Séminaire doctoral : Les langues des écrivains

Séminaire doctoral de l’ED 268, « Langage et langues : description, théorisation, transmission »

Les langues des écrivains

Responsables : Jean-Louis Chiss et Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3) (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Lieu : salle 410 Censier

Séances de 14 à 18 heures 

Jeudi 25 janvier 2018 :

Invités : Emilio Sciarrino, « Plurilinguisme et création littéraire » (Répondants : Fabiana Bartuccelli, Melissa Melodias et Rafael Mendes).

Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur le plurilinguisme littéraire en poétique et didactique.

Jeudi 8 février 2018 : Pascal Lefranc, « Les langues de Michel Chaillou » (Répondants : Valérie Ducrot, Alexis Hubert et Shungo Morita) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion à partir de quelques ouvrages sur la notion de langue(s) d’un écrivain en poétique et didactique.

Jeudi 8 mars 2018 : Anne Godard, « Langue maternelle et autres : la familière étrangeté des métaphores familiales » (Répondants : Carla Campos Cascales, Sonia Delmas) ;

Daniel Delas : « Langues et écritures des écrivains africains francophones » (Répondants : Rosalie Ghanem, Charlotte Guennoc et Hanène Oueslati) ;

Jean-Louis Chiss et Serge Martin : Discussion et bilan du séminaire.

 

Ce séminaire doctoral ouvert à un large public (M2, doctorants, chercheurs et enseignants) voudrait permettre d’envisager conjointement deux préoccupations fortes de la théorisation et de la didactisation des langues et des cultures-littératures :

– Les écrivains entre style et manière participent à la fois de l’entretien et de l’invention des langues ; qu’en est-il au juste de leur rapport à la langue, aux langues dans la(les)quelle(s) ils écrivent dans un monde où le plurilinguisme, les traductions, les migrations constituent des circonstances toujours singulières mais certainement très prégnantes pour bon nombre d’entre eux ?

– Poser soit comme « une sorte de langue étrangère » ainsi que Proust le suggérait, soit comme toujours singulière si ce n’est familière voire transparente, la langue dans laquelle s’écrivent les discours littéraires, montrerait la tension à l’œuvre entre des représentations et des pratiques, entre des usages et des conceptualisations. Cette tension ne permet pas de régler a priori les conflits inévitables dès que discours puisque « la seule manière de défendre une langue, c’est de l’attaquer » (encore Proust !) – ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes didactiques.

Le séminaire organisera trois moments forts autour de ces problèmes en invitant à chaque fois un écrivain ou un critique spécialiste d’un écrivain puis, après avoir interrogé son parcours du point de vue de ses langues au travail, en tentant à partir de ce premier échange une reconceptualisation de la (des) langue(s) des écrivains – qui est peut-être aussi celle de tous les discours où les processus de subjectivation jouent à plein régime…

Bibliographie générale :

Aharon Appelfeld, Histoire d’une vie, Paris, Editions de l’Olivier, 1999.

Bill Ashroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin, l’Empire vous répond, Théorie et pratique des littératures postcoloniales (1989), Pessac, presses Universitaires de Bordeaux, 2012.

Marie-Flore Beretta et alii, Langue(s) d’écrivains, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2013.

Elias Canetti, Histoire d’une jeunesse. La langues sauvée, trad. fr., Paris, Albin Michel, 1980.

Pascale Casanova, La République mondiale des Lettres, Paris, Seuil, 2008.

Beida Chikhi, Marc Quaghebeur, les Ecrivains francophones, interprètes de l’Histoire. Entre filiation et dissidence, Bruxelles, Peter Lang, 2006.

Gilles Deleuze, Félix Guattari, Kafka Pour une littérature mineure, Paris Minuit, 1975.

Jacques Derrida, le Monolinguisme de l’autre ou la prothèse d’origine, Paris, Galilée, 1996.

Assia Djebbar, Ces Voix qui m’assiègent, paris, Albin Michel, 1999.

Claire Ducournau, « Qu’est-ce qu’n écrivain africain ? Les conditions d’accès à la reconnaissance des écrivain.e.s issu.e.s d’Afrique subsaharienne francophone depuis 1960 », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 206-207, 2015.

Lise Gauvin, L’écrivain francophone à la croisée des langues : entretiens, Paris, Kartala, 1997.

Lise Gauvin, La Fabrique de la langue de François Rabelais à Réjean Ducharme, Paris, Seuil, 2004.

Georges-Arthur Goldschmidt, Le poing dans la bouche, Lagrasse, Verdier, 2004.

Kaoutar Harchi, Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve, Paris, Fayard, 2016.

Christian Lagarde, Des Ecritures bilingues : sociolinguistiques et littérature, paris, L’Harmattan, 2001.

Henri Meschonnic, De la langue française Essai sur une clarté obscure, Paris, Hachette, « Pluriel », 1997.

Henri Meschonnic, Dans le bois de la langue, Paris, Laurence Teper, 2008.

Leonora Miano, L’Impératif transgressif, Paris, L’Arche, 2016.

Olivier Mouginot, « Ballade conceptuelles entre les langues : deux livres pour penser ensemble plurilinguismes et écritures ». En ligne : https://atelit.hypotheses.org/1083.

Martine Paulin, « Langue maternelle et langue d’écriture », Hommes et migrations [En ligne], 1288 | 2010, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 19 mai 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/878 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.878

Jean-Marie Prieur, « Des écrivains en contact des langues », Etudes de linguistique appliquée n° 144, 2006, p. 485-492. URL : https://www.cairn.info/revue-ela-2006-4-page-485.htm

Régine Robin, Le Deuil de l’origine. Une langue en trop, la langue en moins, PU de Vincennes, 1993.

Vincent Teixeira, « La langue de personne ou l’outre-langue des écrivains de nulle part », Fabula-LhT, n° 12, « La langue française n’est pas la langue française », mai 2014. URL : http://www.fabula.org/lht/12/teixeira.html, page consultée le 19 mai 2017.

Denis Thouard, Et toute langue est étrangère. Le projet Humboldt ? Paris, Belles Lettres / Nantes, Encre Marine, 2016.

Descriptifs et biobibliographies des intervenants :

Emilio Scarrino : Plurilinguisme et création littéraire

Longtemps sous-estimé, le plurilinguisme littéraire attire depuis quelques années l’attention croissante de la recherche. Cette intervention présentera les principales questions critiques posées par ce champ d’études émergent. J’insisterai en particulier sur l’intérêt de l’approche génétique (analyse des brouillons), sur le cas des œuvres bilingues, ainsi que sur la continuité entre création, traduction collaborative et autotraduction (processus d’écriture « circulaire »). Je me servirai aussi de ma propre expérience d’écriture pour réfléchir à certaines caractéristiques du plurilinguisme et aux liens entre langage et identité que j’interroge actuellement à travers la fiction romanesque.

Franco-italien, Emilio Sciarrino est ATER au dép. d’études italiennes de l’Université de Caen.

Sa recherche porte sur le plurilinguisme et sur la traduction, en particulier chez les écrivains italiens du XXe (Amelia Rosselli, Edoardo Sanguineti, Giuseppe Ungaretti…). Il est aussi auteur de nouvelles et de romans.  

Principales publications de recherche :

(Codirecteur avec Lucrezia Chinellato Jean-Charles Vegliante) La traduction de textes plurilingues italiens, Archives Contemporaines, 2015 ; (Auteur), Le plurilinguisme en littérature. Le cas italien. Archives Contemporaines, 2016 ; (Codirecteur avec Olga Anokhina) Entre les langues numéro de la revue Genesis, Presses de la Sorbonne, 2018.

Principales publications de fictions : La maladie, roman, Christophe Lucquin, 2016 ; Petite Odyssée, roman, à paraître en 2018.

Pascal Lefranc : « Le roman de la langue et des langues, chez Michel Chaillou »

Romancier, Michel Chaillou est aussi et en même temps un théoricien au sens fort, c’est-à-dire un penseur, de l’art du roman bien sûr, mais aussi de ce qui arrive à la langue, lorsqu’une œuvre la travaille. « Langue » est d’ailleurs chez cet auteur un terme, un mot-valeur, de sa poétique, laquelle crée des rapports instables, mouvants, parfois conflictuels, entre « langue », « style », « phrase » − rapports qui indexent la quête sans cesse recommencée, de livre en livre, d’une « oralité perdue de l’espèce humaine ». Mon intervention essaiera donc de préciser les sens et les valeurs de « langue » chez Chaillou, et proposera quelques petites lectures de quelques extraits de romans de Chaillou, où la question de la langue, et même parfois du bilinguisme, est mise au premier plan.

Pour l’approche métaromanesque, métalinguistique, je m’appuierai sur des extraits de L’Ecoute intérieure (2007), du Journal (2015), et du blog tenu par Chaillou dans ses dernières années. Quant aux extraits romanesques, ils seront pris dans Collège Vaserman (1970), La rue du capitaine Olchanski : roman russe (1991), Le ciel touche à peine terre (1997). Et sans doute dans d’autres œuvres encore.

Ancien élève de l’ENS (Lyon LSH), agrégé de Lettres modernes, Pascal Lefranc est professeur de Lettres au lycée de l’Escaut de Valenciennes. Il commence, sous la direction de Serge Martin, la première thèse de littérature française consacrée à l’œuvre de Michel Chaillou.

Anne Godard : « Langue maternelle et autres : la familière étrangeté des métaphores familiales »

Les termes langue maternelle / langue étrangère fonctionnent dans le langage courant comme une paire antonymique, opposant d’une manière binaire et apparemment transparente la première langue acquise à celles qui sont apprises par la suite. Les écrivain.e.s, qui les utilisent pour désigner leur langue d’écriture peuvent nous faire entendre les résonances imaginaires et fantasmatiques de ces termes, où se lisent et se lient le maternel et l’infantile, le familial, le familier, l’étrange et l’étranger. Nous explorerons en particulier certaines de ces métaphores familiales : langue maternelle, langue paternelle, langue marâtre, avec des textes d’Assia Djebar, Leïla Sebbar et Nancy Huston qui, au-delà des situations réelles de pluralité linguistique, expriment l’inquiétante étrangeté et la troublante familiarité de ce qui, dans la langue, nous lie et nous échappe.

Maîtresse de conférence à Paris 3, je consacre un enseignement de Master 1 à « la langue vue par les écrivains » depuis plusieurs années. Mes recherches portent sur cette thématique, en mettant l’accent sur la dimension plurilingue, dans l’histoire de la littérature française et dans l’écriture contemporaine. Je pilote une recherche-action sur des ateliers d’écriture à partir de textes autobiographiques d’écrivains plurilingues et un carnet de recherches « Ecriture et plurilinguisme » https://ecriplur.hypotheses.org. Je suis également auteure de nouvelles publiées dans la NRF et de deux romans aux éditions de Minuit : L’Inconsolable, 2006, Une chance folle, 2017 qui explorent d’une autre façon la question de la langue maternelle.

Interventions et publications autour de la langue d’écriture et du plurilinguisme :

« L’altérité dans la langue : ouverture au plurilinguisme par la littérature » (avec la participation de Myriam Suchet), in La littérature dans l’enseignement du FLE, Didier, 2015, pp. 265-301.

« Les habits de la langue : identité, travestissement et usage commun » Séminaire interuniversitaire Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 / Université de Montréal : « Langues, littératures et territoires », 6 mai 2015.

« De la lecture à l’écriture en langue étrangère : dédoublements, construction de soi et médiations », in L’Enseignant et le chercheur au cœur des discours, des textes et des actions, Mélanges offerts à Francine Cicurel, J. Aguilar et al. (dir.), Riveneuve, 2017.

« L’expérience plurilingue des écrivains : autobiographies langagières et formation », Langues modernes : « Le texte littéraire dans l’enseignement des langues » N. Maillard et P. Lenoir dir., 1/2018.

« Vers la lecture créative », entretien avec Chiara Bemporad, Le Français dans le Monde, Recherches et Application : « Lectures de la littérature et appropriation des langues et cultures », C. Bemporad & T. Jeanneret dir., 2018.

« Les langues étranges/étrangères du roman : un parcours dans la littérature française », Séminaire doctoral « Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ? » resp. Frosa Pejoska-Bouchereau, PLIDAM, Inalco, 17 mai 2018.

 

Daniel Delas : Langues et écritures des écrivains africains francophones

On exposera dans un premier temps la situation des langues africaines de l’Afrique francophone subsaharienne (oralité, multilinguisme, langues d’écriture ?) et celle du français (la politique scolaire coloniale, les français d’Afrique, le lectorat). Puis, en fonction du temps disponible, on présentera des écritures représentatives selon une progression chronologique (L.S. Senghor puis A. Kourouma puis P. Nganang).

Daniel Delas est professeur émérite (Université de Cergy-Pontoise). Il est membre de l’équipe Manuscrits francophones du sud de l’Institut des textes et manuscrits modernes. Il vient de participer au collectif Les Soleils des indépendances d’Ahmadou Kourouma. Une longue genèse (CNRS éditions, 2017). Il a participé en 2015 et 2016 aux numéros de la revue Po&sie consacrés à l’Afrique. On peut lire ses chroniques régulières sur le carnet numérique de l’APELA : https://apela.hypotheses.org/1286.

 

 

 

 


Une réflexion au sujet de « Séminaire doctoral : Les langues des écrivains »

  1. Ping : Les langues des écrivains : Afrique francophone & concept de Langue Maternelle en littérature | art, langage, apprentissage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *