer un nouveau commencement : Le matin des dieux.

Ce livre interroge les possibles origines zoroastriennes de ce rituel, de sa diffusion et déclinaison de l’Inde jusqu’à l’Europe. Il en résulte un voyage passionnant dans le temps, de la Grèce ancienne au Liban, en passant par la Sicile et la Sardaigne, jusqu’à la Provence française, qui nous révèle les similitudes, surprenantes, entre ces différentes traditions.

Salvatore D’Onofrio est professeur à l’Université de Palerme et membre du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, au sein duquel il coordonne les Cahiers d’anthropologie sociale et le groupe de travail « Archives du Nouvel An à Paris ». Parmi ses dernières publications : Le sauvage et son double (2011) et Les fluides d’Aristote (2014). Il a coordonné l’édition de deux ouvrages de Françoise Héritier : Une pensée en mouvement (2009) et Sida : un défi anthropologique (2013).

Source: http://www.editionsmimesis.fr/catalogue/le-matin-des-dieux/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.