Géographies de la mémoire

« D’un homme, plus que son histoire, celle de sa naissance, de sa formation, de ce qu’il a produit ou laissé, je désire plutôt connaître les espaces, les villes, les territoires et les pays, les étendues et les terroirs qu’il a parcourus. C’est cette notion de traversée qui m’importe, plus secrète, plus insaisissable que toutes les sédimentations, les accumulations d’une existence. Sur cette route, on n’est jamais seul. Il y a les lumières et les éclairages d’un arrière-pays, la grâce et l’intermittence des rencontres. »

Philippe Le Guillou, Géographies de la mémoire, Paris, Gallimard, 2016, p. 13.

Lire la suite

Le geste sous toutes ses formes musicales et dansées

Pour information et diffusion, le programme des prochaines Journées d’étude de la Société française d’ethnomusicologie (SFE) qui se tiendront du 2 au 4 juin prochain à l’auditorium Jean Rouch du Musée de l’Homme (Paris) sur le thème « Le geste sous toutes ses formes musicales et dansées.  À titre exceptionnel et grâce au soutien du CREM et de la chaire GeAcMus (Geste – Acoustique – Musique) du MNHN et de l’Université Paris-Sorbonne, les Journées d’étude 2017 de la SFE seront gratuites pour tous les participants.
Lire la suite

8 juin : séminaire LAPAD : voix et réénonciations

Université Sorbonne nouvelle Paris 3 membre de Université Sorbonne Paris Cité

Séminaire LAPAD-DILTEC : « Les littératures et les arts en didactique des langues » – Séance 1, le 8 juin 2017 de 15 à 17 heures en salle D12, centre Censier, 13, rue de Santeuil (Paris 5)

Serge Martin => Voix et réénonciations : problèmes et expériences

Ce séminaire que le LAPAD-DILTEC (Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques) initie, a pour ambition de réunir les chercheurs du LAPAD et, au-delà, du DILTEC ainsi que les étudiants futurs chercheurs intéressés par ses travaux. Il se consacrera dans un premier temps à faire le point sur les recherches personnelles des membres du LAPAD et leur insertion dans le DILTEC et, plus largement, dans les recherches et les enseignements à la Sorbonne nouvelle, en prenant appui sur la lecture d’un auteur ou d’un texte privilégié, à partir d’une question de pratique d’enseignement ou d’une notion didactique. Il s’agira d’ouvrir un espace de discussion et de partage autour de références ou de questionnements qui ont un rôle moteur pour chacun des chercheurs du LAPAD, et qui peuvent s’associer aux recherches du DILTEC.

La première séance sera animée par cinq doctorants qui feront part de leur lecture de deux ouvrages de Serge Martin, professeur, parus récemment : Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre édition, 2017) et Poétique de la voix en littérature de jeunesse Le racontage de la maternelle à l’université (L’Harmattan, 2015). On s’attachera à deux notions qui les traversent, voix et réénonciations, avec lesquelles on tentera de montrer l’enjeu d’une didactique des langues avec les littératures et leurs lectures. On évoquera des extraits des essais de Walter Benjamin, Emile Benveniste et Henri Meschonnic ainsi que des poèmes de Kateb Yacine, Mohammed Dib et Soni Labou Tansi, en faisant référence à quelques expériences pédagogiques récentes (carnets d’écriture/dessin et carnets numériques). Une discussion s’en suivra et on fixera la date du prochain séminaire.

Un pot de l’amitié permettra de prolonger cette séance avec une dédicace du dernier ouvrage de Serge Martin à la librairie Palimpseste, 16, rue de Santeuil.

Anthropologies de la rencontre | Eric Chauvier, Raymond Depardon

Question de terminologie

Le terme enquête, enqueste1 en ancien français, signifiait la recherche. Ce terme provient du latin inquaerere correspondant au verbe enquérir. Le préfixe en- vient du latin in-2 signifiant ainsi « dans ».Le chercheur est celui qui enquête, il part à la recherche d’éléments qu’il prend, dont il se charge. Il les insère ensuite dans sa recherche comme des ingrédients indispensables à sa recette. L’idée d’incorporer effleure cette définition. L’auteur de l’ouvrage Anthropologie a vécu une expérience d’incorporation de l’objet de l’enquête. Si l’on suit le même raisonnement étymologique qu’avec enquérir,  incorporer est un terme signifiant « prendre dans son corps ». Ici, c’est l’idée du corps latin et/ou allemand3 dont il est question, autrement dit le corpus/korpus. Eric Chauvier a créé un corpus à partir d’un objet de recherche qui s’avère être un sujet.


Lire la suite

Prononcer les langues : variations, émotions, médiations

Le colloque Prolang 2017 « Prononcer les langues : variations, émotions, médiations » se tiendra les 5 et 6 octobre 2017 à l’Université de Rouen Normandie.
Accéder directement au formulaire d’inscription https://goo.gl/forms/9ysgXEdsCqvOPRCy2

Retrouvez toutes les informations du colloque sur le site (programme, résumés des communications, etc.) : https://prolang2017.sciencesconf.org/
Recevez l’actualité du colloque en temps réel sur la page facebook : https://www.facebook.com/events/1800130013639523/

Une tribune concernant l’amplification du CECR à signer avant le 26 mai !

REDILA ne peut qu’appeler tous ses membres à signer le plus rapidement possible cette tribune et à la faire connaître autour d’eux ! S.M.

La tribune ci-dessous est destinée à circuler jusqu’au 26 mai 2017, suite à quoi elle sera envoyée avec l’ensemble de nos signatures à l’Unité des politiques linguistiques du Conseil de l’Europe en notre nom à tous. Merci donc d’envoyer, avant cette date, votre signature (avec les informations suivantes : nom, prénom, rattachement institutionnel, pays d’exercice en Europe OU, pour une association  : nom de l’association ) à : Emmanuelle Huver (huver@univ-tours.fr, Professeure des universités, Université François-Rabelais de Tours, France, équipe de recherche DYNADIV, secrétaire de l’ACEDLE) qui rassemblera vos envois.

Le projet d’amplification du CECR : une fausse bonne initiative du Conseil de l’Europe

Nous avons pris connaissance du projet de Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) amplifié, soumis à une consultation qui s’est clôturée le 15 février dernier.

Ce projet a pour objectifs de :

  • « couvrir les domaines pour lesquels il n’existait pas d’échelles de descripteurs dans la version originale (par ex. la médiation, les réactions à l’égard de la littérature, le téléphone / les télécommunications, l’interaction en ligne) ;
  • enrichir la description du niveau A1, et
  • renforcer la description des niveaux C, particulièrement du niveau C2, pour lequel la plupart des descripteurs n’étaient pas calibrés » (Descripteurs illustrant les niveaux du CECR – Version 2016 pilote pour consultation, p.3).

Au-delà de quelques aspects ponctuels relevant d’une vigilance bienvenue (remise en question de la notion de locuteur natif, etc.), l’ensemble du projet vise essentiellement à un renforcement du calibrage et des descripteurs, étendus à des niveaux et à des domaines non couverts jusqu’ici.

Ce principe d’amplification du CECR par reconduction et extension d’une logique de niveaux et de descripteurs nous semble inopportun, voire dangereux. Le CECR a en effet été publié il y a pratiquement 20 ans et nous disposons désormais d’un recul conséquent, à partir duquel un certain nombre de critiques ont été formulées. Celles-ci soulignent toutes, sous différents angles et avec différentes entrées, l’écrasante importance que le CECR a prise et l’uniformisation qui en a découlé, dans la recherche, l’enseignement, les politiques publiques (éducatives, migratoires, etc.), et ce, bien au-delà de l’Europe : la perspective actionnelle, les niveaux et les descripteurs constituent désormais bel et bien le fondement et/ou l’horizon de nombreux projets de recherches, programmes et curricula, certifications, éditions de manuels et d’outils, labels qualité, etc. D’ailleurs, un certain nombre de concepteurs du CECR avaient exprimé, dès les groupes de travail préparatoires, leur scepticisme et leur réticence à la prééminence d’une logique de niveaux et de descripteurs.

Amplifier le CECR en persistant dans cette logique, au mépris de ces critiques, réitérées récemment pour certaines, revient en fait à prétendre en confirmer unilatéralement la pertinence, sans tenir compte des espaces géographiques relevant de ce projet, ni, surtout, mettre en débat les principes sur lesquels cette logique repose. Ce faisant, c’est la domination d’une certaine conception, standardisante et dogmatique, de la didactique des langues qui se trouve pérennisée et même renforcée, ce qui témoigne à la fois d’une cécité certaine, qui conduit à la destruction de toute réflexion dynamique et située, et d’une amnésie coupable vis-à-vis de l’histoire même du CECR et des projets d’une partie des personnes qui ont œuvré à sa réalisation.

En outre, les concepts dont il est particulièrement question (médiation, plurilinguisme, interculturel etc.) ne peuvent être réduits à des descripteurs, des niveaux, des compétences, des tâches et des opérations cognitives, dans la mesure où ils sont principalement liés aux histoires, aux imaginaires et aux expériences singulières des personnes et à la variabilité des situations. Par définition, ces éléments ne se laissent pas enfermer dans des grilles, sauf à vouloir les contrôler en les technicisant pour en assécher toute la diversité et l’hétérogénéité. Là aussi, un certain nombre de chercheurs ont fait état de leur réserve et ont parfois élaboré des propositions alternatives, dont on ne trouve ici nul écho.

Or, cette course folle à toujours plus de standardisation et de descripteurs ne soulève pas seulement des questions « théoriques » : l’apparente « objectivité » et « scientificité » du CECR, et le discours d’expertise dont il se réclame, lui donnent l’allure d’un outil inattaquable, ce qui le rend particulièrement récupérable à différentes fins politiques, dont certaines sont pour le moins discutables. On connait déjà l’usage qui est fait du CECR pour réguler les flux migratoires : qu’en sera-t-il lorsque les pouvoirs publics s’empareront de ces nouveaux descripteurs pour normer et contrôler la « compétence de médiation » des migrants ou encore le caractère culturellement conforme de leurs comportements – pour en faire une « preuve » de leur intégration ou une condition indispensable à l’obtention d’une autorisation de résidence ou de nationalité ? Car l’Europe des années 2010 n’est pas celle des années 1990 : le mouvement indiscutable de repli identitaire, voire nationaliste, la montée en force d’une politique sécuritaire et le règne sans partage d’une « gouvernance » gestionnaire, néolibérale et technocratique ne peuvent que mener (et mènent déjà) à cette utilisation coercitive, normative et, in fine, autoritaire, du CECR.

Amplifier les descripteurs et, a fortiori, ces descripteurs- dans cette situation politico-historique , revient à considérer qu’il suffirait de « plus de technicité » – plus de descripteurs – pour être plus « juste ». Or, la fiabilité technique ne peut, et n’a jamais pu, jouer le rôle de garant éthique : le penser relève soit de la croyance naïve, soit d’une forme de dédouanement à peu de frais des personnes et des institutions qui produisent et diffusent ces outils. A rebours de ce choix, il s’agirait plutôt de tirer les enseignements (y compris critiques) d’une expérience longue de 20 ans et d’anticiper les possibles instrumentalisations de ces actions, en interrogeant la demande sociale et institutionnelle au lieu de s’y soumettre.

C’est pourquoi nous, membres du secteur associatif, enseignants, chercheurs, formateurs, professionnels de l’enseignement des langues, considérons que cette entreprise de pérennisation et d’amplification d’un CECR qui a déjà montré de nombreux effets délétères est foncièrement inacceptable, en ce qu’elle déshumanise l’appropriation et la transmission des langues, stérilise la réflexion en encourageant des orientations uniformisantes, dépossède les acteurs de leur responsabilité et dénature le travail de tous de manière prescriptive.

Nous réaffirmons notre engagement pour une didactique des langues plurielle, éthique et responsable, et demandons en conséquence au Conseil de l’Europe de surseoir à ce projet d’amplification du CECR et d’engager, avec l’ensemble des acteurs du domaine, une réflexion pour favoriser des recherches et des actions partant de la diversité des situations d’appropriation des langues et travaillant avec les enjeux portés par cette diversité.

Premiers signataires

ACEDLE (Association des chercheurs et enseignants didacticiens des langues étrangères)

ASDIFLE (Association de didactique du français langue étrangère)

Transit-Lingua (Association Travaux en Réseaux, Approches Nouvelles en Situations Interculturelles et Transnationales)

 

 

 

Colloque « Avant-gardes poétiques et artistiques hier et aujourd’hui : une invention européenne »

Programme : Avant-gardes_colloque

Plus d’informations ici : http://www.inalco.fr/evenement/avant-gardes-poetiques-artistiques-hier-aujourd-hui-invention-europeenne

Serge Martin y interviendra à partir de l’oeuvre de Tadeuz Kantor et de quelques autres : « Le sens de l’impossible ou la force d’un retour de vie contre les académismes avant-gardistes ».

La revue en ligne Non plus propose son numéro 10

Un gros dossier bilingue coordonné par nos amis Maria Cabral (Université de Lisbonne) et Bruno Anselmo Matangrano (FFLCH-USP) sur le symbolisme, les arts et la littérature.

On peut y lire aussi une recension du livre de Serge Martin, Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache (Marie Delarbre, 2017) ; merci à eux !

Bonne lecture !

tout le numéro : http://revistas.usp.br/nonplus/issue/view/9670

la recension : http://revistas.usp.br/nonplus/article/view/130972/127447

Les parlers jeunes dans l’Ile de France multiculturelle

Descriptif : Gadet. Parlers jeunes

Ouvrage coordonné par Françoise Gadet 

Auteurs des chapitres : Paul Cappeau, Bernard Conein, Françoise Gadet, Emmanuelle Guerin, Anaïs Moreno, Roberto Paternostro, Catherine Schnedecker et Sandrine Wachs.
ISBN : 9782708014916
broché      174 pages

Le français parlé par les jeunes fait plus souvent l’objet de clichés que d’études approfondies. À partir de données établies de façon minutieuse, de descriptions rigoureuses et du démontage des stéréotypes, le présent ouvrage vise à saisir la diversité des parlers jeunes et leur continuité avec d’autres façons de parler le français.

Les études présentées sont menées sur la base d’un corpus nouvellement recueilli en région parisienne pour étudier les effets sur le français du contact des langues de l’immigration. Constitué d’entretiens «de proximité» et d’enregistrements « écologiques » entre pairs, ce corpus fournit des données inédites sur une langue vivante, jusqu’à présent peu visible.  

L’ouvrage propose des descriptions au plan phonique (le prétendu « accent » des jeunes), grammatical (les « écarts » par rapport à la syntaxe standard) et lexical (les mots « nouveaux »), qui conduisent à s’interroger sur l’évolution de la langue et les innovations, ainsi que sur les catégorisations sociologiques spontanées.

 Au-delà de l’intérêt que ces études revêtent pour la linguistique française et pour une meilleure connaissance de la langue parlée ordinaire, cet ouvrage devrait ouvrir sur des retombées sociales, politiques et didactiques, et de ce fait intéresser un large public d’enseignants (FLM et FLE), de décideurs dans les champs sociétaux et politiques ou de parents intrigués par les façons de parler des jeunes.

Table des matières :

1. Pour étudier les « parlers jeunes ». 2. Les jeunes ont-ils un accent ? 3. Les tendances grammaticales. 4. Dynamique des mots. 5. L’oral des jeunes fait-il évoluer la langue ? 6. Deux manières d’énoncer une identité. Conclusion générale. Tableau des enquêtes exploitées. Bibliographie générale. Index des notions.

Luisa Campanile : théâtre et écriture

De retour de Lausanne… j’y ai rencontré Luisa Campanile qui animait un atelier dans le cadre de la journée « Explorer la poésie en classe » à la HEP Vaud : une découverte littéraire et artistique que j’aimerais partager avec vous au moyen de quelques liens et d’une parution à l’école des loisirs :

http://www.theatre-video.net/video/Entretien-avec-Luisa-Campanile-pour-Generation-s-29e-Francophonies-en-Limousin

Luisa Campanile

Née à Sion en 1973, de parents italiens.

D’abord licenciée en psychologie de l’Université de Genève, elle étudie au Conservatoire de Lausanne avant de devenir assistante à la mise en scène pour des spectacles crées notamment au Piccolo Teatro de Milan.

A son tour, elle devient metteuse en scène et fonde le Collectif Iter qui se distingue en Suisse romande par des créations interactives, comme «La Confession», «Le Voyage» et «Les Voix humaines».

Comédienne, elle joue également dans des téléfilms, comme «L’Homo Sapiens» de Jacques Malaterre.

Elle mettra en scène prochainement «Loin», un spectacle qui prend appui sur des textes du poète irakien Youssef Saadi.

Son livre «Flux migratoires» est publié aux éditions Xenia, Vevey.

http://www.swissinfo.ch/fre/culture/devenir-suisse–une-drôle-d-affaire/7323562

FRICHE (LA)

 

Luisa Campanile (Auteur)

12 À 16 ANS
THÉÂTRE

Six adolescents prennent possession d’une friche industrielle pour pouvoir se retrouver entre eux. Arol rêve d’y faire pousser des fleurs et déclare son amour à Emma, la rebelle ; Sammy, entre deux livraisons de pizzas, passe y faire un tour.

Le jour où Emma fait des vidéos de la Friche, le conseiller municipal prend les choses très au sérieux ; ces adolescents deviennent dangereux, les journalistes s’en mêlent. Vite, il faut organiser quelque chose, n’importe quoi, pour séduire cette jeunesse désoeuvrée, sinon ça va mal finir.

LE MAROC AUTREMENT : LITTÉRATURE ET DÉBAT D’IDÉES

À l’occasion de Livre Paris où le Maroc est invité d’honneur, les maisons d’éditions marocaines En toutes lettres (Casablanca) et les Éditions de la Librairie des Colonnes (Tanger), Le Relais Festival (Saint-Denis) ainsi que les librairies franciliennes Les Oiseaux rares (Paris 13e), Folies d’Encre (Saint-Denis) proposent une programmation indépendante.

Du 18 au 30 mars, 14 rencontres avec une vingtaine d’écrivains, essayistes, artistes et éditeurs auront lieu dans 6 librairies ainsi que plusieurs grandes écoles, universités et centres de recherche.

Cette programmation vise à rapprocher ces auteurs des lecteurs franciliens, à faire connaître leurs engagements et la pensée contemporaine produite à partir du Maroc, ainsi qu’à ouvrir le débat et croiser les regards sur des thématiques qui sont communes à nos deux sociétés.

Des hommages seront rendus à de grands disparus, comme Mohammed Khaïr-Eddine et Ahmed Bouanani. Il sera question de traduction et de modernité littéraire.

On discutera de questions de société, comme l’égalité entre hommes et femmes, les circuits culturels, le rôle de la société civile, les radicalisations (religieuses, politiques, sociales etc.).

Une soirée festive aura lieu le dimanche 26 mars au New Morning.

Toutes les infos sur : https://www.facebook.com/Maroclivreoff/?fref=ts

Les rendez-vous

  • Le samedi 18 mars à 19h30 à la Librairie Les Oiseaux rares.

Lancement de la programmation off avec un hommage à Mohamed Khair-Eddine.

Animé par Kenza Sefrioui avec lectures de textes.

  • Le lundi 20 mars de 10h30 à 12h à l’INALCO.

Rencontre avec les étudiants sur le parcours de Kenza Sefrioui. Avec Kenza Sefrioui.

  • Le lundi 20 mars à 19h à l’ENS.

Les éditions de la Librairie des Colonnes : passeur de classiques

Discussion avec Simon-Pierre Hamelin et Salim Jay sur le travail de réédition et de traduction mené par les éditions de la Librairie des Colonnes.

  • Le mardi 21 mars à 19h30 à la librairie Envie de Lire à Ivry-sur-Seine.

Le livre à l’épreuve, les failles de la chaîne au Maroc, Kenza Sefrioui (En toutes lettres, collection Enquêtes). Un livre d’enquêtes sur la situation du livre au Maroc. Avec Kenza Sefrioui.

  • Le mercredi 22 mars à 11h10 à l’ENS.

La revue Souffles, un temps fort de l’histoire littéraire et politique marocaine, par Kenza Sefrioui.

  • Le mercredi 22 mars à 18h30 à l’IREMMO.

Le Maroc aujourd’hui ? Tour d’horizon à travers la collection Enquêtes dirigée par Hicham Houdaïfa. La collection Enquêtes (En toutes lettres) est une collection dédiée au journalisme d’investigation. Femmes dans les marges du Maroc, secteur du livre, et extrémisme religieux ont été les premières thématiques abordées.

  • Le mercredi 22 mars à 19h à la Librairie L’Écume des pages.

La revue Nejma : littératures sans frontières. Avec Simon-Pierre Hamelin et Lotfi Aoulad, rencontre animée par André Chabin.

  • Le jeudi 23 mars à 19h à la faculté de droit d’Assas.

La collection Droit et citoyenneté et La nationalité marocaine à l’invitation de l’association Assas Monde Arabe. Présentation par Hind Tak-Tak, rencontre animée par Myriam Amrani Sefraoui.

  • Le vendredi 24 mars à 19h30 à la librairie Folies d’encre à Saint-Denis.

Dos de femme, dos de mulet, les oubliées du Maroc profond, de Hicham Houdaïfa (En toutes lettres, collection Enquêtes). Un livre d’enquêtes sur la situation des femmes dans les régions excentrées du Maroc. Avec Hicham Houdaïfa.

  • Le vendredi 24 mars à 19h30 à la librairie Palimpseste.

Annonce des résultats du prix de nouvelles épistolaires organisé par Axelle Moanda, qui a fait correspondre de jeunes plumes du Maroc et de France sur le thème de la trahison. Lecture de textes et discussion avec les jeunes auteurs et les membres du jury présents.

  • Le dimanche 26 mars à 21 h au New Morning

Soirée festive avec plusieurs auteurs pour lire leurs textes et ceux de grands absents.

  • Le mardi 28 mars à 19h30 à la Librairie Les Oiseaux rares.

Dialogue entre Kaoutar Harchi et Kenza Sefrioui sur le livre et les circuits de production, de diffusion et de validation des idées, à l’occasion de la sortie de leurs livres, Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne, de Kaoutar Harchi (Fayard) et Le livre à l’épreuve, les failles de la chaîne au Maroc, de Kenza Sefrioui (En toutes lettres, collection Enquêtes)

  • Le jeudi 30 mars à 19h à la Librairie Le Rideau rouge

Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne, de Kaoutar Harchi (Fayard).

  • Le jeudi 30 mars à 19h à l’ENS.

Hommage à Ahmed Bouanani. Avec sa fille Touda Bouanani pour évoquer le travail de réédition qu’elle mène.

Contacts: Kenza Sefrioui (En toutes lettres) 00 212 6 66 16 53 19 et 00 33 6 76 27 90 30 (à partir du 17 mars)k.sefrioui@etlettres.com Lotfi Aoulad (Le Relais Festival) 00 33 6 11 93 53 90 aouladl@yahoo.fr Fabienne Olive (Librairie Les Oiseaux rares de Paris) 00 33 1 45 35 38 45 Sylvie Labas (Librairie Folies d’Encre de Saint-Denis) 00 33 1 48 09 25 12