Une tribune concernant l’amplification du CECR à signer avant le 26 mai !

REDILA ne peut qu’appeler tous ses membres à signer le plus rapidement possible cette tribune et à la faire connaître autour d’eux ! S.M.

La tribune ci-dessous est destinée à circuler jusqu’au 26 mai 2017, suite à quoi elle sera envoyée avec l’ensemble de nos signatures à l’Unité des politiques linguistiques du Conseil de l’Europe en notre nom à tous. Merci donc d’envoyer, avant cette date, votre signature (avec les informations suivantes : nom, prénom, rattachement institutionnel, pays d’exercice en Europe OU, pour une association  : nom de l’association ) à : Emmanuelle Huver (huver@univ-tours.fr, Professeure des universités, Université François-Rabelais de Tours, France, équipe de recherche DYNADIV, secrétaire de l’ACEDLE) qui rassemblera vos envois.

Le projet d’amplification du CECR : une fausse bonne initiative du Conseil de l’Europe

Nous avons pris connaissance du projet de Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) amplifié, soumis à une consultation qui s’est clôturée le 15 février dernier.

Ce projet a pour objectifs de :

  • « couvrir les domaines pour lesquels il n’existait pas d’échelles de descripteurs dans la version originale (par ex. la médiation, les réactions à l’égard de la littérature, le téléphone / les télécommunications, l’interaction en ligne) ;
  • enrichir la description du niveau A1, et
  • renforcer la description des niveaux C, particulièrement du niveau C2, pour lequel la plupart des descripteurs n’étaient pas calibrés » (Descripteurs illustrant les niveaux du CECR – Version 2016 pilote pour consultation, p.3).

Au-delà de quelques aspects ponctuels relevant d’une vigilance bienvenue (remise en question de la notion de locuteur natif, etc.), l’ensemble du projet vise essentiellement à un renforcement du calibrage et des descripteurs, étendus à des niveaux et à des domaines non couverts jusqu’ici.

Ce principe d’amplification du CECR par reconduction et extension d’une logique de niveaux et de descripteurs nous semble inopportun, voire dangereux. Le CECR a en effet été publié il y a pratiquement 20 ans et nous disposons désormais d’un recul conséquent, à partir duquel un certain nombre de critiques ont été formulées. Celles-ci soulignent toutes, sous différents angles et avec différentes entrées, l’écrasante importance que le CECR a prise et l’uniformisation qui en a découlé, dans la recherche, l’enseignement, les politiques publiques (éducatives, migratoires, etc.), et ce, bien au-delà de l’Europe : la perspective actionnelle, les niveaux et les descripteurs constituent désormais bel et bien le fondement et/ou l’horizon de nombreux projets de recherches, programmes et curricula, certifications, éditions de manuels et d’outils, labels qualité, etc. D’ailleurs, un certain nombre de concepteurs du CECR avaient exprimé, dès les groupes de travail préparatoires, leur scepticisme et leur réticence à la prééminence d’une logique de niveaux et de descripteurs.

Amplifier le CECR en persistant dans cette logique, au mépris de ces critiques, réitérées récemment pour certaines, revient en fait à prétendre en confirmer unilatéralement la pertinence, sans tenir compte des espaces géographiques relevant de ce projet, ni, surtout, mettre en débat les principes sur lesquels cette logique repose. Ce faisant, c’est la domination d’une certaine conception, standardisante et dogmatique, de la didactique des langues qui se trouve pérennisée et même renforcée, ce qui témoigne à la fois d’une cécité certaine, qui conduit à la destruction de toute réflexion dynamique et située, et d’une amnésie coupable vis-à-vis de l’histoire même du CECR et des projets d’une partie des personnes qui ont œuvré à sa réalisation.

En outre, les concepts dont il est particulièrement question (médiation, plurilinguisme, interculturel etc.) ne peuvent être réduits à des descripteurs, des niveaux, des compétences, des tâches et des opérations cognitives, dans la mesure où ils sont principalement liés aux histoires, aux imaginaires et aux expériences singulières des personnes et à la variabilité des situations. Par définition, ces éléments ne se laissent pas enfermer dans des grilles, sauf à vouloir les contrôler en les technicisant pour en assécher toute la diversité et l’hétérogénéité. Là aussi, un certain nombre de chercheurs ont fait état de leur réserve et ont parfois élaboré des propositions alternatives, dont on ne trouve ici nul écho.

Or, cette course folle à toujours plus de standardisation et de descripteurs ne soulève pas seulement des questions « théoriques » : l’apparente « objectivité » et « scientificité » du CECR, et le discours d’expertise dont il se réclame, lui donnent l’allure d’un outil inattaquable, ce qui le rend particulièrement récupérable à différentes fins politiques, dont certaines sont pour le moins discutables. On connait déjà l’usage qui est fait du CECR pour réguler les flux migratoires : qu’en sera-t-il lorsque les pouvoirs publics s’empareront de ces nouveaux descripteurs pour normer et contrôler la « compétence de médiation » des migrants ou encore le caractère culturellement conforme de leurs comportements – pour en faire une « preuve » de leur intégration ou une condition indispensable à l’obtention d’une autorisation de résidence ou de nationalité ? Car l’Europe des années 2010 n’est pas celle des années 1990 : le mouvement indiscutable de repli identitaire, voire nationaliste, la montée en force d’une politique sécuritaire et le règne sans partage d’une « gouvernance » gestionnaire, néolibérale et technocratique ne peuvent que mener (et mènent déjà) à cette utilisation coercitive, normative et, in fine, autoritaire, du CECR.

Amplifier les descripteurs et, a fortiori, ces descripteurs- dans cette situation politico-historique , revient à considérer qu’il suffirait de « plus de technicité » – plus de descripteurs – pour être plus « juste ». Or, la fiabilité technique ne peut, et n’a jamais pu, jouer le rôle de garant éthique : le penser relève soit de la croyance naïve, soit d’une forme de dédouanement à peu de frais des personnes et des institutions qui produisent et diffusent ces outils. A rebours de ce choix, il s’agirait plutôt de tirer les enseignements (y compris critiques) d’une expérience longue de 20 ans et d’anticiper les possibles instrumentalisations de ces actions, en interrogeant la demande sociale et institutionnelle au lieu de s’y soumettre.

C’est pourquoi nous, membres du secteur associatif, enseignants, chercheurs, formateurs, professionnels de l’enseignement des langues, considérons que cette entreprise de pérennisation et d’amplification d’un CECR qui a déjà montré de nombreux effets délétères est foncièrement inacceptable, en ce qu’elle déshumanise l’appropriation et la transmission des langues, stérilise la réflexion en encourageant des orientations uniformisantes, dépossède les acteurs de leur responsabilité et dénature le travail de tous de manière prescriptive.

Nous réaffirmons notre engagement pour une didactique des langues plurielle, éthique et responsable, et demandons en conséquence au Conseil de l’Europe de surseoir à ce projet d’amplification du CECR et d’engager, avec l’ensemble des acteurs du domaine, une réflexion pour favoriser des recherches et des actions partant de la diversité des situations d’appropriation des langues et travaillant avec les enjeux portés par cette diversité.

Premiers signataires

ACEDLE (Association des chercheurs et enseignants didacticiens des langues étrangères)

ASDIFLE (Association de didactique du français langue étrangère)

Transit-Lingua (Association Travaux en Réseaux, Approches Nouvelles en Situations Interculturelles et Transnationales)

 

 

 


Ce contenu a été publié dans Evénement par Serge Martin, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *