Il ne s’agit pas de lire

«L’écoute de ce qui ne peut s’entendre»

Serge Martin

 

Atelier-communication animé par Serge Martin lors de la journée d’écoute à la Maison de la Recherche.

Cet atelier s’est proposé d’être une forme de mise en mouvement du texte de James Sacré Un effacement continué ?, datant de 2009. Chaque participant a reçu un extrait daté du texte de J. Sacré, de telle sorte que la feuille se présentait ainsi : texte, date, page. Pour contextualiser un peu cet atelier, nous recevons notamment la quatrième de couverture du livre de l’auteur qui nous dévoile un peu de sa vie mais aussi de son oeuvre. Il est auteur de poésie et a récemment publié, en 2016 : Figures qui bougent un peu. Il m’apparaît alors que le mouvement est déjà par deux fois apparu chez cet auteur. Pourtant, il m’est inconnu. On apprend ensuite que c’est un vendéen émigré à Montpellier. Ce livre Un effacement continué ? est la suite d’une exploration de sa relation avec son père commencée avec Portrait du père en travers du temps.

Ainsi préparée, j’ai lu…

A Blue Gap on a repeint le grand réservoir qui portait le nom du lieu;

Il n’y a plus de panneau à l’entrée de la route qui nous y conduit

Pour dire qu’on vient d’en prendre la direction.

On passe par de belles étendues d’herbe courte

Et de verts qui brillent dans la lumière du matin,

Il y a quelques fermes

Et la montagne tient grande ouverte cette vallée

Qui nous emmène jusqu’où la route devient plusieurs chemins de terre…

On partirait dans les champs

Et peut-être que plus loin

On trouverait ta ferme avec une autre

Un peu après Cougou, un lieu-dit qui ne figure pas sur les cartes

Et dont on épelle diversement le nom…

Dans quel vert du temps (et ces moutons qui s’enfuient parmi les nuages)

M’emportent ces mots pour penser à toi mon père

Entre nulle part et Blue Gap en pays navajo?

 

(2 août 2013)

104

Si dès la première impression j’ai vu un mouvement, il a été confirmé par ce morceau d’écriture, jetée d’un trait ou presque. Il ne faut pas complètement éluder l’objectif de cet atelier : donner un titre à notre extrait de texte. J’ai choisi Blues Gap. Le mouvement du regard est le même que lorsqu’on s’attarde, un après-midi plombé par la chaleur, au fond d’un rockin’chair. Je crois que c’est à ce moment-là que «l’écoute de ce qui ne peut s’entendre» commence. Dès lors qu’on accepte de renoncer à lutter d’une certaine façon et qu’on observe simplement. Le regard alors se pose sur ce qui fait vraiment sens. Pour James Sacré, il semble que ce paysage ait ses repères tendres et presque enfantins en grosse lettrine. Mais l’écriture a disparu de ce lieu d’enfance aigre-doux. Le temps a volé les mots peut-être. Les cartes ont oublié ce lieu-dit, on a enlevé les panneaux, repeint le réservoir. Là-bas, on épelle comme on peut ce souvenir. Peu importe, il ne s’agit pas de lire mais de sentir ce lieu.

Présentation de l’atelier d’écoute avec James Sacré par Serge Martin : Courtes expériences pour vivre/penser l’écoute avec James Sacré

Référence bibliographique :

  • James Sacré, Un effacement continué ?, La Dragonne, 2016.

Ce contenu a été publié dans Billets par Thaïs Poisson, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Thaïs Poisson

Diplômée d'un Master de Didactique du Français Langue Étrangère délivré par la Sorbonne Nouvelle. Un mémoire sur les carnets : Le carnet d'écriture, pédagogie de la proposition. Chercheuse en carnets d'horizons divers, placés entre art, archéologie, anthropologie et enseignement. Ainsi donc doctorante depuis peu et pour un moment. Site : https://sites.google.com/site/poissonthaies/home

2 réflexions au sujet de « Il ne s’agit pas de lire »

  1. Ping : Expériences d’écoute en didactique des langues et des cultures (actes de la journée du 16 novembre 2016) | REDILA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *