Expériences d’écoute (16 novembre 2016) : réactions de participantes

On trouvera des réactions sous forme de « comptes rendus risqués » (expression de Bruno Latour) à ces adresses – un grand merci aux rédactrices de ces billets :

Yiheng WANG, « Ecoute de soi et de l’autre » : https://arlap.hypotheses.org/7736

Johanna CLAUSSE, « Ecoute : une projection en soi et vers les autres » : https://arlap.hypotheses.org/7732

Floriane GONIDEC, « Eloquentia : expérience d cela prise de parole, de l’importance d’une écoute » : https://arlap.hypotheses.org/7708

Liu YANG, « Ecoute : une action ou une attitude ? » : https://arlap.hypotheses.org/7688

 

Une Journée d’écoute, James Sacré Un effacement continué ?

«L’écoute de ce qui ne peut s’entendre»

Serge Martin

 

Atelier-communication animé par Serge Martin lors de la journée d’écoute à la Maison de la Recherche.

Cet atelier s’est proposé d’être une forme de mise en mouvement du texte de James Sacré Un effacement continué ?, datant de 2009. Chaque participant a reçu un extrait daté du texte de J. Sacré, de telle sorte que la feuille se présentait ainsi : texte, date, page. Pour contextualiser un peu cet atelier, nous recevons notamment la quatrième de couverture du livre de l’auteur qui nous dévoile un peu de sa vie mais aussi de son oeuvre. Il est auteur de poésie et a récemment publié, en 2016 : Figures qui bougent un peu. Il m’apparaît alors que le mouvement est déjà par deux fois apparu chez cet auteur. Pourtant, il m’est inconnu. On apprend ensuite que c’est un vendéen émigré à Montpellier. Ce livre Un effacement continué ? est la suite d’une exploration de sa relation avec son père commencée avec Portrait du père en travers du temps.

Ainsi préparée, j’ai lu… Lire la suite

Une journée d’écoute rue des Irlandais

originalNotice biographique

Chercheuse diplômée d’un master de Didactique du Français Langue Étrangère spécialité “illettrismes, interculturalité et FLE/FLS”, délivré par la Sorbonne Nouvelle, dont l’intérêt réside dans les carnets d’écriture qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain pour le mémoire : Le carnet d’écriture, pédagogie de la proposition.

1. Que se passe-t-il avant le mémoire ?

Les carnets d’écriture sont d’abord une pratique observée et vécue : j’ai été témoin de nombreuses formes d’écriture en carnet, calepin, agenda, bloc-notes, journal, cahier, listes, etc à travers mon travail; et je suis moi-même en relation avec cette forme d’écriture de soi. C’est ainsi l’alliance de choses d’intérêt professionnel et personnel. Lire la suite

Courtes expériences pour vivre/penser l’écoute avec James Sacré

Courtes expériences pour vivre/penser l’écoute lors de la journée d’études « Expériences d’écoute » à la Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle le 16 novembre 2016, avec le livre de James Sacré : Un effacement continué ? (La Dragonne, 2016)

9782913465985_1_75

Cet atelier de littérature permet en une séance de parcourir un livre de poèmes (contrairement aux habitudes où la classe s’arrête sur un poème alors que celui-ci est pris à un ensemble que la classe ignore) et de laisser place à un pluralité de réénonciations (dire, lire, écrire) pour que la lecture devienne une activité pleine d’élans. Ici, on cherche surtout à pratiquer une écoute attentive aux silences du texte, des lectures – à ce qui ne peut se dire à voix haute et claire…

Voyager m’emporte aussi vers toi, vers

nulle part après lequel on court

Où l'(on arrive toujours : on devine que c’est là tout près

Pas la peine de prendre un bateau, de s’en aller…

C’est là tout près mais la vie n’en dit jamais rien, jamais

Je saurai où ça sera, demain

Tout à l’heure et sans doute

Ailleurs qu’avec toi. Nous ne serons plus

Que poussière du temps sans pensée

Ni sentiments. Ensemble?

(5 septembre 2012; 13 octobre 2012)

  1. Titrer des fragments

img_7606Le livre comprend une série de poèmes qui font un ensemble chronologique sur plusieurs années (de 2008 à 2013) dont on ne peut isoler chaque poème ; aussi faut-il chercher des liens : le premier serait de titrer les poèmes qui n’offrent pas de titre et ainsi de réaliser comme un sommaire du livre; une manière de lire tout le livre par les titres donnés par les lecteurs.

Distribution d’un poème par personne. Donner un titre (l’écrire sur une feuille blanche au feutre avec en bas le numéro de la page du poème). Venir l’afficher sur un mur puis dire à voix haute les titres trouvés dans l’ordre des pages.

A cause qu’ayant dormi dans l’inconfort

(Mais pas si mal

Dans les fauteuils pas doux de l’aéroport)

J’ai pensé

A tout le vivre de peu dans ta vie

Rudesse que tu aimais je crois

Comme un défi à je sais pas quoi.

Maintenant dans la mort c’est comment

Le confort de ton cercueil?

(19 octobre 2010)

Les deux ateliers qui suivent en parallèle :

2. Associer-monter des hétérogénéités

img_7607S’associer à 3 avec chacun son poème (reçu en 1) et proposer une ligne extraite du poème aux autres, mettre ensemble les trois lignes, puis proposer chacun un montage de ces 3 lignes vers un nouveau poème – on peut couper, coller, déplacer tout le matériau initial. Ecrire les 3 poèmes obtenus sur des feuilles (bien noter les références des pages d’origine tout en haut des feuilles). Lecture à voix haute des réalisations en faisant tourner les groupes.

 

 

Tu n’étais ni Léonard ni Michel-Ange

Mais que serait le sourire de la Joconde

Sans les mirabelles du fond de ton jardin?

(18 octobre 2010)

img_7609

3. Trouver des résonances

Cinq groupes de 3 personnes autour des cinq poèmes suivants (p. 29, 60, 61, 88 et 110) préparent la lecture à voix haute de chacun de ces poèmes. Chaque groupe a trois chaises, puis deux, puis une et va redire le poème au moins 3 fois…

 

 

Je ne cherche pas un père

Je ne cherche pas le père que j’aurais voulu avoir

Je cherche le père que j’ai eu.

(11 juillet 2009)

 

img_7605Conclusion :

On échange pour essayer de cerner quelques pistes d’écoute de l’écoute : par la reformulation ; par la confrontation ; par le montage ; par les échos, les dissonances et les résonances ; par les oublis et les mémoires ; par les reprises et les déprises. Il s’est agi de trouver un maximum d’élans vers toujours plus de réénonciations pour que le poème ne soit plus une denrée mais une énergie, une énonciation toujours en soulèvement d’air vif. On cherche à voir les voix pas seulement multiples, mais par une pluralité (le pluriel de chaque voix et de toutes les voix) où la résonance de l’une à l’autre fait « éternel concert ». Voir Péguy : « comme un peuple de langages, comme un concert de voix qui souvent concertent et quelques fois dissonent, qui résonnent toujours. Et qui n’existent et ne méritent que comme donnant une résonance » (Pléiade II, p. 659 et 663).

L’écoute se constitue comme reprise d’une voix dans sa voix ; on ne peut la séparer de l’écriture ou de la lecture qui, en train de se faire, seraient l’écoute de ce qui vient et qu’on ne connaît pas.

On s’est essayé à passer de la communication (d’informations, d’énoncés, de savoirs) à la relation (des rapports d’énonciations, de voix, d’écoute). On a cherché à passer de la compréhension/interprétation des œuvres aux œuvres continuées dans toutes les voix-vies. Plutôt qu’à vérifier des transports d’énoncés, on a cherché à travailler (à) des rapports d’énonciation.

A quel endroit de ce monde maintenant

Pourrait-on rencontrer ton visage

Ton visage et ton corps

Avec son passé qui fut vivant?

Ce que j’entends

C’est le seul bruit des mots

Donnés comme épaisseur noire du monde, et restant

Dans l’inconnu

De ce qui fut pourtant visible et vivant.

(29 décembre 2013; 5 avril 2014)

Quelques références pour continuer :

Olivier Mouginot, « Un grand atelier du poème », carnet de recherche ATELIT :  https://atelit.hypotheses.org/1303

Serge Martin, Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université, L’Harmattan, 2014.

Serge Martin, Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache, Taulignan, Marie Delarbre éd., 2016.

et un ensemble de billets sur le carnet « Voix et relation » concernant James Sacré : https://ver.hypotheses.org/?s=james+sacré

Petit recueil de citations sur l’écoute

Henri Meschonnic : Seul le poème peut nous mettre en voix, nous faire passer de voix en voix, faire de nous une écoute. (Célébration de la poésie, Lagrasse, Verdier, 2001, p. 249)

Roland Barthes : Celui qui écrit est ce mystère : un locuteur qui écoute. (L’Obvie et l’obtus. Essais critiques III, Paris, Seuil, « Points / essais », 1992, p. 132)

Charles Péguy : Ne me parlez pas de ce que vous dites. Je ne vous demande pas ce que vous dites. Je vous demande comment vous le dites. Cela seul est intéressant. Cela seul intéresse. Parlez-moi de comment vous le dites. Cela seul prouve. Cela seul apporte et peut apporter une preuve. […] Et alors je vous écoute. C’est cela, c’est le ton, c’est le style, c’est la résonance de ce que vous dites, que j’attends, et alors que j’entends, que j’écoute. […] C’est là seul qu’il faut attendre tout un chacun. Cela seul pouvait le prouver, apportait une preuve. Cela seul n’était plus une opération, une affaire d’Histoire, de science, de corbillard, d’enregistrement et de cimetière. (« Un poète l’a dit » (1907) dans Œuvres en prose complètes, t. 2. Éd. de R. Burac, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1961, p. 901)

Walter Benjamin : Quiconque écoute une histoire se trouve en compagnie de celui qui la raconte ; même celui qui la lit participe de cette compagnie. (« Le narrateur » dans Écrits français, folio/Gallimard, 2001, p. 287)

Montaigne : La parole est moitié à celuy qui parle, moitié à celuy qui écoute. (Les Essais, III, 13, « De l’expérience »)

Henri Meschonnic : Un poète écrit sa vie avant de la vivre, prophète de lui-même sinon des autres, c’est-à-dire non un devin mais une écoute qui fonde un langage et une vision. (Ecrire Hugo 1, Gallimard, 1974, p. 21)

Henri Meschonnic : Chercher à écouter l’histoire qu’on a dans sa voix. (Éthique et politique du traduire, Verdier, 2007, p. 152)

 

Appel sur l’immersion (Ottawa)

L’immersion à l’université : où en sommes-nous aujourd’hui ? 

ILOB – Université d’Ottawa

11-13 Mai 2017
> Les présidentes du symposium sont Hélène Knoerr et Alysse Weinberg.
> Les conférenciers principaux seront Laurent Gajo (Université de Genève), Sonia Soltero (DePaul University), Nina Pilke (Vaasa University) et Xavier Vila (Universitat de Barcelona).

Consultez le site web officiel du symposium pour de plus amples renseignements.

**************************************************************

Immersion in Higher Education:  Where do we stand today? 

OLBI – UNIVERSITY OF OTTAWA

MAY 11-13, 2017
>
> Symposium Chairs are Hélène Knoerr and Alysse Weinberg.
> Keynote addresses will be delivered by Laurent Gajo (Université de Genève), Sonia Soltero (DePaul University), Nina Pilke (Vaasa University) et Xavier Vila (Universitat de Barcelona).

Make sure to visit the official symposium’s website for more information.

 

Appel à communications

 

Les propositions seront acceptées jusqu’au 30 novembre 2016.

Espaces littéraires et Territoires critiques

Espaces littéraires et Territoires critiques

Pour une approche de l’espace littéraire : Géopoétique et géocritique dans le franchissement des frontières de la connaissance

29, 30 juin et 1er juillet 2017

Faculté des Lettres de l’Université de Porto

Calendrier:

31 janvier 2017 : date-butoir pour la soumission de propositions de communication.

28 février 2017: date-butoir pour la réponse du comité scientifique.

8 au 15 mai 2017 : inscription au colloque.

1er juin 2017 : publication du programme du colloque.

La réorientation théorique des études littéraires dans le sens de son approche renouvelée du “réel”, identifiée plus tard par d’aucuns comme le “tournant spatial” (Soja, 1989) commence à prendre forme dans le panorama théorico-littéraire à partir du milieu du XXe siècle, quand des théoriciens de renom dans le champ structuraliste accordent un vaste espace de réflexion au rapport entre « la littérature et la réalité », dans le but de dénoncer avec insistance toute « illusion référentielle » (Barthes et al., 1982), et de renvoyer l’espace littéraire à sa spécularité intratextuelle (Dällenbach, 1977).

Il est incontestable que le rapport de l’homme au monde a, depuis toujours, constitué une des thématiques prépondérantes de l’histoire de la littérature, stimulée à partir des XIVe et XVe siècles, par les voyages qui signalent le tournant de la modernité (Westphal, 2011), par la pratique et l’écriture mêmes d’écrivains « voyageurs » au cours des XVIIIe et XIXe siècles, et par la conséquente promotion de la « littérature de voyages » à la catégorie de genre littéraire

Nous assistons aujourd’hui à des changements de paradigmes où se dessinent de nouvelles territorialités littéraires, où l’on interroge les frontières entre le réel et la fiction (Lavocat, 2016), et où se dégagent de nouvelles formes d’approche de l’espace littéraire. Des changements de paradigmes qui découlent avant tout de la pratique du voyage, dont les motivations anthropologiques ont profondément changé (Debaene, 2010), avec une incidence particulière sur le champ littéraire où « mondes » et « textes » possibles (Lavocat, 2010; Escola (éd.) 2012) préludent à de nouveaux territoires à explorer au-delà du texte « littéral », où un « monde plausible » peut se dessiner au-delà de la vision cartographique eurocentrée du monde (Westphal, 2011), où de nouvelles pratiques de mobilité suscitent de nouvelles formes d’écriture et d’autres supports d’expression, ainsi que de nouvelles manières de lire, ancrées sur une géographie physique, mais également humaine (Bouvet, 2015).

Nous pointons aujourd’hui la production littéraire en des contextes et des approches mondiales, non-délimitables, marqués par le triomphe de la traduction (Damrosch, 2003). Tantôt davantage centrée sur l’observateur – ce qui implique une perception du monde égocentrée –, tantôt valorisant l’espace représenté par le biais d’approches multifocalisées et géocentrées, l’étude de la littérature requiert de nos jours d’autres outils opératoires en vue de la compréhension de son rapport au réel. S’ouvre ainsi un vaste domaine pour la recherche d’une Géopoétique, qu’il s’agit d’interroger afin d’y signaler ses principales orientations théoriques et propositions méthodologiques actuelles.

Aussi bien au sens strict du terme, mis en orbite par Kenneth White à  partir de la fin des années 1970 pour rendre la conscience du monde sous-jacente à la création poétique, qu’au sens plus large, englobant la réflexion théorique suscitée par l’attention que la littérature accorde au rapport de l’homme à l’espace, la Géopoétique pointe un domaine de recherche qui interroge à nouveau les fondements théoriques de la référentialité spatiale et de la création littéraire dans le cadre de la postmodernité, où les espaces frontaliers, de passage, ou les configurations territoriales que de nouvelles cartographies des espaces humains procurent en fonction de nouvelles mobilités, s’imposent comme valeurs fondamentales.

Face à la diversité et à la complexité de questions que le texte littéraire soulève, les apports fournis par la Géopoétique gagnent à être confrontés avec d’autres réflexions et outils conceptuels avancés, par exemple, par Yi-Fu Tuan ou par Wolfgang Welsch.

En fait, mis en usage de leur temps déjà par Bachelard ou Yi-Fu Tuan, les concepts de « Topophilie » et de « Topophobie » mettent aujourd’hui en évidence, dans un contexte transdisciplinaire, les liens affectifs entre l’homme et l’espace. L’espace est délimité par l’individu qui l’observe, par une vision ouverte ou fermée de l’identité culturelle, et cautionne les politiques d’inclusion ou d’exclusion de l’Autre. La perception spatiale conditionne les attitudes, les valeurs et le langage des hommes qui l’habitent, le parcourent ou l’imaginent. Elle oblige, dès lors, au dialogue entre la poétique, la rhétorique, l’éthique et la géographie.

De même, le concept de « transculturalité », fondé sur le postulat euphorique de la mobilité et de la porosité entre les frontières, étayé sur une réorganisation démocratique des asymétries de pouvoir, invite à un nouveau regard sur l’espace, lequel se veut dynamique, aussi bien dans ses composantes politico-sociales que dans ses dimensions culturelles et littéraires.

Aussi, suivant les paradigmes théoriques énoncés plus haut, nous invitons tous les intéressés que ces questions interpellent à proposer des interventions autour des axes thématiques suivants :

  • Géopoétique et géocritique: questions de transdisciplinarité ;
  • Le Tournant spatial et les nouvelles territorialités littéraires ;
  • Liminalités et espaces transfrontaliers ;
  • Géopoétique et perception de l’espace par la littérature ;
  • Géopoétique: fiction et référentialité ;
  • Géopoétique: topofiphilie et topofophobie ;
  • Geopoétique: espace et transculturalités.

Bibliographie citée:

Barthes, R. et al., Littérature et réalité, Paris, Seuil, 1982.

Bouvet, R.,  Vers une approche géopoétique : Lectures de Kenneth White, Victor Segalen, J.-M. G. Le Clézio, Presses Universitaires  du Québec, 2015.

Dällenbach, L., Le récit spéculaire : essai sur la mise en abîme, Paris, Seuil, 1977.

Damrosch, D., What is World Literature?, Princeton University Press, 2003.

Debaene, V., L’adieu au voyage: l’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard, 2010.

Escola, M. (éd.), Théorie des textes possibles, Rodopi, coll. C.R.I.N., 2012.

Lavocat, F., La théorie littéraire des mondes possibles, Éditions du CNRS, 2010.

Lavocat, F., Fait et fiction : pour une frontière, Paris, Seuil, 2016.

Soja, E., Postmodern Geographies: The Reassertion of Space in Critical Social Theory, London, Verso, 1989.

Tuan, Yi-Fu, Space and Place. The Perspective of Experience [1977], Minneapolis, London, University of Minnesota Press, 2002.

Welsch, Wolfgang “Transculturality – the Puzzling Form of Cultures Today”, in Mike Featherstone / Scott Lash (ed.), Spaces of Culture: City, Nation, World, ed. by, London, Sage 1999, 194-213

http://www2.uni-jena.de/welsch/papers/W_Wlelsch_Transculturality.html).

Westphal, B., Le monde plausible : espace, lieu, carte, Paris, Les Éditions de Minuit, 2011.

Langues de communication

Les langues de communication sont le portugais, l’espagnol, le français et l’anglais.

Calendrier

31 janvier 2017 : date-butoir pour la soumission de propositions de communication.

28 février 2017: date-butoir pour la réponse du comité scientifique.

8 au 15 mai 2017 : inscription au colloque.

1er juin 2017 : publication du programme du colloque.

Organisation

Ana Paula Coutinho

Gonçalo Vilas Boas

Jorge Bastos da Silva

José Domingues de Almeida

Maria de Fátima Outeirinho

Maria Hermínia Amado Laurel

Maria Luísa Malato

Maria Teresa Oliveira

Soumission des proposition de communication

Toutes les propositions de communication doivent être soumises à l’évaluation du Comité Scientifique du colloque. Merci de signaler l’axe d’approche retenu. Les communications retenues ne pourront dépasser les 20 minutes.

La soumission de proposition (résumé entre 250 et 300 mots), accompagnée d’une brève notice biobibliographique, est à envoyer au courriel suivant:

geopoeticas2017@gmail.com

Inscription

100,00€ (montant qui assure l’inscription, le dossier, le certificat, les pause-café et les déjeuners du colloque).

120,00€ (du 16 mai au 31 mai 2017)

Un dîner du colloque est prévu sur inscription.

Modalités de paiement

Merci d’entrer sur: https://www.letras.up.pt/gi/por/eventos.asp

NB : les textes des communications feront l’objet d’une publication sur avis favorable d’un comité de lecture et sur engagement de remise du texte selon le protocole de rédaction à signaler.

Organisme responsable

ILC Margarida Losa

URL de Référence

http://www.ilcml.com

Adresse

Faculdade de Letras da Universidade do Porto – Portugal

url de référence

http://www.ilcml.com

adresse

Faculté des Lettres de l’Université de Porto

Présentation du roman de Frédérique Cosnier – membre de REDILA

lecture-croisee-frederiquesLe 11 novembre, Frédérique Cosnier (M2, 2015 au DFLE Paris 3 et membre du réseau REDILA, enseignante au CLA de Besançon) présente son roman, Suzanne et l’influence qui vient de paraître. Voir : http://lacleamolette.fr/auteurs/ ou

Sortie du premier roman de Frédérique Cosnier

Suzanne sous influence, écrivain sous influence, contrainte et jeu d’écriture :
Suzanne et l’influence, est un projet librement inspiré du film de Cassavetes Une Femme sous influence. On trouve dans ce poème de roman ou roman poème beaucoup d’énergie et aussi de cette énergie surnuméraire nommée violence, avec des personnages qui sont libres, peut-être, ou en tout cas peu déterminés par les débris du concept de classe, et qui se faufilent dans les interstices de la géographie urbaine.

EXTRAIT

Oui voilà. Je suis déjà une star, vous le savez bien, et je n’ai plus qu’à devenir une artiste.
Ça ne doit pas être si difficile. Je serai exilée enfin pour de vrai et je pourrai brûler définitivement mes racines dans un autre pays.

INFORMATIONS

Suzanne et l’influence

ISBN: 979-10-91189-13-2
Prix : 14 euros
160 pages

 

A tout va ! Journées Gabily

Trois Journées d’hommage à Didier-Georges Gabily

auront lieu samedi 12, dimanche 13 et lundi 14 novembre 2016

au théâtre Monfort.

L’occasion de créer et/ou récréer, découvrir et/ou redécouvrir un puissant théâtre-roman-poème qui fait relation de voix.

Nous N’irons Pas Plus Loin présentera Violences, Corps et Tentations, samedi 12 à 14H. Avec Simon-Elie Galibert, Charlotte Guennoc, Camille Plantevin, François Piel-Julian, Lucas Gonzalez, Cyrielle Rayet, Antoine Gautier.

Entrée Libre. Réservations au 01 56 08 33 88.

programme-complet-hommage-gabily1 programme-complet-hommage-gabily

Langue étrangère et étrangéisée – Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ?

« Langue étrangère et étrangéisée – Comment aborder, traduire et enseigner les nouvelles littératures ? »
SÉMINAIRE DOCTORAL ANNUEL – PLIDAM EA 4514
AXE 4 : Littérature et culture en didactique des langues
Responsable du séminaire : Frosa Pejoska-Bouchereau, PU, INALCO-Sorbonne Paris Cité
Programme du premier semestre

Vendredi 21 octobre 2016
Auditorium 17h à 19h
Georges-Arthur Goldschmidt
À l’insu de Babel

Mercredi 16 novembre 2016
Auditorium 18h à 20h
Jean-René Ladmiral
Traduction littéraire, traduction littérale ?

Vendredi 16 décembre 2016
Auditorium 17h à 19h
Jean-Claude Carrière
Quand le texte migre de support en support à la recherche d’une mise en sens. Le Mahâbhârata par Jean-Claude Carrière : traduction, théâtre, film, roman.

Jeudi 05 janvier 2017
Salle 3.03 – PLC 17h à 19h
Frosa Pejoska-Bouchereau
Littérature et étrangéisation
Plus d’info sur : http://www.inalco.fr/evenement/langue-etrangere-etrangeisee-aborder-traduire-enseigner-nouvelles-litteratures
Source: http://www.inalco.fr

 

Écopoétiques, un tour d’horizon ?

DOSSIER CRITIQUE n°42/ Octobre 2016 (volume 17, numéro 5)

La littérature aurait-elle besoin d’espaces ? C’est en tout cas ce que laisse à penser, depuis une vingtaine d’années, la richesse des approches qui, de la géocritique promue par Bertrand Westphal à la géographie littéraire proposée par Franco Moretti ou Michel Collot, en passant par la géopoétique illustrée par Michel Deguy puis Kenneth White, s’efforcent de penser la manière dont l’écriture peut mettre l’espace en mots, et dont les territoires peuvent à leur tour être habités par les textes. Le quarante-deuxième dossier critique d’Acta Fabula propose ainsi un tour d’horizon des écopoétiques actuelles, qui permettent de revisiter les créations littéraires et artistiques à la lumière de leur relation à l’environnement. Qu’il s’agisse de faire un état des lieux général de la géocritique, de focaliser l’attention sur des écrivains contemporains (Échenoz, Calvino, Pynchon, Ransmayr), ou encore d’analyser quelques-uns des motifs symboliques de notre rapport à l’espace (la frontière, la zone périurbaine), les articles rassemblés ici soulignent combien la littérature s’inscrit dans le sillage de ces « pratiques » qui, selon la formule de Michel de Certeau, transforment les lieux en espaces vécus, récités et mythifiés. Voici donc une belle occasion d’arpenter de nouveaux chemins critiques, et de revisiter le dossier « Écopoétique » dans l’Atelier de Fabula.

Vous pouvez lire les articles en cliquant là-dessus:

Publié sur Fabula