Séminaire doctoral : Penser/enseigner le sens du langage (début 2017)

Séminaire doctoral de l’ED 268, « Langage et langues : description, théorisation, transmission »

Penser/enseigner le sens du langage

Responsables : Jean-Louis Chiss et Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3) (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Lieu : salle 410 Censier

Durée : 12 heures en 6 séances, les jeudis de 14h. à16h.

Ce séminaire doctoral ouvert à un large public (M2, doctorants, chercheurs et enseignants) voudrait permettre d’envisager conjointement deux préoccupations majeures de la didactique et de la théorisation des langues et des cultures-littératures :

  • celle de la transmission des œuvres (et plus largement des discours) et des démarches (parler-lire-écrire de la maternelle à l’université),
  • et celle du « sens du langage ».

Cette dernière notion (Sprachsinn) empruntée à Wilhelm von Humboldt permet d’observer une quadruple synthèse (poéticité, réflexivité, altérité et réciprocité) pour reconsidérer les opérations de cognition dans et par le langage (Trabant, 1995). Les historicités de ces opérations, et donc leur pluralité, engageraient des réénonciations possibles tant dans l’enseignement que pour la recherche historique, linguistique, artistique, anthropologique et, bien entendu, didactique.

Après une première année du séminaire, pendant laquelle on a tenté de rendre compte d’essais d’attention au sens du langage avec des recherches partant des œuvres de théoriciens du langage (Humboldt, Benveniste, Meschonnic, Didi-Huberman, Péguy et Chiss), on va continuer ces dynamiques de conceptualisation en augmentant l’attention aux problématiques poétiques et politiques des (inter/trans)subjectivations par un travail plus interactif autour des travaux actuels de recherche en théorie du langage conduits par les deux animateurs du séminaire, tant du côté des langues et des littératures que des didactiques.

Serge Martin se propose de développer une théorisation/didactisation de la voix comme force relationnelle critique dans et par le langage avec trois notions (essais, passages et points de voix) qui tenteront de dessiner une problématisation des expériences et des gestes du sens du langage. Il invitera Maria Cabral de l’Université de Lisbonne avec laquelle une collaboration est engagée autour d’une reprise de la réflexion sur la narrativité relationnelle. Jean-Louis Chiss portera son attention sur une reproblématisation en cours des didactiques des langues et des cultures dans leurs rapports aux situations-historicités et sur les conceptualisations d’un problème brûlant qui associe depuis longtemps langues, nations et identités.

Séances

26 janvier 2017

Serge Martin : Dire/écouter – vers des essais de voix

On partira d’une question de Samuel Beckett, « Comment essayer dire ? » (Cap au pire, Minuit, 1983, p. 10) pour reprendre à nouveaux frais les réflexions de Henri Meschonnic sur la voix et la diction (Critique du rythme, Verdier, 1982, p. 281 et suivantes) et les propositions faites dans « Quand dire c’est écouter : l’oralité pour transformer la didactique de l’oral et de l’écrit » (Penser le langage Penser l’enseignement avec Henri Meschonnic, L’atelier du grand tétras, 2010, p. 103-125). On passera forcément par ce que James Sacré appelle Parler avec le poème (La Baconnière, 2012). On aura tenté de sortir la littérature et ses lectures des paradigmes sémiotique et herméneutique pour que les œuvres servent à vivre et donc à engager autant d’essais qui tiennent voix.

Serge MARTIN, Poétique du vivre en voix : 1. L’amour en fragments. Poétique de la relation critique (Artois presses Université, 2004) ; 2. Langage et relation. Poétique de l’amour (L’Harmattan, 2006) ; 3. Rythmes amoureux. Corps, langage, poème (à paraître) ; 4. Voix et relation. Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre éd., 2017) ; 5. Poétique de la voix en littérature pour la jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université (L’Harmattan, 2015) ; 6. L’impératif de la voix. De Paul Eluard à James Sacré (à paraître) ; 7. Voix critiques. Une poétique de l’écriture en sciences humaines et sociales (à paraître).

2 février 2017

Maria Cabral (Université de Lisbonne) : Le textuel et le narratif de la médecine à l’aune du discours et du théâtre

La conception de la littérature comme source d’art et de science que réfléchissent, au seuil de la modernité, les pages d’un Mallarmé sur « Le Théâtre et le Livre» (1886), est une tendance forte jusqu’à nous et explique l’intérêt que lui portent  des domaines aussi distincts que le droit, l’économie et la médecine.

Depuis quelques décennies, la littérature a pris une place importante au sein des « Humanités médicales », pour polymorphe (voire problématique) que s’offre cette désignation, trouvant toutefois une consolidation plus précise dans le mouvement anglo-saxon de la Narrative Medicine (médecine narrative). Réactualisant la notion de narrativité de Paul Ricœur, la MN fonde son principe sur le récit comme outil de formation et de pratique médicale au profit de nouvelles dynamiques réflexives et relationnelles, requises en outre par la technicisation et la technocratisation de l’univers médical. À y observer de près, pourtant, l’approche narrative promue par la MN se confond assez vite avec des « compétences textuelles » consistant à « identifier la structure d’une histoire, adopter ses multiples perspectives, reconnaitre métaphores et allusions)»[1].

C’est justement ce statut du récit et les ressources « textuelles » mobilisées dans ce domaine que nous allons interroger, dès lors que l’on ne saurait réduire celui-ci à une forme, une structure – voire une grammaire. En tant qu’exercice de parole, l’acte de raconter en contexte thérapeutique reste une activité vue, perçue et entendue en situation de co-présence, engageant des modalités de sens variées, du dire au silence, du langage corporel parlant à son repli interstitiel. En cela, il convoque le théâtre, phénomène social et communicatif autant qu’artistique, prédisposé à relier les corps et les discours. De la lettre au corps, le récit invite au passage de voix, à la diction – opération qui conduit les événements à une dimension active, incarnée, et intersubjective, partagée, dès lors. C’est ainsi qu’il peut nous placer au plus près de la parole impromptue, proche de ce rythme singulier qui « habite le commun», comme l’avait formulé Mallarmé et dont Maeterlinck a fait le ressort de sa dramaturgie.

En articulant ce double versant, celui du théâtre et celui du discours, mais une seule et même activité, la parole en acte,  c’est un ensemble de notions qui sont à réenvisager, du point de vue relationnel et communicationnel qui intéresse la médecine narrative: le temps, le sujet, le rapport corps-langage…

C’est cette voie que je propose d’explorer en m’appuyant sur les réflexions pionnières de Mallarmé et Maeterlinck sur le langage, étayées par celles de Benjamin et Benveniste, et, chemin faisant, les questions « éthiques » que la littérature peut pro/poser à la médecine – et inversement.

[1] [« …textual skills (identifying a story’s structure, adopting its multiple perspectives, recognizing metaphors and allusions) » ] Rita Charon, « Narrative & Medicine», New England Journal of Medicine, 350; 9, 2004, 862-863, [en ligne], http://www.bumc.bu.edu/mec/files/2010/06/Rita-Charon-Narratives-NEJM-Feb-04.pdf

Maria de Jesus Cabral est professeur de langue et littérature française et enseigne à l’université de Lisbonne où elle est coordinatrice du programme  Narrative & Medicine.

Ses travaux portent sur  la poétique symboliste dans ses liens avec le théâtre et la lecture et sur les rapports entre littérature et médecine. Elle est l’auteur de Mallarmé hors frontières. Des Défis de l’œuvre au filon symbolique du premier théâtre maeterlinckien (2007) et a coédité entre autres Lire, de près, de loin. Close Vs Distant Reading (2014), Maux écrits, mots vécus. Traitements littéraires de la maladie (2015) et Exotopies de Barthes (2016).
Cabral, Maria, Mamzer, Marie-France, «Le secret entre littérature et médecine. Pour une éthique du partage», In Carelli, Fabiana, Pompilio, Carlos Eduardo, Tecidos do Humano – Literatura e MedicinaVia Atlântica, Revista da Universidade de São Paulo, nº 29, juin 2016, p. 95-122
 
 
Cabral, Maria, « Du corps en état de langage. Barthes et le « tournant narratif » de la médecine », in Maria de Jesus Cabral, Franc Schuerewegen, Andrea Del Lungo, Exotopies de BarthesCarnets, revue électronique d’Études Françaises, janvier 2016

9 février 2017

Serge Martin : Relier/relater – vers des résonances de voix

On reprendra l’essai de Walter Benjamin, Le raconteur (1936, Circé, 2014) pour concevoir l’activité de résonance, au cœur des passages de voix comme formes puissantes de reprises d’expériences, au sens où Charles Péguy le suggérait : « […] je vous demande comment vous le dites. […] c’est la résonance de ce que vous dites que j’attends, et alors, que j’entends, que j’écoute » (Œuvres en prose complètes, t. II, la Pléiade, 1941, p. 821). On cherchera avec quelques œuvres poétiques (Marina Tsvetaieva, Pier Paolo Pasolini, Amelia Rosselli, Ariane Dreyfus) comment cette résonance fait un poème-relation où l’intime et la société s’emmêlent dans une politique et une érotique expérientielles, ce qu’on peut appeler une résonance générale. Avec le racontage, la notion de résonance porterait la critique au cœur des études et des didactiques littéraires en regard des dichotomies diction/fiction, récit/poème, esthétique/éthique…

Serge MARTIN anime la revue Résonance générale Cahiers pour la poétique (éditions de l’Atelier du grand tétras) avec Laurent Mourey et Philippe Païni : huit numéros parus. Sous le nom de Serge RITMAN, il publie, en 2017 aux éditions Tarabuste dans la collection « reprises », Ta Résonance.

9 mars 2017

Jean-Louis Chiss : Contextualisations et historicités en didactique des langues

Face à la conceptualisation, l’exigence de contextualisation a toujours été présente à des degrés divers en didactique des langues depuis la mise en avant de la notion de « situation ». Aujourd’hui, cette contextualisation se décline au pluriel dans l’ordre de la spatialité certes mais aussi dans l’ordre des déterminations épistémologiques et axiologiques, le tout inscrit dans des histoires aux régimes différents.

CHISS, J.-L. (2015). « Complexité, contextualisation, historicité : questions pour la didactique du français langue étrangère et des langues »,J.-M. Defays et al, éds, Transversalités. 20 ans de FLES. Faits et gestes de la didactique du français langue étrangère et seconde de 1995 à 2015 (Vol.1), Bruxelles : E.M.E., p. 79-85.

CHISS, J.-L. (2016). « Contextualisations et historicités : une réflexion pour la didactique des langues », A. Pégaz Paquet et L. Cadet (éds), Les langues à l’école, La langue de l’école, Artois Presses Universités, p.15-24.

CHISS, J.-L. (2016). « Entretien avec Jean-Louis Chiss », D. Hamdani Kadri et L. Elghazi, éds, Voies multiples de la didactique du français, Montréal : Presses de l’Université du Québec, p. 82-124.

CHISS, J.-L. (2016). De la pédagogie du français à la didactique des langues. La linguistique, les disciplines et l’histoire, Paris : Editions de l’Ecole Polytechnique, 240 p.

16 mars 2017

Serge Martin : Enoncer/réénoncer – vers des points de voix

Partant de la reprise par Henri Meschonnic (Célébration de la poésie, Verdier, 2001, p. 250) de la formule de Mallarmé, « le poème, énonciateur » (Œuvres complètes, La pléiade, 1945, p. 365), pour tenter de penser les discours par ce que l’on pourrait appeler des points de voix qui offrent autant de leviers nécessaires à l’attention aux énonciations dès que les œuvres font œuvre, on reprendra une proposition ancienne (« Faire œuvre avec les œuvres » (Le Français aujourd’hui n° 149, 2005, p. 67-73 – article repris dans Poétique de la voix en littérature jeunesse, L’Harmattan, 2015) pour non seulement la renouveler au plus près d’une didactique des réénonciations ou voix continuées mais également pour penser une démocratie des voix dans les études littéraires comme en didactique des littératures. On prendra alors appui sur les remarques récentes de la romancière Léonora Miano (L’impératif transgressif, L’arche, 2016) pour « décoloniser » la recherche et la création et y augmenter l’écoute des « sans-voix », du moins des minorisés, marginalisés ou intempestifs… sans compter l’écoute de ce qui n’a pas encore de voix dans nos vies, ou de ce qu’on ne sait pas qui fait voix.

23 mars 2017

Jean-Louis Chiss : langues, nations, identités

La question de l’« identité nationale » a son versant politicien et polémique. Reliée à la question de la « langue », elle constitue un problème théorique affrontée par de nombreux chercheurs en linguistique, en anthropologie, en littérature. On présentera une facette historiquement marquée de ce débat (fin XIXe/début XXe) avec Renan, Bréal et Meillet.

CHISS, J.-L. (2011) « Langage, société et Ecole : de quelques considérations sur la ‘culture de l’expression’ », Spirales n° 47, Lille, p. 15-19.

CHISS, J.-L. (2011). « Théories du langage et politique des linguistes.  Présentation », Langages n° 182, p. 3-10.

CHISS, J.-L. (2011). « Les linguistes du XIX° siècle, l’‘identité nationale’ et la question de la langue », Langages n° 182, p. 41-53.

[1] [« …textual skills (identifying a story’s structure, adopting its multiple perspectives, recognizing metaphors and allusions) » ] Rita Charon, « Narrative & Medicine», New England Journal of Medicine, 350; 9, 2004, 862-863, [en ligne], http://www.bumc.bu.edu/mec/files/2010/06/Rita-Charon-Narratives-NEJM-Feb-04.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.