29 juin : lecture partagée de Deleuze, « Différence et répétition »

Journée de lecture théorique des doctorants de Serge Martin (ouverte à tous)

Gilles Deleuze, Différence et répétition, Paris, PUF, 1968.

Bientôt 50 ans que cet ouvrage issu de la thèse principale pour le doctorat ès Lettres de Deleuze (1925-1995) sous la direction de Maurice de Gandillac, a été publié. Il constitue une référence à un double titre : référence interne essentielle dans l’œuvre de l’auteur (nombre de notions y seront reprises) et référence marquante pour la poétique puisqu’il permet de repenser à nouveaux frais en particulier quant à l’individuation-subjectivation dont Deleuze reprend le meilleur à Gilbert Simondon et à ses travaux qui datent du moment structuraliste et donc inaudible à l’époque ; bref, c’est peut-être à une autre généalogie qu’il ouvre aussi avec Gabriel Tarde… en repartant de Spinoza, Leibniz, Kierkegaard et bien d’autres…

Les doctorants de Serge Martin accompagnés par Maël Guesdon, docteur de l’EHESS (http://cral.ehess.fr/index.php?1099), liront à partir de leurs propres recherches cet ouvrage de Deleuze et construiront quelques pistes de reprise des conceptualisations fortes et plurielles dans leur écriture de recherche.

29 juin de 10 à 16 heures en salle M, 3e étage du 46, rue Saint-Jacques (Paris-5)

Raymond Depardon : Les Habitants et les enjeux du silence

Raymond Depardon : Les Habitants et les enjeux du silence

 

Le projet du film Les Habitants est présenté par Raymond Depardon en voix off au début : « Du Nord au Sud, de Charleville-Mézières à Nice, de Sète à Cherbourg, je pars à la rencontre des français pour les écouter parler ». Le concept de parole est donc immédiatement imposé au spectateur. Avec lui, se dessine un cadre premier de communication : deux individus qui vont échanger durant quelques minutes sous l’œil d’une caméra. Pourtant le verbe utilisé par le cinéaste dans cette première phrase oblige le spectateur à remettre en cause ce qu’il s’apprêtait à regarder. En effet, il énonce « je pars à la rencontre ». Cette locution « Je pars » est répétée deux autres fois au cours des 2’45’’ de paroles off de R.Depardon. Autrement dit, il requiert une attitude de réception qui nous installe dans une posture de voyageur, digne de Montesquieu[1].

Le trajet proposé ici est peu courant, puisqu’il s’agit de voyager au sein de la parole donnée et reçue, proférée et recueillie. Dans l’émission Projection Privée[2], R.Depardon explique que de « trente minutes de discussion à brule-pourpoint, naissait quelque chose d’une force inouïe, qu’est le langage parlé avec ses défaites ». Il explique alors que le travail de montage consiste à montrer « comment les choses fortes arrivent » et non pas à créer un « psy-show ». C’est cet axe de lecture auquel toute l’attention va maintenant être prêtée.

Cet article s’efforcera donc de mettre à jour quelques éléments structurant ce voyage dans la parole. A cette fin, il ne sera pas ici question de s’arrêter sur les propos tenus ou des tentatives d’analyse sociologiques des individus interrogés, mais de se concentrer sur un fait langagier indissociable du discours : le silence. Comment les temps de silence permettent-ils d’intégrer des sous-conversations entre R.Depardon et le spectateur à l’intérieur du dialogue entretenu par les vingt-six binômes retenus au montage ?

Il sera offert dans un premier temps, un constat des différents silences afin d’en mieux cerner la nature. Il sera proposé ensuite une analyse des silences visibles. Enfin, seront questionnés les enjeux des silences invisibles.

Recensement des silences : une situation de communication propice à la parole

Le cinéaste explique qu’il a demandé à des inconnus dans la rue en pleine conversation, de venir la poursuivre dans la caravane aménagée de façon à favoriser le dispositif cinématographique. Il s’agit donc d’une conversation entre gens qui se connaissent, mais ce temps d’échange présente la caractéristique d’être interrompu puis repris. Ainsi, cette donnée temporelle vient contredire la dimension « spontanée » revendiquée par le cinéaste.

Qu’implique le terme « conversation » ?

Selon Le Littré[3], il s’agit d’abord « d’un échange de propos sur tout ce que fournit la circonstance, mais aussi d’une manière de « converser ». Or étymologiquement, converser signifie « vivre avec »[4] et « tourner, retourner », grâce à sa provenance de « conversari », passif du verbe « conversare ». Converser signifie donc « être retourné fréquemment ». Il y a eu un glissement de sens logique entre « être retourné fréquemment » et la notion d’échanges de paroles, d’où est né le sens de « vivre avec ». Mais alors « avec quoi » vivent les différents binômes présentés dans ce film ? Cette question nécessite un double élément de réponse : ils vivent avec un problème (divorce, enfant au loin, solitude,…) et un statut à l’égard de leur interlocuteur immédiat (ami, amant, mère, père, fils, fille…

Quels sont les problèmes temporels proposés ?

Le spectateur regarde vingt-six conversations filmées durant 8’ et dont nous sont livrées entre 53’’ pour la plus courte, et 4’52’’ pour la plus longue. La totalité des conversations données à voir et entendre dure 59’. L’ensemble constituant un film documentaire d’une durée d’1h24, nous pouvons nous interroger sur la composition des vingt-cinq autres minutes, soit presqu’un tiers du film. La réponse consiste à ajouter 2’45’’ de générique de début et 2’09’’ de générique de fin, ainsi que 2’45’’ pour le préambule en voix off de R.Depardon. Autrement dit, il reste environ dix-sept minutes de non-conversation dans ce film.

De quoi sont-elles constituées ?

Visuellement, de plans depuis la caravane ou de plans sur la caravane immobilisée. Auditivement de musique. Dans l’émission Projection privée, interrogé sur la musique composée par Alexandre Desplat, le cinéaste explique qu’elle a une totalité de onze minutes, qu’il a voulues comme « des intermèdes », ou encore « des plages de repos ».Il convient alors de conscientiser qu’environ six minutes de silence existent en tant que telles.

Nous allons donc maintenant nous interroger sur le concept de silence dans ce film. Il est aisé de constater que certains silences sont donnés à entendre et à voir, notamment tous les plans accompagnant le cheminement de la caravane, ainsi que ceux lors des stationnements de celle-ci.

Les silences visibles

Qu’est-ce que le silence ?

Etymologie : silentium (silere) = se taire, à rapprocher du goth « silan »= être tranquille.

Si nous ouvrons un dictionnaire tel que Le Littré[5], la définition de silence propose treize entrées. La définition la plus couramment admise, à savoir « calme, absence de bruit » n’intervient qu’en septième position. Il lui précède les sens de :

  • « État d’une personne qui s’abstient de parler ». Ce sens met donc en avant la notion de volonté.
  • « par analogie, il se dit du langage écrit ». Cette proposition autorise donc à parler de la visibilité du silence.
  • Le troisième sens évoque « le silence de loi, se dit en parlant d’un cas que la loi n’a pas prévu ». Nous pouvons donc retenir l’aspect éventuellement imprévisible du silence.
  • « Interruption dans un commerce de lettres ». Cette fois, c’est la rupture communicationnelle qui est mise en avant.
  • Le sens suivant est celui du « secret », le silence permettrait une forme de dissimulation.
  • Ce masque du silence pouvant conférer jusqu’à « l’oubli », soit le sixième sens donné au mot silence.
  • En sept, vient donc la notion d’absence de bruit et de calme.*

Mais d’autres éléments viennent compléter cette définition.

  • La huitième proposition évoque « l’absence d’agitation morale ».
  • Le neuvième complément de définition porte le rappel de « l’interruption d’un bruit ».
  • Les trois suivants évoquent des domaines artistiques : «terme de musique », ainsi que dans « la déclamation, des suspensions que fait celui qui parle ». Il est signalé que c’est aussi « un terme de peinture ».
  • Le treizième sens est à la fois le plus surprenant, mais aussi celui qui a participé à la création du concept de silence comme élément à part entière de la parole, puisqu’il est lié à l’invention du télégraphe, et donc au premier outil qui aura permis la transmission de la parole à distance par un autre vecteur que la lettre. ce mot est aussi « un terme télégraphique ». Le silence devient alors l’équivalent des blancs dans le texte et de leur importance pour que puissent exister graphiquement les mots.

Ces sens sont à confronter à la portée philosophique de ce terme. Ainsi, J.-L.Solère près avoir recensé notre savoir sur le silence, s’interroge sur « la fausse simplicité » de ce concept. Il expose alors des couples opposés constitutifs du silence. Le silence apparemment unique, se disperse donc en un essaim de silence […] : silence apaisant de la nature, ou effrayant silence éternel des espaces infinis ; silence d’amour ou silence de haine ; silence qui est un devoir ou silence qui est une faute ; silence de ceux qui n’ont rien à se dire ou silence de ceux qui se comprennent sans un mot[6]. Pour rapporter ce terme au film de R.Depardon, seront retenues les caractéristiques de la volonté, de l’imprévisibilité, de la légitimité, de la dissimulation, d’absence de bruit et d’agitation morale, la dimension esthétique et le fait que le silence, par sa multiplicité, est une parole en tant que telle.

Quels rapports entre silence et musique ?

Revenons au dix-sept minutes de non-conversation orale évoquée précédemment. Cette durée comporte donc onze minutes de musique. Ces instants musicaux comportent eux-mêmes des silences qui ne seront pas analysés ici, en raison de l’absence de la partition. La musique peut être considérée comme un silence visible pour les raisons suivantes. Par les deux génériques, la musique prépare le spectateur au visionnage du film, puis vient clore le documentaire, au même titre que le silence précède la prise de parole et marque son achèvement. Dans les domaines artistiques, tout spectacle vivant requiert le silence de son public. Et il arrive parfois qu’un bref silence s’installe à la fin du spectacle, le temps que les spectateurs quittent leur état émotionnel pour réintégrer une forme de réalité.

Chaque intermède vient créer une plage d’écoute empreinte des bruits de l’environnement entre deux conversations. Ces temps non conversationnels sont parfois constitués de sonorités dures telles que le bruit d’un marteau-piqueur ou de signes plus mélodieux comme un chant d’oiseau. Le spectateur se retrouve donc en présence d’intermèdes de nature différente, l’ensemble étant encadré par les deux génériques. A remarquer la fonction particulière de la musique à l’intérieur des propos tenus par R.Depardon en voix off au début. Le cinéaste parle cinquante secondes après le générique pour évoquer le cadre de sa recherche, puis s’interrompant sept secondes qui sont musicales, avant de clore son introduction par une ultime intervention de vingt-cinq secondes. C’est le seul temps de paroles d’un même individu qui soit entrecoupé par de la musique. Ainsi, le cinéaste crée une rupture communicationnelle qui donne à entendre au spectateur une conversation entre R.Depardon, le cinéaste documentariste qui tourne des scènes et R.Depardon, le cinéaste qui donne à voir. Il évoque son « cadre d’expérience »[7] en reconstruisant artificiellement un dialogue entre ses intentions argumentatives et ses choix esthétiques.

Comment proposer une structuration de ce documentaire ?

La musique constitue donc dans ce film une macro-structure qui va permettre l’adossement et l’articulation des vingt-six saynètes. Si nous nous reportons aux indications temporelles précédentes, il convient maintenant d’évoquer les six minutes restantes, participant au film et qui ne sont constituées ni de paroles prononcées, ni de musique. Il s’agit donc d’analyser ces silences, si silencieux que le spectateur ne peut les percevoir qu’en modifiant son point de vue. Il doit alors s’interroger, non plus sur ce qu’il a entendu, mais sur ce qu’il n’a pas entendu, autrement sur les fonctions de ces six minutes de silence invisible.

Les silences invisibles

Quelle définition retenir pour cet oxymore ?

Ces six minutes sont perceptibles par l’ouïe et correspondent à certains traits définitoires évoquées précédemment et portant sur la perception. Ces temps de silence n’émergent qu’à rebours. Charge au spectateur d’écouter ce qu’il n’entend pas et de s’interroger sur les enjeux de fragments temporels. A ce stade de la réflexion, il faut souligner la dimension éphémère de l’existence du silence. En effet, si les intermèdes musicaux étaient quantifiables (entre 7’’ et 2’ 52’’), les six minutes silencieuses demeurant dans le film sont de l’ordre des centièmes de seconde, comme si le silence qui fragmente la parole était lui-même ensuite fragmentée. Chaque conversation est séparée de la suivante par un plan sur la caravane immobile. Ce plan est tantôt avec un fond sonore (bruit d’oiseaux, de circulation,…), parfois silencieux. Dans tous les cas, il est de l’ordre de la brièveté et ne comporte ni musique, ni parole. L’éphémérité des différents silences constitués dans ce film ne permet pas au spectateur de les percevoir consciemment. Mais un des effets produit par cet aspect narratif est de l’ordre de la diffraction du réel. Ce que le spectateur perçoit, c’est la dimension intime des échanges. Certaines conversations relèvent d’une force dramaturgique (cf. le père âgé et son fils). D’autres nous conduisent jusqu’au plateau d’une tension narrative (cf. les femmes battues).

En fait, ce à quoi est sensible le spectateur en regardant ce film, c’est le « parler vrai »[8]. R.Depardon, dans l’émission La Grande Table, explique l’importance de son cadre d’expérience : « Il faut laisser les gens parler entre eux […] Parole libre sans questionnement […] on le [le parler vrai] perçoit surtout au montage. » Il revient alors sur l’enjeu du montage qui permet de rendre compte de l’aspect réfléchi dans les échanges, de « la place du silence ». Il dit un peu plus en avant dans l’interview que « le vide est sensationnel, que c’est comme cela qu’on peut comprendre quelqu’un dont on ne parle pas la langue ». Et en effet, le spectateur se trouve confronté à vingt-six situations (sur les quatre-vingt dix filmées)« dont il ne parle pas nécessairement la langue », que ce soit en raison des traits phonatoires, linguistiques ou philosophiques. Pourtant, il va écouter et essayer de comprendre.

Comment entendre le silence à l’intérieur des binômes ?

Le spectateur s’efforce de comprendre la conversation de chaque binôme. Il s’efforce de reconstituer comment ces deux individus vivent avec, c’est-à-dire avec leur thème de conversation, et leur relation à leur interlocuteur. Pour rendre compte de la force de ces échanges, les propos de R.Depardon exposent l’importance du dispositif cinématographique, de la question du cadre. Parmi les divers éléments qu’il mentionne, retenons ses indications sur la question du profil. En effet, tous les binômes sont filmés de profil. Il explique que cette donne qui était liée à la contrainte spatiale initiale fait écho à un arrière-plan mythologique : les jeunes filles traçaient à la bougie des profils du héros sur le point de partir. Ce savoir mythologique est repris en justice, puisque lors des débats judiciaires, lorsque les caméras ou les dessinateurs sont autorisés à pénétrer dans l’enceinte, ils ne peuvent rendre compte des accusés que de profil. R.Depardon complète son explication en rajoutant que « dans les binômes de profil, la personne qui ne dit rien est déterminante »[9].

Avec un nouveau visionnage, nous pourrions nous attarder sur chaque binôme et lire la saynète de façon à percevoir lequel des deux se tait, quand et à quel moment. Nous ne nous arrêterons que sur deux exemples : la neuvième conversation et la vingt-sixième.

  • La neuvième conversation dure trois minutes. C’est une des plus longues. L’échange se produit entre deux jeunes femmes d’une trentaine d’années qui manifestent un lien d’amitié. Le thème évoqué de prime abord est les affres affectives de l’une, tandis que l’autre reçoit son récit et intervient en tant que voix de la raison. Dans l’échange, le spectateur perçoit que l’une parle tandis que l’autre écoute. Les silences ont alors pour fonction de permettre l’existence du récit. Puis, la seconde jeune femme intervient et les silences interstitiels modifient l’enjeu de la conversation. Il ne s’agit plus d’un récit plus ou moins dramatique, mais du « parler vrai » d’un témoignage qui vient brutalement s’adresser au spectateur, lui interdisant alors toute distanciation. Il est happé par les micro-silences et se retrouvent lui aussi installé dans la caravane.
  • La vingt-sixième conversation est retenue en raison d’un tout autre fonctionnement du silence. Au-delà de sa situation structurelle particulière, puisque c’est la dernière, le travail du silence est différent. Cette fois, le thème semble plus heureux : il est question d’amour et de mariage entre deux jeunes gens. C’est la seule conversation qui instaure un silence suffisamment long pour que le spectateur se demande quand il va cesser. Dans cette conversation d’1’40’’, il existe treize secondes de silence. Ce temps particulier vient alors illustrer ce que rappelait R.Depardon « 75% de la communication passe par le geste ou le senti du texte ».

L’écoute du silence proposée dans cet exposé serait incomplète, si nous n’évoquions pas maintenant d’autres formes de silences invisibles, plus subtiles, car existant à l’extérieur des binômes conversationnels.

Quel recensement du silence à l’extérieur du binôme ?

  • Depardon et les inconnus filmés : un semi-silence

Vingt-six binômes sont retenus au montage. Soixante-quatre sont donc passés sous silence. Lors de la sortie du film, ils ne pourront que constater que leur parole a été réduite au néant, à un silence extrême, puisqu’ils sont devenus non-visibles.

Une malicieuse dialectique entre l’extérieur et l’intérieur s’installe via l’alternance entre les plans fixes silencieux sur la caravane et ceux avec les participants discutant. Concernant le dispositif cinématographique, l’auteur revendique l’inscription de son cinéma documentariste dans la ligné d’Erwin Goffman. Il impose un « éloge du détail, de la simplicité », souhaite offrir une rencontre entre un ordre social et l’ordre de l’interaction du face à face. Son esthétique cinématographique est de l’ordre du cinéma direct : « on ne pose pas de questions ». Le dispositif mis en place pour ce film implique une absence de début puisque ». Au départ, ils étaient en conversation. Il y avait aussi des rendez-vous ». Pour répondre à la question du journaliste de Projection privée ,il explique en quoi le procédé s’appuyait sur un minimum de paroles entre le cinéaste et ses acteurs : « plus tu leur parles, plus les gens se sentent obligés d’une performance ». Aussi le silence de R.Depardon repose sur un aspect volontariste.

  • Peut aussi être mentionnée la conversation silencieuse entre les inconnus filmés et le spectateur.

C’est la force mentionnée précédemment à propos de la saynète neuf. Le silence invite à la table le spectateur, mais celui-ci est réduit à une impuissance silencieuse. Quoi qu’il puisse penser, il ne peut hurler aux deux jeunes femmes « sauvez-vous », ni faire part d’une quelconque empathie. Cette impossibilité le renvoie à son propre silence intérieur.

  • Le silence entre R.Depardon et le spectateur

Ce cinéaste impose le silence au spectateur. Nous avons vu comment certains binômes avaient été passés sous silence au moment du montage, comment le spectateur ne pouvait que manifester une impuissance silencieuse à l’écoute des saynètes. Cette situation communicationnelle place a priori le spectateur uniquement dans une position de réception. Le contexte de visionnage peut venir renforcer le dispositif voulu par le réalisateur. Si le film est vu au cinéma, le code social interdit des réactions trop développées à voix haute, renvoyant ainsi le spectateur à un face-à face à la fois avec l’écran, mais aussi avec lui même.

Mais l’intention revendiquée par R.Depardon est à l’opposé de la volonté de réduire le spectateur au silence. Dans le préambule, il explique ce qu’il veut donner à voir et la démarche engagée de son travail cinématographique.

Conclusion : comment la parole est-elle alors redonnée au spectateur ?

D’abord, R.Depardon donne une position pleine et entière au spectateur, l’intégrant comme acteur sur le plateau. Il reconstruit une triangulation communicationnelle proche de celle du théâtre, entre les acteurs, l’auteur et les spectateurs.

Ensuite, par un important travail sur la notion de silence, il parvient à démultiplier les conversations. En 1h24, nous participons à trente échanges (vingt-six saynètes, le préambule du réalisateur, celui-ci et le spectateur, les inconnus et le spectateur).

Enfin, réduit au silence dans un premier temps, il est à parier que le spectateur va s’autoriser à un retour de paroles, en créant des échanges avec des co-spectateurs. Cette forme de réénonciation va permettre à ce film Les Habitants de visiter de nouveau la confrontation entre l’ordre de l’interaction du face à face et l’ordre social, servant ainsi son dessein premier, à savoir réaliser un portrait d’une France entre deux présidentielles. Le dialogue muet entre la vision esthétique de la France proposée par le cinéaste et le spectateur est alors converti en un discours sur la Cité. Si R.Depardon a voulu « filmer les français sans leur poser de questions », il donne à entendre des réponses multiples qui toutes participent à un portrait de la France.

En circulant en France, c’est la circulation de la parole qu’il a tenté d’instaurer. Le spectateur aura donc effectué un double voyage qui l’aura conduit du Nord au Sud, puis à l’Est, pour se poursuivre dans l’Ouest et le Grand Ouest avant un retour proche Paris, reconstruisant ainsi une forme circulaire de la parole, qui n’est pas sans rappeler la forme des espaces de paroles publiques instaurée lors de la démocratie athénienne.

 

[1] Entre 1728 et 1731, Montesquieu voyage en Autriche, en Italie, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Angleterre. Recueillant des observations sur les constitutions des pays où il réside, sur les mœurs des habitants, rencontrant des personnalités intellectuelles, politiques et religieuses, il accumule notes de lectures et de conversations. http://expositions.bnf.fr/lumieres/figures/18.htm

[2]https://www.franceculture.fr/emissions/projection-privee/projection-privee-raymond-depardon – 28/12/2013

[3]Le Littré p. 829, t.2.

[4] Ibidem

[5] Id. p.162, t.7

[6] L Solère, Revue philosophique de Louvain, « Silence et philosophie », volume 103, n°4, 2005, p.615.

[7] https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table/raymond-depardon-et-herve-chandes – 15/11/2013

[8]Ibidem.

[9] Projection privée, 28/12/2013, https://www.franceculture.fr/emissions/projection-privee/projection-privee-raymond-depardon

Langue, capitalisme, colonialisme : qui a droit à la citoyenneté ?

Vous êtes les bienvenu.e.s le jeudi 22 juin (10h-12h) à la conférence donnée  par Monica Heller (Université de Toronto)invitée au SeDyL en juin et  intitulée

Langue, capitalisme, colonialisme: qui a droit à la citoyenneté ?   

Résumé :
Cette communication est basée sur un livre qui paraîtra cette année chez University of Toronto Press (M. Heller et B. McElhinny, Language, Capitalism, Colonialism: Towards a Critical History). Le livre, de manière assez ambitieuse, développe une approche historique des idées sur le rapport langue-langage-société-culture qui met l’accent sur le rôle de ces idées dans la construction de la différence et des inégalités sociales dans le contexte des processus intriqués du capitalisme et du colonialisme (et qui constitue donc un plaidoyer pour une approche qui tient compte de l’économie politique et qui insère le langage dans l’ensemble des pratiques sociales). Pour les fins de cette communication, j’insisterai sur la manière dont le concept et le terrain du langage a servi à construire des distinctions entre l’humain et le non-humain, et à les hiérarchiser, à différents moments, ainsi que sur les formes de résistance à ces opérations de distinction et de hiérarchisation – des luttes que nous qualifions de tensions autour de la citoyenneté, comprise comme droit à accéder aux espaces où sont produites des ressources valorisées, et où  la valeur des ces ressources est définie. Je me concentrerai spécifiquement sur le cas de la construction du champ de la « sociolinguistique » en Amérique du Nord et en Europe durant la Guerre Froide.

Cette conférence sera donné à l’INALCO :

Pôle des Langues et Civilisations
65 rue des grands moulins
75013 Paris

salle 3.15 (3e étage)

Bien cordialement,
Isabelle Léglise

SeDyL – Structure et Dynamique des Langues

UMR 8202 CNRS – INALCO – 135 IRD

http://www.vjf.cnrs.fr/sedyl/
—Pour le développement de nos recherches en sociolinguistique, rejoignons le Réseau Francophone de Sociolinguistique   (secretariat_du_rfs@socioling.org)—

Séminaire Pasolini

Université Sorbonne nouvelle Paris 3

Jeudi 8 juin de 11h. à 13h.

Centre Censier, salle D12

 

Sentimentaliser la vie avec Pasolini

expériences poétiques et cinématographiques

Œdipe Roi est au programme du baccalauréat de la terminale L (un très gros dossier à cette adresse : http://www.lettresvolees.fr/oedipe/pasolini.html). Nous ne voulons pas apporter quelques conseils tardifs aux élèves et professeurs mais seulement comme Thami, qui s’était lié d’amitié avec Pasolini en 1967 lors du tournage d’Œdipe Roi, que l’on retrouve dans le film En attendant Pasolini de Daoud Aoulad Syad (Maroc, 2007), redire combien Pasolini est toujours vivant ! On partira du texte « La jeunesse malheureuse » dans les Lettres luthériennes Petit traité pédagogique de Pier Paolo Pasolini (trad. par Anne Rocchi Pullberg, Seuil, « Points », 2000) en vue de proposer des expériences cinématographiques et poétiques, avec l’ensemble de son œuvre, autour de quelques remarques de Pasolini adressées au jeune Gennariello dont celles-ci :

« Il suffit que tes yeux soient rieurs » ;

« l’un des lieux communs les plus typiques des intellectuels de gauche, c’est la volonté de désacraliser et de désentimentaliser la vie » ;

« si l’un de tes enseignants t’avait éduqué, il n’a pu le faire que par sa manière d’être, non par sa parole. En d’autres mots, par son amour ou sa capacité d’amour » ;

« rien n’oblige autant à regarder les choses que de faire un film » ;

« on ne peut pas enseigner si en même temps on n’apprend pas » ;

« sois joyeux »…

Programme

Serge Martin-Ritman, poète et professeur (Sorbonne nouvelle Paris 3) : Pasolini et le pathos, le poème au plus près – tout contre le Pasolini de Georges Didi-Huberman

Fabiana Bartuccelli, poète et doctorante (Sorbonne nouvelle Paris 3) : (Re)trouver le style : la voix Pasolini entre poésie et politique, de « Les cendres de Gramsci » au « Volgar’ eloquio »

Melissa Melodias, cinéaste et doctorante (Sorbonne nouvelle Paris 3) :  La faute des pères ou l’effet de miroir entre le fils dans Œdipe Roi et le père dans les Lettres luthériennes

Cette rencontre a lieu pendant le marché de la poésie, place Saint-Sulpice. Chacun.e peut venir avec un peu de Pasolini à donner aux autres.

Géographies de la mémoire

« D’un homme, plus que son histoire, celle de sa naissance, de sa formation, de ce qu’il a produit ou laissé, je désire plutôt connaître les espaces, les villes, les territoires et les pays, les étendues et les terroirs qu’il a parcourus. C’est cette notion de traversée qui m’importe, plus secrète, plus insaisissable que toutes les sédimentations, les accumulations d’une existence. Sur cette route, on n’est jamais seul. Il y a les lumières et les éclairages d’un arrière-pays, la grâce et l’intermittence des rencontres. »

Philippe Le Guillou, Géographies de la mémoire, Paris, Gallimard, 2016, p. 13.

 

« c’est un parcours à travers les territoires et les lieux d’une vie qui sous-tend ce récit autobiographique. »

Aujourd’hui, je voudrais vous présenter ce livre de Philippe Le Guillou: Géographies de la mémoire. Ce livre est publié chez Gallimard, dans la collection Blanche en 2016. Un livre pour ceux qui s’intéressent à la question des lieux et des espaces.

Bonne lecture.

Vous pouvez voir la présentation du livre ici.

Vous pouvez feuilleter le livre ici.

 

Le geste sous toutes ses formes musicales et dansées

Pour information et diffusion, le programme des prochaines Journées d’étude de la Société française d’ethnomusicologie (SFE) qui se tiendront du 2 au 4 juin prochain à l’auditorium Jean Rouch du Musée de l’Homme (Paris) sur le thème « Le geste sous toutes ses formes musicales et dansées.  À titre exceptionnel et grâce au soutien du CREM et de la chaire GeAcMus (Geste – Acoustique – Musique) du MNHN et de l’Université Paris-Sorbonne, les Journées d’étude 2017 de la SFE seront gratuites pour tous les participants.
Merci de remplir la fiche d’inscription jointe et de la retourner avant le 29 mai à : sfe@ethnomusicologie.fr. Pour des raisons de sécurité, il ne vous sera pas possible d’entrer au Musée si vous n’êtes pas inscrit à l’avance.

JETU 2017. Programme_version courte

SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’ETHNOMUSICOLOGIE

Journées d’étude 2017 – 2-3-4 juin 2017 au Musée de l’Homme 17, Place du Trocadéro, 75116 Paris

FICHE À RENVOYER IMPÉRATIVEMENT AVANT LE 24 mai 2017

À titre exceptionnel et grâce au soutien du CREM et de la chaire GeAcMus (Geste – Acoustique – Musique) du MNHN et de l’Université Paris-Sorbonne, les Journées d’étude 2017 de la SFE seront gratuites pour tous les participants.

Attention ! Pour des raisons de sécurité, il ne vous sera pas possible d’entrer au Musée si vous n’êtes pas inscrit à l’avance : merci de bien remplir cette fiche d’inscription et de la retourner à la Société française d’ethnomusicologie (adresse et date limite ci-dessous).

COUPON D’INSCRIPTION JÉTU 2017 : 2-3-4 juin à Paris

À retourner avant le 24 mai 2017 par courrier postal ou le 29 mai par courriel à :

Société française d’ethnomusicologie – JÉTU

Musée du quai Branly – 222 rue de l’Université – 75343 Paris

 sfe@ethnomusicologie.fr

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Je soussigné(e) :

Nom/Prénom____________________________________________________

Statut (étudiant, doctorant, post-doc,  profession…)______________________________

Adresse courriel ____________________________________                 téléphone______________

  • Désire participer aux Journées d’études SFE les 2-3-4 juin 2017.

Je serai présent(e) le :

  • 2 juin (à partir de 14h)
  • 3 juin (matin)
  • 3 juin (après-midi)
  • 4 juin (matinée)

Nous demandons à tous les membres de la SFE qui n’habitent pas la région Île-de-France de chercher à se loger auprès d’un autre membre (et aux habitants de la région de bien vouloir les accueillir…).

8 juin : séminaire LAPAD : voix et réénonciations

Université Sorbonne nouvelle Paris 3 membre de Université Sorbonne Paris Cité

Séminaire LAPAD-DILTEC : « Les littératures et les arts en didactique des langues » – Séance 1, le 8 juin 2017 de 15 à 17 heures en salle D12, centre Censier, 13, rue de Santeuil (Paris 5)

Serge Martin => Voix et réénonciations : problèmes et expériences

Ce séminaire que le LAPAD-DILTEC (Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques) initie, a pour ambition de réunir les chercheurs du LAPAD et, au-delà, du DILTEC ainsi que les étudiants futurs chercheurs intéressés par ses travaux. Il se consacrera dans un premier temps à faire le point sur les recherches personnelles des membres du LAPAD et leur insertion dans le DILTEC et, plus largement, dans les recherches et les enseignements à la Sorbonne nouvelle, en prenant appui sur la lecture d’un auteur ou d’un texte privilégié, à partir d’une question de pratique d’enseignement ou d’une notion didactique. Il s’agira d’ouvrir un espace de discussion et de partage autour de références ou de questionnements qui ont un rôle moteur pour chacun des chercheurs du LAPAD, et qui peuvent s’associer aux recherches du DILTEC.

La première séance sera animée par cinq doctorants qui feront part de leur lecture de deux ouvrages de Serge Martin, professeur, parus récemment : Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre édition, 2017) et Poétique de la voix en littérature de jeunesse Le racontage de la maternelle à l’université (L’Harmattan, 2015). On s’attachera à deux notions qui les traversent, voix et réénonciations, avec lesquelles on tentera de montrer l’enjeu d’une didactique des langues avec les littératures et leurs lectures. On évoquera des extraits des essais de Walter Benjamin, Emile Benveniste et Henri Meschonnic ainsi que des poèmes de Kateb Yacine, Mohammed Dib et Soni Labou Tansi, en faisant référence à quelques expériences pédagogiques récentes (carnets d’écriture/dessin et carnets numériques). Une discussion s’en suivra et on fixera la date du prochain séminaire.

Un pot de l’amitié permettra de prolonger cette séance avec une dédicace du dernier ouvrage de Serge Martin à la librairie Palimpseste, 16, rue de Santeuil.

Anthropologies de la rencontre | Eric Chauvier, Raymond Depardon

Question de terminologie

Le terme enquête, enqueste1 en ancien français, signifiait la recherche. Ce terme provient du latin inquaerere correspondant au verbe enquérir. Le préfixe en- vient du latin in-2 signifiant ainsi « dans ».Le chercheur est celui qui enquête, il part à la recherche d’éléments qu’il prend, dont il se charge. Il les insère ensuite dans sa recherche comme des ingrédients indispensables à sa recette. L’idée d’incorporer effleure cette définition. L’auteur de l’ouvrage Anthropologie a vécu une expérience d’incorporation de l’objet de l’enquête. Si l’on suit le même raisonnement étymologique qu’avec enquérir,  incorporer est un terme signifiant « prendre dans son corps ». Ici, c’est l’idée du corps latin et/ou allemand3 dont il est question, autrement dit le corpus/korpus. Eric Chauvier a créé un corpus à partir d’un objet de recherche qui s’avère être un sujet.


Lire la suite

Ecritures des mobilités

Colloque annuel de l’ADEFFI 2017

Université d’Orléans, laboratoire REMELICE

26/27/28 octobre 2017

 

Appel à communications : Ecritures des mobilités

Exil, migration, expatriation, relocalisation… les termes sont nombreux pour parler de ceux qui vont ailleurs, seuls ou en groupe, forcés ou de leur plein gré, avec ou sans argent, pour peu de temps ou pour toujours. Les objectifs et les formes politiques et économiques de la mobilité contemporaine sont d’ailleurs au cœur de nombreuses études récentes qui en soulignent l’actualité dans un contexte changeant, protectionniste, qui nous oblige à repenser le multiculturel.

Cette mobilité abordée dans ses formes professionnelles, sociales et économiques permet en effet de repenser les questions fondamentales et interdisciplinaires d’appartenance, d’identité, de limite, de transition, d’exploration, de découverte… Mais elle génère également des protocoles de récit, des représentations spécifiques, songeons aux photographies et aux vidéos sur écrans multiples de Leila Alaoui, aux collages visibles et invisibles du Congolais Sammy Balogi, aux textes bilingues, trilingues, fragmentés, criblés d’incises et de parenthèses de Mohamed Dib, Laurine Rousselet et tant d’autres.

Ce colloque se concentrera sur les approches littéraires et artistiques de la mobilité internationale aujourd’hui et par le passé, en examinant par exemple les images et les textes qui ne différencient plus l’expérience, l’existence, la fiction et la science. Il s’intéressera à l’imbrication des espaces et des temporalités inhérentes aux trajectoires de mobilité. Il interrogera les liens entre les images stéréotypées et les nouveaux imaginaires de la migration.

Les approches croisées et comparées avec des œuvres non francophones pourront être envisagées.

Le colloque traitera notamment (les pistes de recherche ci-dessous sont données à titre indicatif) :

–          frontières géographiques et culturelles

–          voyages

–          « effets de lieu » (Bourdieu)

–          espaces transitoires

–          témoignages

–          méthodes d’écriture et de co-écriture…

–          pratiques de langues transversales, associées aux multiples appartenances linguistiques

–          effets « translanguaging »

–          formes d’interculturalité

–          mises en récit du sujet, des corps, de leur vécu

–          « écritures-monde »

–          passages entre nostalgie, mémoire et histoire

–          (re)constructions

–          écritures errantes (ou en migration)

–          théories de la migration

–          migration et politique

 

Les propositions pour des communications en français ou en anglais (20 minutes), sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum (format MS Word), doivent être envoyées par courriel à adeffi.conference@yahoo.ie avant le 26 mai 2017.

 
 

ADEFFI Annual Conference 2017

Université d’Orléans, laboratoire REMELICE

26/27/28 octobre 2017

 

Call for papers: Writing Mobility

Exile, migration, expatriation, relocation… So many terms mention those who go elsewhere, alone or in groups, forced or by their own free will, with or without money, for a while or forever. Contemporary mobility has been extensively studied in terms of individual motivation, political background and market dynamics, and recent studies show the relevance of mobility in the current context of protectionism, in which we are forced to rethink multiculturalism.

Professional, social and economic forms of mobility allow us to question the fundamental and interdisciplinary concepts of belonging, identity, limit, transition, exploration and discovery, but they also generate narrative protocols and specific types of representation, such as the photographs and multiple-screen videos by Franco-Moroccan artist Leila Alaoui, the visible and invisible collages by Congolese artist Sammy Balogi or bilingual, trilingual and fragmented texts, full of cuts and parentheses by Mohamed Dib, Laurine Rousselet and many others.

This conference will focus on literary and artistic approaches to international mobility, today and in the past, and will focus, for example, on images and texts that do not separate experience, existence, fiction and science. It will question the interrelation of spaces and temporality within trajectories of mobility and consider the many stereotypes as well as newer social imaginary of migration.

Comparative approaches with non-Francophones works will be considered.

Proposals may address any of the following areas (the list below is non-exhaustive):

–          geographical and cultural boundaries

–          travel narratives

–          effets de lieu (Bourdieu)

–          transitional spaces

–          migrant testimonials

–          writing and co-writing methods…

–          transversal languages, weaving multiple linguistic forms.

–          translanguaging

–          interculturalism

–          the putting into narrative of people, bodies or experiences

–          écritures-monde

–          interrelations between nostalgia, memory and history

–          (re)constructions

–          wandering or migrating writings

–          theories of migration

–          migration and politics

Abstracts of 300 words (MS Word format) for 20-minutes papers in French or English should be sent by email to adeffi.conference@yahoo.ie before 26 May 2017.

Prononcer les langues : variations, émotions, médiations

Le colloque Prolang 2017 « Prononcer les langues : variations, émotions, médiations » se tiendra les 5 et 6 octobre 2017 à l’Université de Rouen Normandie.
Accéder directement au formulaire d’inscription https://goo.gl/forms/9ysgXEdsCqvOPRCy2

Retrouvez toutes les informations du colloque sur le site (programme, résumés des communications, etc.) : https://prolang2017.sciencesconf.org/
Recevez l’actualité du colloque en temps réel sur la page facebook : https://www.facebook.com/events/1800130013639523/

Une tribune concernant l’amplification du CECR à signer avant le 26 mai !

REDILA ne peut qu’appeler tous ses membres à signer le plus rapidement possible cette tribune et à la faire connaître autour d’eux ! S.M.

La tribune ci-dessous est destinée à circuler jusqu’au 26 mai 2017, suite à quoi elle sera envoyée avec l’ensemble de nos signatures à l’Unité des politiques linguistiques du Conseil de l’Europe en notre nom à tous. Merci donc d’envoyer, avant cette date, votre signature (avec les informations suivantes : nom, prénom, rattachement institutionnel, pays d’exercice en Europe OU, pour une association  : nom de l’association ) à : Emmanuelle Huver (huver@univ-tours.fr, Professeure des universités, Université François-Rabelais de Tours, France, équipe de recherche DYNADIV, secrétaire de l’ACEDLE) qui rassemblera vos envois.

Le projet d’amplification du CECR : une fausse bonne initiative du Conseil de l’Europe

Nous avons pris connaissance du projet de Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) amplifié, soumis à une consultation qui s’est clôturée le 15 février dernier.

Ce projet a pour objectifs de :

  • « couvrir les domaines pour lesquels il n’existait pas d’échelles de descripteurs dans la version originale (par ex. la médiation, les réactions à l’égard de la littérature, le téléphone / les télécommunications, l’interaction en ligne) ;
  • enrichir la description du niveau A1, et
  • renforcer la description des niveaux C, particulièrement du niveau C2, pour lequel la plupart des descripteurs n’étaient pas calibrés » (Descripteurs illustrant les niveaux du CECR – Version 2016 pilote pour consultation, p.3).

Au-delà de quelques aspects ponctuels relevant d’une vigilance bienvenue (remise en question de la notion de locuteur natif, etc.), l’ensemble du projet vise essentiellement à un renforcement du calibrage et des descripteurs, étendus à des niveaux et à des domaines non couverts jusqu’ici.

Ce principe d’amplification du CECR par reconduction et extension d’une logique de niveaux et de descripteurs nous semble inopportun, voire dangereux. Le CECR a en effet été publié il y a pratiquement 20 ans et nous disposons désormais d’un recul conséquent, à partir duquel un certain nombre de critiques ont été formulées. Celles-ci soulignent toutes, sous différents angles et avec différentes entrées, l’écrasante importance que le CECR a prise et l’uniformisation qui en a découlé, dans la recherche, l’enseignement, les politiques publiques (éducatives, migratoires, etc.), et ce, bien au-delà de l’Europe : la perspective actionnelle, les niveaux et les descripteurs constituent désormais bel et bien le fondement et/ou l’horizon de nombreux projets de recherches, programmes et curricula, certifications, éditions de manuels et d’outils, labels qualité, etc. D’ailleurs, un certain nombre de concepteurs du CECR avaient exprimé, dès les groupes de travail préparatoires, leur scepticisme et leur réticence à la prééminence d’une logique de niveaux et de descripteurs.

Amplifier le CECR en persistant dans cette logique, au mépris de ces critiques, réitérées récemment pour certaines, revient en fait à prétendre en confirmer unilatéralement la pertinence, sans tenir compte des espaces géographiques relevant de ce projet, ni, surtout, mettre en débat les principes sur lesquels cette logique repose. Ce faisant, c’est la domination d’une certaine conception, standardisante et dogmatique, de la didactique des langues qui se trouve pérennisée et même renforcée, ce qui témoigne à la fois d’une cécité certaine, qui conduit à la destruction de toute réflexion dynamique et située, et d’une amnésie coupable vis-à-vis de l’histoire même du CECR et des projets d’une partie des personnes qui ont œuvré à sa réalisation.

En outre, les concepts dont il est particulièrement question (médiation, plurilinguisme, interculturel etc.) ne peuvent être réduits à des descripteurs, des niveaux, des compétences, des tâches et des opérations cognitives, dans la mesure où ils sont principalement liés aux histoires, aux imaginaires et aux expériences singulières des personnes et à la variabilité des situations. Par définition, ces éléments ne se laissent pas enfermer dans des grilles, sauf à vouloir les contrôler en les technicisant pour en assécher toute la diversité et l’hétérogénéité. Là aussi, un certain nombre de chercheurs ont fait état de leur réserve et ont parfois élaboré des propositions alternatives, dont on ne trouve ici nul écho.

Or, cette course folle à toujours plus de standardisation et de descripteurs ne soulève pas seulement des questions « théoriques » : l’apparente « objectivité » et « scientificité » du CECR, et le discours d’expertise dont il se réclame, lui donnent l’allure d’un outil inattaquable, ce qui le rend particulièrement récupérable à différentes fins politiques, dont certaines sont pour le moins discutables. On connait déjà l’usage qui est fait du CECR pour réguler les flux migratoires : qu’en sera-t-il lorsque les pouvoirs publics s’empareront de ces nouveaux descripteurs pour normer et contrôler la « compétence de médiation » des migrants ou encore le caractère culturellement conforme de leurs comportements – pour en faire une « preuve » de leur intégration ou une condition indispensable à l’obtention d’une autorisation de résidence ou de nationalité ? Car l’Europe des années 2010 n’est pas celle des années 1990 : le mouvement indiscutable de repli identitaire, voire nationaliste, la montée en force d’une politique sécuritaire et le règne sans partage d’une « gouvernance » gestionnaire, néolibérale et technocratique ne peuvent que mener (et mènent déjà) à cette utilisation coercitive, normative et, in fine, autoritaire, du CECR.

Amplifier les descripteurs et, a fortiori, ces descripteurs- dans cette situation politico-historique , revient à considérer qu’il suffirait de « plus de technicité » – plus de descripteurs – pour être plus « juste ». Or, la fiabilité technique ne peut, et n’a jamais pu, jouer le rôle de garant éthique : le penser relève soit de la croyance naïve, soit d’une forme de dédouanement à peu de frais des personnes et des institutions qui produisent et diffusent ces outils. A rebours de ce choix, il s’agirait plutôt de tirer les enseignements (y compris critiques) d’une expérience longue de 20 ans et d’anticiper les possibles instrumentalisations de ces actions, en interrogeant la demande sociale et institutionnelle au lieu de s’y soumettre.

C’est pourquoi nous, membres du secteur associatif, enseignants, chercheurs, formateurs, professionnels de l’enseignement des langues, considérons que cette entreprise de pérennisation et d’amplification d’un CECR qui a déjà montré de nombreux effets délétères est foncièrement inacceptable, en ce qu’elle déshumanise l’appropriation et la transmission des langues, stérilise la réflexion en encourageant des orientations uniformisantes, dépossède les acteurs de leur responsabilité et dénature le travail de tous de manière prescriptive.

Nous réaffirmons notre engagement pour une didactique des langues plurielle, éthique et responsable, et demandons en conséquence au Conseil de l’Europe de surseoir à ce projet d’amplification du CECR et d’engager, avec l’ensemble des acteurs du domaine, une réflexion pour favoriser des recherches et des actions partant de la diversité des situations d’appropriation des langues et travaillant avec les enjeux portés par cette diversité.

Premiers signataires

ACEDLE (Association des chercheurs et enseignants didacticiens des langues étrangères)

ASDIFLE (Association de didactique du français langue étrangère)

Transit-Lingua (Association Travaux en Réseaux, Approches Nouvelles en Situations Interculturelles et Transnationales)

 

 

 

Colloque « Avant-gardes poétiques et artistiques hier et aujourd’hui : une invention européenne »

Programme : Avant-gardes_colloque

Plus d’informations ici : http://www.inalco.fr/evenement/avant-gardes-poetiques-artistiques-hier-aujourd-hui-invention-europeenne

Serge Martin y interviendra à partir de l’oeuvre de Tadeuz Kantor et de quelques autres : « Le sens de l’impossible ou la force d’un retour de vie contre les académismes avant-gardistes ».

La revue en ligne Non plus propose son numéro 10

Un gros dossier bilingue coordonné par nos amis Maria Cabral (Université de Lisbonne) et Bruno Anselmo Matangrano (FFLCH-USP) sur le symbolisme, les arts et la littérature.

On peut y lire aussi une recension du livre de Serge Martin, Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre, 2017) ; merci à eux !

Bonne lecture !

tout le numéro : http://revistas.usp.br/nonplus/issue/view/9670

la recension : http://revistas.usp.br/nonplus/article/view/130972/127447

Les parlers jeunes dans l’Ile de France multiculturelle

Descriptif : Gadet. Parlers jeunes

Ouvrage coordonné par Françoise Gadet 

Auteurs des chapitres : Paul Cappeau, Bernard Conein, Françoise Gadet, Emmanuelle Guerin, Anaïs Moreno, Roberto Paternostro, Catherine Schnedecker et Sandrine Wachs.
ISBN : 9782708014916
broché      174 pages

Le français parlé par les jeunes fait plus souvent l’objet de clichés que d’études approfondies. À partir de données établies de façon minutieuse, de descriptions rigoureuses et du démontage des stéréotypes, le présent ouvrage vise à saisir la diversité des parlers jeunes et leur continuité avec d’autres façons de parler le français.

Les études présentées sont menées sur la base d’un corpus nouvellement recueilli en région parisienne pour étudier les effets sur le français du contact des langues de l’immigration. Constitué d’entretiens «de proximité» et d’enregistrements « écologiques » entre pairs, ce corpus fournit des données inédites sur une langue vivante, jusqu’à présent peu visible.  

L’ouvrage propose des descriptions au plan phonique (le prétendu « accent » des jeunes), grammatical (les « écarts » par rapport à la syntaxe standard) et lexical (les mots « nouveaux »), qui conduisent à s’interroger sur l’évolution de la langue et les innovations, ainsi que sur les catégorisations sociologiques spontanées.

 Au-delà de l’intérêt que ces études revêtent pour la linguistique française et pour une meilleure connaissance de la langue parlée ordinaire, cet ouvrage devrait ouvrir sur des retombées sociales, politiques et didactiques, et de ce fait intéresser un large public d’enseignants (FLM et FLE), de décideurs dans les champs sociétaux et politiques ou de parents intrigués par les façons de parler des jeunes.

Table des matières :

1. Pour étudier les « parlers jeunes ». 2. Les jeunes ont-ils un accent ? 3. Les tendances grammaticales. 4. Dynamique des mots. 5. L’oral des jeunes fait-il évoluer la langue ? 6. Deux manières d’énoncer une identité. Conclusion générale. Tableau des enquêtes exploitées. Bibliographie générale. Index des notions.