A propos Thaïs Poisson

Diplômée d'un Master de Didactique du Français Langue Étrangère délivré par la Sorbonne Nouvelle. Un mémoire sur les carnets : Le carnet d'écriture, pédagogie de la proposition. Chercheuse en carnets d'horizons divers, placés entre art, archéologie, anthropologie et enseignement. Ainsi donc doctorante depuis peu et pour un moment. Site : https://sites.google.com/site/poissonthaies/home

Anthropologies de la rencontre | Eric Chauvier, Raymond Depardon

Question de terminologie

Le terme enquête, enqueste1 en ancien français, signifiait la recherche. Ce terme provient du latin inquaerere correspondant au verbe enquérir. Le préfixe en- vient du latin in-2 signifiant ainsi « dans ».Le chercheur est celui qui enquête, il part à la recherche d’éléments qu’il prend, dont il se charge. Il les insère ensuite dans sa recherche comme des ingrédients indispensables à sa recette. L’idée d’incorporer effleure cette définition. L’auteur de l’ouvrage Anthropologie a vécu une expérience d’incorporation de l’objet de l’enquête. Si l’on suit le même raisonnement étymologique qu’avec enquérir,  incorporer est un terme signifiant « prendre dans son corps ». Ici, c’est l’idée du corps latin et/ou allemand3 dont il est question, autrement dit le corpus/korpus. Eric Chauvier a créé un corpus à partir d’un objet de recherche qui s’avère être un sujet.


Lire la suite

Energies organisées – John Dewey –

« Buts sous-jacents et 
expériences partagées… »
(expression empruntée à Carla Campos lors du Colloque John Dewey)
Afficher l'image d'origine
 

…que l’on peut inverser, afin d’affiner notre idée de ce que pourrait être la transmission d’une forme de littérature. Ainsi, nous nous trouvons en présence de buts partagés et d’expériences sous-jacentes.

Il ne s’agit pas de lire

«L’écoute de ce qui ne peut s’entendre»

Serge Martin

 

Atelier-communication animé par Serge Martin lors de la journée d’écoute à la Maison de la Recherche.

Cet atelier s’est proposé d’être une forme de mise en mouvement du texte de James Sacré Un effacement continué ?, datant de 2009. Chaque participant a reçu un extrait daté du texte de J. Sacré, de telle sorte que la feuille se présentait ainsi : texte, date, page. Pour contextualiser un peu cet atelier, nous recevons notamment la quatrième de couverture du livre de l’auteur qui nous dévoile un peu de sa vie mais aussi de son oeuvre. Il est auteur de poésie et a récemment publié, en 2016 : Figures qui bougent un peu. Il m’apparaît alors que le mouvement est déjà par deux fois apparu chez cet auteur. Pourtant, il m’est inconnu. On apprend ensuite que c’est un vendéen émigré à Montpellier. Ce livre Un effacement continué ? est la suite d’une exploration de sa relation avec son père commencée avec Portrait du père en travers du temps.

Ainsi préparée, j’ai lu… Lire la suite

Une journée d’écoute rue des Irlandais

originalNotice biographique

Chercheuse diplômée d’un master de Didactique du Français Langue Étrangère spécialité “illettrismes, interculturalité et FLE/FLS”, délivré par la Sorbonne Nouvelle, dont l’intérêt réside dans les carnets d’écriture qui ont fait l’objet d’une enquête de terrain pour le mémoire : Le carnet d’écriture, pédagogie de la proposition.

1. Que se passe-t-il avant le mémoire ?

Les carnets d’écriture sont d’abord une pratique observée et vécue : j’ai été témoin de nombreuses formes d’écriture en carnet, calepin, agenda, bloc-notes, journal, cahier, listes, etc à travers mon travail; et je suis moi-même en relation avec cette forme d’écriture de soi. C’est ainsi l’alliance de choses d’intérêt professionnel et personnel. Lire la suite