Refugee Literature Workshop

Documentary_Refugee_Literature_july_4_2017

Prog_Refugee_Literature_Workshop_july_6_2017

GIS – MOMM Congress 6 July 2017 Inalco, 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris Room B 3.03 Convenor: Claire Gallien Email: claire.gallien@univ-montp3.fr

Presentation

The current refugee crisis affecting large parts of the Middle East and the Mediterranean world today has given new prominence to the corpus of refugee literature written by Arab writers in Arabic, English, French, and other European languages. This workshop aims to unpack the category of ‘refugee literature’ and its ideological underpinnings as it relates to question of nationalism and neo-imperialism, but also as it questions and reshapes national literatures by taking refugees out of quarantined zones and into shared literary, cultural, and social spaces.

The speakers of the workshop aim to interrogate the validity of the category of ‘refugee literature’ not only because it homogenizes vastly disparate experiences and capitalize on suffering and pity, but also because it is established on the premise of a binary opposition with the equally problematic concept of ‘national literature.’ What does this sub-category reveal about the position of refugee literature in relation with national canons and the idea of the nation? By using the category, are we not, as scholars and critics, reproducing an asymmetrical power relation that ultimately reproduces the confinement of these writers to a sub- or minor genre?

Related to other forms of trauma literature, the workshop reflects on the translation of refugee experiences. Does one have to be a refugee to write refugee literature? How can the experience be translated, and by whom? Non-written forms of cultural productions, such as oral literature, shall be taken into account, along with the conditions of production, collection, and transmission of refugee experiences in the camps and the role/commitment of translators in the West and beyond.

Finally, the workshop invites comparison between the various recuperations of the term ‘refugee’ by the authors themselves and the status of refugee literature in various countries of the Middle East, North Africa and Europe, but also in Iran, Pakistan, and India. Why would a writer prefer to resort to the elitist category of ‘exile’ rather than call her/himself a ‘refugee writer’? How does refugee literature reconnect with Shahrazad’s paradigmatic interpretation of literature as refuge? Would not the concept of ‘displacement’ be more fitting to characterize texts which relate an experience of displacement but also fundamentally displace categories (author, translator, editor, inside, outside, fiction, surreal, real…) and readers? 

6 July – Morning Session – Salle B 3.03 

9:30-10:45: Contesting the Tag  (Chair: Laetitia Zucchini)

Mariangela Palladino, Keele University: ‘Refugee Literature’? Narrative of Journeys across Africa and the Mediterranean.

Frédérik Detue, Université de Poitiers: “This is no Refugee Literature”

Melissa Chaplin : Exploring the Positioning of Refugee Authors in Contemporary Literature: Negotiating Identities from the Middle East to the UK 

11:00-12:00: Narrating and Translating Experience (1) (Chair: Najla Nakhlé-Cerruti)

Nathalie Bontemps, traductrice littéraire: Etre chez soi, être en exil, écrire. Réflexions autour de la traduction d’Aram Karabet, Yassin Al Haj Saleh, Joumana Maarouf, Majd Al Dik et Golan Haji.

Catherine Coquin: Les « portes de l’Europe » et les « portes du néant ». Réflexions à partir des oeuvres de Samar Yazbek, Jumana Maarouf, Nisrine al-Zahre, et du film L’Eau argentée. 

6 July – Afternoon Session – Salle B 3.03

1:00 – 2:15 pm Narrating and Translating Experience (2) (Chair: Mariangela Palladino)

Valerie Anishchenkova, University of Maryland in College Park: The Battle of Truth and Fiction: Documentary Storytelling and Contemporary Refugee Discourse

Corina Stan, Duke University: From The Village Indian to Ohrfeige: Novels in the Translation Zone

Bénédicte Letellier : La poésie de l’exil dans l’océan Indien : Salah Faik, Adeeb Kamal Ad-Deen et Ahmatjan Osman (via Skype)

2:30-3:30 The Ethics of Representation (Chair: Claire Savina)

Olivera Jokic : Yugoslavian Literature of Muslim Displacement and the Reading of Pity

Claire Gallien : ‘Just Bomb Into It’ – Radical Deconstructions in the Art and Poetry of Gerry Judah, Emily Jacir, and Suheir Hammad

RESOME (suite) : il faut passer aux actes !

Suite de l’appel de RESOME :

Merci de nous avoir contacté pour monter des projets de reprise d’études ou de cours de français dans vos établissements.
Pardon aussi pour le retard, de ce mail, nous avons eu beaucoup de choses à faire, mais qui sont encourageantes pour la suite.
A la suite de la publication de la Tribune et d’autres interventions, beaucoup de personnes nous ont contacté.
Nous sommes actuellement en train de rédiger un document intitulé « Que faire? Comment faire? », qui constitue un retour d’expériences des différentes initiatives qui ont été menées cette année.
En partenariat avec le Gisti et la Cimade, nous allons également organiser une après-midi formation/ information en juin sur ces thématiques là, qui aura lieu à Paris. Pour les non-parisien.ne.s, nous vous écrirons dans les prochains jours des mails un peu plus personnalisés!

En attendant, vous êtes nombreux et nombreuses à nous avoir demandé comment procéder pour monter des initiatives similaires. La première étape de toutes les initiatives du Resome a été de constituer autour de soi une équipe motivée avec des étudiant.e.s, des professeur.e.s, des membres de l’administration.(dans le cas d’un programme dans un établissement), afin d’élaborer un projet à présenter dans un second temps à l’administration.Pour cela, il n’y pas de secrets: des discussions, un groupe facebook, des listes mails, une réunion d’information, des affiches, pour compter les forces.
Dans le même temps vous pouver aussi commencer à vous rapprocher de lieux où vivent ou passent les personnes exilé.e.s. A Paris, nous avons collecté de nombreuses demandes de personnes voulant reprendre leurs études, aussi, si vous ouvrez un programme ou autre initiative, il y aura des personnes intéressées! Il peut donc être judicieux de se rapprocher des associations comme La Cimade par exemple, des Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA) ou autres lieux de vie, afin de prendre les premiers contacts et collecter les contacts des lieux où personnes à quivous diffuserez l’information dès l’ouverture du programme. Les associations de Français Langue Etrangère sont également un bon relais en la matière.

Pour se motiver et se tenir au courant :
– Quelque chose qui peut prendre de l’ampleur à l’avenir : lors de la rencontre du mardi 10 mai avec Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat à l’Enseignement Supérieur et à la Recherche, le Ministre a déclaré vouloir coordonner les efforts qui étaient faits dans le sens des initiatives du resome, partout en France, de mettre en place une politique publique, ce qui veut dire, aussi, quelques financements. Ce ne sera pas suffisant, et, depuis le début, les actions tiennent et vivent grâce aux militant.e.s et béénvoles investi.e.s plus que grâce aux institutions politiques, mais il y a là un véritable soutien à ne pas négliger, et qui peut aider à convaincre certaines administrations du bienfondé des projets. Ici un article de l’Etudiant qui rend compte de la rencontre : http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/accueil-des-etudiants-refugies-le-ministere-entend-faciliter-la-coordination-des-acteurs.html
– Les liens du Resome : le site internet (www.resome.org); la page facebook (https://www.facebook.com/resomefr/?fref=ts); qui sont régulièrement alimenté.e.s
– Le lien vers une production de La Cimade sur l’apprentissage du français et ses enjeux ( les premières pages surtout sont éclairantes : http://www.lacimade.org/wp-content/uploads/2009/05/Apprendre_le_francais.pdf)
– En pièce jointe, le document « L’accompagnment linguistique et académique des migrant.e.s », produit à l’intention de la réunion avec le Ministère, allégé des revendications précises.

RESOME- L_accompagnement linguistique et acade_mique des exile_.e

Surtout, si vous avez des connaissances dans l’enseignement supérieur, n’hésitez pas à relayer les possibilités d’actions, à motiver les personnes autour de vous!

A très bientôt, donc,
Fred,
pour le Resome

Rejoignez RESOME et signez l’appel « Ils ferment leurs frontières, nous ouvrons nos écoles »

REDILA doit s’engager dans la situation actuelle. Je rejoins le réseau RESOME et j’espère que tous les membres de REDILA feront de même, chacun comme il.elle peut.

Serge Martin

 

RESOME est un collectif constitué d’étudiant.e.s, de professeur.e.s, de personnes solidaires, d’associations et de groupes informels, qui œuvre aux côtés des réfugié.e.s et migrant.e.s pour favoriser l’accès à l’enseignement supérieur et faciliter l’orientation de tous les étudiant.e.s exilé.e.s, ainsi que l’apprentissage du français pour tous et toutes.
Il s’agit d’une organisation apartisane à but non lucratif.

Nos objectifs sont les suivants:
Favoriser la création de programme d’intégration et d’accompagnement dans le système universitaire français, ainsi que les associations et collectifs d’apprentissage du Français Langue Etrangère pour toutes et tous.
Partager des conseils et des informations sur la reprise d’étude des migrant.e.s, débouté.e.s, sans-papiers, réfugié.e.s et demandeu.rs/euses d’asile.
Produire collectivement et/ou en groupe de travail des ressources pour l’orientation et l’aide juridique/ quotidienne / médicale des migrant.e.s, en considérant les différents statuts juridiques existants, et les partager.
Travailler en contact avec les associations et collectifs œuvrant sur le terrain pour les droits des migrant.e.s et réfugié.e.s (notamment sur les camps et dans les centres). S’adresser particulièrement aux travailleurs/ses sociaux/les. Se concentrer sur les besoins et revendications des personnes concernées elles-mêmes.
Sensibiliser le public à cette problématique.

Nous souhaitons donc apporter notre soutien dans un domaine très peu pris en charge: l’orientation académique et l’éducation des réfugié.e.s, des exilé.e.s, des migrant.e.s. A terme, le RESOME souhaite pouvoir produire collectivement et mutualiser des documents d’information et d’orientation pour tout le réseau. Nous serons disponibles à travers des permanences physiques et téléphoniques régulières pour les migrant.e.s (expliquant les possibilités d‘études pour chaque statut) et pour les bénévoles, collectifs et associations qui les soutiennent.

http://www.resome.org/Qui-sommes-nous_a2.html

et signez l’appel

« Ils ferment leurs frontières, nous ouvrons nos écoles » :

http://www.resome.org/La-Tribune_a3.html

http://www.resome.org/Les-signataires_a5.html