Écrire et créer avec les villes en mouvement

https://itineraires.revues.org/3219

Écrire et créer avec les villes en mouvement

Sous la direction de Aline Bergé, Xavier Garnier et Marc Kober

Si les villes sont des textes à déchiffrer, comme l’affirme toute une tradition de critique sémiologique, ce sont des textes qui bougent. Tel est le parti pris de ce volume dont l’ambition est de se tenir à mi-chemin entre l’anthropologie et la littérature. Nous nous intéressons à ces mouvements qui font la ville et dont l’art et la littérature sont parties prenantes. Une attention particulière est portée aux dynamiques urbaines en contexte postcolonial, dans ces espaces où la création n’est pas toujours institutionnalisée et où elle semble faire corps avec les processus de socialisation parfois hors contrôle qui travaillent de nombreuses villes du monde contemporain. Parce que les villes, ces haut-lieux du pouvoir, se referment parfois comme des pièges sur leurs habitants, c’est souvent là que s’inventent des modes de résistance multiformes, solidaires des géographies citadines, capables de capter les rythmes et les pulsations urbaines pour en faire une matière créative.

Aline Bergé, Xavier Garnier et Marc Kober
Présentation

De la ville au texte

Annie Montaut
De la « walled city » à la « world city » : Delhi, un océan de romans

Olivier Marcel
Spatialités de l’« art urbain », dans et au-delà de l’urbain : citadinité et cosmopolitique à Nairobi

Marc Kober

Du texte à la ville

Timour Muhidine
Impossibles encyclopédies

Jean Vermot-Gaud

Tina Harpin
« Détruire » disent-ils… Violence et mystique dans Thirteen Cents et Les Villes assassines

Mouvements

Mamadou Ba
Dakar, du mouvement Set Setal à Y’en a marre (1989-2012)

Xavier Garnier
L’anthologie Fermaille : l’événement « printemps érable » comme énonciateur lyrique ?

Myriam Suchet et Sarah Mekdjian
L’hypothèse de la traduction artiviste : mise en chantier indisciplinaire

Varia

Isabelle Bernard
Histoire et fiction dans Beyrouth Adrénaline (2008) de Hala Ghosn

 

Séminaire doctoral : Penser/enseigner le sens du langage (début 2017)

Séminaire doctoral de l’ED 268, « Langage et langues : description, théorisation, transmission »

Penser/enseigner le sens du langage

Responsables : Jean-Louis Chiss et Serge Martin (Université Sorbonne nouvelle Paris 3) (contact : serge.martin@univ-paris3.fr)

Lieu : salle 410 Censier

Durée : 12 heures en 6 séances, les jeudis de 14h. à16h.

Ce séminaire doctoral ouvert à un large public (M2, doctorants, chercheurs et enseignants) voudrait permettre d’envisager conjointement deux préoccupations majeures de la didactique et de la théorisation des langues et des cultures-littératures :

  • celle de la transmission des œuvres (et plus largement des discours) et des démarches (parler-lire-écrire de la maternelle à l’université),
  • et celle du « sens du langage ».

Cette dernière notion (Sprachsinn) empruntée à Wilhelm von Humboldt permet d’observer une quadruple synthèse (poéticité, réflexivité, altérité et réciprocité) pour reconsidérer les opérations de cognition dans et par le langage (Trabant, 1995). Les historicités de ces opérations, et donc leur pluralité, engageraient des réénonciations possibles tant dans l’enseignement que pour la recherche historique, linguistique, artistique, anthropologique et, bien entendu, didactique.

Après une première année du séminaire, pendant laquelle on a tenté de rendre compte d’essais d’attention au sens du langage avec des recherches partant des œuvres de théoriciens du langage (Humboldt, Benveniste, Meschonnic, Didi-Huberman, Péguy et Chiss), on va continuer ces dynamiques de conceptualisation en augmentant l’attention aux problématiques poétiques et politiques des (inter/trans)subjectivations par un travail plus interactif autour des travaux actuels de recherche en théorie du langage conduits par les deux animateurs du séminaire, tant du côté des langues et des littératures que des didactiques.

Serge Martin se propose de développer une théorisation/didactisation de la voix comme force relationnelle critique dans et par le langage avec trois notions (essais, passages et points de voix) qui tenteront de dessiner une problématisation des expériences et des gestes du sens du langage. Il invitera Maria Cabral de l’Université de Lisbonne avec laquelle une collaboration est engagée autour d’une reprise de la réflexion sur la narrativité relationnelle. Jean-Louis Chiss portera son attention sur une reproblématisation en cours des didactiques des langues et des cultures dans leurs rapports aux situations-historicités et sur les conceptualisations d’un problème brûlant qui associe depuis longtemps langues, nations et identités.

Séances

26 janvier 2017

Serge Martin : Dire/écouter – vers des essais de voix

On partira d’une question de Samuel Beckett, « Comment essayer dire ? » (Cap au pire, Minuit, 1983, p. 10) pour reprendre à nouveaux frais les réflexions de Henri Meschonnic sur la voix et la diction (Critique du rythme, Verdier, 1982, p. 281 et suivantes) et les propositions faites dans « Quand dire c’est écouter : l’oralité pour transformer la didactique de l’oral et de l’écrit » (Penser le langage Penser l’enseignement avec Henri Meschonnic, L’atelier du grand tétras, 2010, p. 103-125). On passera forcément par ce que James Sacré appelle Parler avec le poème (La Baconnière, 2012). On aura tenté de sortir la littérature et ses lectures des paradigmes sémiotique et herméneutique pour que les œuvres servent à vivre et donc à engager autant d’essais qui tiennent voix.

Serge MARTIN, Poétique du vivre en voix : 1. L’amour en fragments. Poétique de la relation critique (Artois presses Université, 2004) ; 2. Langage et relation. Poétique de l’amour (L’Harmattan, 2006) ; 3. Rythmes amoureux. Corps, langage, poème (à paraître) ; 4. Voix et relation. Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre éd., 2017) ; 5. Poétique de la voix en littérature pour la jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université (L’Harmattan, 2015) ; 6. L’impératif de la voix. De Paul Eluard à James Sacré (à paraître) ; 7. Voix critiques. Une poétique de l’écriture en sciences humaines et sociales (à paraître).

2 février 2017

Maria Cabral (Université de Lisbonne) : Le textuel et le narratif de la médecine à l’aune du discours et du théâtre

La conception de la littérature comme source d’art et de science que réfléchissent, au seuil de la modernité, les pages d’un Mallarmé sur « Le Théâtre et le Livre» (1886), est une tendance forte jusqu’à nous et explique l’intérêt que lui portent  des domaines aussi distincts que le droit, l’économie et la médecine.

Depuis quelques décennies, la littérature a pris une place importante au sein des « Humanités médicales », pour polymorphe (voire problématique) que s’offre cette désignation, trouvant toutefois une consolidation plus précise dans le mouvement anglo-saxon de la Narrative Medicine (médecine narrative). Réactualisant la notion de narrativité de Paul Ricœur, la MN fonde son principe sur le récit comme outil de formation et de pratique médicale au profit de nouvelles dynamiques réflexives et relationnelles, requises en outre par la technicisation et la technocratisation de l’univers médical. À y observer de près, pourtant, l’approche narrative promue par la MN se confond assez vite avec des « compétences textuelles » consistant à « identifier la structure d’une histoire, adopter ses multiples perspectives, reconnaitre métaphores et allusions)»[1].

C’est justement ce statut du récit et les ressources « textuelles » mobilisées dans ce domaine que nous allons interroger, dès lors que l’on ne saurait réduire celui-ci à une forme, une structure – voire une grammaire. En tant qu’exercice de parole, l’acte de raconter en contexte thérapeutique reste une activité vue, perçue et entendue en situation de co-présence, engageant des modalités de sens variées, du dire au silence, du langage corporel parlant à son repli interstitiel. En cela, il convoque le théâtre, phénomène social et communicatif autant qu’artistique, prédisposé à relier les corps et les discours. De la lettre au corps, le récit invite au passage de voix, à la diction – opération qui conduit les événements à une dimension active, incarnée, et intersubjective, partagée, dès lors. C’est ainsi qu’il peut nous placer au plus près de la parole impromptue, proche de ce rythme singulier qui « habite le commun», comme l’avait formulé Mallarmé et dont Maeterlinck a fait le ressort de sa dramaturgie.

En articulant ce double versant, celui du théâtre et celui du discours, mais une seule et même activité, la parole en acte,  c’est un ensemble de notions qui sont à réenvisager, du point de vue relationnel et communicationnel qui intéresse la médecine narrative: le temps, le sujet, le rapport corps-langage…

C’est cette voie que je propose d’explorer en m’appuyant sur les réflexions pionnières de Mallarmé et Maeterlinck sur le langage, étayées par celles de Benjamin et Benveniste, et, chemin faisant, les questions « éthiques » que la littérature peut pro/poser à la médecine – et inversement.

[1] [« …textual skills (identifying a story’s structure, adopting its multiple perspectives, recognizing metaphors and allusions) » ] Rita Charon, « Narrative & Medicine», New England Journal of Medicine, 350; 9, 2004, 862-863, [en ligne], http://www.bumc.bu.edu/mec/files/2010/06/Rita-Charon-Narratives-NEJM-Feb-04.pdf

Maria de Jesus Cabral est professeur de langue et littérature française et enseigne à l’université de Lisbonne où elle est coordinatrice du programme  Narrative & Medicine.

Ses travaux portent sur  la poétique symboliste dans ses liens avec le théâtre et la lecture et sur les rapports entre littérature et médecine. Elle est l’auteur de Mallarmé hors frontières. Des Défis de l’œuvre au filon symbolique du premier théâtre maeterlinckien (2007) et a coédité entre autres Lire, de près, de loin. Close Vs Distant Reading (2014), Maux écrits, mots vécus. Traitements littéraires de la maladie (2015) et Exotopies de Barthes (2016).
Cabral, Maria, Mamzer, Marie-France, «Le secret entre littérature et médecine. Pour une éthique du partage», In Carelli, Fabiana, Pompilio, Carlos Eduardo, Tecidos do Humano – Literatura e MedicinaVia Atlântica, Revista da Universidade de São Paulo, nº 29, juin 2016, p. 95-122
 
 
Cabral, Maria, « Du corps en état de langage. Barthes et le « tournant narratif » de la médecine », in Maria de Jesus Cabral, Franc Schuerewegen, Andrea Del Lungo, Exotopies de BarthesCarnets, revue électronique d’Études Françaises, janvier 2016

9 février 2017

Serge Martin : Relier/relater – vers des résonances de voix

On reprendra l’essai de Walter Benjamin, Le raconteur (1936, Circé, 2014) pour concevoir l’activité de résonance, au cœur des passages de voix comme formes puissantes de reprises d’expériences, au sens où Charles Péguy le suggérait : « […] je vous demande comment vous le dites. […] c’est la résonance de ce que vous dites que j’attends, et alors, que j’entends, que j’écoute » (Œuvres en prose complètes, t. II, la Pléiade, 1941, p. 821). On cherchera avec quelques œuvres poétiques (Marina Tsvetaieva, Pier Paolo Pasolini, Amelia Rosselli, Ariane Dreyfus) comment cette résonance fait un poème-relation où l’intime et la société s’emmêlent dans une politique et une érotique expérientielles, ce qu’on peut appeler une résonance générale. Avec le racontage, la notion de résonance porterait la critique au cœur des études et des didactiques littéraires en regard des dichotomies diction/fiction, récit/poème, esthétique/éthique…

Serge MARTIN anime la revue Résonance générale Cahiers pour la poétique (éditions de l’Atelier du grand tétras) avec Laurent Mourey et Philippe Païni : huit numéros parus. Sous le nom de Serge RITMAN, il publie, en 2017 aux éditions Tarabuste dans la collection « reprises », Ta Résonance.

9 mars 2017

Jean-Louis Chiss : Contextualisations et historicités en didactique des langues

Face à la conceptualisation, l’exigence de contextualisation a toujours été présente à des degrés divers en didactique des langues depuis la mise en avant de la notion de « situation ». Aujourd’hui, cette contextualisation se décline au pluriel dans l’ordre de la spatialité certes mais aussi dans l’ordre des déterminations épistémologiques et axiologiques, le tout inscrit dans des histoires aux régimes différents.

CHISS, J.-L. (2015). « Complexité, contextualisation, historicité : questions pour la didactique du français langue étrangère et des langues »,J.-M. Defays et al, éds, Transversalités. 20 ans de FLES. Faits et gestes de la didactique du français langue étrangère et seconde de 1995 à 2015 (Vol.1), Bruxelles : E.M.E., p. 79-85.

CHISS, J.-L. (2016). « Contextualisations et historicités : une réflexion pour la didactique des langues », A. Pégaz Paquet et L. Cadet (éds), Les langues à l’école, La langue de l’école, Artois Presses Universités, p.15-24.

CHISS, J.-L. (2016). « Entretien avec Jean-Louis Chiss », D. Hamdani Kadri et L. Elghazi, éds, Voies multiples de la didactique du français, Montréal : Presses de l’Université du Québec, p. 82-124.

CHISS, J.-L. (2016). De la pédagogie du français à la didactique des langues. La linguistique, les disciplines et l’histoire, Paris : Editions de l’Ecole Polytechnique, 240 p.

16 mars 2017

Serge Martin : Enoncer/réénoncer – vers des points de voix

Partant de la reprise par Henri Meschonnic (Célébration de la poésie, Verdier, 2001, p. 250) de la formule de Mallarmé, « le poème, énonciateur » (Œuvres complètes, La pléiade, 1945, p. 365), pour tenter de penser les discours par ce que l’on pourrait appeler des points de voix qui offrent autant de leviers nécessaires à l’attention aux énonciations dès que les œuvres font œuvre, on reprendra une proposition ancienne (« Faire œuvre avec les œuvres » (Le Français aujourd’hui n° 149, 2005, p. 67-73 – article repris dans Poétique de la voix en littérature jeunesse, L’Harmattan, 2015) pour non seulement la renouveler au plus près d’une didactique des réénonciations ou voix continuées mais également pour penser une démocratie des voix dans les études littéraires comme en didactique des littératures. On prendra alors appui sur les remarques récentes de la romancière Léonora Miano (L’impératif transgressif, L’arche, 2016) pour « décoloniser » la recherche et la création et y augmenter l’écoute des « sans-voix », du moins des minorisés, marginalisés ou intempestifs… sans compter l’écoute de ce qui n’a pas encore de voix dans nos vies, ou de ce qu’on ne sait pas qui fait voix.

23 mars 2017

Jean-Louis Chiss : langues, nations, identités

La question de l’« identité nationale » a son versant politicien et polémique. Reliée à la question de la « langue », elle constitue un problème théorique affrontée par de nombreux chercheurs en linguistique, en anthropologie, en littérature. On présentera une facette historiquement marquée de ce débat (fin XIXe/début XXe) avec Renan, Bréal et Meillet.

CHISS, J.-L. (2011) « Langage, société et Ecole : de quelques considérations sur la ‘culture de l’expression’ », Spirales n° 47, Lille, p. 15-19.

CHISS, J.-L. (2011). « Théories du langage et politique des linguistes.  Présentation », Langages n° 182, p. 3-10.

CHISS, J.-L. (2011). « Les linguistes du XIX° siècle, l’‘identité nationale’ et la question de la langue », Langages n° 182, p. 41-53.

[1] [« …textual skills (identifying a story’s structure, adopting its multiple perspectives, recognizing metaphors and allusions) » ] Rita Charon, « Narrative & Medicine», New England Journal of Medicine, 350; 9, 2004, 862-863, [en ligne], http://www.bumc.bu.edu/mec/files/2010/06/Rita-Charon-Narratives-NEJM-Feb-04.pdf

Prononcer les langues

PRONONCER LES LANGUES : 

VARIATIONS, EMOTIONS, MEDIATION

A l’Université de Rouen Normandie

Les 5 et 6 octobre 2017

 

Retrouvez l’ensemble des informations importantes (en français et en anglais) et déposez vos contributions directement sur le site du colloque : https://prolang2017.sciencesconf.org/

La date limite de dépôt est fixée au 20 février 2017.

Le colloque sera prolongé par une publication d’un numéro thématique dans la revue Lidil.

Velibor Colic : « Y a-t-il une littérature nationale » ?

avt_velibor-colic_8013

Velibor Colic

Y A T’IL UNE LITTERATURE NATIONALE ?

LE CHANT DES GUERRIERS – LA LITTERATURE NATIONALISTE

Année mondiale de la littérature

 

Pendant une visite en Suisse un journaliste avait demandé à Ernesto Sabato.

– Monsieur Sabato, comment ça se fait-il que vous là-bas en Amérique latine vous avez tant de romans épiques, des épopées et des mythes dans la littérature, tandis que nous, en Suisse, un peu moins, voire pas du tout ?

– Ecoutez jeune homme, avait répondu Sabato, au moment où Guillaume Tell a RATÉ son fils, vous avez perdu la dernière chance d’avoir une tragédie nationale…

La littérature comme un projet politique

Le texte qui suit n’est pas un questionnaire sur la littérature nationale, encore moins une expertise scientifique ; c’est un constat amer : la frontière entre une littérature nationale et nationaliste est très mince. Malheureusement, je fus le témoin, là-bas en ex-Yougoslavie, d’une «littérature élitiste» devenue soudainement «une littérature nationale»; où les «écrivains» avec leurs livres et une «langue nationale» définissaient d’abord l’espace spirituel et national de leur peuple, ensuite les généraux arrivent pour «arrondir les frontières»…

Et bien évidemment ce triple crime – génocide, mémoricide et urbicide – survenus juste après dans mon pays, comme les sous-produits d’une littérature nationale.

Dans son roman Koreni (Les Racines, 1954) Dobrica Cosic , écrivain, surnommé «Tolstoï des Balkans», «père de la nation serbe» et futur ex-président de la petite Yougoslavie (Serbie et Monténégro – 1992/1993) forge une sorte de manifeste d’une littérature nationale cuisinée à la sauce balkanique. Selon un critique émerveillé ce grand roman fleuve, «paysan et familial» traite et glorifie «le culte de la liberté du peuple serbe, la mythologie ancestrale et nationale, le despotisme patriarcal…», tout en dénonçant, magistralement selon le même critique, «l’européanisation des intellectuels serbes, la destruction de la paysannerie et l’individualisme». Le fruit de tout ça : le déracinement du peuple, voire la disparition la plus complète de la nation.

En 1954, la nation (faite de paysans-patriarches-traditionalistes mais libertaires) comme aujourd’hui a les mêmes ennemis – l’Europe, la mixité culturelle, l’Occident, l’urbanité et l’individualisme.

Le «Tolstoï des Balkans» plaide, donc, pour une littérature nationale propre et bien de chez nous, sérieuse, voir ennuyeuse, et tragique où «le peuple serbe, dixit Cosic, perd toujours en paix tout ce qu’il avait gagné pendant la guerre».

Les observateurs plus objectifs découvrent dans ce roman, non dénué d’intérêt tout de même, une prémisse (bien argumentée et accentuée depuis dans l’œuvre de Cosic) de futurs malheurs qui vont s’abattre sur ce pays, la Yougoslavie, «la plus jeune nation de l’Europe». Et ce triple crime – génocide, mémoricide, urbicide – commis par ses élèves (tel Radovan Karadzic, chef des Serbes de Bosnie, lui-même psychiatre et poète nationaliste) au nom de la nation.

L’implication de l’écrivain dans une guerre n’est jamais directe, mais il me semble que les vraies racines du mal sont dans cette littérature dite nationale, qui revendique notre terre et nos frontières spirituelles dessinées par la langue et la religion, tout en dénonçant, plus ou moins ouvertement, les vrais ennemis voisins (les communistes, les Albanais, les musulmans «turcs» chez Cosic) ou les ennemis cachés, et d’autant plus vicieux, qui sont tout simplement les autres, tous les autres…

Le cauchemar, d’abord serbe, et ensuite croate ou bosniaque, avait commencé au moment précis où les romans de maître Cosic et ses disciples sont devenus un projet politique, et où l’on a commencé à lire leurs romans comme les manuels de l’histoire…

Et les livres d’histoire comme la littérature.

Et ce mélange de genres, de l’histoire et de la littérature, s’est avéré tragique. Pour tous.

La frontière entre le mythe et la réalité est dans l’intelligence et dans le bon sens, dans la distance et le pouvoir de déduction…

Mais hélas les nouvelles littératures nationales jouent sur la note émotive et collective, sur nos certitudes dures comme le granit, qui ne se vérifient pas.

Et à ces moments-là, entre la littérature nationale et la littérature nationaliste, il n’y a qu’un pas à franchir.

Pour ce petit pas les écrivains s’écartent et laissent la place aux militaires.

L’espace spirituel d’une nation

Et pourtant pas que l’enfer, les frontières aussi, ce sont les autres. Ces lignes imaginaires, géo-et-politiques, sont comme des petites blessures dans le tendre tissu de l’humanité. Partout, depuis longtemps nous vivons avec nos murs et nos langues, nos nord et nos sud ; nos riches et nos très pauvres… Les frontières sont aussi nos dieux et nos couleurs, nos visages – les moustaches tziganes et le nez juif, les yeux bleu délavé aryens et les lèvres charnues d’une chanteuse de jazz. Depuis longtemps on fait et défait les empires, les démocraties et les dictatures et on vit confortablement entre nous et pas avec les autres… Pour changer, ou «protéger» nos frontières, les généraux mènent tout le temps une guerre et l’écrivain, le dernier douanier, raconte. Cet étroit espace coincé entre l’arrogance des conquistadors et les destins de leurs victimes, entre toutes nos frontières, peut, avec un peu de courage et du talent devenir une nouvelle géographie de l’homme. La grande Histoire est une statistique et la littérature nomme et égraine les petites tragi-comédies de l’homme. C’est peu, mais, il me semble, ça vaut le coup…

*

Dans un débat télévisé récent autour du projet gouvernemental français « Mariage pour tous » monsieur Eric Zemmour (écrivain et journaliste politique français, selon Wikipédia) explique la violence de certains manifestants « anti mariage gay » comme le produit « de mai 68 ».

Selon lui les manifestants de 68 réclamaient « la liberté, donc l’individualisme » (donc l’ultralibéralisme (???) actuel) et ce ne sont que les «enfants qui veulent se débarrasser de ce monde imposé par les soixante-huitards, un monde politiquement correct»…

L’idée d’une culture ou d’un mode de vie nationale, chez les « Zemmour » s’abreuve, ici en France comme dans les Balkans, à la même source. Les raccourcis, les formules déjà faites, la ré-interprétation de l’histoire, le négationnisme, le populisme, le nationalisme…

Nous voyons encore une fois que la littérature nationale est un «caméléon». Chez nous, en ex-Yougoslavie, on l’appelle parfois «littérature patriotique», régulièrement «traditionnelle» et très souvent «littérature populaire».

J’ajouterai même la littérature obligatoire, l’unique et la seule possible…

*

Dans son livre Balkans – terreur de la culture (Belgrade, 2008) l’ethnologue serbe Ivan Colovic parle de « l’espace national, culturel et spirituel d’un peuple » et des genres «para-littéraires» qui se nourrissent de cette sainte Trinité de la nation.

Et dans un état pluri-national, multiconfessionnel et fortement mélangé comme le sont, malgré la purification ethnique guerrière, tous les pays ex-yougoslaves, cette thèse – un espace, une langue et une littérature – pose beaucoup de problèmes.

Les points communs entre les diverses nations (l’origine, la langue, la mentalité) sont observés, découpés et ré-interprétés comme les points faibles dans le tendre tissu de notre spiritualité. Parce que la littérature nationaliste se veut exclusive. Aucune autre littérature n’est tolérée, encore moins une littérature nationale chez nos voisins.

*

Par sa forme et son essence la littérature nationale refuse la modernité. Ce sont en général des romans écrits dans la langue «ancienne» (dont populaire et anti-élitiste) ou de longs poèmes qui brouillent volontairement les pistes entre les épopées ancestrales et la situation actuelle (en général dure) de la nation. Ivan Colovic donne un exemple : en pleine bataille durant la dernière guerre en Bosnie, les soldats serbes criaient les noms de héros issus de la littérature populaire comme s’ils voulaient clairement afficher, et historiquement justifier, l’universalité de leur propre combat.

Au nom du peuple (quelques conseils pour devenir un écrivain nationaliste)

La littérature nationale n’est pas citoyenne du monde. Dans ce «Weltanschauung» on dédouane notre nation de tous les péchés et on la transforme en une métaphore. Notre patrie n’est plus un pays ou un état, c’est souvent une belle et jeune fille violée et souillée ; notre nation est aussi le cimetière de nos grands-pères, notre religion, une colombe blanche ou une mère.

Les œuvres récentes des écrivains nationales – serbes, croates, bosniaques – nous présentent la mère patrie comme une sorte de monstre qui réclame sans cesse notre sang et nos vies. Une chanson populaire croate clame – «Ne sois pas triste ô la mère Croatie, appelle nous, juste appelle nous/ et nous allons tous comme des faucons sacrifier nos vies pour toi».

Malgré l’argent, la gloire et le pouvoir, dans ce coin de l’Europe ce n’est pas facile d’être un écrivain national. Mais ça vaut la peine de sacrifier tout, absolument tout y compris la nation – pour la nation.

*

L’âge d’or des littératures nationales dans le sud-est de l’Europe correspond au crépuscule du communisme. La mutation était d’abord visible chez les écrivains dissidents, ensuite chez les «convertis» du communisme et finalement chez les autoproclamés bardes nationalistes.

Bien évidemment ils étaient fortement appuyés par l’église et les nouveaux pouvoirs « fraîchement et démocratiquement » élus qui évoquaient tout simplement la renaissance de notre peuple.

La littérature nationaliste parle toujours au nom du peuple avec une rhétorique héroïque, elle cherche et trouve les bouc-émissaires, elle rend visible nos ennemis et accuse ou pardonne toujours et toujours au nom du peuple.

Les vrais écrivains demandent le temps et le silence tandis que leurs collègues nationalistes réclament la scène, la foule , le bruit et la fureur, «le sang et les larmes»… C’est une littérature grossière et grossiste qui regarde l’humanité dans une optique très simple – bien et mal, nous et autres, victimes et assassins… Comme dans les westerns américains, les bons portent toujours un chapeau blanc alors que les méchants sont coiffés d’un chapeau noir.

Dans ce combat épique et éternel nous sommes les « good guys » qui défendons les vrais valeurs tandis que de l’autre côté ce sont les barbares qui changent de noms et de visage, mais qui ne changent pas leur nature – sauvage, destructrice et décadente.

Un monde simplifié et tranché comme un match de foot.

Normalement cette littérature doit rester à sa place : dans la margine du monde. Mais malheureusement derrière les divagations des « poètes » de mon pays se cache une véritable tragédie – une guerre fratricide, plus de 100.000 morts et deux millions de réfugiés.

Parmi les responsables de cette tuerie certains écrivains sont très haut placés. Leurs tirades patriotiques, leurs œuvres et leurs appels à la guerre résonnent toujours, telle une messe macabre, dans les têtes des victimes.

*

La littérature nationale ressemble à une église. Tout est sacré dans la littérature nationale. Notre sol est sacré, notre langue et notre liberté surtout. Elle est nécrophile aussi. Dans cette littérature, nous sommes soit déjà morts, soit en train de mourir, sur l’autel de la patrie. Dans les textes patriotiques nous, les justes, ne sommes plus vraiment des hommes ; nous n’avons pas de noms ou de métiers, nous ne sommes pas non plus mariés ou célibataires, grands ou petits, nous n’avons pas de destin individuel mais un destin commun, qui est, bien évidemment, tragique…

L’écrivain national nous préfère victimes.

Victimes de l’islamisation, de la mondialisation, des divers complots mondiaux ; sous sa plume nous sommes une poignée de gens courageux et lucides qui résiste face à un ennemi riche, rusé et impitoyable.

– Avant la guerre, écrit un satiriste serbe, nous n’avions rien. Puis les Allemands sont arrivés et ils ont tout détruit.

*

Un écrivain national mène toujours un combat. Mais d’abord et avant tout, il est une sentinelle qui veille sur notre langue, un espace vital et primordial pour chaque homme de lettres. Le problème est que notre langue ne correspond jamais aux frontières de notre état.

Pour corriger cette anomalie on trouve toujours un colonel ivre pour libérer le peuple de lui-même. Un philosophe allemand avait constaté : «Les tragédies qui se répètent peuvent devenir les farces…»

Ajoutons à la fin, malheureusement même les farces qui se répètent peuvent devenir les tragédies.

Pas que l’enfer : les frontières aussi, ce sont les autres. Ces lignes imaginaires, géo- et-politiques, sont comme des petites blessures dans le tendre tissu de l’humanité. Partout, depuis longtemps, nous vivons avec nos murs et nos langues, nos nord et nos sud, nos riches et nos très pauvres… Les frontières sont aussi nos dieux et nos couleurs, nos visages – les moustaches tziganes et le nez juif, les yeux bleu délavé aryens et les lèvres charnues d’une chanteuse de jazz. Depuis longtemps on fait et défait les empires, les démocraties et les dictatures et on vit confortablement entre nous et pas avec les autres… Pour changer, ou «protéger» nos frontières, les généraux mènent tout le temps une guerre et l’écrivain, le dernier douanier, raconte. Cet étroit espace coincé entre l’arrogance des conquistadors et les destins de leurs victimes, entre toutes nos frontières, peut, avec un peu de courage et du talent devenir une nouvelle géographie de l’homme. La grande Histoire est une statistique et la littérature nomme et égraine les petites tragi-comédies de l’homme. C’est peu, mais, il me semble, ça vaut le coup…

Croire en la littérature ?

Espérons qu’après le temps de la politique, qui n’est qu’un jeu pervers auquel on devra un jour mettre fin, et après le temps des «bardes» nationaux fous et assoiffés de sang, viendra le temps de la littérature. Une littérature nomade et humaine, mobile et métèque, décoiffée et indisciplinée, sans visa et sans passeports.

En 1992, pendant la guerre, dans mon carnet de soldat, peut-être stupidement, certainement naïvement, effrayé, j’ai écris un texte, comme une sorte de kaddish pour mon pays. Le texte s’appelle «Croire en la littérature».

« En temps de guerre, croire en la littérature, c’est refuser les formules toutes faites, ne pas choisir la nécrophilie et la mort ni les considérer comme des «nécessités» bibliques incarnées par les quatre Cavaliers de l’Apocalypse. C’est, d’autre part, travailler sur l’agencement magique des mots, reconnaître le mal, le condamner, car c’est ainsi que l’on peut, chez nous, en Bosnie, dépasser l’option littéraro-esthétique.

C’est évoquer le caractère lumineux et sacré du sacrifice des victimes, encore et toujours, afin de croire à nouveau au sens, de réinsuffler la vie, sans s’occuper du fait que cette histoire a déjà été de nombreuses fois racontée. C’est croire en la force du cri primordial, sage et vieux comme le monde, du cri de l’enfant qui, poussé par l’instinct de vie, déchire les entrailles de sa mère pour annoncer le triomphe certain et définitif de la créativité sur l’absurde, la violence et la destruction.

Oui, c’est cela, croire en la littérature.

Contre laquelle personne ne peut rien.

Car elle détient les secrets de l’alchimie éternelle de la vie même ».

Quelques mois à peine après le soldat est devenu un exilé et ce texte écrit sur les genoux dans les tranchés est devenu un livre.

Ils peuvent tuer toutes les hirondelles, dixit un proverbe tzigane, mais ils n’empêcheront pas la venue du printemps.

 

Velibor Colic, printemps, 2013. paru dans Ouest-France 

Expériences d’écoute en didactique des langues et des cultures (actes de la journée du 16 novembre 2016)

L’écoute constitue certainement une notion centrale en didactique des langues. Elle est toutefois problématique : sa réduction à la réception voire à la passivité – même quand elle se dénomme « écoute active, une technique pour mieux communiquer » dans la lignée des travaux de Carl Rogers – peut remettre en cause le potentiel poétique, éthique et didactique dont elle est porteuse et l’arrimer aux instrumentalismes de la communication, lesquels la limitent aux catégories du son et/ou de l’information en ignorant que c’est du sujet (individuel et collectif) qui est en jeu. De ce point de vue, la réduction de la notion à l’oral ou à la compréhension participe d’un tel instrumentalisme.

Au cours de cette journée d’études, nous avons essayé d’observer combien les activités d’écoute construisent une attention à ce qui, en langue et en culture, ouvre aux subjectivations individuelles et collectives : (s’)écouter, c’est d’abord augmenter l’attention à tout ce qui fait passage de parole et parole de passage – ainsi avions-nous tenté de penser ce qui rend les paroles possibles lors de deux journées d’études en 2014 et 2015. Aussi nous nous sommes attachés à penser comment et pourquoi des activités d’écoute engagent le point de vue d’une poétique et d’une éthique relationnelles au cœur de l’accompagnement des œuvres littéraires et artistiques partagées. Une telle didactique ne peut alors se contenter d’en lister les compétences discontinues mises au service d’une transparence ou d’une efficience langagières voire interculturelles où les identités et les altérités se verraient réifiées et donc désénoncées. Une telle didactique doit donc multiplier les exposés des expériences d’écoute et ainsi les documenter, les penser, les associer.

Nous avons donc tenté de rendre compte d’expériences d’écoute en essayant d’en montrer la portée heuristique pour une didactique des langues et des cultures. En fin de compte, il s’est agi de penser l’écoute comme un opérateur critique de la situation didactique : plus il y a d’écoute, plus il y aurait d’apprentissage des langues et des cultures non comme performances assurées d’une communication mais comme aventure d’une relation d’humanité consolidée au plus près de chaque expérience.

9.00 : Ouverture par Valérie Spaëth (responsable du master « Didactique des langues » et directrice du DILTEC-EA 2288)

9.15-10.45 : Communications-ateliers

Muriel Molinié (Paris 3), « L’écoute avec le récit de vie » : molinie-lapad-journee-detudes-experience-decoute

Serge Martin (Paris 3), « L’écoute de ce qui ne peut s’entendre » : https://redila.hypotheses.org/1142 (voir également : https://redila.hypotheses.org/1176)

11.00-1200 : Rencontre-débat avec Malika Ferdjoukh animée par Serge Martin (Paris 3)

Malika Ferdjoukh à la Maison de la recherche de la Sorbonne nouvelle le 16 novembre

13.30 : Conférence-atelier de Ivan Jimenez Garcia (Maitre de conférences en espagnol à Créteil-Paris-est et chercheur en danse et littérature) animée par Nathalie Borgé (Paris 3) : ivan-jimenez-communication-ecoute-16-nov 

14.30 : Table ronde-atelier animée par Carla Campos Cascales (Paris 3) et Charlotte Guennoc (Paris 3), « Ecrire un mémoire, une expérience d’écoute ? » avec des M2 de la promotion 2015-2016 : Shuman Jiao (M2, spé 1) ; Amal Khaleefa (M2, spé 1) ; Thaïs Poisson (M2, spé 2) ; Virginie Verhaeghe (M2 Distance).

S’Ecouter, Ecouter et Produire une écoute en recherche

voir également : https://redila.hypotheses.org/1164

15.45 : Théâtre partagé avec la compagnie « Nous n’irons pas plus loin » (une des onze compagnies parrainées dans le dispositif Acte & Fac 2016-2017 en Sorbonne nouvelle) autour de La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès : re-création avec Simon Copin (acteur), Simon-Elie Gallibert et Charlotte Guennoc (metteurs en scène).

https://nousnironspasplusloin.com

http://www.leseditionsdeminuit.fr/livre-Nuit_juste_avant_les_forêts_(La)-1685-1-1-0-1.html

Et on peut aussi trouver :

Un petit recueil de citations sur l’écoute : https://redila.hypotheses.org/1144

Des réactions de participant.e.s : https://redila.hypotheses.org/1187

Expériences d’écoute (16 novembre 2016) : réactions de participantes

On trouvera des réactions sous forme de « comptes rendus risqués » (expression de Bruno Latour) à ces adresses – un grand merci aux rédactrices de ces billets :

Yiheng WANG, « Ecoute de soi et de l’autre » : https://arlap.hypotheses.org/7736

Johanna CLAUSSE, « Ecoute : une projection en soi et vers les autres » : https://arlap.hypotheses.org/7732

Floriane GONIDEC, « Eloquentia : expérience d cela prise de parole, de l’importance d’une écoute » : https://arlap.hypotheses.org/7708

Liu YANG, « Ecoute : une action ou une attitude ? » : https://arlap.hypotheses.org/7688

 

Une Journée d’écoute, James Sacré Un effacement continué ?

«L’écoute de ce qui ne peut s’entendre»

Serge Martin

 

Atelier-communication animé par Serge Martin lors de la journée d’écoute à la Maison de la Recherche.

Cet atelier s’est proposé d’être une forme de mise en mouvement du texte de James Sacré Un effacement continué ?, datant de 2009. Chaque participant a reçu un extrait daté du texte de J. Sacré, de telle sorte que la feuille se présentait ainsi : texte, date, page. Pour contextualiser un peu cet atelier, nous recevons notamment la quatrième de couverture du livre de l’auteur qui nous dévoile un peu de sa vie mais aussi de son oeuvre. Il est auteur de poésie et a récemment publié, en 2016 : Figures qui bougent un peu. Il m’apparaît alors que le mouvement est déjà par deux fois apparu chez cet auteur. Pourtant, il m’est inconnu. On apprend ensuite que c’est un vendéen émigré à Montpellier. Ce livre Un effacement continué ? est la suite d’une exploration de sa relation avec son père commencée avec Portrait du père en travers du temps.

Ainsi préparée, j’ai lu… Lire la suite

Une journée d’écoute rue des Irlandais

originalNotice biographique

Chercheuse diplômée d’un master de Didactique du Français Langue Étrangère spécialité “illettrismes, interculturalité et FLE/FLS”, délivré par la Sorbonne Nouvelle, dont l’intérêt réside dans les carnets d’écriture qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain pour le mémoire : Le carnet d’écriture, pédagogie de la proposition.

1. Que se passe-t-il avant le mémoire ?

Les carnets d’écriture sont d’abord une pratique observée et vécue : j’ai été témoin de nombreuses formes d’écriture en carnet, calepin, agenda, bloc-notes, journal, cahier, listes, etc à travers mon travail; et je suis moi-même en relation avec cette forme d’écriture de soi. C’est ainsi l’alliance de choses d’intérêt professionnel et personnel. Lire la suite

Courtes expériences pour vivre/penser l’écoute avec James Sacré

Courtes expériences pour vivre/penser l’écoute lors de la journée d’études « Expériences d’écoute » à la Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle le 16 novembre 2016, avec le livre de James Sacré : Un effacement continué ? (La Dragonne, 2016)

9782913465985_1_75

Cet atelier de littérature permet en une séance de parcourir un livre de poèmes (contrairement aux habitudes où la classe s’arrête sur un poème alors que celui-ci est pris à un ensemble que la classe ignore) et de laisser place à un pluralité de réénonciations (dire, lire, écrire) pour que la lecture devienne une activité pleine d’élans. Ici, on cherche surtout à pratiquer une écoute attentive aux silences du texte, des lectures – à ce qui ne peut se dire à voix haute et claire…

Voyager m’emporte aussi vers toi, vers

nulle part après lequel on court

Où l'(on arrive toujours : on devine que c’est là tout près

Pas la peine de prendre un bateau, de s’en aller…

C’est là tout près mais la vie n’en dit jamais rien, jamais

Je saurai où ça sera, demain

Tout à l’heure et sans doute

Ailleurs qu’avec toi. Nous ne serons plus

Que poussière du temps sans pensée

Ni sentiments. Ensemble?

(5 septembre 2012; 13 octobre 2012)

  1. Titrer des fragments

img_7606Le livre comprend une série de poèmes qui font un ensemble chronologique sur plusieurs années (de 2008 à 2013) dont on ne peut isoler chaque poème ; aussi faut-il chercher des liens : le premier serait de titrer les poèmes qui n’offrent pas de titre et ainsi de réaliser comme un sommaire du livre; une manière de lire tout le livre par les titres donnés par les lecteurs.

Distribution d’un poème par personne. Donner un titre (l’écrire sur une feuille blanche au feutre avec en bas le numéro de la page du poème). Venir l’afficher sur un mur puis dire à voix haute les titres trouvés dans l’ordre des pages.

A cause qu’ayant dormi dans l’inconfort

(Mais pas si mal

Dans les fauteuils pas doux de l’aéroport)

J’ai pensé

A tout le vivre de peu dans ta vie

Rudesse que tu aimais je crois

Comme un défi à je sais pas quoi.

Maintenant dans la mort c’est comment

Le confort de ton cercueil?

(19 octobre 2010)

Les deux ateliers qui suivent en parallèle :

2. Associer-monter des hétérogénéités

img_7607S’associer à 3 avec chacun son poème (reçu en 1) et proposer une ligne extraite du poème aux autres, mettre ensemble les trois lignes, puis proposer chacun un montage de ces 3 lignes vers un nouveau poème – on peut couper, coller, déplacer tout le matériau initial. Ecrire les 3 poèmes obtenus sur des feuilles (bien noter les références des pages d’origine tout en haut des feuilles). Lecture à voix haute des réalisations en faisant tourner les groupes.

 

 

Tu n’étais ni Léonard ni Michel-Ange

Mais que serait le sourire de la Joconde

Sans les mirabelles du fond de ton jardin?

(18 octobre 2010)

img_7609

3. Trouver des résonances

Cinq groupes de 3 personnes autour des cinq poèmes suivants (p. 29, 60, 61, 88 et 110) préparent la lecture à voix haute de chacun de ces poèmes. Chaque groupe a trois chaises, puis deux, puis une et va redire le poème au moins 3 fois…

 

 

Je ne cherche pas un père

Je ne cherche pas le père que j’aurais voulu avoir

Je cherche le père que j’ai eu.

(11 juillet 2009)

 

img_7605Conclusion :

On échange pour essayer de cerner quelques pistes d’écoute de l’écoute : par la reformulation ; par la confrontation ; par le montage ; par les échos, les dissonances et les résonances ; par les oublis et les mémoires ; par les reprises et les déprises. Il s’est agi de trouver un maximum d’élans vers toujours plus de réénonciations pour que le poème ne soit plus une denrée mais une énergie, une énonciation toujours en soulèvement d’air vif. On cherche à voir les voix pas seulement multiples, mais par une pluralité (le pluriel de chaque voix et de toutes les voix) où la résonance de l’une à l’autre fait « éternel concert ». Voir Péguy : « comme un peuple de langages, comme un concert de voix qui souvent concertent et quelques fois dissonent, qui résonnent toujours. Et qui n’existent et ne méritent que comme donnant une résonance » (Pléiade II, p. 659 et 663).

L’écoute se constitue comme reprise d’une voix dans sa voix ; on ne peut la séparer de l’écriture ou de la lecture qui, en train de se faire, seraient l’écoute de ce qui vient et qu’on ne connaît pas.

On s’est essayé à passer de la communication (d’informations, d’énoncés, de savoirs) à la relation (des rapports d’énonciations, de voix, d’écoute). On a cherché à passer de la compréhension/interprétation des œuvres aux œuvres continuées dans toutes les voix-vies. Plutôt qu’à vérifier des transports d’énoncés, on a cherché à travailler (à) des rapports d’énonciation.

A quel endroit de ce monde maintenant

Pourrait-on rencontrer ton visage

Ton visage et ton corps

Avec son passé qui fut vivant?

Ce que j’entends

C’est le seul bruit des mots

Donnés comme épaisseur noire du monde, et restant

Dans l’inconnu

De ce qui fut pourtant visible et vivant.

(29 décembre 2013; 5 avril 2014)

Quelques références pour continuer :

Olivier Mouginot, « Un grand atelier du poème », carnet de recherche ATELIT :  https://atelit.hypotheses.org/1303

Serge Martin, Poétique de la voix en littérature de jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université, L’Harmattan, 2014.

Serge Martin, Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache, Taulignan, Marie Delarbre éd., 2016.

et un ensemble de billets sur le carnet « Voix et relation » concernant James Sacré : https://ver.hypotheses.org/?s=james+sacré

Petit recueil de citations sur l’écoute

Henri Meschonnic : Seul le poème peut nous mettre en voix, nous faire passer de voix en voix, faire de nous une écoute. (Célébration de la poésie, Lagrasse, Verdier, 2001, p. 249)

Roland Barthes : Celui qui écrit est ce mystère : un locuteur qui écoute. (L’Obvie et l’obtus. Essais critiques III, Paris, Seuil, « Points / essais », 1992, p. 132)

Charles Péguy : Ne me parlez pas de ce que vous dites. Je ne vous demande pas ce que vous dites. Je vous demande comment vous le dites. Cela seul est intéressant. Cela seul intéresse. Parlez-moi de comment vous le dites. Cela seul prouve. Cela seul apporte et peut apporter une preuve. […] Et alors je vous écoute. C’est cela, c’est le ton, c’est le style, c’est la résonance de ce que vous dites, que j’attends, et alors que j’entends, que j’écoute. […] C’est là seul qu’il faut attendre tout un chacun. Cela seul pouvait le prouver, apportait une preuve. Cela seul n’était plus une opération, une affaire d’Histoire, de science, de corbillard, d’enregistrement et de cimetière. (« Un poète l’a dit » (1907) dans Œuvres en prose complètes, t. 2. Éd. de R. Burac, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1961, p. 901)

Walter Benjamin : Quiconque écoute une histoire se trouve en compagnie de celui qui la raconte ; même celui qui la lit participe de cette compagnie. (« Le narrateur » dans Écrits français, folio/Gallimard, 2001, p. 287)

Montaigne : La parole est moitié à celuy qui parle, moitié à celuy qui écoute. (Les Essais, III, 13, « De l’expérience »)

Henri Meschonnic : Un poète écrit sa vie avant de la vivre, prophète de lui-même sinon des autres, c’est-à-dire non un devin mais une écoute qui fonde un langage et une vision. (Ecrire Hugo 1, Gallimard, 1974, p. 21)

Henri Meschonnic : Chercher à écouter l’histoire qu’on a dans sa voix. (Éthique et politique du traduire, Verdier, 2007, p. 152)

 

Appel sur l’immersion (Ottawa)

L’immersion à l’université : où en sommes-nous aujourd’hui ? 

ILOB – Université d’Ottawa

11-13 Mai 2017
> Les présidentes du symposium sont Hélène Knoerr et Alysse Weinberg.
> Les conférenciers principaux seront Laurent Gajo (Université de Genève), Sonia Soltero (DePaul University), Nina Pilke (Vaasa University) et Xavier Vila (Universitat de Barcelona).

Consultez le site web officiel du symposium pour de plus amples renseignements.

**************************************************************

Immersion in Higher Education:  Where do we stand today? 

OLBI – UNIVERSITY OF OTTAWA

MAY 11-13, 2017
>
> Symposium Chairs are Hélène Knoerr and Alysse Weinberg.
> Keynote addresses will be delivered by Laurent Gajo (Université de Genève), Sonia Soltero (DePaul University), Nina Pilke (Vaasa University) et Xavier Vila (Universitat de Barcelona).

Make sure to visit the official symposium’s website for more information.

 

Appel à communications

 

Les propositions seront acceptées jusqu’au 30 novembre 2016.

Espaces littéraires et Territoires critiques

Espaces littéraires et Territoires critiques

Pour une approche de l’espace littéraire : Géopoétique et géocritique dans le franchissement des frontières de la connaissance

29, 30 juin et 1er juillet 2017

Faculté des Lettres de l’Université de Porto

Calendrier:

31 janvier 2017 : date-butoir pour la soumission de propositions de communication.

28 février 2017: date-butoir pour la réponse du comité scientifique.

8 au 15 mai 2017 : inscription au colloque.

1er juin 2017 : publication du programme du colloque.

La réorientation théorique des études littéraires dans le sens de son approche renouvelée du “réel”, identifiée plus tard par d’aucuns comme le “tournant spatial” (Soja, 1989) commence à prendre forme dans le panorama théorico-littéraire à partir du milieu du XXe siècle, quand des théoriciens de renom dans le champ structuraliste accordent un vaste espace de réflexion au rapport entre « la littérature et la réalité », dans le but de dénoncer avec insistance toute « illusion référentielle » (Barthes et al., 1982), et de renvoyer l’espace littéraire à sa spécularité intratextuelle (Dällenbach, 1977).

Il est incontestable que le rapport de l’homme au monde a, depuis toujours, constitué une des thématiques prépondérantes de l’histoire de la littérature, stimulée à partir des XIVe et XVe siècles, par les voyages qui signalent le tournant de la modernité (Westphal, 2011), par la pratique et l’écriture mêmes d’écrivains « voyageurs » au cours des XVIIIe et XIXe siècles, et par la conséquente promotion de la « littérature de voyages » à la catégorie de genre littéraire

Nous assistons aujourd’hui à des changements de paradigmes où se dessinent de nouvelles territorialités littéraires, où l’on interroge les frontières entre le réel et la fiction (Lavocat, 2016), et où se dégagent de nouvelles formes d’approche de l’espace littéraire. Des changements de paradigmes qui découlent avant tout de la pratique du voyage, dont les motivations anthropologiques ont profondément changé (Debaene, 2010), avec une incidence particulière sur le champ littéraire où « mondes » et « textes » possibles (Lavocat, 2010; Escola (éd.) 2012) préludent à de nouveaux territoires à explorer au-delà du texte « littéral », où un « monde plausible » peut se dessiner au-delà de la vision cartographique eurocentrée du monde (Westphal, 2011), où de nouvelles pratiques de mobilité suscitent de nouvelles formes d’écriture et d’autres supports d’expression, ainsi que de nouvelles manières de lire, ancrées sur une géographie physique, mais également humaine (Bouvet, 2015).

Nous pointons aujourd’hui la production littéraire en des contextes et des approches mondiales, non-délimitables, marqués par le triomphe de la traduction (Damrosch, 2003). Tantôt davantage centrée sur l’observateur – ce qui implique une perception du monde égocentrée –, tantôt valorisant l’espace représenté par le biais d’approches multifocalisées et géocentrées, l’étude de la littérature requiert de nos jours d’autres outils opératoires en vue de la compréhension de son rapport au réel. S’ouvre ainsi un vaste domaine pour la recherche d’une Géopoétique, qu’il s’agit d’interroger afin d’y signaler ses principales orientations théoriques et propositions méthodologiques actuelles.

Aussi bien au sens strict du terme, mis en orbite par Kenneth White à  partir de la fin des années 1970 pour rendre la conscience du monde sous-jacente à la création poétique, qu’au sens plus large, englobant la réflexion théorique suscitée par l’attention que la littérature accorde au rapport de l’homme à l’espace, la Géopoétique pointe un domaine de recherche qui interroge à nouveau les fondements théoriques de la référentialité spatiale et de la création littéraire dans le cadre de la postmodernité, où les espaces frontaliers, de passage, ou les configurations territoriales que de nouvelles cartographies des espaces humains procurent en fonction de nouvelles mobilités, s’imposent comme valeurs fondamentales.

Face à la diversité et à la complexité de questions que le texte littéraire soulève, les apports fournis par la Géopoétique gagnent à être confrontés avec d’autres réflexions et outils conceptuels avancés, par exemple, par Yi-Fu Tuan ou par Wolfgang Welsch.

En fait, mis en usage de leur temps déjà par Bachelard ou Yi-Fu Tuan, les concepts de « Topophilie » et de « Topophobie » mettent aujourd’hui en évidence, dans un contexte transdisciplinaire, les liens affectifs entre l’homme et l’espace. L’espace est délimité par l’individu qui l’observe, par une vision ouverte ou fermée de l’identité culturelle, et cautionne les politiques d’inclusion ou d’exclusion de l’Autre. La perception spatiale conditionne les attitudes, les valeurs et le langage des hommes qui l’habitent, le parcourent ou l’imaginent. Elle oblige, dès lors, au dialogue entre la poétique, la rhétorique, l’éthique et la géographie.

De même, le concept de « transculturalité », fondé sur le postulat euphorique de la mobilité et de la porosité entre les frontières, étayé sur une réorganisation démocratique des asymétries de pouvoir, invite à un nouveau regard sur l’espace, lequel se veut dynamique, aussi bien dans ses composantes politico-sociales que dans ses dimensions culturelles et littéraires.

Aussi, suivant les paradigmes théoriques énoncés plus haut, nous invitons tous les intéressés que ces questions interpellent à proposer des interventions autour des axes thématiques suivants :

  • Géopoétique et géocritique: questions de transdisciplinarité ;
  • Le Tournant spatial et les nouvelles territorialités littéraires ;
  • Liminalités et espaces transfrontaliers ;
  • Géopoétique et perception de l’espace par la littérature ;
  • Géopoétique: fiction et référentialité ;
  • Géopoétique: topofiphilie et topofophobie ;
  • Geopoétique: espace et transculturalités.

Bibliographie citée:

Barthes, R. et al., Littérature et réalité, Paris, Seuil, 1982.

Bouvet, R.,  Vers une approche géopoétique : Lectures de Kenneth White, Victor Segalen, J.-M. G. Le Clézio, Presses Universitaires  du Québec, 2015.

Dällenbach, L., Le récit spéculaire : essai sur la mise en abîme, Paris, Seuil, 1977.

Damrosch, D., What is World Literature?, Princeton University Press, 2003.

Debaene, V., L’adieu au voyage: l’ethnologie française entre science et littérature, Paris, Gallimard, 2010.

Escola, M. (éd.), Théorie des textes possibles, Rodopi, coll. C.R.I.N., 2012.

Lavocat, F., La théorie littéraire des mondes possibles, Éditions du CNRS, 2010.

Lavocat, F., Fait et fiction : pour une frontière, Paris, Seuil, 2016.

Soja, E., Postmodern Geographies: The Reassertion of Space in Critical Social Theory, London, Verso, 1989.

Tuan, Yi-Fu, Space and Place. The Perspective of Experience [1977], Minneapolis, London, University of Minnesota Press, 2002.

Welsch, Wolfgang “Transculturality – the Puzzling Form of Cultures Today”, in Mike Featherstone / Scott Lash (ed.), Spaces of Culture: City, Nation, World, ed. by, London, Sage 1999, 194-213

http://www2.uni-jena.de/welsch/papers/W_Wlelsch_Transculturality.html).

Westphal, B., Le monde plausible : espace, lieu, carte, Paris, Les Éditions de Minuit, 2011.

Langues de communication

Les langues de communication sont le portugais, l’espagnol, le français et l’anglais.

Calendrier

31 janvier 2017 : date-butoir pour la soumission de propositions de communication.

28 février 2017: date-butoir pour la réponse du comité scientifique.

8 au 15 mai 2017 : inscription au colloque.

1er juin 2017 : publication du programme du colloque.

Organisation

Ana Paula Coutinho

Gonçalo Vilas Boas

Jorge Bastos da Silva

José Domingues de Almeida

Maria de Fátima Outeirinho

Maria Hermínia Amado Laurel

Maria Luísa Malato

Maria Teresa Oliveira

Soumission des proposition de communication

Toutes les propositions de communication doivent être soumises à l’évaluation du Comité Scientifique du colloque. Merci de signaler l’axe d’approche retenu. Les communications retenues ne pourront dépasser les 20 minutes.

La soumission de proposition (résumé entre 250 et 300 mots), accompagnée d’une brève notice biobibliographique, est à envoyer au courriel suivant:

geopoeticas2017@gmail.com

Inscription

100,00€ (montant qui assure l’inscription, le dossier, le certificat, les pause-café et les déjeuners du colloque).

120,00€ (du 16 mai au 31 mai 2017)

Un dîner du colloque est prévu sur inscription.

Modalités de paiement

Merci d’entrer sur: https://www.letras.up.pt/gi/por/eventos.asp

NB : les textes des communications feront l’objet d’une publication sur avis favorable d’un comité de lecture et sur engagement de remise du texte selon le protocole de rédaction à signaler.

Organisme responsable

ILC Margarida Losa

URL de Référence

http://www.ilcml.com

Adresse

Faculdade de Letras da Universidade do Porto – Portugal

url de référence

http://www.ilcml.com

adresse

Faculté des Lettres de l’Université de Porto

Présentation du roman de Frédérique Cosnier – membre de REDILA

lecture-croisee-frederiquesLe 11 novembre, Frédérique Cosnier (M2, 2015 au DFLE Paris 3 et membre du réseau REDILA, enseignante au CLA de Besançon) présente son roman, Suzanne et l’influence qui vient de paraître. Voir : http://lacleamolette.fr/auteurs/ ou

Sortie du premier roman de Frédérique Cosnier

Suzanne sous influence, écrivain sous influence, contrainte et jeu d’écriture :
Suzanne et l’influence, est un projet librement inspiré du film de Cassavetes Une Femme sous influence. On trouve dans ce poème de roman ou roman poème beaucoup d’énergie et aussi de cette énergie surnuméraire nommée violence, avec des personnages qui sont libres, peut-être, ou en tout cas peu déterminés par les débris du concept de classe, et qui se faufilent dans les interstices de la géographie urbaine.

EXTRAIT

Oui voilà. Je suis déjà une star, vous le savez bien, et je n’ai plus qu’à devenir une artiste.
Ça ne doit pas être si difficile. Je serai exilée enfin pour de vrai et je pourrai brûler définitivement mes racines dans un autre pays.

INFORMATIONS

Suzanne et l’influence

ISBN: 979-10-91189-13-2
Prix : 14 euros
160 pages