Ferdinand Léopold Oyono, écrivain (post)colonial

 

Ferdinand-OyonoSous la Coordination de Emmanuel Kamdem Fopa, Gérard-Marie Noumssi, Raymond Mbassi  Ateba

APPEL À CONTRIBUTIONS 

Argumentaire

Nombre de poétiques francophones des années 70 du XXe siècle puisent dans le registre postcolonial. Ainsi que l’observent les performateurs de cette approche (Spivak 1999, Ashcrof Bill 2006, Bhabha 2007, Moura 2007, Mbembe 2010, etc.), elles dénoncent les stigmates laissés par la mémoire et l’histoire traumatiques de la colonisation, et critiquent les travers du néocolonialisme. Ce lien presque intrinsèque que ces œuvres  entretiennent avec l’histoire récente a été souligné par de nombreux critiques (Lilyan Kesteloot, Jacques Chevrier, etc.).  Les œuvres de Ferdinand Léopold Oyono n’en sont pas épargnées bien que les recherches consacrées à celles-ci (Mendo Ze, 1984, 2006) se préoccupent peu de la dimension postcoloniale, à la fois dans sa perspective chronocentrique que dans celle adversative. 

En effet, plusieurs décennies après l’apparition de sa trilogie – Le Vieux Nègre et la médaille, Une vie de Boy et Chemin d’Europe –, on pourrait encore se demander comment les systèmes narratifs développés par ce romancier talentueux se prêtent aujourd’hui à une relecture, au regard des postcolonial studies ? Cette question en appelle une autre : dans quelle(s) mesure(s) ce courant postmoderniste permet d’apporter un éclairage nouveau sur les structurations énonciatives ou narratives de ses textes romanesques ?

Le présent appel souhaite réunir des contributions scientifiques qui expérimentent l’hypothèse selon laquelle la prose romanesque de Ferdinand Oyono est le champ de déploiement d’une perception de l’histoire du continent africain, notamment dans ce qu’elle a de douloureux et fascinant. L’écrivain s’est positionné en observateur critique de l’histoire qu’il s’est efforcé alors de recomposer, sans doute subjectivement, par des « mots-chaire-de sang » (Sony L. Tansi).

Les analyses – qui se voudront forcément transdisciplinaires (sociologie, psychologie, anthropologie, politique, linguistique, géographie, etc.) – peuvent explorer un ou plusieurs des axes suivants :

Axe 1 : Les catégories du récit pour interroger les textes oyonoliens dans leur rapport à l’histoire sociale, politique et économique du continent africain. La mémoire traumatique de la colonisation et les stigmates laissés dans la société africaine d’après les indépendances

Axe 2 : Le réel historique du continent africain a-t-il la même pesanteur dans les trois romans de l’écrivain (comparatisme interne) ? Quel(s) rapports l’œuvre d’Oyono entretient avec d’autres œuvres de sa génération ? (Ouvertures comparatistes avec d’autres écrivains francophones)

Axes 3 : Existe-t-il dans ces romans des narrativités discursives proprement africaines qui remettraient en cause les modèles narratifs occidentaux? (Ethno-narratologie, ethnostylistique, ethnosémiologie, ethnosyntaxe).

Axe 4 : La violence de l’écriture, et ou de la narration  telle qu’elle se dégage des textes oyonoliens est-elle le résultat de la violence de son histoire mise en mots ; ou est-elle simplement le produit d’un effort du scripteur dans ses recherches esthétiques ?

Axe5 :L’ancrage et le développement des niveaux énonciatifs de ce corpus et leur congruence avec les problèmes actuels du roman africain.

Les propositions de communication doivent être envoyées aux adresses suivantes au plus tard le 28 février  2016. Pas plus d’une page (300 -500 mots, police 12, times new roman, interligne simple, notes éventuelles en bas de page). Elles seront accompagnées d’une présentation bio-bibliographique  des auteurs ainsi que leurs institutions d’attache.

Calendrier :

Remise des propositions  jusqu’au 28 février  2016

Notification aux contributeurs : 5 mars 2016

Date butoir de remise des contributions entièrement rédigées : 5 juin 2016.

Parution de l’ouvrage septembre 2016

Bien vouloir faire tenir les propositions de contributions aux adresses des Coordonnateurs de l’ouvrage :

Emmanuel KAMDEM FOPA, kamema15@yahoo.fr

Gérard-Marie NOUMSSI, noumssige@yahoo.fr

Raymond MBASSI ATEBA, mbassiateba@yahoo.fr


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Serge Martin (20 décembre 2015). Ferdinand Léopold Oyono, écrivain (post)colonial. REDILA. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tj0d


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.