Raymond Depardon : Les Habitants et les enjeux du silence

Raymond Depardon : Les Habitants et les enjeux du silence

 

Le projet du film Les Habitants est présenté par Raymond Depardon en voix off au début : « Du Nord au Sud, de Charleville-Mézières à Nice, de Sète à Cherbourg, je pars à la rencontre des français pour les écouter parler ». Le concept de parole est donc immédiatement imposé au spectateur. Avec lui, se dessine un cadre premier de communication : deux individus qui vont échanger durant quelques minutes sous l’œil d’une caméra. Pourtant le verbe utilisé par le cinéaste dans cette première phrase oblige le spectateur à remettre en cause ce qu’il s’apprêtait à regarder. En effet, il énonce « je pars à la rencontre ». Cette locution « Je pars » est répétée deux autres fois au cours des 2’45’’ de paroles off de R.Depardon. Autrement dit, il requiert une attitude de réception qui nous installe dans une posture de voyageur, digne de Montesquieu[1].

Lire la suite